AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Old Friend ▬ Shae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 558
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 31/01/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Damon Albarn
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Kinésithérapeute spécialisé dans le traitement des blessures et traumatismes de guerre
↳ Opinion Politique : Majorité silencieuse
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 - 3 en guérison & potions -2 en illusion - 84 en tuage d'ours à mains nues
↳ Playlist : ♫ The Real Tuesday Weldt - The Show must go on ♫
↳ Citation : "Il n’y a rien de plus verrouillé que les secrets de famille." E. Orsenna
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Lazlo J. Andersen



les petits papiers
↳ Copyright: k12
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Old Friend ▬ Shae   Mer 17 Jan - 1:01






Roman & Shae
featuring
Vivre l’Enfer et en ressortir vivants. Peu étaient capables de dire qu’ils l’avaient fait, et pourtant Roman et Shae étaient de ces gens-là. Deux fois, pour Shae, avait-il fini par apprendre. Une ville changée à l’extrême, la perte complète de leurs repères, des créatures bien plus mortes que vivantes qui les pourchassaient. Le noir, le désespoir, l’impossibilité de retrouver une once de sécurité. Ils avaient vécu cette expérience ensemble, y avaient survécu ensemble, mais les séquelles, elles, étaient irrémédiables. Toujours ces cauchemars, toujours ces crises d’insomnie, lorsque la nuit était trop noire. Le moment idéal pour que les monstres reviennent ramper dans le subconscient pour ne plus être qu’une affreuse réalité.
Comment avaient-ils réussi à s’en sortir ? Il ne s’en souvenait plus. Les souvenirs de cet événement s’étaient embrumés, s’effaçant progressivement au profit des réalités de ce monde. La famine, la pénurie, étaient tellement omniprésentes que Roman avait relégué le traumatisme de Darkness Falls dans un recoin de sa mémoire. Une expérience inoubliable qu’il préférait pourtant effacer. Ce n’était pas par déni, même si au fond il n’y avait aucune explication ni rationnelle ni spirituelle à ce qu’ils avaient partagé. C’était par sécurité. Il ne pouvait pas se permettre de se souvenir, parce qu’il devait protéger les siens. Il ne pouvait se permettre de se remettre de ce traumatisme, parce que le monde foutait le camp. Il ne pouvait pas s’offrir le luxe de se morfondre, pas alors que ses enfants risquaient de manquer de tout. Une réalité qui l’avait si vite rattrapé qu’il s’était longtemps demandé si son passage dans cet autre monde n’avait pas été que ça, qu’un rêve. Mais les séquelles physiques étaient suffisamment d’emblèmes de cet événement qu’il ne pouvait pas non plus tirer un trait définitif dessus.

Pour autant, presque inconsciemment, il s’était éloigné de Shae. S’était jeté à corps perdu dans le travail, avait enchaîné les patients comme un fumeur en rémission enchaîne les bonbons. Avait tout fait pour occuper son esprit, avec un égoïsme certain. Sa conscience le rattrapait occasionnellement, lui rappelant qu’il n’avait pas été le seul dans cette histoire. Que Shae l’avait expérimenté non pas une mais deux fois. Qu’il faudrait bien en parler un jour, qu’il faudrait bien mettre des mots sur le passé et un pansement sur cette plaie encore bien trop ouverte. Mais ils ne s’étaient pas revus pour autant. Une pudeur toute particulière, un déni bien trop réel, dans lequel Roman préférait se repaître. Parce que c’était nettement plus simple que tout le reste, surtout alors qu’il avait les arguments idéaux pour ne pas avoir à s’apitoyer sur son propre sort.
Même s’il savait que relâcher du lest, relâcher la soupape, ne pouvait que lui faire du bien. Que ce n’était pas un fardeau, mais un mal nécessaire pour aller bien. Il ne parvenait pas à s’y résoudre. Comme à chaque fois que quelque chose de mauvais se produisait, en ce qui le concernait. Tout garder pour toi, et ça finirait par passer. Tout garder pour soi, et il finirait bien par oublier un jour. Ce n’était pas comme si le passé aller revenir frapper à sa porte, si ?

Toc, toc, toc.
Trois petits coups timides contre le bois, pas assez vigoureux pour qu’ils soient d’un de ses rejetons. Levant un sourcil, Roman considéra un instant ne pas répondre. Par les temps qui couraient, ça pouvait être n’importe qui. Un mendiant un peu plus vaillant que les autres, un pote de Colin, voire un de ses marmots qui aurait oublié ses clés. Les téléphones n’étaient réservés qu’aux hauts fonctionnaires du Gouvernement, au personnel soignant et aux urgentistes. Si rares que ça avait été difficile d’en procurer à sa progéniture. Mais si c’était de cette dernière qu’il s’agissait, ils lui auraient passé un coup de fil. Alors qui ?
Pendant une longue minute de silence, il resta assis dans son canapé. Les journées se succédaient, des journées harassantes à se lever à l’aube pour finir après le coucher du soleil. Il n’avait plus le temps de voir ses gosses, il n’avait plus le temps de se poser. Il n’avait plus même le temps de réfléchir. Une situation qui l’arrangeait particulièrement. Alors, quand il avait des instants de pause au milieu du grand chaos, il les gardait jalousement pour lui-même.

Pourtant. Pourtant il y avait quelque chose dans l’air. Comme une forme d’inéluctabilité à laquelle il savait qu’il ne devait pas résister. Paresseusement, il se leva du canapé défoncé. S’étira longuement avant de rejoindre la porte d’un pas traînant. Tira sur la poignée et prit une profonde inspiration, résolu à envoyer sur les roses la personne qui avait eu l’audace de venir le faire chier un dimanche.
Toutes ses belles préparations tombèrent à l’eau quand il aperçut le visage mutin de Shae, par l’entrebâillement de la porte. Un frisson de terreur affleura sa peau, courut tout le long de son dos, alors que l’image de ses traits tirés par la peur se superposèrent à son léger sourire. Au bout de quelques secondes de battement, il secoua la tête pour effacer la pensée et finit par lâcher.

-Entre, ça craint de plus en plus d’être seul en ce moment.

Le monde devenait fou, et lui avec. Ces derniers temps, il avait la sensation désagréable d’être suivi, à chaque fois qu’il sortait dans la rue. L’impression permanente que quelqu’un scrutait ses moindres faits et gestes. Quelqu’un ou quelque chose. La sensation était déjà présente après l’incident avec Andreï, mais ne le quittait plus depuis qu’ils s’étaient tirés de l’Enfer.
Il s’écarta pour laisser Shae passer, avant de refermer la porte à double tour. Laissa les clés dans la serrure. Depuis l’incident avec Ievseï, il avait renforcé les habitudes en sécurité de toute la famille. Les enfants étaient briefés. Ils avaient leur double chacun, mais si quelqu’un était à l’intérieur, il devait absolument laisser la serrure pleine. Celui ou celle qui entrerait à sa suite n’avait qu’à laisser un signe à celui ou celle qui était à l’intérieur pour avoir le droit de pénétrer dans la tanière. Un sésame hypothétique qui avait soulevé une vague de plaintes désapprobatrices. Papa tu perds la tête. Papa tu déconnes. Papa tu nous emmerdes. Sa paranoïa était pour leur bien, et ils le savaient. Mikkel en particulier, puisqu’il était le seul à avoir été mis dans la confidence quant au pistolet savamment planqué dans le placard à chaussures. Un pistolet de contrebande assorti d’une bonne ribambelle de cartouches.

Mais ce n’était pas d’eux qu’il s’agissait. Shae était dans son salon minuscule et prenait ses aises, comme à son habitude. Se glissant dans la cuisine, le sorcier empoigna sa cafetière américaine et deux tasses. Le café ne manquait pas encore à la Nouvelle Orléans. Une bonne chose, considérant les litres qu’il lui fallait pour tenir. Invitant la jeune femme à s’asseoir, il posa la vaisselle sur la table basse et s’assit à son tour. La scruta quelques instants, pour s’assurer qu’il ne soit pas en train de rêver.

-Je t’ai pas revue depuis... L’autre fois. Tu tiens le coup ?

Elle en avait l’air, en tous cas. Peut-être même plus que lui. Tendant le bras vers son paquet, ostentatoirement posé à côté des tasses dépareillées, il finit par en tirer une cigarette. La sensation d’être observé s’était atténuée en fermant la porte, mais l’oppression restait tout de même. La nicotine l’apaisa, juste assez pour qu’il force un sourire tordu à la jeune femme.

-J’connais ce regard. T’as quelque chose en tête et t’as envie d’en parler. Dis moi tout.

Ce regard qu’il reconnaîtrait entre mille. D’une part, s’il s’agissait de tout autre chose que de ce qu’ils avaient vécu, il lui en serait reconnaissant. Mais si c’était de l’Enfer... Ce serait de l’Enfer. Roman espérait seulement que la jeune femme n’ait aucune mauvaise nouvelle à lui annoncer. Parce que dans l’état de méfiance dans lequel il se trouvait constamment depuis quelques mois, il était certain que qui que ce soit qui lui cause tort ne vivrait pas plus longtemps pour s’en vanter.  
En espérant qu’il s’agisse d’un qui, et non pas d’un quoi.




