AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Last drink, Last hope • Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Last drink, Last hope • Riley   Lun 19 Fév - 21:45



« Dependence leads to subservience »

Riley J. Nott & Alistair Jenkins
featuring

Une autre journée d’achevée, encore une parmi tant d’autre. Le service avait été particulièrement éreintant aujourd’hui, une enquête s’était terminée en course poursuite, ou plutôt course à pied si vous me permettez le jeu de mots afin de mettre la main sur le coupable. Il semblerait qu’un bleu ne s’était pas montré des plus discrets dans l’approche de l’appartement du suspect et qu’il ait bien failli faire capoter l’opération dans son ensemble. Autant dire que ça aurait chauffé pour lui si l’échec avait été au bout de piste. Mais l’expérience d’Alistair que ce soit dans les forces de l’ordre de la ville de New-York, au FBI et dans la milice, avait parlée. Avec un collègue, ils poursuivirent l’individu recherché à travers tout Treme. Le policier détestait ce quartier, oui il ne l’aimait pas du tout. C’était un vrai coupe-gorge, c’était malfamé, il n’avait pas été serein en poursuivant le criminel là-bas avec son collègue, mais ils n’avaient pas eu le choix, ils ne pouvaient pas se permettre de laisser cet enfoiré leur glisser entre les doigts.  Après de longues minutes à le poursuivre à travers les rues et ruelles, ils finirent par l’attraper et ne s’attardèrent pas plus longtemps dans le quartier. Ils avaient eu de la chance d’en réchapper indemne. Attendre l’arrivée de renforts, c’est ce qu’ils auraient dû faire, mais parfois entre la logique et la réalité, il y a un gouffre.  Les deux miliciens durent prendre une décision à chaud pour être sûr de pouvoir serrer cette enflure qui avait déjà tué quatre personnes, Alistair espérait qu’il crèverait dans l’arène. La prison ? Non, c’était bien trop doux pour lui, il ne méritait pas ce traitement de faveur.

Depuis la mort de son épouse, il avait un avis plutôt tranché sur les peines de justice selon la gravité des crimes. En tout cas, il put se reposer un peu une fois arrivé à son appartement, juste se poser quelques minutes dans son fauteuil, un grand verre d’eau dans la main droite et une cigarette dans la gauche. Et non, ce n’était pas bien du tout de s’en griller une après un tel effort, mais bon il n’entendrait pas raison, il en avait besoin, c’est tout. Alistair se sentait un peu faible, il fallait qu’il prépare le repas pour sa sœur et lui-même, mais il serait bien incapable de tenir jusqu’à là. Après avoir terminé sa clope et son verre d’eau, il alla choper une barre de céréales dans un placard, ça ne le calerait pas, mais il arriverait surement à tenir jusqu’au dîner avec ça. Sa faim sustentait provisoirement, il alla déranger sa petite sœur dans sa chambre pour qu’elle vienne l’aider à préparer à manger. Lorsqu’il ouvrit la porte, tout un tas d’émotions le submergea. De la surprise, de la peur, du stress. Elle n’était pas là. Qu’avait-elle encore fais ? Elle était censée éviter le plus possible de sortir de l’appartement, et si c’était le cas, il devait savoir où elle allait. Adieu la vie privée, c’est sûr, mais elle restait recherchée, il ne s’en remettrait pas s’il lui arrivait quelque chose.  Alistair ignorait si d’autres membres de sa fratrie étaient encore en vie, peu probable, mais elle, elle était là. Il ferait donc tout son possible pour la protéger.

L’uniforme gris ne tergiversa pas davantage et se lança à sa recherche en quittant l’appartement sans délais. Non il ne lui était rien arrivé, elle était juste inconsciente. Il essayait de s’en persuader, bien que l’idée qu’elle ait pu faire une mauvaise rencontre ne lui sortait pas du crâne. L’enquêteur se mit à fouiller tous les endroits qu’elle avait déjà fréquentée depuis son arrivée à la Nouvelle-Orléans, mais chou blanc pour le moment. L’inquiétude commençait à le prendre aux tripes, et par le plus grand des hasards, c’est à la sortie d’une petite épicerie qu’il la retrouva. Le grand frère la prit à part pour lui passer un savon, tout aurait pu arriver, tout. Elle avait déjà fauté il y a peu, mais dans son malheur, elle avait eu la chance de tomber sur Kenneth qui s’était montré très compréhensif. Pour sa seule défense, elle avait souhaité faire quelques emplettes pour préparer le dîner du soir et faire une surprise à son frère. Cela aurait pu être touchant, mais l’aventure lui avait coupé tout appétit, il lui ordonna de rentrer tout de suite à l’appartement et qu’ils reparlaient de cela plus tard. Parfois, on avait l’impression qu’il s’adressait à une enfant, alors qu’elle était une adulte. Sa sœur savait qu’elle n’arriverait pas à aller à l’encontre de ses instructions et rentra sans faire d’histoire. Il aurait pu rentrer, là maintenant, tout de suite. Non. Il n’était plus très loin du bar désormais. Juste un saut, quelques minutes, une heure maximum.

