AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Think I need a devil to help me || Zelyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Sam 24 Fév - 18:48


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Et le voilà qui se mettait finalement à gueuler lui aussi. Zelyna restait parfaite dans son rôle de reine des glaces mais à l'intérieur, cela l'amusait. Elle avait toujours adoré rendre les gens complètement fous, en particulier les hommes. Et il faut dire qu'elle n'avait pas son pareil pour les rendre ivres de colère. Un peu comme Itzal actuellement. Aussi ne pouvait-elle réprimer un léger sourire, débordant de satisfaction. Après tout, ce n'était qu'un juste retour des choses. Il l'avait frustrée, vexée, puis énervée... Et aussi bizarre que cela puisse paraître, le voir s'énerver, l'apaisait. Cela voulait dire qu'elle avait tout de même une forme d'emprise sur lui, sans avoir besoin de la magie, et ça, c'était jouissif pour elle. Cela dit, ce n'était pas pour autant qu'elle l'écoutait. Il ne fallait pas trop lui en demander non plus, hein. Elle ne savait que trop bien ce que c'était qu'un homme en colère qui baragouinait et ça ne devenait intéressant qu'au moment de la réconciliation passionnée, sur l'oreiller, ou là, sur le parquet lustré. La sorcière restait donc de marbre et se concentrait sur la veine qui palpitait dans le cou du Vénézuélien. Elle aurait bien aimé suivre son parcours du bout des doigts, lentement, avec sensualité. En fait, elle se rendait compte que les engueulades, ça l'excitait. Et tandis qu'il s'adossait à la porte et qu'elle laissait libre cours à ses pensées inavouables, les paroles d'Itzal attiraient enfin son attention. « Une seule fois ». Il ne s'était nourri d'Eliz'yan qu'une seule fois. Impossible ! La sorcière revenait à la réalité et ouvrait la bouche mais aucun mot n'en sortait. C'était sans doute la première fois qu'elle restait ainsi sans voix mais elle ne savait pas quoi dire sans enfoncer des portes ouvertes. Alors elle cherchait. Elle cherchait un sens à tout ça, à remettre de l'ordre dans ses idées, trouver une explication plausible quand soudain, elle remarquait le regard qu'Itzal posait sur elle. Perplexe, elle tournait doucement la tête pour voir ce qu'il pouvait bien observer de la sorte et qui se trouvait forcément derrière elle, mais elle ne voyait rien d'autre que sa cuisine. La même que toujours, où rien n'avait bougé. Elle comprenait alors que c'était elle qu'il regardait ainsi et sentait des frissons la parcourir. En réaction, et sans même hésiter, elle attrapait sa tasse de café et la lançait droit sur le Daybreaker. Enfin, plus exactement à quelques centimètres de son oreille, droit sur le mur qui se retrouvait maculé d'un liquide noirâtre dégoulinant jusqu'au parquet où reposait les morceaux de céramique brisée.

« Désolée, mais tu me regardais comme si t'étais prêt à me sauter dessus ! Et soyons clairs, pas comme j'aimerais. » annonçait-elle, bien plus préoccupée par la révélation qu'il lui avait faite que par son geste disproportionné. Elle aurait pu parler, crier, se lever, s'approcher, lui mettre une baffe mais en bonne excessive qu'elle était, lancer des choses à la gueule des gens, c'était plus son truc. Quant à la façon qu'il avait eue de la regarder ? Elle l'avait déjà oubliée.

Elle se levait tout en murmurant des trucs inaudibles et récupérait de quoi nettoyer. Itzal ne se doutait absolument pas de la bombe qu'il avait lâchée en avouant son secret à la sorcière. Il venait ajouter des arguments à une théorie qu'elle avait déjà depuis des lustres, depuis l'enfer en fait. Elle pensait que sa sœur était possédée ! Elle l'avait vue changer, basculer dans les ténèbres et elle avait toujours refusé de croire que c'était de son propre chef. Le monstre sadique qu'elle observait en silence ne pouvait pas être la sœur qu'elle avait aimée et admirée toutes ces années. Il s'était forcément passé quelque chose pour qu'elle devienne comme ça. Et ça pourrait également expliquer le problème d'Itzal, peut-être que cette chose qui contrôlait sa sœur avait des dons particuliers qui le rendaient capable de faire ça. C'était une idée à creuser.