_________________

He would fall asleep with his heart at the foot of his bed like some domesticated animal that was no part of him at all. And each morning he would wake with it again in the cupboard of his rib cage, having become a little heavier, a little weaker, but still pumping. And by the midafternoon he was again overcome with the desire to be somewhere else, someone else, someone else somewhere else ×


Dernière édition par Roman A. Ievseï le Sam 5 Mai - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 477
↳ Points : 470
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Assistante de Liam Wiggins
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: .CranBerry
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Jeu 25 Jan - 13:53

Shae frappa trois coups rapides à la porte et attendit. Attendit. Attendit encore. Trente secondes s’étaient écoulées et personne ne venait ouvrir. Elle aurait pu partir, aurait dû. Mais elle avait besoin de voir Roman, et s’il fallait qu’elle reste des heures devant cette porte, alors elle attendrait. Elle ne pouvait pas tourner les talons maintenant. Elle leva la main, prête à frapper à nouveau, mais la porte s’entrouvrit enfin sur un Roman qui n’avait pas l’air au mieux de sa forme.
« Entre, ça craint de plus en plus d’être seul en ce moment. »
La jeune femme acuquiesça et s’engouffra dans la maison. Roman avait raison, c’était de plus en plus dangereux de trainer seul dans les rues de la Nouvelle Orléans. Le trafic de sang humain poussait des gens à vous sauter dessus à la moindre occasion pour vous coller une seringue dans le bras, et même si Shae n’était pas vraiment humaine, cela ne pouvait pas se lire sur son visage. De plus, avec les rationnements que subissaient les habitants, certains étaient désespérés au point de tuer pour voler les tickets de rationnement. La ville connaissait des temps désespérés. Encore plus désespérés qu’avant. C’était ça l’ironie du sort : le monde avait connu son Apocalypse, mais l’Humanité n’avait pas fini de souffrir. Et les évènements faisaient ressortir les pires instincts humains. La violence. La Paranoïa. L’égoïsme poussé à l’extrême. Il fallait survivre. Pouvait-on vraiment les blâmer ? Shae elle-même agissait pour sa survie. Roman ferma derrière elle à double tour et laissa les clés sur la porte, signe que lui aussi était possédé par l’angoisse ambiante. Lui aussi agissait pour sa survie. Mais pas seulement. Lui avait une famille.
« Je t’ai pas revue depuis... L’autre fois. Tu tiens le coup ? »
Shae haussa les épaules. Que pouvait-elle répondre d’autre ? Tenir le coup, oui. Elle ne faisait pas beaucoup plus. Elle en faisait encore des cauchemars, parfois. Mais étrangement, elle était moins blessée par son séjour dans un Darkness Falls bis que par son expérience dans l’Arène. Elle avait eu peur, ça c’est sûr. Elle avait des souvenirs douloureux à Darkness Falls. Et ce qu’elle faisait, pour survivre, c’était précisément parce qu’elle savait ce qui l’attendait ensuite, et qu’elle voulait plus que tout ne pas y retourner. Mais cette fois-ci, elle avait été accompagnée d’un ami, et ils avaient réussi à sortir. Roman n’était pas mort. Les zombies n’avaient pas le visage des gens qu’elle aimait. C’était….différent. Comme si, au final, la jeune femme avait déjà traversé tellement de merdes que celle-ci était passée plus facilement. Comme si elle commençait à être habituée, à relativiser. Elle ignorait si c’était une bonne chose. Au moins, cela lui permettait d’avancer.

« J’connais ce regard. T’as quelque chose en tête et t’as envie d’en parler. Dis moi tout. »
Elle sourit à son tour. Roman la connaissait bien. Ils étaient amis depuis des années. Il était l’un de ses plus grands alliés dans ce monde de merde, et ils savaient l’un comme l’autre que quoiqu’il arrive, ils avaient quelqu’un sur qui compter. Ca avait beaucoup aidé Shae, à l’époque. Ca l’aidait encore maintenant. Les amis, les vrais, se faisaient rares.
« J’ai lâché le cabinet. », lâcha-t-elle d’une voix neutre.
Puis elle soupira. Elle ne l’avait encore jamais dit à voix haute. C’était à la fois enlever un poids de ses épaules et prendre toute la mesure de cet acte. Elle n’était plus avocate. Bordel. Elle avait passé une bonne partie de sa vie à tout faire pour être avocate. C’était sa vocation. Ca faisait partie de qui elle était. Et elle ne l’était plus. Quel monde de merde.
« Ca devenait trop dangereux. Faire mon boulot et en même temps être la chienne du Gouvernement, trahir les gens pour pas me faire amener au Colosseum… »
Elle haussa les épaules.
« Ca les a pas empêché de m’envoyer dans une putain d’Arène. Et puis Garret a disparu, Callum aussi…y’a trop de monde autour de moi qui a disparu. Et là, après notre séjour en Enfer, je me suis dit, à quoi bon ? Ils sont plus forts que moi, et je suis même pas foutue de sauver les gens proches de moi. Donc voilà, j’arrête. J’ai appelé Liam, il avait une place d’assistante. Je passe du Côté Obscur. Au moins, je serai un peu plus en sécurité. C’est pas glorieux, comme destin, mais c’est mieux que la merde dans laquelle j’étais. »
Shae soupira. Elle aurait pu choisir une autre voie. Résister, pour de vrai. Mais elle avait vu ce qu’on faisait aux résistants, elle en avait défendu plus d’un. Le Gouvernement s’était toujours arrangé pour le voir mort ou en prison à vie. Et elle ne passerait pas sa vie en prison. Elle n’était pas courageuse, elle n’était pas de ces gens qui se battent pour leurs idéaux. Elle se battait pour elle.
« J’suis tombée au fond du trou, Roman. Il était temps que je sois honnête avec moi-même. Et toi, comment tu te sens ? »
Elle sourit, timidement. Elle espérait que Roman lui parle de Laura. Chaque fois qu’elle le voyait, elle espérait qu’il lui parle de Laura. Parce qu’elle ne pouvait pas le faire. Elle avait failli, juste avant qu’ils ne soient engloutis dans leur trip glauque et rempli de zombies. Elle avait failli lui dire qu’elle l’avait vue, que Laura était en vie. Mais elle s’était résignée, parce qu’elle s’était souvenue que Laura lui avait demandé de garder le secret. Qu’elle n’était pas prête. Que quand elle le serait, elle lui dirait. Et elle devrait probablement choisir Roman plutôt que Laura, son ami de plusieurs années plutôt qu’une inconnue amnésique qu’elle ne connaissait que trop peu. Mais Laura l’avait sauvée dans l’Arène. Elles étaient liées par quelque chose que Roman ne pouvait pas comprendre. Quelque chose qui poussait Shae à une loyauté sans faille. Alors elle attendait, que Roman lui dise qu’il avait entendu parler de sa femme. Bordel, personne ne lui avait dit « Eh Ievsei, y’avait ta femme à la télé ! ». Monde de merde.

_________________


People like us we've gotta stick together
Keep your head up, nothing lasts forever
Here's to the damned, to the lost and forgotten



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 558
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 31/01/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Damon Albarn
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Kinésithérapeute spécialisé dans le traitement des blessures et traumatismes de guerre
↳ Opinion Politique : Majorité silencieuse
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 - 3 en guérison & potions -2 en illusion - 84 en tuage d'ours à mains nues
↳ Playlist : ♫ The Real Tuesday Weldt - The Show must go on ♫
↳ Citation : "Il n’y a rien de plus verrouillé que les secrets de famille." E. Orsenna
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Lazlo J. Andersen



les petits papiers
↳ Copyright: k12
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Ven 2 Fév - 0:46


La cigarette qu'il avait allumée lui brûlait le bord des lèvres, mais pas autant que le contact de Shae, alors qu'elle l'avait effleuré pour entrer dans l'appartement. Un contact qui n'aurait pas dû lui faire ce type d'effet, et qui, pourtant réveillait cette blessure encore purulente de Darkness Falls. Tous deux ignoraient ce qu'était cet étrange monde dans lequel ils avaient été plongés du jour au lendemain. Aucun d'entre eux n'avait su comment ils en avaient réchappé, et pourtant ils y étaient arrivés. Comme par un caprice du Destin, un de plus. Et cette honte qui le vrillait à chaque fois que la jeune femme entrait dans son entourage proche.
Ce n'était pas contre elle, tout ce silence. Ca n'avait jamais été contre elle. Juste un mécanisme de défense, un de plus, pour supporter la merde ambiante. Avec tout ce qui se passait, avec tout ce qui se profilait, encore pour leur tenir à tous la tête sous l'eau, Roman ne savait plus à quel Saint se vouer. Ne savait plus qui ou quoi croire, et était sur la défensive. En permanence. Même avec ses gosses. La sensation d'être suivi à chacun de ses mouvements laissait ce parfum de bile sur son palais, laissait à ses gestes et ses déplacements cette sensation que ce sera le dernier. Parce qu'il y avait Darkness Falls, oui. Mais il y avait aussi toute la noirceur, crasse et permanente, de ce qui restait de l'Humanité.

Assis en travers du canapé défoncé, il ne put retenir un soupir de soulagement quand, répondant à son interrogation, la jeune femme avoua une toute autre raison à ce regard qu'il avait intercepté. Shae était son amie, depuis des années. Une amie bien plus jeune que lui qui faisait pourtant preuve d'une maturité et d'une perception aiguë du monde qui l'entourait. Croisant une jambe en travers de la seconde, il l'incita à poursuivre d'un haussement intrigué des sourcils. Qu'elle ait décidé d'abandonner le cabinet, au vu des circonstances, ne le choquait pas outre mesure. C'était couru d'avance, avec l'époque actuelle et son ramassis d'ordures, qu'elles soient circonstancielles ou juste humaines. C'était surtout le pourquoi qui l'intriguait. Shae aimait son boulot, plus que tout au monde. Shae était convaincue qu'elle pouvait changer la face de la planète en se démenant comme une lionne pour tous les dossiers qui lui étaient confiés. Alors pourquoi ? Et pourquoi maintenant ?
La raison ne tarda pas à venir, accompagnée d'un soupir. Tirant longuement sur sa cigarette, Roman expulsa la fumée, pensif. Ce n'était pas la première fois qu'il entendait ce type d'argument, que ce soit de la bouche de patients ou de proches. Même Mikkel, de temps en temps, avait ce type de discours révolutionnaires auxquels Roman n'était pas certain d'adhérer. Pas qu'il n'en ait pas l'envie. Pas qu'il n'ait jamais souhaité être capable de faire quelque chose, lui-même. Mais il n'en avait pas le temps. Il n'en avait pas la force. Jusqu'à ce que Shae poursuive, le poussant à reporter toute son attention sur elle.
Des noms tombèrent, comme des feuilles mortes. Des noms de personnes disparues, à cause de la noirceur humaine. Des noms dont Roman savait qu'ils avaient une importance toute particulière pour la jeune femme, mais qui résonnaient comme un écho lointain d'une période toute aussi lointaine. Celle où la merde n'était ni aussi noire, ni aussi épaisse. Spontanément, il attrapa la main de la jeune femme entre ses paumes calleuses. La laissa s'exprimer, fronçant les sourcils à la mention de Liam.

-Liam... Wiggins ? Le Ministre ?

Ce n'était pas la première fois qu'il entendait ce nom. Le pire étant cette sensation désagréable au niveau de son estomac. Une torsion violente, assortie d'une impression de déjà-vu. Comme avec Shane, la mention de Liam réveillait son instinct, lui hurlant un danger inéluctable. Sauf que, contrairement à Shane, Roman ne savait pas pourquoi il se méfiait autant de Liam Wiggins. Ce n'était pas tant ses discours, le jeune homme se faisant étonnamment discret pour un Ministre. Mais quelque chose, au fond, n'était pas normal. Quelque chose qui se rapprochait de près ou de loin à ses enfants, à Mikkel, sans qu'il n'ait jamais réussi à mettre le doigt dessus.
Sans s'en être rendu compte, il avait lâché la main de Shae pour se pincer l'arrête du nez. Son estomac ne cessait de se creuser, et si la jeune femme savait tout de sa condition de sorcier, il n'allait pas pour autant gâcher ses confessions pour une crise instinctive passagère. Elle allait encore le traiter d'ours mal léché, comme à son habitude.
Alors il grimaça. Se pencha vers elle, éludant sa question. Il y reviendrait plus tard. Parce qu'en soit ce qu'elle disait faisait sens, sans pour autant lui ressembler. Mais qu'en savait-il ? Il ne savait même plus après quoi il courait lui-même.