Il n’était plus retourné à l’établissement de Riley depuis qu'il avait failli faire un coma, autant dire qu’il avait encore honte d’avoir retouché à un verre d’alcool. Mais sa honte se faisait encore plus grande lorsqu’il ressentait le désir de boire à nouveau. Sa « thérapie » avait plutôt bien commencé pourtant, l’envie avait même disparue, mais tout avait disparu du jour au lendemain sans explication. Une fois arrivé au « Old Absinthe House », il poussa la porte du bar. Toujours les mêmes habitués attablés autour d’un jeu de cartes, une pinte de bière à leur côté. Toujours la même gérante si avenante derrière son bar pour laquelle il nourrissait une certaine affection, Alistair l’aimait bien. En s’avançant à l’intérieur de la pièce, il jeta un coup d’œil à l’ensemble des individus présents et se contenta de les saluer d’un simple signe de tête lorsqu’ils le remarquèrent. Il vint se positionner en face de Riley, et un rare sourire, peu marqué certes, mais il était là, s’étendit de chaque extrémité de sa bouche. Il était content de la voir, après tout elle était également une des raisons de sa fidélité au bar. « -Bonsoir Riley. » Il passa sa main devant ses yeux, se pinçant l’arrête du nez, visiblement fatigué par la journée qu’il avait passé. Son coude vint se poser sur le comptoir et encore une fois, il passa commanda. « Comme d’habitude. Un vesper. Et un deuxième pour toi. » Oui pour elle, il avait pris l’habitude de lui commander des verres. Et non il ne toucherait pas au sien, il ne devait pas, il devait résister, une lutte de chaque instant dans un tel lieu.  

Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 565
↳ Points : 424
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-huit ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman ; CURTIS HARDING | wednesday morning atonement ; JORDA SMITH | i am
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: juice (me)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Last drink, Last hope • Riley   Mer 21 Fév - 16:45


« Dependence leads to subservience »

Riley J. Nott & Alistair Jenkins
featuring

La visite de Regan l'avait profondément chamboulé. Il était parti aussi vite qu'il était arrivé, comme un courant d'air venu pour la réchauffer le temps d'une étreinte. La sorcière ne savait pas quoi penser de cette entrevue éclair. Ni l'un, ni l'autre n'avaient vraisemblablement prévu leur incartade matinale aux fausses allures de retrouvailles. A la froideur et aux éclats de voix avaient cédés les corps et les âmes meurtris par le deuil. Bien que perplexe, Riley ressentait un profond soulagement. Il lui avait fallu deux ans pour enfin libérer sa parole. La mort de Martin avait été si brutale, que la sorcière avait vécu dans un déni infini, qui l'avait empoisonné jusqu'alors. Cracher sa colère au visage de Regan avait été salvateur, même si elle aurait souhaité que son ami reste davantage à ses côtés. Elle espérait le revoir, même si cette pensée la laissait fébrile. En deux ans, leur chemin ne s'étaient croisés qu'au bon vouloir de coïncidence ou de désagrément. S'il n'avait pas été blessé ce matin-là, serait-il venu la voir ? Aurait-il pensé à elle ? Riley n'en était pas certaine. Pourtant, elle se voulait optimiste. Trop de négativité avait pressé son cœur ces derniers temps. Elle voulait croire au retour de son meilleur ami. Que celui-ci endosse à nouveau son rôle pour leur bien commun. Porter le deuil de Martin l'avait éloigné de trop d'êtres chers, quand elle aurait eu le plus besoin d'eux. Étrangement, la journée se déroula comme sur un nuage, duquel Riley ne redescendit qu'avec l'agitation du soir. Aux premières couleurs changeantes du ciel nocturne, le Old Absinthe House se transforma en fourmilière. La rumeur du retour de "l'Homme Masqué" avait couru dans toute la ville. Certains semblaient s'en inquiéter, d'autres s'en réjouir. La sorcière n'y portait guère attention. Elle savait déjà qu'une épée de Damoclès tanguait au-dessus de sa tête depuis qu'elle avait rejoint la Résistance. Que ce fameux Hide dévoile ses actions aux yeux de tous ne changerait pas grand chose à son destin. Elle s'était faite à l'idée d'être un jour arrêtée, conduite au Colosseum ou pire, de mourir sur le terrain comme Martin. Bien sûr cette perspective l'effrayait, mais pour rien au monde elle ne voudrait stopper son combat. Le Gouvernement en place lui avait pris bien plus qu'il ne lui avait donné. Contrairement à ce qu'il laissait croire, il n'imposait pas la sécurité, mais la terreur aux habitants de la Nouvelle-Orléans. La milice abusait de ses pouvoirs et Riley en faisait la douloureuse expérience quotidienne.

