AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans la gueule du loup | PV Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Ven 5 Jan - 18:05


« Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. »
P. Coelho



Sigrid K. Laïn & Joshua Bates
featuring

Plus Sigrid avançait, plus elle se disait qu'elle était définitivement devenue folle. Elle avait décidé, de son propre chef, de se jeter dans la gueule du loup. Et bien pire que cela, sa décision lui semblait être la seule envisageable. Elle voulait balancer tout son trop plein d'émotions à quelqu'un et en était arrivée à la conclusion qu'Il était la seule personne à qui elle pouvait s'adresser. Lui. Joshua. Le comble. Mais à qui d'autre aurait-elle pu aller confier ses états d'âme ? A Maisy ? Elle n'était pas au courant de la moitié de sa vie. A Lucrezia ? Certainement pas. Elle l'aurait écoutée, réconfortée, conseillée et ce n'était absolument pas de ça que la rouquine avait besoin. Ses problèmes venaient de ce père qu'elle avait retrouvé sans comprendre comment, et elle ne voulait pas qu'une mère de substitution s'invite au milieu de tout ça en jouant les mères louves. Elle avait besoin de quelqu'un d'aussi cinglé qu'elle, quelqu'un dont elle ne pouvait absolument pas prévoir les réactions ou les paroles. C'était Lui qu'il lui fallait, même si cela avait l'air complètement fou. Toutefois, elle n'avait pas souhaité aller à sa rencontre à l'hôpital. Elle se sentait vulnérable et perdue certes, mais pas au point de se retrouver dans un endroit d'où elle ne ressortirait probablement jamais. Et puis, elle trouvait ça intéressant de voir Joshua dans un contexte plus intime. Peut-être serait-il différent que lorsqu'il était dans son rôle de médecin ? Tout était possible avec lui et après tout, il pouvait très bien lui montrer une nouvelle facette de sa personnalité. Enfin, tant que ce n'était pas celle d'un tueur psychopathe qui entassait les cadavres dans sa penderie bien entendu.

Elle n'hésitait pas vraiment avant de monter à bord de la péniche du médecin, c'était la première fois qu'elle envisageait leur rencontre sans appréhension et c'était justement ce qui, soudain, la faisait douter. Comment avait-elle pu se convaincre que c'était une bonne idée ? Si elle entrait maintenant et lui racontait ce qui lui arrivait, elle lui donnerait des raisons de plus de la torturer comme il l'avait déjà fait cent fois auparavant. Elle ne pouvait pas faire ça. L'air commençait à lui manquer, ses jambes à trembler, il fallait qu'elle prenne quelques secondes pour elle. Peser le pour et le contre, réfléchir tout simplement, contrairement à ce qu'elle avait fait jusqu'ici. Elle s'installait sur le canapé qui se trouvait sur le pont et laissait son regard se perdre dans l'eau marécageuse. Elle repensait à leur dernière rencontre. A ce qu'elle avait osé lui dire... Et à ce qu'il avait fini par répondre, après l'avoir rejetée. Elle était importante pour lui. Il l'avait dit malgré tout. Il lui avait également dit qu'elle était forte. C'était pour ça qu'elle était là, en fait. Parce qu'il savait mieux que personne à quel point elle était forte et que quand Lui le lui disait, elle le croyait. Peut-être aussi que c'était pour ça qu'elle n'arrivait pas à le sortir de son esprit. Parce qu'il avait beau la malmener, elle avait pourtant l'impression que c'était lui qui la connaissait le mieux en ce monde. Bien qu'il ne sache pas grand chose de sa vie, hormis ce qu'il aurai pu lire dans son dossier médical à savoir qu'elle avait subi des maltraitances et qu'elle refusait d'en parler. Et encore, elle n'était même pas sûre qu'il y ait eu accès dans son intégralité. Mais il avait l'air de la comprendre. Ou alors elle déraillait tout simplement, c'était fort probable.

Elle ne savait pas s'il était chez lui, ou bien ailleurs et plutôt que de forcer le destin, elle préférait attendre ici. Cela lui laisserait le temps de mettre de l'ordre dans ses idées, réfléchir à ce qu'elle allait lui dire. Devait-elle se contenter de lui parler de ce qui l'avait anéantie dernièrement, ou carrément s'ouvrir et enfin se confier à quelqu'un sur tout ce qui lui était arrivé, du début à la fin, sans omettre un seul détail ? C'était tellement de bordel dans sa tête. Et puis, au pire, peut-être ne viendrait-il jamais ? Coincé au boulot ou par une autre femme. S'ils ne se retrouvaient pas l'un face à l'autre avant la nuit, elle partirait. Oui, c'était une bonne idée. Une façon de s'en remettre au destin, puisqu'après tout, même le hasard devait être plus organisé que les pensées qui hantaient son esprit alors autant le laisser décider.

Et puis, le destin arrivait. Lorsque les yeux de la rouquine rencontraient les prunelles sombres de l'interne, elle soupirait, soulagée comme si elle avait retenu son souffle jusqu'à lors.

« J'ai retrouvé mon père. » annonçait-elle de but en blanc. Ni bonjour, ni merde. C'était tout ce qui lui était venu à l'esprit à ce moment là. Débrouille-toi avec ça, le psy !




Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9209
↳ Points : 1109
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Dim 7 Jan - 16:06

Ses derniers excès reviennent le hanter. L’oppressent autant que la présence obsédante de l’être chimérique tout droit sortie de ses songes. La rasade d’eau froide ne suffit pas à le libérer de ses lourds fardeaux. Il imagine Ses doigts descendre jusqu’à la lisière de son pantalon. Lui lance un regard implorant, lâche un grognement d’envie tout en enfouissant son nez dans sa chevelure de feu trempée de sueur. Il essuie hâtivement les larmes acides qui brûlent son visage. Caresse sensuellement et avec délectation sa peau soyeuse et parfumée, les yeux mi-clos. En envoyant de délicieux frissons dans sa colonne vertébrale. Sa langue s’unit à la sienne dans un mouvement érotique et primitif. Sans lui laisser le temps de réagir, il profite de sa faiblesse et assouvit ses pulsions dévastatrices. Ses mains bestiales lui brisent la nuque d’un coup sec. Joshua se réveille une nouvelle fois en sursaut, la transpiration dégoulinant sur son front, le crâne endolori, sa respiration irrégulière pouvant s’entendre à des kilomètres. Avachi dans son fauteuil de bureau depuis plusieurs heures, un verre de whisky pur feu dans la main, il lutte contre ses démons intérieurs. En arrive à la conclusion selon laquelle il doit apprendre à les apprivoiser.