Zelyna s'accroupissait pour ramasser les bouts de tasse cassée et, tout en s'affairant, s'aventurait sur le sujet.
« Tu as déjà pensé que le problème pouvait ne pas venir de toi ? » demandait-elle, innocemment. Il avait débarqué chez elle, réclamant son aide pour son problème, comme s'il était persuadé qu'il n'y avait que lui et sa nature en cause. Peut-être n'avait-il pas suffisamment élargi les possibilités.
Elle se relevait et plantait ses prunelles bleu azur dans les yeux du Vénézuélien. « Tu ne t'es pas dit que c'était peut-être elle qui t'avait fait ça ? Je veux dire... C'est vrai, je suis une peste, une garce et j'ai une propension certaine à la violence mais... Je peux te jurer que ce n'est rien en comparaison de ce dont elle est capable, elle. Même si c'est difficile à avaler, je suis du côté des gentils, moi. Pas elle. Et c'est bien son genre de te torturer encore et encore pendant qu'elle, elle se réjouit de la situation de son côté. »

Dans sa tête de blondinette, ça allait très vite. Elle s'imaginait déjà tenter un exorcisme sur son aînée chérie et retrouver la sœur qu'elle avait toujours connue. Cependant, elle savait qu'elle avait déjà effrayé Itzal avec ses tours de magie -pourtant inoffensifs- aussi préférait-elle taire cette éventualité pour l'instant.

« Je ne sais pas comment elle pourrait être capable de ça mais... J'ai vu suffisamment de choses étranges au cours de ma vie pour me dire que ce n'est pas impossible. » concluait-elle, plus attentive que jamais à ce qu'il pourrait lui dire désormais.


Revenir en haut Aller en bas

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 4136
↳ Points : 267
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / AURORA murder song / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - minako (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Sam 3 Mar - 16:11

Think I need a devil to help me

Si Zelyna avait vécu dans un appartement, ça faisait probablement longtemps que les voisins auraient appelé la police. Ce bon moment qu’ils passaient ensemble avait tout de la violente dispute conjugale, jusqu’à la vaisselle explosée, rien que ça. Itzal ne cilla même pas quand la tasse éclata à deux centimètre de son visage sur le battant de la porte contre lequel il était adossé. Si elle voulait casser ses affaires, c’était son problème. Il ne savait pas ce qu’elle s’était imaginée pour se permettre une réaction aussi grandiloquente, des conneries, visiblement. À sa décharge, elle ne pouvait pas savoir ce qu’il avait dans la tête en cet instant, et elle avait dû tout de suite penser à un truc pas net, rien que de très normal pour une drama queen désinhibée. Là-dessus, Itzal aurait bien aimé être raccord avec elle et avoir eu simplement envie, sortie de nulle part, de lui sauter dessus, pour la bouffer, au sens figuré ou littéral du terme, mais ce n’était pas ça du tout. Il l’avait vue mourir un nombre incalculable de fois, et brûlée vive, qui plus est, et même si ses visions étaient dénuées de son, l’expression des sœurs en train de se tortiller sous les yeux de la foule en colère avait suffi cent fois à rendre la scène insoutenable. Et la voir, en vie, en chair et en os et aussi chiante, sous ses yeux aujourd’hui, resterait toujours une expérience étrange. Désolée, disait-elle. Ah ouais ? Il sentait bien que ce n’était pas sincère, mais tint sa langue en la voyant s’accroupir pour ramasser les morceaux de mug. Il leva les yeux au ciel. D’une façon ou d’une autre, il se foutait dans la merde. En ne disant rien, en disant la moitié de la vérité, ou en disant tout. Il n’y avait pas de porte de sortie idéale et mieux valait donc ne pas entretenir de faux espoirs.