-Attends attends attends... Tu es en train de me dire que tu travailles pour le Gouvernement maintenant ? Pour un Ministre ? Tu crois que c'est vraiment mieux que trahir des inconnus pour pas te faire renvoyer au Colisée ?

La logique de la manoeuvre lui échappait, et ça se voyait à ses traits tirés. A cette ride qui se creusait entre ses sourcils, la ride du lion, l'expression d'un père fatigué qui ne comprenait pas ce que lui expliquaient ses propres enfants. Il avait toujours eu une affection toute particulière pour la jeune sorcière. Une forme de relation un peu bancale, une amitié un peu étrange, où se mêlaient à la fois une relation d'égal à égal et l'affection d'un père pour un rejeton. C'était pour ça qu'il ne voulait pas que la conversation dévie tout de suite. Parce que ça manquait de logique, tout ça. Parce qu'il était trop vieux, et peut-être aussi un peu trop borné, pour comprendre l'évolution de son amie. Expulsant une nouvelle bouffée de fumée, il poursuivit. Tenta de délier les noeuds pour en révéler la vérité. Une vérité qu'il comprendrait.

-Si j'pige bien, tu te rapproches de "l'ennemi" pour mieux te protéger toi-même. Ce qui est pas con, je le conçois bien. Mais j'ai du mal à m'expliquer ton raisonnement en gros. Que tu changes de vie parce que t'arrives à rien, c'est normal. C'est même mieux. Mais de là à aller bosser pour tes propres persécuteurs, c'est pas un peu trop ?

Quelque chose s'était brisé. Et cette maudite contracture de son estomac qui ne lui annonçait rien de bon. Il resta silencieux un instant supplémentaire, avant de décider de battre en retraite. Rien ne servait de détruire les illusions de son amie. Après tout, il la connaissait suffisamment pour savoir que si elle avait pris cette décision, c'était parce qu'elle l'avait longuement réfléchie.

-J'suis un vieux con, Shae. Têtu comme une bourrique. Mais si y'a bien un truc que ce monde de merde m'a appris, c'est qu'on est à l'abri de rien, et encore moins en se rapprochant d'un nid à crabes comme le Gouvernement. Et j'ai aucune confiance en ce Wiggins. Un pourri, comme tous les autres.

Elle connaîtrait ses raisons, au moins, comme ça. Ce n'était pas qu'il désapprouvait son choix, tout du moins tentait-il de s'en convaincre. Tentait-il de faire passer ce message dans son expression soucieuse, ou son ton volontairement doux. Mais il n'était personne pour lui dicter le cours à faire suivre à sa vie.

-Fais juste gaffe à toi, Shae. On a perdu suffisamment de proches ces dernières années. Et si jamais Wiggins te fait la moindre crasse, parle. Dis-le moi tout de suite. On trouvera une solution.

Même si cette solution implique de lui casser les deux jambes
. C'était physique. Si physique que le malaise ne le quittait toujours pas. Alors il battit complètement en retraite. S'enfonça d'avantage dans le canapé, reposant sa nuque sur le rebord du dossier, la fumée de sa cigarettes se diffusant en volutes autour de son visage. Il tira une nouvelle fois dessus, sans grande volonté. Répondit d'un ton vague :

-Excuse-moi, j'suis sur les rotules en ce moment. J'ai la sensation qu'on me suit. Tout le temps. Comme une ombre qui guetterait tout ce que je fais à longueur de journée. Et cette ombre m'en veut, et cette ombre, c'est pas cet enfoiré d'Andreï.

Et son ventre de se creuser, d'avantage. Shae était au courant, vaguement, de l'identité de couverture d'Andreï. Roman n'était jamais entré dans les détails concernant sa filiation réelle avec le Russe, lui avait seulement raconté la version où il était un cousin éloigné qui était venu vivre avec toute sa famille. Une version qui ne faisait pas plus de sens que la reconversion de son amie, maintenant qu'il y pensait. Un rictus désabusé s'étira au creux de ses lèvres. Lointain, perdu dans cette douce ironie, il poursuivit :

-Et ça me file les foies. Je sais que cette personne nous veut pas que du bien, et j'sais même pas pourquoi.

C'était un mensonge. Il pouvait penser à des dizaines de raisons pour lesquelles quelqu'un voudrait faire couler le sang des Ievseï. Et toutes ces raisons avaient un dénominateur commun : Andreï.
Roman se tourna vers la rouquine. Lui lança un regard glacial, la marque de fabrique de toute la famille. Un regard métallique, où l'acier rompait avec la chaleur de son expression.

-J'suis constamment sur le qui vive, et constamment épuisé. Mais j'arrive jamais à le chopper. Ou à savoir ce qu'il nous veut. Alors j'ai fait ce que j'aurais jamais cru avoir à faire. Y'a des armes dans ce foutu appartement, au cas où tout dégénère. Et j'ai la sensation que ça va pas tarder...

Pourquoi lui confier tout ça ? Il n'en savait trop rien. Mais le révéler venait d'enlever un poids colossal de ses épaules trop tassées.




_________________

He would fall asleep with his heart at the foot of his bed like some domesticated animal that was no part of him at all. And each morning he would wake with it again in the cupboard of his rib cage, having become a little heavier, a little weaker, but still pumping. And by the midafternoon he was again overcome with the desire to be somewhere else, someone else, someone else somewhere else ×
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 477
↳ Points : 470
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Assistante de Liam Wiggins
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: .CranBerry
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Sam 10 Fév - 14:51

« Liam... Wiggins ? Le Ministre ? »
Celui-là même. Et Shae sentit tout de suite que Roman n’était pas ravi de l’idée. Elle pouvait le comprendre, elle savait tout l’amour que Roman portait au Gouvernement. Elle partageait son avis, même. Mais Liam, il était différent. C’était son ami, son meilleur ami, son plus vieil ami. Mais ça, Shae n’eut pas le temps de le dire, parce que Roman était déjà parti dans un monologue. Un monologue inquiet, légèrement en colère même. Forcément, la logique derrière la décision de Shae pouvait lui être étrangère. Elle-même avait longuement hésité à franchir le pas. Mais finalement, elle l’avait fait. La décision n’avait pas été facile, oh, loin de là. Elle avait eu l’impression de trahir tout ce en quoi elle croyait, tout ce qu’elle avait essayé d’accomplir. C’était probablement comme ça que le voyait Roman. Mais il y avait bien plus derrière tout ça. L’idée, c’était de se protéger, bien sûr. Elle ne pouvait pas finir au Colosseum, et pour être tout à fait honnête, si elle était restée avocate, l’issue aurait été inévitable. Un jour ou l’autre, elle n’aurait pas pu trahir son client, ou elle n’y serait pas arrivée. Un jour ou l’autre, le Gouvernement aurait gagné à ce jeu dangereux qu’ils jouaient depuis des années. Mais il ne s’agissait pas que d’auto-protection et d’instinct de survie. Il s’agissait d’être au plus proche de l’ennemi, avec quelqu’un de confiance, afin de, peut-être, changer les choses de l’intérieur. C’était un mince espoir, mais elle était persuadée qu’elle avait plus de chance comme ça que dans son ancienne situation. Il y avait la Résistance, bien sur. Une alternative qu’elle avait vaguement considérée. Puis rapidement rejetée. La Résistance n’était plus que l’ombre d’elle-même depuis la trêve. Et pour le coup, si elle voulait mourir rapidement et dans d’atroces souffrances, la Résistance était définitivement la voie à suivre. De tous les maux qui s’offraient à elle, elle avait choisi le moindre.

Mais Roman ne semblait pas de cet avis. Il ne comprenait pas.
« J'suis un vieux con, Shae. Têtu comme une bourrique. Mais si y'a bien un truc que ce monde de merde m'a appris, c'est qu'on est à l'abri de rien, et encore moins en se rapprochant d'un nid à crabes comme le Gouvernement. Et j'ai aucune confiance en ce Wiggins. Un pourri, comme tous les autres. »
Elle sourit malgré elle. Oui, Roman était un vieux con têtu comme une bourrique. Elle le savait, ça, il l’était depuis qu’ils s’étaient rencontrés. Il était probablement encore en vie grâce à ça. Sa famille était probablement encore en vie grâce à ça. Mais il ne connaissait pas Liam. Et si elle se doutait bien que Liam, comme tout ministre, n’avait pas les mains aussi blanches qu’il le laissait apparaitre, elle ne pouvait pas croire qu’il soit pourri. Il y avait du bon en lui, et elle comptait bien le lui rappeler. Ceci dit, elle ne pouvait pas en vouloir à Roman de s’inquiéter. Parce que son sermon n’était motivé par rien de plus que de l’inquiétude. Il se souciait du sort de Shae, et sous ses paroles un peu brutes, la jeune femme savait qu’il ne lui voulait que du bien. Elle lui en était reconnaissante. Roman s’excusa d’ailleurs de son comportement, et s’expliqua.