Une multitude de questions sans réponses tourbillonnent dans sa tête. Il va très loin, dans les auto-flagellations. Se demande depuis combien de temps il a laissé sa colère bouillante le gagner. Traverser la moindre parcelle de son corps. Devenant un être horriblement mauvais et détestable. Un monstre assoiffé de sang en permanence. Développant des méthodes sophistiquées de tortures physiques et psychologiques. Dans l’espoir d’oublier les marques visibles, témoignant des dernières violences infligées, il manque à tous ses devoirs et s’aventure sur le parking désert de l’établissement. Afin d’atténuer cette sensation fiévreuse et la culpabilité qui lui vrille le cœur, il enfile le masque du bon samaritain entouré d’une grande lueur blanche, et commet de bonnes actions permettant aux plus démunis de survivre quelques jours de plus. Les mendiants font preuve d’une naïveté affligeante, alors qu’il sort de sa poche quelques malheureux billets dans le but de se donner bonne conscience. Grâce à ces actions anodines, ils imaginent que cet interne ne rate pas une occasion de manifester sa générosité. Doté d’une aura bienfaitrice et bienveillante. Ils lui serrent la main et s’inclinent devant lui, se sentant exagérément reconnaissants. Tout en continuant de pouffer de rire, Avery lui aurait fait prendre conscience du ridicule de la situation, en observant la scène.

Il pourrait se tourner vers le milieu du cinéma, reprenant un air jovial, comme un parfait comédien. Il esquisse ses sourires forcés habituels, dignes d’une publicité pour dentifrice, en aidant une vieille dame à traverser la rue. Fait semblant de se soucier de l’état de santé des patients qui croisent son chemin. Il s’installe finalement à bord de son cabriolet, admire l’intérieur habillé de cuir de haute qualité. Son monde bascule. Il serre les dents à s’en mordre la langue, en réalisant que toute sa vie n’est que mensonges. Il mériterait d’atterrir dans une caravane et de pousser incessamment des râles d’inconfort, à l’inverse de ceux qui sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche, ou qui savourent pleinement une gloire et une fortune dûment méritées. Il roule à pleine vitesse en marmonnant des phrases incompréhensibles. Il a la sensation de s’élever dans les airs, les yeux papillonnants, un flot d’adrénaline coulant dans ses veines, comme s’il s’apprêtait à côtoyer la mort, à se libérer de ces foutues chaines qui l’entourent et entravent ses mouvements. La tension retombe peu à peu. Ses pieds s’enfoncent dans l’herbe boueuse, quand la vision d’une silhouette lointaine attire instantanément son attention. L’enchanteresse est-elle en quête d’une romance interdite ?

Des ondes électriques parcourent son corps avec délice. Son cœur menace de s’échapper de sa poitrine. Il perd déjà pied. Plongé dans un désir ardent proche de la folie, il réduit la distance qui les sépare. Siffle dans les airs avec un sourire satisfait. Il traverse le ponton et se rue sur la péniche. Il la toise de toute sa hauteur, d’un air faussement surpris et paniqué. « Mademoiselle Laïn. Vous vous êtes conduite de façon inconvenante. Si je m’en réfère au code de déontologie que j’ai mentionné, nous devons garder une parfaite neutralité et nous rencontrer exclusivement dans un établissement de soins ». Il déglutit difficilement alors qu’une pluralité de pensées malsaines lui traverse l’esprit. Que son odeur imprègne le tissu du canapé sur lequel elle est installée. Elle le stimule dangereusement, et il se retient d’effleurer sa peau si douce. Il pose d’ailleurs une main chaleureuse sur son épaule. Il prend une jolie moue rieuse. « Vous n’avez qu’un mot à dire pour qu’il devienne de l’histoire ancienne ». La gratifie ensuite d’un regard compatissant. « Parlez-moi de lui ». Il s’assoit à la table, son ton devenant étonnamment sérieux.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Mer 10 Jan - 18:35


« Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. »
P. Coelho



Sigrid K. Laïn & Joshua Bates
featuring

Il posait sa main sur son épaule et la première chose à laquelle elle pensait c'était qu'encore une fois, il lui avait servi une leçon de morale sur la déontologie alors que lui-même n'était pas capable de la respecter. En fait, pour être honnête, c'était la deuxième chose à laquelle elle pensait. La première était, en réalité, qu'elle avait envie que sa main l'attire contre lui. Contre son corps tout entier. Alors elle pourrait poser ses lèvres dans son cou et glisser ses doigts dans ses cheveux. C'était fou quand on y pensait. Elle n'en avait jamais eu envie avant de quitter l'hôpital. Jamais, pas une fois. En tout cas, pas qu'elle s'en souvienne. Mais depuis qu'elle ne le voyait plus tous les jours, qu'elle subissait le manque, l'absence, elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer ce que cela ferait de lui céder... Sauf que bien évidemment, depuis sa sortie, les rares fois où ils s'étaient rencontrés, Joshua s'était montré professionnel. Froid, même. Distant. L'horreur absolue ! Il allait vraiment falloir que ce syndrome de Stockholm lui passe, autrement la frustration finirait par avoir sa peau.

Son regard émeraude le dévisageait lorsqu'il lui proposait de faire de Leslie de l'histoire ancienne. Il avait eu beau arborer une moue rieuse, elle n'arrivait pas à deviner s'il plaisantait ou non. De toutes manières, elle n'avait pas vraiment le cœur à rire en ce moment. Elle était tellement paumée qu'elle en devenait hermétique à tout. Et puis, elle se surprenait à se demander ce que ça lui ferait si son père venait à disparaître alors qu'elle lui avait tourné le dos. Elle n'était pas sûre que cela puisse lui faire du mal, après tout, elle ne le considérait pas du tout comme son père. Cela dit, elle n'était pas non plus sûre que cela lui fasse du bien. Il était sa famille... Sa seule famille, pour l'instant du moins. Décidément, c'était vraiment compliqué la vie en dehors d'un espace confiné ! Au moins quand elle était retenue captive par le cirque ambulant ou à l'hôpital psychiatrique, elle n'avait pas tous ces questionnements qui lui retournaient l'estomac.

