AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mad world [PV William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5685
↳ Points : 9022
↳ Arrivé depuis le : 28/11/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : Matthew McConaughey
↳ Age du Personnage : 42 ans
↳ Métier : Escroc, actuellement détective privé et pilleur de tombes, revendeur de sang humain pour la Falci'
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement pour des raisons qui lui sont propres.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 -1 en annihilation de la magie et 2 en cicatrisation
↳ Playlist : X Ambassadors - Renegades / Alt-J - Tessellate / The Neighbourhood - Sweater Weather / Daughter - No Care / The Kooks - Bad Habit ...
↳ Citation : " I represent to you all the sins you have never had the courage to commit. "
↳ Multicomptes : Aloy I. Mizrahi
↳ Couleur RP : #FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Mad world [PV William]   Lun 8 Jan - 1:12

Mad world
All around me are familiar faces. Worn out places, worn out faces. Bright and early for the daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head I wanna drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.


Du coin de l’œil, il l’observe aller et venir. Entre deux sourires crispés, il est aisé de discerner quelques ridules que l’inquiétude creuse. A moins qu’il ne s’agisse que d’inconfort quand les clients se montrent trop familiers, se rapprochent un peu trop de sa position. L’arnaqueur aimerait pouvoir déchiffrer totalement l’esprit de sa protégée. Cela lui épargnerait le doute et le pousserait à s’insérer dans les scènes dérangeantes auxquelles il assiste. Accolé au comptoir, Oswald se contente de boire distraitement un alcool qui ne lui apporte ni saveur, ni ébriété. La cendre tourbillonne dans l’estomac sans réellement y porter le moindre poids, sans remplir la moindre fonction; autre que celle d’occuper les mains, de permettre à l’infecté de se fondre sans trop de mal dans la cohue.  Maggie doit ignorer jusqu’au bout qu’il la surveille de façon ponctuelle. Ce qui nécessite quelques sacrifices, celui d’intervenir pour commencer quand une situation lui parait pour le moins déroutante. Selon ses critères du moins. Ce qu’il peut détester dénicher son visage au milieu des ivrognes, des bagarreurs et autres raclures de son espèce - ironiquement. Un mauvais transfert de la mère sur la fille, si tant est qu’elle le soit. L’idée que Lisa se retrouve à errer dans les endroits peu fréquentables qu’il hante lui-même, le dérange au plus haut point. Le décadent entretient un beau paradoxe en leur souhaitant une existence bercée de plus de stabilité que la sienne. Trop précieuses pour être exposée à tous les dangers et tous les vices. Instinct protecteur qu’il ne manifeste que pour elles. Pour elle. A croire qu’elles sont deux à habiter cette carcasse. Lui, parfois, l’oublie. C’est presque s’il ne lui arrive pas de lui parler en utilisant le pluriel. Comme si la génitrice vivait en elle. La liqueur gratte la gorge une nouvelle fois. Il veut clore ce débat intérieur. Après tout, il veut préserver une gamine dont l’affiliation n’a pas été prouvée, confirmée.

Le verre tournoie sur la surface plane. Il en commande un second, fait coulisser ses doigts contre sa joue machinalement. La frustration ne cesse de lui écorcher les nerfs. De la regarder sans pouvoir la tirer de cet endroit, c’est plus cruel qu’il ne l’aurait pensé. Son comportement l’effrayerait. Elle ne sait pas le secret qu’il retient, n’a jamais saisi l’ampleur de ses motivations. Et il se gardera bien de les lui révéler. Le quadragénaire n’assumera sans doute jamais sa paternité. Encore moins ses actes passés. Comment un enfant pourrait-il bien accepter cette vérité ? La blonde et lui l’ont abandonné juste après sa naissance et ça, sans prendre la peine de réfléchir. A sa place, il sait ce qu’il ferait. Jamais, il ne pourrait le pardonner. Il ne se le pardonne déjà pas lui-même. L’échine se courbe quand le troisième récipient atterrit dans la paume. Il doit sortir de ce club avec un début de solution ou une esquisse de réconfort. Peu importe laquelle, il a besoin d’un semblant d’assurance. C’est ainsi que le regard se pose sur une silhouette familière et que le plan prend forme. Évidemment, il aurait dû y songer plus tôt. Le fond du contenant heurte abruptement la desserte alors qu’il s’écarte de son siège pour rejoindre le coin convoité. De sa démarche nonchalante, l’escroc veille à masquer son trouble en arrivant à hauteur de son comparse. Mimant un désintérêt totalement factice, il observe le zombie chercher à attraper le combattant du soir avant de se tourner vers son interlocuteur. « Bonne soirée pour les affaires ? » Introduction banale. A vrai dire, il se moque bien de la réponse. Mais il respecte suffisamment William pour jouer cette petite comédie.