Ce fut au tour de Shae de froncer les sourcils. La paranoïa ne manquait pas ces derniers temps à la Nouvelle Orléans. Mais Roman n’était pas du genre paranoïaque. Ou alors c’était récent. Et toute cette histoire d’être suivi et d’une personne qui lui voulait du mal pouvait bien être fondée. Andrei Ievsei, le cousin, semblait avoir un passé un peu trouble. Roman lui-même n’avait pas que des amis. Laura était réapparue avec les Arènes et Shae ignorait de quoi avait été faite sa vie avant ça. Et puis Mikkel semblait avoir un certain talent pour se foutre dans la merde. Alors, les candidats potentiels ne manquaient probablement pas. Mais de là à ce que Roman planque des armes dans le logement…Shae reprit la main que son ami avait lâchée peu de temps avant.
« Roman, je sais me débrouiller. Je suis une grande fille, et je fais pas toujours que des trucs intelligents, mais cette fois-ci, ça va. Liam est mon ami, je le connais depuis avant la fin du monde, j’ai confiance en lui. Je serai en sécurité, et peut-être que je pourrais être utile en étant à l’intérieur. Je suis pas venue pour que tu t’inquiètes pour moi. Et t’as l’air d’avoir des soucis plus importants que les miens, alors dis-moi ce que je peux faire pour t’aider. »
Il était hors de question qu’elle laisse son ami dans cet état. Et dire qu’elle était venue pour parler d’elle…c’était d’un égoïsme sans nom. Ils ne s’étaient pas parlés depuis qu’ils avaient miraculeusement réussi à sortir de leur dimension parallèle sordide. Elle n’avait pas pris conscience du trouble qui agitait Roman. Elle ne pouvait pas le laisser comme ça. Et si les gens qui en avaient après eux s’en prenaient aux gamins, elle ne se pardonnerait jamais de n’avoir pas aidé. Et puis, comment elle expliquerait ça à Laura ? Laura qui, d’ailleurs, n’avait pas été évoquée. La jeune femme se doutait que Laura n’était pas encore venue chez les Ievsei. Mais Roman n’en parlait pas. Il cherchait sa femme depuis des années et il ne parlait même pas de l’avoir retrouvée. C’était dingue. Shae savait qu’il n’avait pas suivi les Forgiven Days, il lui avait dit quand elle était sortie de l’Arène. Mais quelqu’un avait bien dû lui dire que sa femme y était, non ? Parce que Shae ne voulait pas être cette personne. Ca impliquait trop de choses. C’était trop compliqué. Alors elle chassa cette idée de son esprit et reporta son attention sur le problème présent.
« Tu as eu des menaces concrètes ? Des trucs bizarres, inhabituels ? Y’a eu des soucis chez vous dernièrement ? Andrei, ou Mikkel qui aurait fait une connerie ? »

_________________


People like us we've gotta stick together
Keep your head up, nothing lasts forever
Here's to the damned, to the lost and forgotten



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 558
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 31/01/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Damon Albarn
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Kinésithérapeute spécialisé dans le traitement des blessures et traumatismes de guerre
↳ Opinion Politique : Majorité silencieuse
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 - 3 en guérison & potions -2 en illusion - 84 en tuage d'ours à mains nues
↳ Playlist : ♫ The Real Tuesday Weldt - The Show must go on ♫
↳ Citation : "Il n’y a rien de plus verrouillé que les secrets de famille." E. Orsenna
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Lazlo J. Andersen



les petits papiers
↳ Copyright: k12
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Mar 20 Fév - 0:09

Il n'était pas Résistant, bien loin de là. Mais de là à avouer qu'il était favorable au Gouvernement en vigueur, il y avait un monde. Les Ministres étaient tout aussi mauvais que leur Président, à bien des égards. Oeuvrant pour un monde tout en tyrannie et en peur, ces gars-là n'étaient pas franchement le genre de fréquentations à avoir pour quelqu'un qui souhaiterait se mettre en sécurité. Surtout quelqu'un qui, comme Shae, se souciait autant de faire correctement son boulot. L'aveu de la jeune femme lui laissait un goût amer sur le palais, comme si elle venait de lui confier avoir vendu sa propre mère à plus offrant contre suffisamment pour se payer de la drogue. Roman avait beau tenter, les informations s'entrechoquaient dans son esprit à cause de leur manque évident de logique. Mais, à voir l'expression de la jeune femme, ses craintes avaient l'air infondées.

La paranoïa ambiante avait raison de ses nerfs, ces derniers temps. Au point qu'il ne s'était pas retenu une seconde d'expliquer où était le problème dans la belle logique de la jeune femme, au point qu'il n'avait pas écouté ses raisons, ce qu'il faisait pourtant d'habitude. Comme une crainte profonde, qui sourdait au fond de ses entrailles pour n'exploser que trop souvent. Lizzie et Colin le lui avaient dit et répété. Il était à fleur de peau en ce moment, prenait beaucoup trop les choses à coeur. Mais cette peur lui vrillait les entrailles. Epuisait toute sa retenue et le faisait partir dans de grandes envolées bornées comme à présent.
Parce que Liam Wiggins ne lui inspirait rien de sûr. Qu'à ses yeux, sa jeune amie se jetait d'elle-même dans la gueule du fauve, et que tout ce que ce dernier allait faire, c'était la gober sans même s'efforcer à mâcher. Il ne voulait pas assister à ça.
Alors quand elle le calma, son regard assuré perçant sa propre paranoïa, l'aîné pinça les lèvres. La mâchoire serrée, une veine pulsant contre sa tempe, il emmêla ses doigts entre eux, ne sachant que faire de ses mains. Pour éviter sur le cou invisible, imaginaire, de Liam Wiggins. Non, résolument, il n'aimait pas cet individu.

-Excuse-moi mais je suis tout sauf convaincu.

Parce qu'elle se vendait au Gouvernement, au nom d'une amitié peut-être vraie, peut-être purement prétendue. Elle fonçait droit dans le mur, et le vieux sorcier était parfaitement capable d'entrevoir cette possibilité. Pire, il le pressentait. Se rapprocher du Gouvernement, combien de fois le lui avait-on conseillé ? Oh, Roman, vous devriez devenir le kinésithérapeute officiel du Gouvernement ! Oh, Roman, avec votre droiture vous auriez tellement d'avenir au Gouvernement ! Oh, Roman, ma petite-fille travaille pour le Ministre de la Santé, elle peut vous rencarder comme conseiller ! Chaque fois qu'il avait eu ce type d'avis, il l'avait esquivé d'un haussement d'épaules et d'une pirouette. Parce que le Gouvernement était mauvais. Parce qu'un Gouvernement capable d'enfoncer sa population aussi profondément, sans vaseline, par le biais d'une milice accrue, de prohibition, de rationnement et de jeux barbares, était mauvais.
Mais ça, Shae n'avait pas l'air de s'en préoccuper. Rapidement, le sujet dévia sur la paranoïa excessive du père de famille, lui arrachant un soupir excédé. Parce qu'il n'en avait pas fini, lui. Parce qu'il n'était pas homme à se confier, encore moins sur un sujet aussi hasardeux que sa propre psyché.

-Crois pas que j'en aie fini avec toi et tes histoires de Gouvernement, là. Ca sent mauvais, ton plan, pote ou pas pote. Mais bon, t'es une grande fille et j'suis pas ton père, t'as bien le droit de faire comme tu le sens.

Il ne prit pas la peine de cacher l'acidité qui résonnait dans sa voix, ou la dureté du regard d'acier qu'il plongea dans les yeux de son amie. Ce n'était pas seulement l'homme qui s'exprimait. C'était, et surtout, le père. Parce que si ses gamins venaient lui confier ce genre de projets complètement fous du jour au lendemain, il leur aurait dit exactement la même chose. Parce qu'il considérait un peu, aussi, Shae comme sa fille. Une fille plus âgée, plus mature, mais une fille quand même.
Contre son gré, la conversation finit malgré tout par se tourner vers lui, au point qu'il n'était plus possible d'y échapper. Shae le connaissait suffisamment pour savoir que quand il parlait autant, il y avait un problème. Shae savait, aussi, poser les bonnes questions. Etant extérieure au problème, se confier à elle avait été plus simple. Plus spontané. Et s'il avait ressenti une certaine libération, en mettant des mots sur les sensations de ces dernières semaines, il n'était pas certain que cela puisse résoudre grand chose. Concédant à la jeune femme le droit de savoir, il passa ses mains sur son visage. Poussa un soupir résigné, avant de lui jeter un regard torve, sa bouche tordue dans une grimace gênée.

-J'ai pas eu de preuves, à part ce gars que j'ai vu me suivre y'a une semaine. Il était loin, j'ai pas pu voir sa gueule, mais je sais qu'il m'a tanné de l'hosto jusqu'à chez moi. Et ça me plaît vraiment pas.

L'homme était persistant, il fallait bien le lui reconnaître. D'autant que lorsque Roman avait compris son petit jeu, il s'était appliqué à modifier sa route autant que possible, bifurquant dans plusieurs magasins au passage. Mais rien n'avait empêché le limier de retrouver sa trace. Quand il avait fermé la porte de son appartement et jeté un coup d'oeil entre les persiennes, le kinésithérapeute avait parfaitement reconnu la silhouette de son pourchasseur. C'était cet événement qui avait fini de le convaincre. La maisonnée avait besoin de défenses, et vite. Le pistolet qui dormait encore, confortablement installé dans son tiroir, était arrivé sous son toit peu de temps après.
Mais de cet encart dans sa vie, aucun de ses proches n'était au courant. Personne, sinon Shae, qui l'apprenait à présent. Son genou se mit à battre nerveusement, alors qu'il reprenait sa cigarette pour en tirer une bouffée. Plus pour s'occuper qu'autre chose.

-Mikkel a rien fait. Il me l'a dit, et j'ai promis de le croire, même si on sait toi comme moi que mon gosse ment comme un arracheur de dents. Mais j'pense pas qu'il soit lié au mec qui me suit. Par contre Dreï, j'en sais rien. Il traîne dans tellement de trucs pas nets que j'y ai pensé, mais il vient plus ici depuis des mois. J'le lui ai interdit.

Lizzie et Colin lui avaient posé la question, plusieurs fois, de pourquoi Andreï avait disparu de la circulation. Les deux têtes blondes étaient bien au-delà de réaliser que la source même du conflit, c'était que Roman ait pu tuer quelqu'un pour protéger leur "oncle". Et ils n'avaient jamais à le savoir. Personne ne devait savoir. Jamais.
Son estomac se creusa, de ce mauvais pressentiment qu'il ressentait quelques fois quand quelque chose de mal allait se produire. La mention d'Andreï avait cet effet, ces derniers jours. Comme si tout était lié. Comme s'il y avait une forme d'inéluctabilité, un caprice du destin qui faisait qu'il n'allait pas tarder à devoir se frotter aux résultats des conneries de son géniteur. Son père. La bonne blague.

-Et quand je parle de trucs pas nets, je parle de trucs vraiment pas nets. Ce mec est un parasite. Il revenait la gueule en sang tous les quatre matins pour s'échouer sur mon canapé, et, généralement, c'te foutue sanquette était même pas la sienne !

Sa voix était partie en intensité, pas contre Shae, pas contre lui-même, pas contre la situation mais bien contre Andreï. Andreï qui avait apporté le chaos partout où il mettait les pieds. Andreï qui avait semé le trouble dans une maison où il y en avait déjà trop. Beaucoup trop.

-Et au fond j'suis pas mieux que lui, tu sais. Mais ce sera jamais pire que lui. Jamais.

Même s'il avait tué quelqu'un. Même s'il ressentait encore la souillure du sang du mec, s'il lui arrivait encore de cauchemarder de cette nuit fatidique. Le bruit mou, légèrement humide, du visage tuméfié qu'il avait continué de frapper alors même que le mec était déjà mort. Un frisson d'angoisse secoua ses épaules, alors que le sorcier baissait la tête vers ses mains.

-C'est pour ça qu'il faut pas que tu te rapproches de cons manipulateurs. Arrive un moment, ils te forcent à tuer pour eux. Et après tu dois vivre avec ça, toute ta vie. Y'a rien de pire que cette culpabilité là.