Le médecin s'installait à la table et lui demandait de parler de son père. Elle restait silencieuse un moment, stoïque, les yeux rivés à ceux de l'interne. « Je crois que je le déteste. » annonçait-elle, sans manifester aucune émotion. Elle n'avait pas su par quoi commencer, alors elle s'était contenté d'énoncer la première pensée qui lui traversait l'esprit. Cependant bien consciente que Joshua ne pouvait se satisfaire de cet aveux sans autre explication, elle reprenait, en essayant de mettre de l'ordre dans ses idées. « J'ai toujours cru que  l'homme qui m'a élevée était mon vrai père. Je ne m'étais jamais posé la question en fait. Et là, ce mec que je connais à peine vient m'avouer qu'en réalité c'est à lui que je dois la vie. Sauf qu'il est loin, très loin, de l'image que j'ai d'un père. Et je ne sais absolument pas comment je dois réagir. Une part de moi le déteste d'avoir bousillé les seules certitudes que j'avais dans ce monde et l'autre part... J'en sais rien. » achevait-elle en cours de réflexion, en baissant les yeux pour éviter qu'il ne lise en elle.
Elle savait parfaitement bien ce qu'elle n'osait pas avouer. L'autre part d'elle avait envie de connaître ce père imparfait, maladroit et inconnu, parce que c'était le seul parent qu'elle aurait l'occasion de connaître et que cela lui manquait terriblement. Mais elle trouvait ça stupide et un peu pitoyable aussi, alors elle préférait le taire. Il faut dire que la rouquine n'était pas vraiment douée lorsqu'il s'agissait d'exprimer ce qu'elle ressentait, à moins qu'on ne la pousse dans ses retranchements. Et lorsqu'elle était en présence de Joshua, elle ne pouvait pas expliquer pourquoi mais il y avait quelque chose au fond d'elle qui la poussait à dire des choses ou à agir comme si elle se trouvait au bord d'un précipice, prête à tomber. C'était une sensation étrange venue d'ailleurs et qu'elle n'arrivait pas à contrôler. Quoi qu'il en soit, cela la rendait plus bavarde que de coutume.

« Est-ce que je vous ai déjà dit que je n'avais plus de parents ? Depuis... Je ne sais même plus, mes huit ans, je crois. Alors je crois qu'une partie de moi voudrait se rapprocher de lui, pour ne plus être orpheline, ne plus être seule mais... C'est un monstre de cruauté lui aussi. » soufflait-elle du bout des lèvres. Car le problème était bien là. Elle le prenait pour un tortionnaire et si elle se rapprochait de lui et commençait à l'apprécier, elle s'en voudrait. Elle aurait l'impression de cautionner ce qu'il est, et vu ce qu'elle avait subi auparavant, elle ne pouvait s'y résoudre. Apprécier l'interne pouvait encore être expliqué, d'une manière un peu saugrenue certes, mais le syndrome de Stockholm était quelque chose de reconnu. Cela avait un sens. Mais apprécier Leslie... Cela lui donnerait la douloureuse impression de n'être bonne qu'à ça, aimer ceux qui lui font du mal. Une cinglée complètement masochiste. Voilà ce qu'elle était au fond.

« En fait je commence à me dire que j'attire les gens malsains. Il y a un nom à cette maladie vous croyez ? » demandait-elle, sérieuse.





Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9209
↳ Points : 1109
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Lun 5 Fév - 17:09

Les démons intérieurs se laissent emportés par un sommeil tumultueux, après avoir aspiré une dernière goulée d’air. Ils se glissent dans la fosse brûlante infernale drapée de lave, l’odeur du souffre empoisonnant leurs narines. Les flammes courant à travers leurs tissus organiques. En présence de l’enchanteresse, il se laisse aller à un étrange sentiment de plénitude, franchissant un niveau supérieur de bienfaisance, contrastant avec l’intensité des moments précédents. Une sensation qui lui a tant manquée, ces dernières années. Il incarne une créature visqueuse, à la psyché malade, scindée en plusieurs morceaux d’âme. Il laisse la chaleur de cette prédatrice inaccessible, à la sagesse connue de tous, réchauffer ses ailes. Aucune émotion ne se reflète dans ses prunelles affolées. Aussi froide qu’une statue, à la beauté délicate, elle lui arrachera des cris d’agonie avant de détruire tous ses espoirs et de semer le chaos. Ce qu’Elle a dans la tête demeure un mystère. Habitée par des sentiments ambivalents, tout comme lui. Des réflexions qui font revenir des vieux souvenirs. Sigrid et ses faux airs de sainte nitouche. La proie facile qui déboule en sueur dans les couloirs de l’hôpital. Ses mains qui tremblent sans relâche. Ses doigts qui tapotent anxieusement le bureau.

Cette tendance à se figer de terreur lorsqu’il La détaille dans toute son intimité. Ses orbes ténébreux se posent sur Elle et brillent d’une lueur ardente. Il les ferme brièvement, alors que ces réminiscences lointaines tendent à accroître les frissons d’excitation qui le font trembler de la tête aux pieds. En adoptant cette attitude de totale vulnérabilité, Elle a nourri son désir de volupté. En jouant le rôle de la furie sanguinaire qui n’a pas froid aux yeux et flirte quotidiennement avec le danger, Elle lui donne envie de lécher vicieusement sa gorge et d’inspirer l’odeur de sa peau délicate. Les crimes commis les plus atroces ne lui permettent pas de se détourner de cette sinistre obsession. Il se damnerait sans hésiter, pour faire naître des sourires étincelants sur son visage de porcelaine. Il donnerait ce qu’il a de plus précieux pour qu’Elle lui révèle son désir d’appartenance. N’ayant aucun mal à la manipuler. Incapable de stopper sa folie meurtrière plus de quelques minutes, et de s’échapper définitivement de sa misérable existence. Créateur d’un spectacle dans lequel il peut montrer toute la perversion et toute la perfidie de son art.