Les mains dans les poches, il se heurte à une multitude d’objets qu’il a dérobés par-ci, par là. Le kleptomane n’a que rarement souvenir de ses propres pioches. Habitude compulsive, maladie qui le ronge depuis que le foyer a été perdu. A croire que le monde lui appartient, il s'en approprie tout le menu matériel. Sans trop réfléchir, le danois se met à chipoter aux divers petits gadgets qu’il transporte. Il finit par sortir un gallion et le fait danser entre ses doigts nerveusement. Une façon comme une autre que de canaliser son agitation. « Un peu simplet, le gars, ou c’est moi ? » Qu’il demande en voyant l’homme se débattre contre le mort-vivant avec bien peu de réflexes.  Un haussement d’épaules pour continuer à entretenir cette indifférence souhaitable. Un coude lui percute la colonne vertébrale. Les habitués se pressent ici pour assister au massacre dans la petite arène que la patronne a aménagé. Certains espèrent sans doute  par sadisme ou par intérêt voir l’humain se faire mordre, voir même bouffé. Trop de monde, trop de bruits et pas assez d’intimité. Subitement, il éprouve le besoin d’en posséder un semblant. Cette histoire touche à un pan de son existence, un peu trop privée et le reconnaitre lui ôte un peu plus de sang-froid. Il se laisse être légèrement balloté par les nouveaux arrivants, suffoque dans l’atmosphère survoltée que cette vague d’agitation provoque. Sa patience se brise aussi simplement. « T’as une minute ? Faut que je te cause. » Qu’il murmure ultimement à son acolyte en désignant d’un geste de la tête une petite alcôve un peu plus en retrait, à l’abri des oreilles indiscrètes. Inutile de préciser que leur conversation ne doit pas remonter jusqu’à l’intéressée. Elle ne tolérerait jamais qu'il lui attribue un chaperon et lui demanderait sûrement des comptes par-dessus le marché. Dans le pire des cas, elle irait jusqu’à lui interdire l’accès au lieu. Il la pense capable de tout. L’expression désormais un peu plus refermée, le faux détective avise l’assemblée en se demandant lequel de ces déchainés finira par se faire expulser à force d’engendrer un chaos sans nom.

_________________
If I lose my way and forget what I need. Just remind me now of what you give to me. If you hold my hand and take me where you go. I'll show you the side that no one knows. I'm taking you there.   If scars are for the living then I could be forgiven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4364-renegades-oswald http://www.mercy-in-darkness.org/t4682-ripped-at-every-edge-oswald#194428

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 83
↳ Points : 125
↳ Arrivé depuis le : 03/12/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Benedict Cumberbatch
↳ Age du Personnage : 41 ans d'apparence, 361 ans en réalité
↳ Métier : Bookmaker et trésorier pour la Nemesis
↳ Opinion Politique : Aucune
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4
↳ Playlist : Amazing Grace – John Newton | Lavender's Blue | The Golden Vanity | Augustus Toplady – Rock of Ages | When I Am Laid in Earth (Dido & Æneas) – Henry Purcell
↳ Citation : « La femme est une promesse non tenue » – Claude Mauriac
↳ Multicomptes : Riley J. Nott
↳ Couleur RP : Olive



les petits papiers
↳ Copyright: me (juice)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Mad world [PV William]   Ven 12 Jan - 22:53

Mad world

La soirée s'annonçait fructifiante pour les affaires. Les habituels parieurs du Bones ne le savaient pas encore, mais le combat auquel ils allaient assister promettait d'être riche en surprise et en rebondissement. William était confiant. Une nouvelle recrue entrait dans l'arène ce soir, le dénommé Abraham. C'était un quinquagénaire bedonnant, au crâne profondément dégarni et à l'allure chétive. Rien à voir avec les habituels calibres, aux muscles bien définis et au regard bagarreur. Il n'était pas très bavard et le peu de paroles sortant d'entre ses lèvres étaient mâchées par un fort accent du Texas. L'oreille britannique de William avait encore du mal à se faire à l'horrible prononciation nasillarde américaine, sans parler des locutions et contractions du langage moderne qui lui échappaient complètement. Le bonhomme avait probablement le pire parlé qu'il ait jamais entendu, mais cela ne tenait pas exclusivement de son accent. N'importe quel individu doté d'un minimum de lucidité pouvait percevoir après quelques échanges que le dit Abraham était mentalement limité. William s'était donc montré sceptique lorsqu'un gringalet en bretelles – le cadet de celui-ci – était venu lui présenter son grand-frère pour un combat. La mine longue, le bookmaker avait considéré les deux hommes gravement, avant de les renvoyer sèchement vers la sortie, en les priant de ne pas lui faire perdre son temps. Ce sur quoi, le cadet s'était mis à rouer de coups son aîné, qui avait finit par s'écrouler par terre en sanglotant, sous les yeux ébahis de William. Ce dernier avait alors attrapé le plus jeune par le col, pour le projeter contre le bar dans l'optique de lui rendre l'appareil de ses sévices. Cependant, il fût stoppé dans son entreprise par un grognement bestial derrière eux et resta bouche bée, en réalisant que le penaud Abraham s'était métamorphosé...en ours brun. Dès lors, le bookmaker avait allongé un sourire satisfait, en accordant une place de choix, le soir-même pour son nouveau champion.