_________________

He would fall asleep with his heart at the foot of his bed like some domesticated animal that was no part of him at all. And each morning he would wake with it again in the cupboard of his rib cage, having become a little heavier, a little weaker, but still pumping. And by the midafternoon he was again overcome with the desire to be somewhere else, someone else, someone else somewhere else ×
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 477
↳ Points : 470
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Assistante de Liam Wiggins
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: .CranBerry
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Sam 3 Mar - 15:34

Roman n’était pas convaincu, et il ne manqua pas de le faire savoir à Shae. La jeune femme ne lui en tenait cependant par rigueur. Elle comprenait tout à fait que sa décision puisse apparaitre incompréhensible, irraisonnable, voire complètement tarée. Elle connaissait bien l’avis de Roman sur le Gouvernement. A vrai dire, elle le partageait complètement. Alors, ce qu’elle faisait, ça revenait à se jeter dans la gueule du loup. Et pourtant, elle était persuadée que ce serait différent, avec Liam. C’était Liam, il était son meilleur ami, une des personnes en qui elle avait réellement confiance. Il ne l’avait jamais laissée tomber. Elle était persuadée qu’il ne la laisserait pas tomber maintenant. Alors, elle se plantait peut-être complètement, et elle se ferait peut-être bien bouffer. Mais il lui fallait un peu d’espoir pour ne pas sombrer.
« Crois pas que j'en aie fini avec toi et tes histoires de Gouvernement, là. Ca sent mauvais, ton plan, pote ou pas pote. Mais bon, t'es une grande fille et j'suis pas ton père, t'as bien le droit de faire comme tu le sens. »
Shae pencha la tête sur le côté et sourit. Roman n’était pas son père. Mais il était probablement ce qui s’en approchait le plus. Leur relation avait vite évolué dans ce sens. Roman était un père protecteur, et Shae avait peu connu ses parents. Il l’avait vite prise sous son aile et elle s’était laissée faire sans broncher. Alors non, il n’était pas vraiment son père. Mais un peu quand même. Ironique, quand on savait que Laura s’était dès la première seconde comportée de façon maternelle envers Shae. Elle était peut-être une Ievsei cachée, au fond. Mais elle se contenta de hocher la tête, gardant ses réflexions pour elle, préférant écouter Roman lui parler.

Et ce qu’il avait à dire glaçait un peu le sang. Roman était tout sauf con. Alors s’il était persuadé que quelqu’un l’avait suivi, elle voulait bien le croire. Et c’était très inquiétant. Le Gouvernement avait une certaine tendance à faire disparaitre les gens qu’elle considérait comme gênants. Pourtant, Roman, n’avait rien du coupable idéal. Il était dévoué à la communauté, dans son métier. C’était un père de famille, sa femme avait disparu, il attirait facilement la sympathie. Et il n’avait jamais fait preuve d’une quelconque appartenance à la Résistance, même s’il n’appréciait pas le Gouvernement, il ne l’avait jamais crié sur tous les toits. Qu’est-ce que le Gouvernement pouvait lui vouloir, pour charger un gars de le suivre ? Mais comme elle le pensait, cela n’avait peut-être rien à voir avec Roman lui-même. Cela concernant peut-être plutôt son fils ou son…cousin ? Shae n’avait jamais bien compris les liens qui l’unissaient à Andrei. Ils étaient de la même famille, mais se détestaient cordialement, c’était assez évident. Pourtant ils étaient suffisamment proches pour que les Ievsei accueillent Andrei chez eux. C’était une histoire compliquée, et puisque Roman n’en avait jamais vraiment parlé, Shae n’avait jamais insisté. Elle savait que son ami gardait certains choses pour lui et ne les dévoilait que quand il jugeait que le moment était bon et la personne appropriée.
Shae sourit quand Roman lui assura que Mikkel n’avait rien fait et qu’il lui accordait le bénéfice du doute. L’aîné de la famille était un personnage…complexe, dirons-nous. Certains iraient jusqu’à l’affubler du terme de « petit con », et ils n’auraient pas tout à fait tort. Il avait surtout l’air profondément torturé. Shae le connaissait mal, mais elle savait qu’il avait donné pas mal de fil à retordre à son père par le passé. Pourtant, il avait l’air tout sauf con, lui aussi. Mais bon, on vivait dans un monde qui laissait trop de place aux gens pour déraper. En revanche, Andrei inspirait plus de culpabilité. Et lorsque Shae apprit que Roman lui avait interdit de revenir chez eux, elle fronça les sourcils. Les relations entre les deux hommes s’étaient donc dégradées sérieusement.
« Et quand je parle de trucs pas nets, je parle de trucs vraiment pas nets. Ce mec est un parasite. Il revenait la gueule en sang tous les quatre matins pour s'échouer sur mon canapé, et, généralement, c'te foutue sanquette était même pas la sienne ! »
Ah oui. Quand même. La jeune femme ignorait que les activités louches du bonhomme allaient jusque là. Elle pouvait comprendre la réaction de Roman. Il protégeait ses gosses. Va savoir ce qu’Andrei faisait. Il lui avait apparu comme un mec aimable au premier abord, bien que un peu trop discret pour être honnête. Mais Roman était vraiment en colère contre lui, ça se sentait dans sa voix. Shae lui attrapa la main avec un sourire, histoire d’essayer de le calmer.

« C'est pour ça qu'il faut pas que tu te rapproches de cons manipulateurs. Arrive un moment, ils te forcent à tuer pour eux. Et après tu dois vivre avec ça, toute ta vie. Y'a rien de pire que cette culpabilité là. »
Tuer pour eux ? C’était métaphorique ? Ou trop littéral ? La jeune femme avisa Roman quelques secondes, hésitante.  Elle redoutait de poser la question. Se ravisa. Se pinçant les lèvres, elle haussa les épaules.
« Je dois lui faire confiance, Roman. Il est l’un des seuls vrais amis qui me restent. Si je ne lui accorde pas ça… »
Si elle ne lui accordait pas ça, elle ne saurait plus se regarder en face. Elle perdrait le dernier lien qui la raccrochait à son passé, à une vie meilleure, à un monde qui n’était pas encore parti en couilles. Une vie qu’elle menait heureuse, avec un mec, des amis, un boulot qui ne lui donnait pas envie de vomir. Liam était le souvenir vivant de tout ça, et elle avait besoin de lui faire confiance. Elle avait besoin qu’il lui montre qu’il valait mieux que ce monde de merde, et que sa vie d’avant n’avait pas complètement disparu.
« Et puis, j’ai déjà tué des gens pour le Gouvernement. Indirectement, mais saborder leur défense et les envoyer au Colosseum, c’est pareil. J’ai juste pas porté le coup. Et je suis pas mieux, au fond. Callum… » Le nom lui arracha le cœur. Elle inspira, péniblement, continua. « Il a toujours nié, mais je sais ce que j’ai vu. Il a tué un mec pour me sauver. C’était de la légitime défense, peut-être. Mais il a tué un mec. Bordel, Townsend aussi a tué un mec pour me sortir du pétrin. Alors finalement, peut-être que c’est moi, la conne manipulatrice. »
Elle ne l’avait jamais demandé consciemment. Mais elle l’avait accepté, chaque fois, et ne s’était pas retournée sur les victimes.

_________________


People like us we've gotta stick together
Keep your head up, nothing lasts forever
Here's to the damned, to the lost and forgotten



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 558
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 31/01/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Damon Albarn
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Kinésithérapeute spécialisé dans le traitement des blessures et traumatismes de guerre
↳ Opinion Politique : Majorité silencieuse
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 - 3 en guérison & potions -2 en illusion - 84 en tuage d'ours à mains nues
↳ Playlist : ♫ The Real Tuesday Weldt - The Show must go on ♫
↳ Citation : "Il n’y a rien de plus verrouillé que les secrets de famille." E. Orsenna
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Lazlo J. Andersen



les petits papiers
↳ Copyright: k12
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Ven 16 Mar - 1:43

Non, Roman n'était pas son père. Mais Shae aurait pu être sa fille, tout du moins en apparence, et c'était cet étrange paradoxe qui faisait que Roman s'était attaché aussi vite à la jeune femme. Une sorte de miroir, l'air d'avoir l'âge de son fils aîné. Et s'il avait eu Mikkel très jeune, s'il était parfaitement conscient d'avoir fait un bon gros paquet d'erreurs en élevant son marmot, Roman ressentait toutefois la même fibre paternelle trembler quand il croisait les grands yeux clairs de Shae. Une amie, une proche, une fille de substitution. Pourtant il en avait suffisamment, des gamins qui foutaient la merde. Mais la connexion, toute aussi similaire qu'elle soit, était aussi agréablement différente. Ils ne se devaient rien l'un à l'autre. C'était peut-être ça qui rendait leurs conversations aussi faciles.
Shae était différente. Elle avait une vision suffisamment claire du monde pour ne pas se laisser bouffer, avait d'ordinaire un bon jugement sur la vie. D'ordinaire étant le mot. Parce que son insistance quant à Wiggins ne plaisait à pas au vieux sorcier. Qu'elle soit pote avec le ministre ne lui était pas inconnu, mais chaque mention de ce gars-là laissait une impression amère sur le palais du vieux sorcier. Comme un vieux souvenir. Un vieux cauchemar. Ce mec n'inspirait aucune confiance à Roman, à chacune de ses sorties publiques. Sa façon d'agir, de se déplacer, de communiquer, était tellement empreinte de superficialité que l'on pouvait se demander s'il n'y avait pas autre chose de tapi dans l'ombre de ses sourires. Une bête fourbe, un être sans le moindre scrupules qui n'attendrait que son moment pour frapper. Et Roman n'arrivait pas à se débarrasser de l'impression qu'il l'avait déjà fait.
Que Liam Wiggins avait déjà frappé.

Il soupira, conscient d'en avoir soit trop dit, soit pas suffisamment. Ca se voyait, dans la manière qu'avait eue Shae et prendre sa main, sa délicatesse l'enfonçant d'avantage dans son malaise. Dire que sa vie actuellement était compliquée relevait de l'euphémisme, pour autant il n'attendait aucune forme de soutien. Soustrayant doucement sa main de celle de la jeune femme, il la fit voler jusqu'à sa cigarette à moitié consumée qui attendait sagement dans le cendrier. Un sourire sans joie creusait ses traits fatigués. L'air de dire "ne pose pas de questions, c'est que les divagations d'un mec épuisé" alors qu'il n'en pensait rien de moins. Andreï et ses crimes dans la nature, les disparitions fréquentes de Mikkel, Lizzie qui sortait tout juste d'une maladie faite toute des carences qu'imposait la pénurie, il n'avait plus toute sa tête. Mais ce n'était pas une raison pour accabler Shae de tous ses problèmes à lui.