Avant de pleurer des torrents de larmes, de baisser la tête et de porter une culpabilité inutile. Il n’est qu’un piètre adorateur. Recueillant ses confidences pour mieux l’achever. Offrir des morsures à sa peau bientôt dénudée, en laissant dans son cerveau d’horribles séquelles. Cherchant paradoxalement des mots pour l’aider à dépasser sa souffrance. Prêt à tout pour qu’Elle vive dans le pur bonheur. Le visage serein, d’une oreille attentive, il glisse ses doigts protecteurs sur son menton. « Qui est cet homme, qui a commis des actes monstrueux qui vous ont frappé en plein cœur ? Sigrid, celle qui représente la beauté délicate et dégage quelque chose de fragile. Une aura d’innocence ». Il ne peut masquer son sourire bienveillant. Il a pourtant l’impression de retomber une nouvelle fois dans Ses filets, en lui marmonnant des compliments sincères. Le gendre idéal, à l’aise avec les courbettes aristocratiques.

L’ironie de la situation ne lui échappe pas. N’importe qui aurait des aprioris, sur sa catégorie sociale. Il a souvent eu envie de se recroqueviller sur lui-même dans son lit, croyant sentir dans chaque pli quelques relents d’alcool restants. Apercevoir des cadavres de bouteilles, des boîtes de conserves vides, joncher le sol imbibé de crasse. Ressentant un profond dégout pour sa propre famille. Il s’est construit un avenir sans l’aide de personne. La rage s’immisçant dans ses nerfs à chaque fois qu’il franchissait les couloirs de cette prison putride et chargée d’une vapeur empoisonnée. « Ne culpabilisez pas, Sigrid. Le mensonge est préjudiciable à toute relation. Le parent respectueux de son enfant est honnête. Il se remet en question, et prend conscience du fait que son enfant n’est pas lui. Il ne lui appartient pas et n’a pas demandé à ce qu’on lui donne la vie. Vous ne lui êtes pas redevable, et vous avez le choix de continuer d’avancer en rayant de votre existence toutes ces personnes aux comportements toxiques. N’ayez crainte, vous ne serez jamais seule. Je suis là ». Il lui offre une épaule réconfortante et arrange Ses cheveux. Guidé par une jalousie maladive.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Sam 24 Fév - 20:42


« Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. »
P. Coelho



Sigrid K. Laïn & Joshua Bates
featuring

Elle n'avait pas pu répondre à sa question, préférant détourner son regard en serrant la mâchoire. Qui lui avait fait du mal ? S'il pensait faire référence à ce père méconnu qu'elle venait d'évoquer, il se trompait. En réalité, la liste était bien plus longue que ça et s'allongeait au fil des saisons. Elle n'était même pas sûre que Leslie mérite de figurer sur cette liste, contrairement à Joshua qui lui, était bel et bien dessus. Volontairement et malgré lui, même si c'était paradoxal. Il avait choisi de figurer sur la liste de ses tortionnaires au moment même où il avait posé ses mains sur elle la première fois à l'hôpital. Et puis, son nom était remonté parmi les premiers plus récemment, lorsqu'il s'était comporté en bon professionnel lors de leur dernière rencontre. Il lui avait fait encore plus de mal en l'ignorant de la sorte, niant le lien qui les unissait, qu'en lui faisant vivre l'enfer à l'asile. C'était dingue, mais c'était ainsi. C'était aussi dingue que tout ce qui se passait entre eux de toutes manières. Là encore, la situation était complètement folle. Elle se trouvait chez lui, à presque pleurer dans ses bras tandis qu'il lui disait des mots rassurants. Des mots justes. Ceux qu'elle avait besoin d'entendre et qui lui donnaient envie d'oublier tout ce qu'il lui avait fait subir auparavant. D'ailleurs, elle oubliait beaucoup de choses en cet instant, comme si la simple proximité de l'interne l'amenait ailleurs. Elle savait qu'à ses côtés sa folie se décuplait et elle s'imaginait ce que ça lui ferait d'écouter ses conseils. Avancer. Rayer de sa vie les éléments indésirables, Leslie, le cirque, le reste de cette famille qu'elle cherchait à tout prix mais qui n'avait pas l'air d'en faire autant. C'était une perspective réjouissante. Avancer, avec celui qui lui promettait qu'elle ne serait jamais seule grâce à lui... Elle ne pouvait s'empêcher de sourire. Étrangement, elle se sentait à l'abri chez lui et envisageait ce que cela pourrait bien leur faire, à lui comme à elle, si elle décidait de s'incruster ici pour un moment.
Il lui glissait la main dans ses cheveux et elle sentait des frissons la parcourir le long de son dos. Ce dos mutilé qui portait les stigmates de plusieurs années de mauvais traitements et qu'elle ne dévoilait jamais à personne. Cela la ramenait à la réalité. Comment pourrait-elle rayer de sa mémoire le tortionnaire qui lui avait infligé ça quand les cicatrices étaient sans cesse là pour le lui rappeler ? Mais il ne savait pas. Elle ne lui avait jamais montré, ni raconté l'histoire de ses plaies dans sa chair martyrisée. Elle s'arrachait à son étreinte, avec amertume, et plantait ses yeux dans ceux de l'interne. Elle donnait l'impression d'y chercher la réponse à une question qu'elle n'avait pas posée et ça lui prenait un foutu temps. Et puis, encore une fois, elle sentait une force incommensurable monter en elle, grâce ou à cause de lui, elle ne saurait le dire. Toujours est-il que ses doigts ôtaient doucement sa veste, tandis que ses yeux ne quittaient pas ceux de Joshua. Puis, dans une lenteur infinie, qui n'était pas due à l'hésitation, elle retirait également son t-shirt. Sans prononcer le moindre mot, elle se tournait, offrant alors tout loisir à l'interne de constater les zébrures qui marbraient sa peau de porcelaine.

« Comment pourrais-je avancer quand le souvenir de celui qui m'a fait ça me hante chaque jour et chaque nuit ? Quand je me rends compte que j'ai enfin un père et qu'il ne vaut sans doute pas mieux que le tortionnaire qui a osé me faire ça … » demandait-elle, d'un ton si bas qu'elle en murmurerait presque. « Quand eux ils sont bien en vie alors que moi, j'ai l'impression d'être morte. » poursuivait-elle avant de tourner la tête vers Joshua, le menton sur l'épaule. « Sauf quand je suis avec toi. » avouait-elle, finalement.