Il revint à la réalité quand Zelyna reprit la parole. Comme prévu, ces quelques mots avaient suffi à le faire de nouveau changer d’humeur. Et après elle braillait parce qu’il ne lui disait pas tout… Il écouta ses propos sans rien dire. Bien sûr qu’il y avait passé. Pas tout de suite, vu qu’à la base, il pensait l’avoir tuée. Comment Eliz’yan aurait-elle pu être responsable de son état si elle était morte ? Cela aurait constitué une sacrée vengeance depuis l’au-delà… Même si la mort et la grande frontière qui la séparait de la vie n’avaient plus vraiment de sens depuis ces dernières années. Mais il n’était pas allé jusqu’à se faire des films de ce genre-là. Pendant longtemps, il s’était dit que c’était un genre de réaction post-traumatique en rapport à ce qu’il avait fait à Eliz’yan. Puis il s’était rendu compte qu’elle n’était pas morte. Et alors, oui, il avait plongé dans la facilité, l’avait accusée de tous ses maux. Mais une partie de lui, instinctive, était persuadée que tout ça, c’était lié à sa nature de voleur d’énergie. Et se confronter à Eliz’yan l’avait conforté dans cette idée. Elle avait semblé réellement stupéfaite d’apprendre le lien qui l’unissait à elle et, évidemment, en colère. Avoir un inconnu qui espionnait vos cauchemars, c’était un prix trop élevé à payer pour torturer quelqu’un. « J’y ai pensé. Mais ça l’emmerde autant que moi, sinon plus. Tu serais prête à me laisser entrer dans ta tête et voir ton passé juste pour me torturer ? » Il se demandait bien ce qu’il y verrait, dans la tête de Zelyna. Peut-être, en un ironique reflet, exactement la même chose que ce qu’il voyait dans les cauchemars d’Eliz’yan.

« Je suis allé la trouver d’abord, tu sais. Elle n’a pas exactement bien pris la nouvelle… Et elle n’a pas du tout voulu parler de toi. J’ai cru qu’elle allait m’arracher la tête. Je vois que l’inverse n’est pas vrai. » Il se sentait vidé de toute énergie. Métaphoriquement parlant. Il n’en était pas encore à avoir les crocs, et heureusement. « Ta théorie est intéressante mais pas vraiment objective. Toutes les deux, vous avez vraiment besoin de vous parler… » Elles donnaient bien l’impression de se haïr mais si c’était aussi simple, le monde serait parfait. Itzal ne se tapait pas régulièrement des visions de Zelyna au travers des cauchemars d’Eliz’yan pour rien. L’ainée pensait sans cesse à sa sœur cadette. Et il était évident que la réciproque était vraie.

Codage par Libella sur Graphiorum.

_________________
One day you will perish
You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced. Your bones will turn to sand. And upon that sand… a new god will walk. One that will never die. Because this world doesn’t belong to you or the people who came before. It belongs to someone who has yet to come. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Ven 9 Mar - 20:23


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Zelyna faisait la moue, les bras croisés sur la poitrine, en réfléchissant à la question aux faux airs de rhétorique qu’il lui avait posé. Elle se demandait si elle serait prête à le laisser entrer dans sa tête pour le torturer. C’était une question vraiment intéressante. De prime abord, elle était tentée de répondre « non » mais elle sentait bien au fond d’elle que ce serait un mensonge. Quand elle voulait faire du mal à quelqu’un, elle était prête à tout, y compris à se mettre en danger s’il le fallait. Et puis, si elle pouvait choisir les visions à transmettre au Daybreaker, elle aurait encore moins hésité et aurait répondu « oui » sans réfléchir un seul instant. Cela étant, elle ne pouvait pas se permettre d’avouer une telle chose à Itzal. Pas après lui avoir fait tout un laïus pour le convaincre qu’elle était moins garce que son aînée, que c’était elle la gentille. Incapable de lui donner une réponse valable, elle se contentait donc de hausser nonchalamment les épaules, en espérant qu’il se satisferait de cette réponse évasive. Ce qui semblait être le cas puisqu’il reprenait bien vite lui confiant qu’Eliz’yan n’avait pas voulu parler de sa sœur. Il n’y avait rien d’étonnant à cela. Parler ce n’était pas son truc à l’aînée, la sorcière ne le savait que trop bien.