Lorsque le signal sonna le début du combat dans l'arène, l’effervescence atteint son apogée au cœur du Bones. Le volume sonore augmenta d'un coup, alimenté par les hurlements des parieurs surexcités, qui encourageaient leur poulain respectif dans l'espoir d'une victoire à dix contre un. Comme William s'y était attendu, les gages contre Abraham avaient été nombreux. Peu d'habitués s'étaient risqués à miser sur ce nouveau concurrent à l'allure risible, préférant confier leur argent à la férocité du zombie d'en face. Si sa stratégie s'avérait bonne, le Bones allait amasser ses plus gros gains depuis des semaines en récupérant la mise de tous les parieurs perdants. Une somme coquette que William calculait peu à peu, assis à une table dans un coin du bar, tandis que l'agitation habituelle régnait autour de lui. Il avait le nez penché au-dessus d'un large carnet ligné, sur lequel il écrivait soigneusement les sommes engagées en face de l'identité des clients. Entre deux additions, il jetait un coup d’œil intéressé au combat se déroulant dans l'arène. Il regardait attentivement le craintif Abraham tenter de donner des droites penaudes au zombie lui faisant face, lorsqu'une silhouette familière vînt le rejoindre. « Oswald » dit-il posément, en reconnaissant les traits de son ami. Le blondinet était l'une des rares personnes dont William pouvait se venter d'apprécier la compagnie. Depuis son arrivée en ville, il n'avait créé que peu de liens avec la population locale, si ce n'est pour les affaires ou par simple commodité. Oswald était d'ailleurs un habitué du Bones, fréquentant le bar clandestin de façon régulière, combattant dans l'arène pour l'adrénaline et pariant de manière compulsive. « On ne m'a pas informé que tu combattais ce soir... » s'enquit-il, en fronçant légèrement les sourcils. Il n'avait pas l'habitude de le voir en ces lieux un tel soir de semaine. Maintenant qu'il y songeait, cela faisait plusieurs soirées de suite qu'il le voyait adossé au bar, le regard perdu dans le lointain.

Sans lui apporter d'élément de réponse, le blond détourna son regard vers les grillages de l'arène où le combat entre Abraham et le zombie avançait mollement. La foule hurlait tout autour, impatiente devant la maladresse de l'humain et son manque cruel de vivacité. La remarque d'Oswald arracha un ricanement à William, qui espérait que son ami n'ait pas parié sur le mauvais combattant. « Et bien, son adversaire n'a que peu de cervelle de toute manière » observa-t-il, en souriant en coin. Cependant, une nouvelle liesse gagna le public, lorsque le zombie se jeta sur Abraham pour le saisir à la gorge. Les parieurs criaient déjà victoire face à cette attaque qui semblait fatale à l'adversaire, sans se douter qu'il s'agissait là du coup de sang dont il avait besoin pour réveiller la bête en lui. Oswald interpella William pour lui quémander une aparté. De plus en plus intrigué, le bookmaker toisa longuement son ami, avant d'acquiescer d'un signe de la tête. Il referma le cahier de comptes étalé devant lui, puis se leva pour suivre Oswald dans un coin retiré du bar, éloigné du brouhaha environnant. « Si c'est pour un crédit Oswald, je vais d'ores et déjà devoir te dire non... » commença le bookmaker, en glissant son cahier sous le bras. L'ardoise qu'il devait au Bones était bien plus longue que William ne le tolérait habituellement. La seule chose qui le poussait à fermer les yeux sur les dettes de son ami, c'était le fait de lui être redevable de la vie. Sans Oswald, l'anglais serait probablement en train de se battre sous la forme d'un zombie à l'heure qu'il était.

_________________
it's just a way to hide your face ✞ death in heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5451-la-trahison-est-la-second http://www.mercy-in-darkness.org/t5461-memoires-o-william
 

Mad world [PV William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Le Bones-