Une voix familière l'apostropha tandis qu'elle faisait couler deux pintes de bière ambrée d'un innocent distributeur à soda. En se retournant, elle posa ses prunelles acajou sur la chevelure blonde du bellâtre Alistair. Elle ne l'avait pas revu depuis plusieurs semaines. Son dernier passage dans son bar avait été amèrement mémorable, puisqu'elle l'avait retrouvé au bord du coma éthylique. Il s'adressa à nouveau à elle pour commander un verre d'alcool et un second à son attention. La sorcière le regarda longuement, les lèvres pincées, un brin de colère fronçant ses traits délicats. Se pouvait-il qu'il ait tout oublié à la faveur de l'alcool inondant son sang cette matinée-là ? Il semblait agir de la sorte. Comme si rien ne s'était passé. Pourtant Riley ne l'oublierait jamais, elle. Cette vision d'horreur de trouver le blond à moitié mort, derrière sa benne à ordures. Ses membres lâches, les yeux clos et pour seule respiration, un relent d'alcool. L'effroi qu'elle avait ressenti en le voyant ainsi avait été proche de celui connu à la mort de Martin. Une terreur l'envahissant de toute part. Une panique généralisée dans son cerveau et son corps tremblant de façon irrémédiable. Après coup, Riley n'avait pas compris comment elle avait réussi à trouver assez de sang-froid pour lui venir en aide. Elle avait agi mécaniquement, apathique face au corps inconscient d'Alistair. Grâce à quelques incantations, elle avait pu l'éveiller assez pour le transporter à l'intérieur de son bar. Elle l'avait ensuite allongé sur une banquette, la tête penchée sur le côté en cas de régurgitation. Les heures suivantes avaient paru interminables à la sorcière, qui s'était efforcée de tout mettre en œuvre pour aider le blond à dessaouler. Elle l'avait obligé à boire un mélange d'eau salée et de citron pour le faire vomir. Ce qu'il avait fait abondamment durant plus d'une heure, avant de finalement replonger dans un état second. Dès lors, Riley l'avait veillé avec attention, surveillant de près son rythme cardiaque et sa température corporelle. Elle l'avait couvert de plusieurs couches pour faire stopper ses tremblements. Cela avait duré presque toute la matinée. Une matinée durant laquelle, elle aurait dû s'occuper de tellement de choses plutôt que de lui sauver la vie. Mais la sorcière s'en était trop voulue sur le moment pour lui faire la morale. Elle lui avait simplement conseillé de manger et de s'hydrater autant que possible dans les heures à venir. Les mots qu'ils avaient échangé avaient été brefs, tant la gêne les avait contrit. Au milieu de l'après-midi, il avait quitté son bar et n'était plus revenu, jusqu'à ce soir. Après un moment d'hésitation, Riley sortit deux verres à cocktail qu'elle posa sur le comptoir, avant de se baisser pour sortir une bouteille d'eau fraîche d'un réfrigérateur. « Alors... Une dose de gin, une dose de vodka, une dose de Lillet... » scanda-t-elle à haute voix, en versant habillement trois doses d'eau fraîche dans les verres et alternant la bouteille entre ses mains pour donner l'illusion de changer d'alcool. Elle remit ensuite la bouteille au frais, puis découpa des rondelles de citron, dont elle retira la pulpe. « ...et un zeste de citron ». Elle avança les verres face à Alistair, non sans lui faire cadeau d'un regard froid. « Un Vesper Light pour monsieur. Garanti sans gueule de bois » conclut-elle sur un ton profondément sarcastique. Non, elle ne lui servirait plus jamais d'alcool, même s'il ne touchait pas à son verre. Elle refusait de reproduire sa mascarade. Il devait s'estimer heureux qu'elle ne refuse pas catégoriquement de le servir après s'être comporté comme un abruti fini.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5192-don-t-pity-the-dead-pity- http://www.mercy-in-darkness.org/t5854-about-time-o-riley
 

Last drink, Last hope • Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-