Il vit bien qu'elle mourait d'envie de lui poser la question. Est-ce que c'était du lard ou du cochon, tout ce qu'il venait de dire ? Mais elle se ravisa, quand bien même l'interrogation luisait toujours au fond de ses iris clairs. Et Roman la remercia pour sa discrétion. Un jour peut-être, il lui avouerait ce qu'il avait fait. Mais ce n'était ni le moment, ni l'endroit. La mort n'avait plus sa place dans cet appartement.
Tout du moins le croyait-il jusqu'à ce que la jeune femme rouvre la bouche. Ses mots restèrent en équilibre dans l'atmosphère, puissants sans être hurlés, mais de cette intensité qui vous glace jusqu'au sang. Les rides sur le front du sorcier se durcirent à mesure qu'il fronçait les sourcils, écoutant attentivement la voix lasse de son amie envahir le silence. La culpabilité qu'il ressentait, qui émanait de Shae était palpable. Se matérialisa sous la forme d'un fantôme que Roman n'aurait pas cru retrouver un jour.
Callum. Le pompier qui prenait des vies, une énième victime de cet environnement de merde. Callum, qu'il avait lui-même mis sur la route de Shae pour la protéger, et voilà qu'elle se sentait coupable des agissements de cet homme. Roman n'avait jamais confié son implication dans les événements à la jeune femme. Un autre secret de polichinelle qu'il gardait fermement serré, à double tour, dans les tréfonds de son coeur.
Sa main rejoint celles, trop fines, trop blanches, de la jeune femme. S'il comprenait sa culpabilité, il avait encore du mal à comprendre le rapport avec Wiggins. Tout du moins il refusait de le comprendre. Trop vieux, trop con. On n'apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. En revanche, on peut lui apprendre à être moins con.

-Tu viens de le dire toi-même. Légitime défense.

Parce que c'était ça, le fond du problème. La substance même de la culpabilité. Personne ne peut se sentir de marbre face à la souffrance ou la mise à mort d'un individu. Mais il y a souvent des circonstances atténuantes desquelles il faut tenir compte.
Auxquelles il fallait se raccrocher.

-C'est peut-être facile à dire, mais t'es pas responsable de ces morts. Que ce soit celles pour te défendre, ou celles que ton boulot a provoquées. T'as pas voulu qu'ils crèvent, tous ces gens, si ?

Son regard chercha celui de Shae, l'envie de vérifier cette culpabilité, d'en connaître l'origine. Parce que c'était important. Parce que c'était bien beau de se marteler parce que les gens tombaient comme des mouches dans ce contexte de merde, mais ça ne signifiait pas forcément qu'elle était une meurtrière. Et encore moins une connasse. Pressant sa paume sur le dos de sa main, il poursuivit, la voix basse.

-On vit dans un monde de merde. Tout ce qu'on connaissait avant 2012 s'est fait la malle, ça fait 5 ans qu'on vit plus sous les mêmes codes. Mais quand j'vois tes mains, je vois pas de sang. T'es ni une conne, ni un assassin Shae. Juste une victime collatérale comme nous tous, qui fait comme elle peut pour survivre avec les moyens qu'on lui donne.

Comme eux tous. Comme eux tous depuis que la vie était devenue aussi difficile, que le contexte tout entier de la Nouvelle Orléans était devenu impitoyable pour les gens comme eux. Des personnes lambda, un bon gros paquet d'anonymes qui tentaient de survivre. Et si la culpabilité de Shae résonnait profondément dans son coeur, Roman n'était pas certain pour autant de la prendre pour lui-même. Parce qu'il comprenait le point de vue de la jeune femme.
Parce qu'elle était excusable, elle. Lui, ce qu'il avait fait, ne l'était pas. Une nuance subtile, infime, et qui pourtant creusait un canyon entre eux.

-Et tu crois que tu te sentiras moins coupable en t'associant avec Wiggins ?

Son ton était neutre, bien qu'une pointe d'amertume résidât dans sa voix. La jeune sorcière avait eu beau invoquer l'amitié, les vestiges d'un sentiment pré-Apocalypse, il n'était pas certain qu'il ne s'agisse que de ça. Et une décision prise à cause de la culpabilité n'était pas une solution envisageable sur le long terme. Elle allait se faire broyer elle aussi dans les rouages de cette machine impitoyable qu'était le Gouvernement, si elle gardait ses oeillères. Si elle se laissait ronger par la culpabilité.
Mais pour ça, il fallait qu'il sache. Quelles étaient les motivations profondes de son amie ? Est-ce que c'était les mêmes que les siennes, celles qui le clouaient dans cet état de latence sans réagir ? Celles qui le terrifiaient à chaque pas qu'il faisait, à chaque fois qu'il se retournait dans la rue avec la certitude d'être suivi ?
Parce qu'au fond, ils n'étaient que de simples humains noyés dans un monde impitoyable qui ne voulait pas de gens comme eux. Tout du moins c'était l'impression à laquelle Roman se raccrochait, désespérément, pour ne pas sombrer dans les abîmes de la culpabilité.




_________________

He would fall asleep with his heart at the foot of his bed like some domesticated animal that was no part of him at all. And each morning he would wake with it again in the cupboard of his rib cage, having become a little heavier, a little weaker, but still pumping. And by the midafternoon he was again overcome with the desire to be somewhere else, someone else, someone else somewhere else ×
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 477
↳ Points : 470
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Assistante de Liam Wiggins
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: .CranBerry
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Dim 1 Avr - 17:48

Shae n’était pas venue trouver la paix avec elle-même. Elle n’était pas venue trouver quelqu’un qui lui dise que rien n’était de sa faute. La culpabilité, sa culpabilité, était ancrée en elle depuis longtemps, probablement bien trop longtemps pour trouver le salut un jour. Elle se matérialisait simplement sous des formes diverses. Elle faisait partie d’elle-même, depuis avant la fin du monde, avant tout ça. La jeune femme s’y était faite, l’avait accueillie, et s’y accrochait même parfois comme on s’accroche à une bouée confortable, même si on sait qu’elle ne fait que nous emmener vers le large au lieu de nous ramener vers la terre ferme. Pourtant, les mots de Roman étaient réconfortants. Parce que Roman était honnête. Il était probablement l’une des dernières personnes réellement honnêtes dans ce monde. Alors quand il lui parlait, quand il lui disait qu’elle n’était pas responsable, Shae le croyait, elle voulait le croire. Cela ne ferait pas disparaitre la culpabilité. Qu’est-ce que les dires d’un ami face à des années de remords ? Mais cela la rendait plus supportable. L’apaisait, un peu, pour un temps. Non, elle n’avait pas voulu que tous ces gens meurent. Tout ce qu’elle avait voulu, toujours, c’était aider les gens. Elle s’était tournée vers le droit en partie pour ça. Pour aider les gens, qui qu’ils soient. Elle pensait que tout le monde méritait une main tendue.

Et puis, il y avait eu la mort de Rebecca, et Shae avait sombré. Et s’il y avait eu des mains tendues vers elle, elle n’avait pas su les saisir pour remonter à la surface. Elle s’était laissée sombrer jusqu’à provoquer sa propre mort. Darkness Falls lui avait appris que parfois, la survie impliquait de ne pas tendre la main. Elle avait fait passer sa personne avant les autres. Peut-être que cette expérience l’avait changée. Peut-être simplement qu’elle avait toujours été comme ça, dans le fond, et que l’Enfer avait simplement réveillé cette part d’elle. La part qui se cache en regardant les autres mourir. Survivre à tout prix. Cela l’avait suivie, même après sa sortie de Darkness Falls. Survivre pour ne pas y retourner. Et même si elle avait fait l’effort, même si elle avait ouvert son cabinet avec toutes les bonnes intentions du monde, elle s’était détournée dès que le danger s’était fait sentir. Le gouvernement n’avait pas tardé à lui tomber dessus, à lui demander d’arranger certains dossiers pour envoyer les éléments gênants au Colosseum. Elle avait résisté, les premières fois. Et on lui avait fait comprendre que ce serait elle qu’on enverrait à la mort si elle ne se pliait pas aux exigences. Alors elle avait plié. Et tous ces gens dont elle avait saboté la défense, tous ces gens qu’elle avait envoyé vers un destin funeste…Elle se souvenait de chacun d’entre eux. Elle se souvenait de ce sentiment quand le verdict tombait. Comme si ses tripes se serraient toutes en même temps.

Ca l’avait rendue malade, au début. Et puis, elle s’y était faite. Sa rappelant chaque fois que c’était sa survie qui était en jeu.  
Mais le poids était devenu trop lourd, les visages trop nombreux. Roman ne comprenait pas. Mais elle ne le supportait plus. Alors, peut-être que travailler pour Liam n’était pas la meilleure idée. Mais c’était la meilleure alternative qu’elle ait trouvée.
« On vit dans un monde de merde. Tout ce qu'on connaissait avant 2012 s'est fait la malle, ça fait 5 ans qu'on vit plus sous les mêmes codes. Mais quand j'vois tes mains, je vois pas de sang. T'es ni une conne, ni un assassin Shae. Juste une victime collatérale comme nous tous, qui fait comme elle peut pour survivre avec les moyens qu'on lui donne. »

La jeune femme sourit et serra la main de Roman. Il n’avait pas tort. Le monde était merdique et il rendait les choses compliquées. Tout le monde était une victime ici. Tout le monde avait son histoire déchirante. Tout le monde avait perdu quelque chose dans la fin du monde, sa vie, ses proches, son histoire, son espoir, son humanité. Pas Shae. L’apocalypse l’avait sortie de Darkness Falls, l’avait tirée de l’enfer. Elle ne lui avait pas apporté la paix pour autant. Mais une deuxième chance, peut-être. Une deuxième chance dans un monde de merde, où elle devait batailler, mais une deuxième chance quand même. Une deuxième vie. Pouvait-elle se considérer comme une victime ? Rien n’était pire que les années passées à éviter zombies et mages tarés.

« Et tu crois que tu te sentiras moins coupable en t'associant avec Wiggins ? »

Shae haussa les épaules.
« Je crois. J’en sais rien. Je sais que je me sentirai mieux en ne voyant pas les visages des victimes. Je crois que je me sentirais plus en sécurité là-bas. J’ai juste…. »
Elle soupira. C’était difficile à expliquer. Trop de choses. Et elle n’était pas sûre de s’y retrouver elle-même. Elle avait un peu agi sur un coup de tête.
« J’ai besoin d’une autre vie. Je ne peux pas aider les gens, Roman, j’ai essayé, et j’y suis pas arrivée, j’ai envoyé des gens mourir. Et pour me remercier, le gouvernement m’a envoyée dans l’Arène. Tu n’as pas vu. Je sais que tu n’as pas regardé. Donc tu ne sais pas… »
La voix de la jeune femme se fit plus fébrile. Les souvenirs la hantaient encore, elle faisait des cauchemars teintés de neige. La cicatrice sur son flanc lui rappelait chaque jour ce qu’elle avait vécu. Ce qu’on lui avait fait subir.