Elle avait l'impression d'être totalement nue face à lui. Elle s'était livrée comme jamais elle n'avait imaginé le faire et surtout pas à l'interne, et en même temps, elle savait qu'elle n'aurait jamais pu le faire avec quelqu'un d'autre. Il était sa force et également sa faiblesse, paradoxe doux-amer dont elle ne pouvait plus se passer. Elle avait choisi de lui faire confiance, sans doute le regretterait-elle. Elle n'était plus sûre de rien, sauf d'une chose : oser se montrer de la sorte à l'interne, c'était avancer. Vers où, elle ne savait pas, mais il n'y avait que lui pour la guider. Ou l'achever.





Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9209
↳ Points : 1109
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Lun 5 Mar - 23:33

Il se montre sous un autre jour. Laisse l’enchanteresse percer tous ses secrets, sa voix suave et ses mots doucereux sortir de son horrible masque noir terrifiant porté en permanence. Tout en lui transpire la compassion et l’empathie. Il se laisse emporter par ces émotions nouvelles, à la recherche des traces de son humanité. Les flammes intérieures qui La dévorent, sa fragilité, viennent frapper son univers de plein fouet, et lui donnent la volonté d’embrasser une nouvelle existence. Il laisse les traînées sanglantes derrière lui. Caresse l’espoir de rompre la solitude, de se débarrasser de la douleur qui se niche quotidiennement dans ses entrailles et le marque au fer rouge. D’apercevoir, un jour, une lueur de reconnaissance et de fierté briller au fond de Son regard. Il retrouve l’innocence bénie de son enfance. En quête d’approbation, il redouble d’efforts pour réfréner ses vils désirs ainsi que ses élans agressifs. Prévient la survenue d’averses quasi imminentes. Une boule se noue au creux de son estomac. La peur subsiste.

Durant toutes ces années, Joshua s’est senti profondément blessé par les remarques désobligeantes de ses ascendants. Il tend l’oreille, à l’affut du moindre signe l’avertissant d’un danger. Guette désespérément le moment où Ses tisons assassins se frayeront un chemin dans son crâne. Pour ôter la déception ancrée dans Ses yeux, balayer les souvenirs morbides associés à leurs rencontres, il lui tend son adorable sourire et tente de lui transmettre son énergie rassurante. Il ne parvient pas à se défaire de son impression de malaise diffus imprégnant les traits de l’enchanteresse. La proximité y est probablement pour quelque chose. Il la traite respectueusement et La laisse se détacher de son corps inanimé sans répliquer. Une occasion ratée de laisser leurs lèvres se rencontrer et d’éveiller un désir dévorant. Il esquisse une grimace de frustration. Refuse pourtant de laisser une nouvelle fois la rage le dominer. De céder la place au prédateur monstrueux cherchant à Lui infliger de nombreuses blessures externes. Il prend de grandes bouffées d’air frais. Se concentre sur les bruits de la surface, à peine audibles, l’eau immobile et la nature environnante.

Il affiche une moue surprise, en croisant Son regard. Hausse un sourcil, les doigts crispés accrochés à la table, et serre les dents pour contenir les tremblements compulsifs de ses membres. « Vous me surprendrez toujours, mademoiselle Laïn. Il serait plus sage de faire appel à ce qu’il vous reste de pudeur. Les soirées sont fraîches, et vous êtes ma patiente ». Dit-il, en évitant de lui témoigner ouvertement son admiration. Elle se révèle bien plus imprévisible et tenace qu’il ne l’avait prévu. Amplifie la fascination qu’il lui porte. Joshua détaille chaque courbe de son être. Indéniablement attiré par Elle, il se consume sur place. Rêve de faire sortir des râles de plaisir de Sa bouche. La respiration saccadée, son imagination vagabonde au fil de ses pensées interdites. Sigrid a la manie de se rapprocher dangereusement du monstre affamé et incontrôlable qu’il incarne.

Elle réveille ses instincts primaires et l’empêche de s’en tenir à ses bonnes résolutions. Elle joue avec le feu, en lui témoignant de l’intérêt, et lui faire vivre des ascenseurs émotionnels. Les vieilles habitudes ne semblent jamais partir. Il s’octroie le droit de transgresser quelques règles, et laisse la passion sauvage et animale prendre le dessus sur la raison. Envoie au placard la culpabilité qui le dévore à chaque instant. Il passe sa main dans ses cheveux et mâchouille sa lèvre inférieure. Avant de se rapprocher d’Elle, de poser ses mains possessives sur sa taille, et de déposer un baiser humide sur le creux de sa nuque. Il empoigne sa tignasse flamboyante et murmure à son oreille. « Ils sont tous indignes de vous, Sigrid. Ils ne vous retrouveront pas. Je vous en fais la promesse. Nous sommes seuls. Je vous cherche depuis si longtemps. Un être aussi imprévisible et ténébreux que moi. Vous êtes magnifique ». Il ne prend plus la peine d’exhiber ses sourires bienveillants, de jouer le rôle du parfait confident préparant sa mission sauvetage. L’excitation fait battre son cœur à  tout rompre. Le fantasme se conjugue avec l’impatience et la bête réclame enfin son dû. Un retournement de situation qui lui trottera toujours dans la tête.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Lun 19 Mar - 20:59


« Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. »
P. Coelho



Sigrid K. Laïn & Joshua Bates
featuring

Pour la première fois de sa vie, Sigrid laissait volontairement quelqu’un toucher sa peau dénudée. Elle l’avait laissé poser ses doigts possessifs sur sa taille sans même sourciller, comme si c’était un geste anodin, normal. Il avait pourtant déjà essayé de faire ça auparavant, lorsqu’ils étaient à l’hôpital et elle s’était rebellée. Mais désormais, tout était différent entre eux. Elle n’était plus sa victime, elle était parfaitement consentante, quémandeuse même, presque. Il déposait ses lèvres sur sa nuque et elle buvait ses paroles en fermant les yeux. En cet instant tout semblait si simple, contrairement à tout ce qu’ils avaient vécu jusque-là. Elle avait envie de croire tout ce qu’il lui disait. Vraiment. D’autant qu’il avait raison sur un point, ils étaient seuls. Et entre le silence des alentours et le calme apaisant de l’eau, elle avait l’impression qu’une bulle s’était créée autour d’eux, les coupant du monde entier. Alors elle faisait taire la petite voix intérieure qui lui répétait en boucle que Joshua ne devrait pas ce genre de promesse. Elle préférait le croire lui, parce qu’elle le savait sincère, peut-être même plus sincère que jamais il ne l’avait été, et parce que -comme toujours- les mots qu’il choisissait lui donnait la force dont elle avait cruellement besoin. Il avait le don de la convaincre de ses paroles et quand il disait la trouver magnifique, elle se sentait belle dans ses yeux. Ce n’était jamais arrivé, avec personne. Et c’était exactement ce qu’elle avait besoin d’entendre, de ressentir, pour avoir la force de lui faire confiance, de se laisser aller doucement à sa folie intérieure. Elle se retournait lentement dans ses bras pour lui faire face, le regard illuminé d’une lueur inhabituelle.

Elle venait poser une main sur le bras de l’interne, tandis que l’autre se glissait dans le creux de sa nuque. Son corps tout contre le sien, elle pouvait sentir son cœur s’accélérer à un rythme infernal. Elle laissait ses doigts jouer quelques instants avec les cheveux de Joshua estimant que, lui comme elle, avait besoin d’un peu de temps pour s’adapter à cette proximité qui n’avait plus rien de malsaine. C’était tout nouveau et étrange à la fois. D’un côté c’était bizarre de se retrouver dans ses bras et de l’autre, cela semblait tellement évident. Elle attirait sa tête contre la sienne, posant son front contre le sien en fermant les yeux. Une sensation encore méconnue lui chatouillait le ventre et lui donnait le souffle court. Elle avait tellement envie de poser ses lèvres contre les siennes, de sentir son souffle contre sa peau, et de laisser ses doigts parcourir son corps tout entier. Oui, elle en crevait, mais elle avait encore besoin de quelques secondes. Des petits bouts de minutes qui semblaient interminables mais qui lui étaient nécessaires pour se rappeler les mots qu’il lui avait murmurés à l’oreille et qui chasseraient toute ces petites particules de peur encore présentes dans son être. « Je vous cherche depuis si longtemps »

« Tu m’as trouvée. » murmurait-elle à son tour avant de poser ses lèvres sur celles de Joshua.

Enfin ! Enfin elle se sentait vivante, maîtresse de son destin. Ce baiser, c’était elle qui l’avait engagé, elle ne le subissait pas. Elle sentait la chair de poule prendre possession de chaque centimètre de sa peau, son cœur s’accélérer encore et encore comme s’il allait exploser et puis, une sensation étrange l’envahissait. La peur, mais plus d’être sa victime non. La peur que tout s’arrête alors qu’elle se sentait si bien. Elle n’avait pas envie qu’il reprenne le dessus de la situation et la brise une nouvelle fois. Alors elle s’écartait de l’interne, la première, pour se préserver, parce qu’il le fallait. « Je devrais y aller » lâchait-elle, malgré elle. Elle ne faisait pas exprès de souffler le chaud et le froid de la sorte. Elle ne s’en rendait même pas compte. Tout ce qu’elle voyait, c’est qu’elle avait peur qu’il ne recommence à lui parler froidement de déontologie comme il l’avait fait de si nombreuses fois ces derniers temps. Et en même temps… quelque chose lui disait que si elle s’en allait maintenant, elle n’aurait plus jamais le dessus sur Joshua. Il avait baissé la garde comme jamais, il fallait qu’elle saisisse l’opportunité.
Elle levait les yeux vers lui, le souffle encore court et le regard toujours animé de cette lueur démente qui parlait à sa place depuis le début de leur entrevue. « A moins que tu ne m’offres l’hospitalité pour cette nuit ? » se risquait-elle à demander, un sourire légèrement provocateur au bord des lèvres.
Elle avait l’impression d’être une autre femme, ou d’être enfin celle qu’elle avait toujours voulu être elle ne savait pas trop. En tout cas, elle lui dévoilait encore une nouvelle facette de sa personnalité ô combien complexe.






Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9209
↳ Points : 1109
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Sam 7 Avr - 23:55

Joshua a toujours atteint des sommets de fourberie. Capable de sacrifier père et mère pour sauver sa propre peau. Incapable de se couper de ses manifestations d’angoisse, les journées ne tournent qu’autour de lui. Il ne s’autorise pas souvent à penser aux autres. Le visage dur, fermé, il tombe dans une indifférence glaciale. Aucune compassion, aucune pitié n’apparaît dans son regard anthracite. Intéressé uniquement par ses bénéfices, négligent avec son entourage, il a poussé Avery à lâcher prise. Ses membres frêles tremblant de plus en plus violemment en sa présence. Des gouttes de sueur froide coulant le long de ses tempes. La folie envahissant de plus en plus son esprit malade. Il souffre encore de son abandon. Sent la peur qui grandit en elle, entend les battements de tambour de son cœur résonner bruyamment à ses oreilles. Se souvient de son impuissance, face à tant d’horreur. Prisonnier d’un égoïsme sans borne, qui suinte des pores odieux de sa peau blafarde. Un monstre de laideur qui bouleverse le rythme conformiste de ses proches.

Il se remémore avec dégoût les instants dangereux infligés à ses objets d’amour, le souffle chaud sur la nuque de l’enchanteresse. Prenant un plaisir sauvage à plonger ses victimes dans un état de stupéfaction. Son humeur évolue à la vitesse de la lumière, et ces deux forces en conflit permanent sèment la confusion la plus totale dans son esprit. Il pourrait L’estropier. Sentir la douleur monter avec lenteur. Assouvir ses instincts meurtriers, avec une délectation jubilatoire. Apprécier cette représentation mortifère, en buvant un verre de liqueur de poire. La ligoter à un arbre, la moitié des vêtements désintégrés. Tout travail mérite une petite récompense. Sigrid placerait sa vie entre ses mains, à présent. Il est incapable d’ignorer cet excès de confiance. Il a mis en place tous les stratagèmes possibles pour arriver à un rapprochement. Il serait temps de réclamer son dû. Qu’elle dévoile à son regard un corps divinement sculpté. Il ne louperait pas une miette de ses mouvements et laisserait les affres du plaisir l’emporter sur tout le reste. Laisserait ensuite l’ombre apparaître dans Sa vie pour tout dévaster.