« Ma sœur et la communication, ça a toujours été difficile. » confirmait-elle dans un sourire en coin. « Et puis, il faut dire que tu n’es pas très doué à ce jeu-là non plus » ajoutait-elle sans se défaire de son sourire, pour le titiller encore une fois. Elle avait d’ailleurs pu le constater dès qu’il avait franchi le pas de sa porte. Mais ce n’était pas ça l’important. Non. La blondinette était persuadée que sa théorie était la bonne, que son aînée était responsable de ce qui arrivait à Itzal, d’une façon ou d’une autre, elle n’en démordait pas.

« Peut-être qu’elle a joué la surprise et la colère. Elle est très douée pour faire semblant, tu t’en apercevras avec le temps. » énonçait-elle, tandis que le vénézuélien n’en démordait pas non plus de son côté. Il ne la trouvait pas objective et même s’il avait raison, Zelyna était vexée. Ce n’était pas tant le fait qu’il la trouve objective qui la dérangeait, elle savait pertinemment qu’elle l’était ! Et de mauvaise foi aussi. Et le pire c’était que là, elle était soft encore. En fait, c’était surtout qu’il ne voulait pas croire à sa théorie alors qu’elle, elle misait tout là-dessus pour retrouver la sœur qu’elle avait aimée autrefois. Il fallait que sa sœur ait ce genre de capacité, il fallait qu’elle soit possédée, elle pourrait ainsi l’exorciser et la retrouver, comme avant. C’était la seule solution. Si les malheurs d’Itzal n’étaient pas dus à Eliz’yan, cela voulait dire qu’elle était définitivement perdue. Et ça, elle refusait de l’accepter. Elle soupirait, soudain très lasse.

« On a déjà parlé. L’essai n’a pas été très concluant. » avouait-elle, en relevant doucement le pan de sa jupe pour lui montrer son genou égratigné. L’on pourrait même dire que cela s’était fait dans la douleur en y repensant bien et, même si elle ne laissait rien paraître, Zelyna était attristée de la façon dont s’était déroulée la rencontre avec Eliz’yan. Et elle détestait ces émotions négatives qui la rendaient faible et moche. Elle se sentait épuisée, comme vidée de toute son énergie, lorsqu’elle repensait à cette soirée et se disait qu’il était enfin temps de renoncer. Elle ne voulait plus se battre avec le Daybreaker, négocier, essayer de le convaincre, elle voulait juste retourner à ses potions et oublier le monde qui l’entourait. Loin de toutes ces prises de têtes qui allaient lui donner des rides et les traits tirés.
Alors elle soupirait pour la énième fois de la journée et se dirigeait sans un mot de plus vers la porte qui menait à sa cave. Son repère, son antre, sa bulle, là où il n’y avait que fioles et livres et surtout, personne pour la déranger. La main sur la poignée, elle tournait la tête vers Itzal.

« Bien, il est évident que je ne sais absolument pas de quoi tu souffres, ni d’où ça vient. Et en plus, on n’est d’accord sur rien. Je ne peux donc pas t’aider. Et comme je n’ai pas besoin de tes conseils de psy à la con concernant les problèmes que j’ai-ou que je n’ai pas, d’ailleurs- avec ma sœur, je ne te retiens pas. Merci d’être passé, bonne chance avec ma tarée de sœur et tes cauchemars. Maintenant sois mignon, claque bien la porte en sortant. » annonçait-elle avant d’ouvrir la porte et de rejoindre son laboratoire magique en plantant Itzal comme un vieux mouchoir usagé.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Think I need a devil to help me || Zelyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» [Defense Devil] Présentation
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-