« Je ne peux pas envoyer des gens au Colosseum, je ne peux plus. Je ne peux plus les regarder en face, leur promettre de les aider, et les envoyer sciemment là-bas, ou hors des murs. Maintenant, je sais ce que ça fait, à quoi ça ressemble. Et c’est horrible. Savoir qu’on va mourir, la souffrance avant ça, je peux pas…je sais pas quoi faire, Roman. Je ne peux pas entrer dans la Résistance, je peux pas risquer ça. Alors il me restait deux options, devenir barmaid dans un bar minable ou bosser pour eux. Et quoi qu’il arrive, ils m’auraient trouvée, et ils m’auraient obligé à bosser pour eux. Parce qu’ils savent, ils savent qu’ils ont des moyens de pression, et je suis pas assez forte pour y résister. Alors voilà. Je vois pas d’autres options. Je ne peux pas mourir à nouveau. Tu comprends ? »
Elle n’était pas sûre qu’il puisse comprendre. Il n’était pas allé à Darkness Falls. Il ne savait que ce que les gens avaient bien voulu lui dire. Mais ça dépassait ce qu’on pouvait dire. Ca dépassait les mots. Il n’en avait vu qu’un aperçu, quand ils avaient été coincés dans cette dimension qui ressemblait beaucoup trop fort à Darkness Falls. Mais c’était mille fois pire en vrai.

« Donc je me protège. Reste près de tes amis et encore plus près de tes ennemis, un truc du genre. Tout plutôt que de finir au Colosseum ou de retourner dans l’Arène et voir les gens que j’aime mourir. Voir Callum, et Garret ensuite, et Joan, et…ils m’ont forcée à tout regarder. A les regarder mourir, tous. J’ai jamais pu dire à Garret que je l’aimais. Et même Callum, bordel. Ce mec était un connard, mais il était….mon connard. Tu vois ? Je l’ai vu exploser en mille morceaux. »
Elle inspira un grand coup, expira longuement.
« Liam est peut-être pourri, mais il me gardera en sécurité. Il me l’a promis. Et c’est tout ce que je veux aujourd’hui. »

_________________


People like us we've gotta stick together
Keep your head up, nothing lasts forever
Here's to the damned, to the lost and forgotten



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 558
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 31/01/2016
↳ Age : 28
↳ Avatar : Damon Albarn
↳ Age du Personnage : 48 ans
↳ Métier : Kinésithérapeute spécialisé dans le traitement des blessures et traumatismes de guerre
↳ Opinion Politique : Majorité silencieuse
↳ Niveau de Compétences : niveau 2 - 3 en guérison & potions -2 en illusion - 84 en tuage d'ours à mains nues
↳ Playlist : ♫ The Real Tuesday Weldt - The Show must go on ♫
↳ Citation : "Il n’y a rien de plus verrouillé que les secrets de famille." E. Orsenna
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Lazlo J. Andersen



les petits papiers
↳ Copyright: k12
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Jeu 12 Avr - 2:05

L'honnêteté. Le sens de ce terme avait bien changé en l'espace de seulement quelques années. Si d'aucun tentait à sa manière de mener la vie de la manière la plus honnête qu'il soit, force était de constater que le concept n'était au final que très subjectif. Une pure question de point de vue, bien plus que de signification réelle. Au fond, qu'est-ce qu'était une vie honnête, en ces jours de misère ? Une vie où l'on courbait docilement l'échine sous la constante oppression qu'opposait le Gouvernement à la Pensée Libre ? Une vie où on égorgeait quelques types à droite à gauche pour gagner sa croûte du mieux qu'on pouvait ? Une vie passée à mentir à ses proches dans l'espoir innocent de les protéger ? Il n'y avait pas de vraie solution, pas plus qu'il n'y avait d'authentique méthode ou de guide tout prêt sur la manière de fonctionner. Seulement des âmes contraintes à un rythme de vie qui ne leur correspondait pas, tentant comme elles pouvaient de joindre les deux bouts.
Après tout, n'était-ce pas là le but de toute vie humaine ? L'adaptabilité ? Roman interrogeait toujours Shae du regard, cherchant à comprendre. Les hommes prenaient des décisions parfois drastiques au nom de l'honnêteté. Mais elle n'était qu'un étendard derrière lequel cacher la raison intrinsèque de leurs choix : la nécessité de survivre.

Pour autant, les choix de Shae étaient paradoxaux pour le Russe. Non seulement elle reniait ce pourquoi elle avait toujours agi, une forme de droiture qu'elle avait toujours maintenue malgré la difficulté en choisissant la voie du Gouvernement, mais elle semblait convaincue. C'était peut-être ça qui le dérangeait le plus dans toute cette conversation, outre cette sensation de culpabilité et de paranoïa grimpante qui le rongeait malgré son silence. Car il savait que la demoiselle pouvait aspirer à bien mieux que juste devenir l'assistante personnelle d'un pourri parmi tant d'autres. Qu'elle avait cette flamme au fond de son coeur, une flamme si rare, qui gonflait au rythme de ses passions. Et être la servante docile d'un énième connard n'était pas l'une d'entre elle. Et ça, c'était sans compter la sensation désagréable que le nom de Wiggins lui procurait à chaque fois qu'il l'entendait.
Cette torsion de ses entrailles à chaque fois que ce maudit nom tombait dans les conversations.

Shae avait repris sa main autant que la parole, sa voix frêle s'engorgeant peu à peu à mesure qu'elle vidait son sac. Les premières raisons qu'elle avait invoquées semblaient si superficielles, alors qu'elles prenaient en intensité progressivement. Comme si secouer un peu les fondations de la jeune femme avait permis à son coeur d'abaisser enfin les défenses pour finalement lui permettre de s'épancher complètement. Shae était une trop bonne oratrice pour Roman. Elle ne savait que trop bien se cacher derrière une multitude de murs pour ne pas se laisser atteindre. Mais maintenant qu'elle révélait peu à peu les vraies raisons de son choix, de sa peur à son besoin de changement, il comprenait d'avantage. Roman n'était pas idiot, il avait juste besoin qu'on lui explique longtemps. De préférence avec les mots vrais, ceux qui venaient du coeur.
Pressant doucement les doigts fins de la sorcière entre ses mains bourrues, il hocha lentement la tête, l'incitant à poursuivre. Oui, il comprenait mieux, pour ressentir exactement la même chose. Pour entrevoir à quel point il serait bien plus bénéfique à tout le monde de changer d'air, de changer de vie, de voir ailleurs si l'herbe, à défaut d'être plus verte, poussait déjà un peu plus fort. Peut-être serait-elle assez haute, là-bas, pour cacher la silhouette fine de la jeune femme. Même si sur ce dernier point, il conservait des doutes qu'il se retint de confier à son amie, il la comprenait maintenant mieux.
Secouant la tête pour marquer la négative, il concéda qu'elle avait un tout autre vécu que lui. Après tout, elle avait connu l'enfer de Darkness Falls, alors que lui n'en avait eu qu'un très bref aperçu lorsqu'ils s'y étaient retrouvés prisonniers, quelques semaines plus tôt. Une expérience terrifiante, profondément, qui pourtant était à des lieues de ce qu'elle avait vécu. A cela s'additionnait ces maudits Jeux, les Forgotten Days, qu'il avait refusé de visionner malgré l'insistance gouvernementale. C'était vrai. Shae en avait fait partie, elle. Elle avait subi l'arène, ses horreurs, sa violence. Ses doigts se serrèrent plus fort autour des mains claires, alors qu'il déglutissait, coupable. S'il avait eu le courage de suivre les jeux, il aurait pu partager un peu plus sa peine. Mais il avait toujours manqué de courage, comparé à Shae Thackery. C'était peut-être pour cela qu'il n'avait jamais fait l'effort de changer de vie. Qu'il lui avait fallu des années pour sauter le bond, pour tourner la page vis à vis de Laura.

-C'est vrai, j'en ai aucune idée...

Il savait être aussi con que conciliant, quand il le voulait. Après tout il fallait bien l'un pour écrire l'autre. Mais au devant de la souffrance marquée de sa jeune amie, il ne pouvait pas insister d'avantage. Il n'en avait pas le droit. Un voile sombre avait recouvert les yeux clairs de la jeune sorcière, éteignant l'étincelle de vie qu'il leur avait toujours connue, alors qu'elle baissait la tête. Apparemment accablée par les souvenirs et la souffrance, elle poursuivit. Plus que ses paroles, ce fut le contraste entre sa voix de plus en plus animée et son corps toujours plus frêle, comme croulant sous le poids de toute la violence qu'elle endurait, qui frappa Roman. Un paradoxe qui attira toute son attention, au point qu'il ne s'attendit pas à ce qu'il arrive dans l'équation. Un seul prénom.
Callum... Une goutte de sueur dévala le long de son échine, laissant une traînée glaciale le long de sa peau. S'il avait une connaissance limitée des relations de Shae, il savait que Callum avait marqué sa vie. Par son fait. Callum n'était pas seulement un fantôme de plus au bord du chemin de Shae. Il était le type même que Roman avait engagé pour protéger la jeune femme, pour qu'au final la relation soit plus difficile que prévu. Un énième secret qu'il gardait pour lui, une énième tentative de mener la vie la plus honnête que possible. Sauf que rien de toute cette histoire n'avait été honnête.
Sauf que sa pseudo honnêteté avait causé bien plus de douleur que ce qu'il aurait jamais voulu.

Shae finit par se calmer, sa conclusion lui parvenant en un souffle, un murmure, un soupir. Le Russe ne réalisa qu'au terme de longues minutes que sa main s'était complètement relâchée autour de celle de la jeune sorcière, comme si le contact l'avait brûlé. Détournant le regard pour ne pas la croiser, il déglutit longuement.
Il fallait bien con pour écrire conciliant. Sauf que là, il comprenait surtout que ce n'était pas conciliant qu'il avait été en mettant le pompier sur la route de la rouquine.

-Peut-être...

Il ferma les yeux et expira longuement, cherchant ses mots, incapable de les trouver. Comme un mauvais rêve, le souvenir de cette dernière fois où il avait vu Callum, à moitié mort dans un immeuble désaffecté et communicant avec ses propres démons, s'inscrivait bien trop clairement sur ses paupières. Ils ne s'étaient plus revus, depuis cet instant. Avaient communiqué quelques temps par sms, jusqu'à ce que le jeune homme s'évanouisse complètement. Qu'il soit happé par les Arènes, puis happé par les flammes. Il frissonna, joint ses mains. Les tordit, faute de mieux.
Des mains qui ne guérissaient plus. Des mains couvertes de sang.