Se débarrasser de cet air innocent peint sur Son visage le ferait pousser des grognements de satisfaction. C’est ce qui pourrait lui arriver de plus flatteur. Elle exacerbe toutes ses sensations, et il ne peut décrocher le sourire malsain de son visage. Retrouve avec délice ce contact peau à peau dont il a été privé durant si longtemps. Il entrouvre ses lèvres et force leur langue à ses chamailler violemment. Il prend un sein en coupe et frotte la pointe érigée avec son pouce. Cherche une lueur indécente dans Ses yeux, qui s’apparenterait à un signal érotique. Le bas de son ventre se gonflant convulsivement, il ne pense qu’à alléger ses frustrations, se surprenant à admirer sa beauté d’une rareté si convoitée et sa prestance. L’attente est insoutenable, et son corps s’engourdit à mesure que la distance entre leurs deux êtres s’accroit. Sa température corporelle chute, la peau maintenant craquelée par l’air environnant et ce sentiment de déception qui l’envahit progressivement. Un bref soulagement fait battre son cœur un peu plus vite, et il laisse échapper un soupir plein de regrets. Il a vraiment l’impression de faire pâle figure, à côté de l’enchanteresse.

Un rat d’égout au pelage noirâtre, qui fait peine à voir, d’une humidité et d’une crasse repoussante. Vicieux, il La pousse à s’accorder avec l’ambiance lugubre qui règne en maître sur son territoire. Lui témoigner son affection devient de plus en plus difficile. Il plonge ses yeux emprunts de tendresse dans les siens. Une âme perdue ramenée des enfers. Une énorme énigme à résoudre. Elle est d’une fragilité sans bornes. Pourrait se briser au moindre heurt. Elle est toujours capable de changer le cours des évènements, et de l’obliger à révéler son vrai visage. Il refuse de lui faire le moindre mal. Sa question reste en suspens. Il refuse de prendre le risque de L’exposer à une nouvelle attaque de sa part. Un éclair de lucidité lui traversant brièvement l’esprit. Il enfile son masque de froideur, le mépris éclatant dans ses yeux noirs. « Pauvre folle ! La réalité est souvent plus sombre que tous les fantasmes qui appartiennent au domaine de l’esprit. Tu devrais partir ». Il sent monter une nouvelle vague de culpabilité, conscient du fait que son absence rend ses jours plus tristes. Il fait le plus grand des sacrifices, en lui apportant une protection supplémentaire.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Lun 4 Juin - 20:20


« Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus. »
P. Coelho



Sigrid K. Laïn & Joshua Bates
featuring

Elle avait aimé être dans ses bras, sentir ses mains la caresser, sa langue jouer avec la sienne et ses doigts avides titiller le bout de ses seins au point de les faire durcir sous la pression. Elle n’avait jamais imaginé ce que ça lui ferait de se laisser toucher de la sorte. Elle ne s’était jamais dit que cela pourrait lui procurer autant de bien mais ce baiser envoûtant avait réussi à débloquer quelque chose en elle. Une chaleur. Une chaleur lancinante et une excitation qui lui chatouillait le ventre du bas vers le haut, comme des fourmis qui lui donnaient la nausée. Elle qui avait toujours cru que ça ne lui arriverait jamais, elle découvrait pourtant les affres de la passion, de la sensualité et… de la frustration. Parce que bien évidemment, il la repoussait, une nouvelle fois. Evidemment. Il se laissait facilement apprivoiser par ses gestes mais dès qu’elle utilisait les mots, c’était fini, il reprenait ses esprits. Sauf que cette fois, Sigrid encaissait mieux qu’elle ne l’avait supposé. Elle réussissait à maintenir un sourire parfaitement sincère alors même que son corps tout entier brûlait de colère et que sa main la démangeait, suppliant de venir s’écraser contre la pommette de l’interne malsain.

Il n’y avait plus de doute à avoir, il avait raison, elle était folle.

Sans un mot, elle rompait la proximité qui les séparait et allait se rhabiller plus loin, comme si de rien n’était. Elle ne laissait transparaitre ni colère, ni honte, ni peine et pourtant. Elle était rongée intérieurement par tous les sentiments qui puissent exister. C’était peut-être pour cela qu’aucun n’arrivait à s’exprimer clairement, il y en avait trop. Et à ce jeu-là, seule la folie pouvait gagner et prendre le dessus.
Le sourire toujours figé sur son visage, elle défiait Joshua du regard en venant s’installer en équilibre sur la rembarde. Les fesses à moitié dans le vide, il lui suffisait d’une pichenette pour basculer dans l’eau du Bayou mais cette idée ne lui faisait pas peur, pas plus que Lui d’ailleurs. Quelque chose avait changé. En elle. Entre eux. Ce n’était plus pareil. Bien entendu, elle n’imaginait pas tout le bordel qu’il y avait dans sa tête mais à vrai dire, elle s’en fichait. Elle ne voulait pas imaginer, elle voulait savoir. Pour la première fois dans leur relation elle avait l’impression d’avoir le pouvoir et cela lui donnait des ailes, l’exemptait de toute peur. Elle voulait l’apprivoiser avec des mots, pas seulement avec son corps ou des baisers fougueux aussi plaisant que cela puisse être.

« Tu as raison, je devrais partir effectivement. Mais tu l’as dit, je suis folle ! » répondait-elle finalement, provocatrice.
La situation l’amusait comme jamais. Lors de leurs entrevues, elle finissait généralement en larmes, recroquevillée sur elle-même. Ce ne serait pas le cas cette fois. Elle se sentait même prête à être aussi violente que lui s’il fallait en arriver là.
Cette assurance, cette détermination dans le regard, c’était vraiment tout nouveau pour elle. Et pourtant, elle avait l’impression que sa vraie nature se révélait enfin, exacerbée par des temps infinis de sommeil. C’était comme si elle se retrouvait face à un tigre qu’elle devait apprivoiser au fouet sauf que c’était un humain, un Joshua, un tortionnaire torturé… C’était étrange et plaisant à la fois. Et même sans fouet, il n’y avait plus qu’à !

