AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce que la musique peut dire de nous [PV OSCAR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 152
↳ Points : 39
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 22
↳ Avatar : Lindsey Stirling
↳ Age du Personnage : 334 ans (28 en apparence)
↳ Métier : Violoniste, compositrice au service du Gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouvernement
↳ Niveau de Compétences : niv 1 (illusion + potion niv 2)
↳ Playlist : Arena - LINDSEY STIRLING
Lost on you - LP
Seven days to the wolves - NIGHWISH
Land of Immortals - RHAPSODY OF FIRE
↳ Citation : "Ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache."
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : slateblue



les petits papiers
↳ Copyright: Ambre ♥︎
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Ce que la musique peut dire de nous [PV OSCAR]   Sam 11 Nov - 18:17

La représentation avait été superbe. Le mot lui même n’était d’ailleurs pas suffisant pour décrire la perfection avec laquelle Kate avait joué ce soir là, comme elle le faisait tous les soirs d’ailleurs ! Sa maîtrise la faisait danser avec aisance sur scène, captant les regards et les oreilles, faisant taire les conversations le temps de quelques notes savamment orchestrées. Elle n’avait pas faible opinion de ses talents, la musicienne du Gouvernement, et elle se plaisait de voir tous ces yeux émerveillés après qu’elle eut terminé ses pas dansant et les derniers coups d’archet. C’était certainement ça, son plus grand plaisir et elle remerciait bien souvent cette chère Esperanza de lui avoir octroyée une place de choix dans les représentations qui étaient faites au Mary Rose. Si elle contribuait certes à la venue de nouveaux clients et à la rentrée d’argent, la propriétaire lui avait permis de se faire encore mieux connaître, bien que sa place auprès du Gouvernement la plaçait déjà dans les hautes et meilleures sphères de cette ville. Une vie presque parfaite en somme, lui rappelant le monde d’autrefois qui était le sien, dans ce luxe outrageant, dans cette bourgeoisie opulente qui avait été son univers. Elle n’en changerait pour rien au monde et elle se moquait pas mal de la situation des moins bien nantis, ces victimes de l’apocalypse qui n’avaient su rebondir ou qui étaient tout simplement faites pour crouler sous le poids du travail et de la misère. Oh comme elle pouvait être mauvaise lorsque ce genre de pensée la traversaient, Kate, mais telle était le pantin qu’elle était devenue aujourd’hui. L’Enfer l’avait changé. La poupée si belle et à l’air innocent n’était qu’une marionnette brisée et sans cœur pour la faire vivre réellement.

Et si elle savait une telle chose la concernant, elle l’acceptait sans contraintes, se satisfaisant de ce que la vie et la chance lui avait rendu après la mort et les horreurs connues à Darkness Falls. Saluant son public sous un tonnerre d’applaudissements, comme il était coutume que cela arrive après une de ses représentations, elle fila dans les coulisses pour se fondre dans les ombres et laissé sa place à un autre artiste. Comme toujours, elle eut les félicitations en personne de quelques autres semblables, bien moins talentueux qu’elle, un cadeau ici et là pour ceux cherchant à s’attirer ses faveurs. Elle eut même droit à une invitation, qu’elle accepta cela dit sans la moindre gêne. Elle avait l’envie de se changer les idées, car bien des choses s’étaient produites dernièrement dans sa vie, trop pour qu’elle puisse occulter certaines choses qui lui déplaisaient fortement.

Elle déposa alors son violon dans sa loge et s’éclipsa de celle-ci en oubliant complètement de refermer le verrou. L’esprit ailleurs, elle rejoint au bar celui qui l’avait invité pour la soirée et pendant de longues minutes, elle conversa avec lui, sans lui trouver cela dit le moindre charme. Sans pouvoir décider de ses pensées, celles-ci parfois s’imposaient à elle dans quelques souvenirs, dont celui d’Orfeo. Elle n’avait jamais oublié l’homme qui l’avait sauvé et qui avait été le plus important dans sa vie. Elle s’en souvenait avec beaucoup de rancœur, et dernièrement, elle s’en souvenait aussi avec beaucoup de nostalgie et douleur, regrettant presque de s’être confronté a lui dans cette chambre d’hôpital. Et alors qu’elle bavardait autour d’un verre, plusieurs fois l’image de l’italien vint la perturber, gâchant presque ce qui avait des airs de rendez vous galant. Jusqu’à ce que bien sûr, elle se rappelle que sa loge était toujours ouverte. Sans avoir l’air de s’agiter à cette pensée, elle s’excusa auprès de son partenaire en promettant de revenir vite, qu’une affaire la pressait pour quelques minutes de l’abandonner. C’est qu’elle ne tenait pas à ce que son violon lui soit volé. Ce genre de chose coutait particulièrement cher et, non qu’elle n’eut pas les moyens, elle ne tenait pas à laisser à d’autre l’occasion de se refaire sur son argent !

Si elle ne croyait pas quelqu’un capable d’entrer par effraction au sein même du Mary Rose, elle eut la surprise que ce n’était pas le cas. Lorsqu’elle passa la porte de sa loge, alors entrouverte, elle remarqua immédiatement qu’un étranger était entré ! Si elle se fit d’abord discrète, elle ne pouvait nier avoir quelques craintes sur l’individu qui était là. Un grand homme au cheveux poivre et sel, penché sur son violon et… jouant de quelques notes. Si elle s’attendait à ça. Restant dans l’entrebâillement de la porte, elle observa l’homme qui ne l’avait pas encore vu, jusqu’à ce qu’il entame quelques mouvements avec l’archet. Cela n’avait rien de parfait, c’était peut être un peu brouillon, mais cela ne ressemblait guère aux actes d’un voleur qui se serait empressé de remettre l’instrument dans son étuis avant de disparaître. Au bout de quelques minutes, elle décida néanmoins qu’il était temps de tirer les choses au clair et elle entra, ouvra pleinement la porte. En l’instant, la musique cessa.

« Hé bien. Puis-je savoir ce que vous êtes en train de faire ? »

Le ton était légèrement hautain mais manquait de cette agressivité qui l’avait touché au premier abord. Au contraire, elle eut un petit sourire en observant la mine surprise de l’homme, prit en flagrant délit.

_________________


Moonlight sonata
"Par deux fois, j'ai écouté le son de mon coeur :  sa symphonie nouvelle et son tempo renversant, vibrant d'une intensité délicieuse ; son requiem funèbre, sa fugue et l'assonance ratée d'une existence entière, amère. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ce que la musique peut dire de nous [PV OSCAR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Impromptu, si on peut dire. [Dudu/Eva/Ezio]
» La musique peut rendre les hommes libres {Hope}
» Speechless / Ton regard peut dire ce que ta voix ne dit pas.
» Il ne peut plus rien nous arriver d'affreux maintenant !
» Même la mort ne peut rien pour nous..[PW Alissa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Mary Rose-