-Shae faut que tu saches un truc...

Il était temps, oui. Il était temps qu'elle l'apprenne, et de préférence de sa bouche à lui. Certains secrets ne valaient pas la peine d'être gardés éternellement, surtout s'ils infligeaient autant de douleur. Le regard rivé à la fenêtre, incapable de soutenir celui de la jeune sorcière, il poursuivit à voix basse. Les mots peinaient à venir. Alors Roman prit le parti d'être le plus expéditif possible, et tant pis pour les formes. Il n'avait jamais été aussi bon orateur que son amie.

-Callum... Callum c'est ma faute.

Un temps de pause, un silence inconfortable pendant lequel la mâchoire trop serrée du Russe refusait de s'ouvrir. Sauf que l'aveu n'était pas suffisant, il fallait aussi le contexte.
Au terme d'un nouvel effort, il reprit :

-C'est moi qui lui ai demandé de te protéger, y'a un bail, parce que je sentais que t'en avais besoin. C'était mon patient, et je savais qu'il était pas que pompier. Alors j'ai décidé de mettre mes économies dans ses compétences pour qu'il te surveille de loin, et s'assure que t'aies jamais la moindre merde. A la base vous étiez jamais sensés vous rencontrer, ça faisait partie du deal. Sauf que c'est de Callum qu'on parle.

Les toitures de la Nouvelle-Orléans, s'étalant sur des kilomètres derrière la vitre de la fenêtre, luisaient sous le soleil blafard. Reflétaient une lumière qui intensifiait la pâleur du spectre de fantôme de Callum, lorsqu'il clignait des yeux. Serrant l'arrête de son nez entre le pouce et l'index, il se laissa un temps de répit supplémentaire avant de poursuivre. Sa voix était grave. Trop grave.

-J'aurais jamais pensé que vous finiriez aussi proches. Si j'avais su, j'aurais même certainement tout arrêté dès le moment où vous vous êtes vus la première fois. Mais j'suis resté en contact avec lui, pour ta protection, jusqu'aux Arènes. En paiement pour ses services, je le rafistolais quand il se foutait trop dans la merde. Et à chaque fois qu'un nouveau truc se passait entre vous, à chaque fois que je voyais à quel point ça te faisait du mal, j'me disais qu'il était temps que ça s'arrête. Sauf que c'était Callum. Avec Callum, le sang, la pression, les blessures, ça s'arrêtait jamais.

Jugeant qu'il était temps qu'il prenne son courage à deux mains, il finit par se retourner vers la jeune femme. Son amie, une amie de plus qu'il avait trahie en n'étant pas assez courageux lui-même. Le fond même de tous ses problèmes. Trop lâche. Pas assez fiable. Bien qu'il n'ait pas été le seul fautif, il voulait toutefois que la jeune femme sache à quel point il était sincèrement désolé pour ses responsabilités. Et pour tout ce qu'elles impliquaient.

-J'me suis retrouvé pris le cul entre deux chaises. Un cercle infernal, le serpent qui s'bouffe la queue. Et au final c'est toi qui as morflé, dans toute cette histoire. Et... je suis vraiment désolé pour tout ça.

Un nouveau frisson l'étreignit, un frisson d'angoisse. De terreur. Parce qu'il n'était pas en train de lui raconter un point banal de sa vie familiale, parce qu'elle ne lui parlait pas du cas d'un inconnu qu'elle défendait. Il s'agissait d'eux, cette fois-ci. D'eux, et de la responsabilité qu'il avait dans l'un des plus gros traumatismes de la jeune femme. Peut-être pas le plus important, mais un qui avait suffisamment blessé Shae pour qu'elle désire changer de vie.
Pour qu'elle souhaite s'approcher de ces ordures du Gouvernement.

-J'suis désolé Shae. T'as jamais mérité ça, jamais.



_________________

He would fall asleep with his heart at the foot of his bed like some domesticated animal that was no part of him at all. And each morning he would wake with it again in the cupboard of his rib cage, having become a little heavier, a little weaker, but still pumping. And by the midafternoon he was again overcome with the desire to be somewhere else, someone else, someone else somewhere else ×
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 477
↳ Points : 470
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Assistante de Liam Wiggins
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: .CranBerry
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   Mar 1 Mai - 16:39

« Shae faut que tu saches un truc... »
Le ton, l’expression sur le visage de Roman firent froncer les sourcils à Shae. Le silence tomba, pesant. Avait-elle dit quelque chose de mal ? Roman s’apprêtait-il à lui faire la morale ? Ou à lui apprendre quelque chose sur Liam qui lui ferait regretter son choix ? Elle ne supporterait pas ce genre de révélation sur Liam. Une partie d’elle se doutait, savait que l’ami de son passé et le ministre n’étaient pas tout à fait la même personne. Que le ministre avait fait des choses dont elle ne serait pas fière. Mais elle ne voulait pas l’entendre, pas le savoir. Bienheureux les ignorants, comme disait l’autre. Et elle préférait ignorer. Parce que si elle n’allait pas avec Liam, elle se retrouvait de nouveau perdue, et seule. Elle ne voulait pas de ça pour l’instant. Elle verrait plus tard. Quand elle serait prête. Si elle était prête un jour.
« Callum... Callum c'est ma faute. »
La jeune femme se figea, ne comprenant pas. Elle avait parlé de Callum à Roman, avant aujourd’hui. Elle lui avait dit, dans les grandes lignes, la relation compliquée qu’ils avaient. Mais elle ne comprenait pas ce que voulait dire Roman. Jusqu’à ce qu’il rouvre la bouche. Et que le couperet tombe. Impassible, Shae écouta Roman raconter. A l’intérieur, ça bouillait, ça faisait mal, ça brûlait tout son corps. Elle revit leur rencontre. La façon dont Callum l’avait sauvée. Leur première nuit. Celles d’après. Les cris, les coups parfois, toutes ces soirées qui se terminaient de la même façon. Le sourire qu’elle arrivait à lui arracher parfois. Le soir où quelqu’un était entré chez elle. Il lui avait sauvé la vie, avait tué l’autre gars. L’avait nié après, avec force, avec colère. Mais elle savait que c’était vrai. Après, ils ne s’étaient pas revus, jusqu’à l’Arène. L’Arène où elle l’avait vu mourir, où elle était morte en tentant de le ramener. Et puis, ensuite, plus rien. Il était mort après ça. Elle l’avait appris comme ça, sans cérémonie. Un jour il était là, et puis, il était parti. Elle n’avait pas pu lui dire au revoir. Elle avait tellement souffert, plus qu’elle ne l’aurait voulu. Et tout ça, c’était Roman. Tout ça, c’était juste un contrat, elle n’était qu’un contrat passé par Roman.

La mâchoire de la jeune femme se serra, ses yeux portés vers le sol, incapable de regarder son ami.
« J'suis désolé Shae. T'as jamais mérité ça, jamais. »
Elle releva les yeux, affrontant le regard de Roman. Il avait l’air sincèrement désolé. Et elle ne savait pas trop si elle devait lui en vouloir ou pas. Après tout, elle avait aimé Callum, d’une certaine façon. Elle avait passé de bons moments avec lui. Mais elle était aussi tombée dans une relation étrange, certains diraient toxiques. Elle avait souffert autant qu’elle avait aimé. Et surtout, sa disparition avait été terrible. Et puis, tout ce temps, elle n’était qu’un contrat. Ce qui pouvait expliquer la distance que Callum mettait entre eux. Son refus de parler. Bordel, elle ne savait plus. Toute sa relation partait d’un mensonge. Et Roman, il lui avait menti, tout ce temps, l’écoutant parler du pompier sans broncher. Se prenant le droit de jouer avec sa vie.

Le silence retomba, lourd, tellement lourd. Puis Shae se leva, et d’un geste, gratifia son ami d’une magnifique baffe. Le bruit resta en suspens dans l’air quelques secondes, seul son à briser le silence.
Et à l’intérieur de Shae, ça brûlait encore. Elle aurait voulu que ça s’arrête. Elle ne savait plus quoi faire pour que ça s’arrête.
« De quel droit, Roman ? » Elle avait soufflé, sifflé même. « Tous ces mois, tout ça…de quel droit ? Tu pouvais pas me le dire, quand t’as vu que ça avait mal tourné ? »
Techniquement, Callum lui avait sauvé la vie, deux fois. Donc Roman aussi. Elle devrait peut-être le remercier, pour ça. Mais le mensonge lui faisait trop mal. Les cachotteries lui faisaient trop mal. N’y avait-il plus personne en qui elle pouvait avoir confiance ? Même après toutes ces années. Une partie d’elle comprenait qu’il ait voulu la protéger. Mais pas comme ça.

« De tous mes amis, c’est toi qui fait ça. T’as raison, Roman, t’es devenu parano. Et tu viens me faire la morale sur Liam ? Lui n’a jamais joué avec moi comme ça. Il m’aurait jamais fait ça. Tu vaux pas mieux que lui. J’y crois pas putain. Toutes les fois où je t’ai parlé de Callum. Tu savais comment c’était. Mais t’as continué. Merde. »
Une larme roula doucement sur la joue de la jeune femme. Trahie. Blessée profondément dans son honneur.
« J’avais pas besoin que t’engages un homme de main, Roman. J’avais besoin d’un ami honnête. Et quand il est mort, t’as même pas eu le courage de me l’annoncer. Je l’ai appris par un de ses collègues, un mec que je connaissais même pas ! Tu es mon ami, Roman ! »


Elle essuya la larme rageusement. « Va te faire foutre, Roman. Dire que j’suis venue vers toi pour me confier. »
Et elle prit son sac, et franchit la porte de la maison sans un regard en arrière. Courut, fuit aussi loin qu’elle pouvait de chez les Ievsei. Rentra chez elle, claqua la porte, s’effondra en larmes. Le monde s’acharnait avec une cruelle ironie à se foutre de sa gueule. Quand elle pensait pouvoir tourner une page, ça lui revenait en pleine gueule. Elle regretta que Garret ne soit pas là. Il aurait eu les mots. Joan aurait eu une bonne bouteille d’alcool à partager. Callum aurait eu une insulte pour la remettre d’aplomb. Quelqu’un, quelqu’un aurait eu quelque chose pour la réconforter. Mais ils étaient tous partis.

_________________


People like us we've gotta stick together
Keep your head up, nothing lasts forever
Here's to the damned, to the lost and forgotten



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Old Friend ▬ Shae   

Revenir en haut Aller en bas
 

Old Friend ▬ Shae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Bourbon Street :: Appartement des Ievseï-