« Et aussi folle que je sois je viens de comprendre un truc. Je n’ai pas à avoir peur de toi parce que tu ne me toucheras pas. Je ne suis qu’un fantasme pour toi. Tu n’auras pas envie de tout gâcher avec la réalité. C’est ce que tu as dit, non ? Alors on va parler. Parce que j’ai bien envie de savoir ce qui a bien pu t’arriver dans la vie pour que tu sois si tordu. Ca va être drôle d’inverser les rôles pour une fois… Moi le médecin et toi… »
laissait-elle en suspens. Elle aurait bien terminé sa phrase par « victime » mais elle n’avait pas envie de le torturer. Du moins, pas encore. Le « dompter » serait déjà amplement suffisant.

« Raconte-moi ou je m’en vais. Et tu ne me reverras plus jamais. Jamais. » annonçait-elle sans ciller, désireuse d’une discussion, une vraie.







Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9209
↳ Points : 1109
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   Dim 10 Juin - 20:18

Les regrets qui s’accumulent et creusent un trou béant dans la poitrine. Les ongles qui traversent l’épiderme et forment de fines gouttelettes de sang. Les multiples dérèglements qui supplicient le corps et la psyché. L’empêchent de discipliner les idées farfelues et contradictoires qui s’imposent à lui. Les éclairs de lucidité qui finissent par l’assaillir. L’obligent à passer l’arme à gauche. L’obscurité peut parfois être rassurante. Maudite enchanteresse qui pénètre dans son repaire et revient alimenter des émotions positives. Tiré par une force bienveillante, il laisse un sifflement grave s’échapper de sa gorge. En train de sombrer dans une angoisse déstabilisante, conscient de la défaillance de son organisme. De tournoyer dans les airs. Aspiré jusqu’au centre de la tornade. Bouleversé jusque dans son quotidien. Les grandes billes bleues azur la jaugent avec méfiance et un rictus vient abimer le bas de son visage. La principale actrice de ce changement inattendu. Le cœur accélère une nouvelle fois son rythme et vient marteler un peu plus la cage thoracique. Le manque colossal d’oxygène qui le fait hurler à plein poumon. Comme un cinglé enfermé dans un hôpital psychiatrique.

Le mot "cinglé » vient faire écho dans son esprit, et il éclate d’un rire sarcastique. Un craquage digne des plus grands films d’épouvante. La gorge qui brûle amèrement, tandis que sa face se contracte maintenant en un éclat de rage qui donnerait des sueurs froides à n’importe qui. Il n’est qu’une marionnette entre toutes ces mains. Ils n’ont qu’une idée en tête. Le transformer en une peluche parfaitement docile. Lui administrer des calmants pour le plonger dans un long sommeil et réfréner ses pulsions les plus sordides. Son destin achevant d’être scellé. L’âme touche enfin la plénitude, alors qu’Elle parcourt une distance suffisante. Les soupirs passent entre ses lèvres frêles. Tentatives désespérées d’arrêter les tremblements qui secouent son corps. Les sourcils se froncent, et il oscille entre inquiétude et perplexité. L’observe intensément pour deviner ses intentions. Un effort vain et inutile. Il n’est déjà pas capable d’introspection. « Sigrid, vous m’inquiétez. Lorsqu’un être humain est exposé à une souffrance excessive, son esprit est souvent assailli par des pensées morbides et négatives. Il recherche une issue, et peut en venir à s’infliger des châtiments corporels irréversibles. Vous vous mettez dans des situations dangereuses, en entretenant le contact avec moi. En prenant place sur cette rambarde. Je crois que nous devrions avoir en tête les bienfaits d’une réhospitalisation temporaire. Pour votre bien ». Lui qui vient d’abandonner les faux semblants et la politesse feinte.

Il la pousse dans la voie de l’exagération. La malédiction divine s’abat sur son âme. Incapable de triompher de ses vices et de ses faiblesses. Il se laisse corrompre par de vils désirs. Dévoré par le besoin frénétique de rabaisser celle qui glane des miettes d’affection. Impossible pour Joshua de ravaler son gloussement moqueur. Repousser ses limites pour mieux La protéger. La mettre à distance pour préserver son équilibre naturel fragile et sécurisant. Les doigts froids finissent par survoler l’entre cuisses en des caresses furtives, comme si l’indécence lui collait à la peau. Pour que l’excitation coule entre ses jambes abîmées. Pour La mettre à coup sûr dans un état de frustration. L’exposer au drame de l’accoutumance. Pour lui montrer qu’Elle ne sera jamais détentrice de la vérité. Il est le maître du jeu.  

S’empresse de modifier les règles à sa convenance. « Tu réussirais presque à me faire verser quelques larmes. Il n’est pas rare que les victimes d’abus frigides deviennent de parfaites petites traînées qui ne souhaitent qu’une seule chose : assouvir leur appétit sexuel. Je ne compte pas te donner pareille satisfaction. Tire-toi ! ». Un changement brutal dans l’atmosphère. Le cœur brûlant d’une flamme qui ne se consumera sans doute jamais. Les habitudes ont la dent dure. Il se laisse envelopper par la noirceur ténébreuse. Les mensonges sont parfois plus bénéfiques qu’une vérité difficile à avaler. D’une main ferme, il agrippe la tignasse rousse et La tire jusqu’au ponton. Plusieurs mètres plus loin. « Je vous remercie pour cette visite, mademoiselle Laïn. J’ai passé un excellent moment ». Joshua repart dans un rire tonitruant, mêlé au fracas de l’eau et au tonnerre qui commence à gronder. Pose son regard légèrement troublé sur cette silhouette féminine qui lui fait face. Sachant pertinemment qu’il sera confronté à un silence pesant, d’ici quelques minutes. Un silence qui rendra ces lieux oppressants. Affronter les conséquences de son erreur.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup | PV Joshua   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans la gueule du loup | PV Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la gueule du Loup
» Dans la Gueule du Loup.
» Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-