AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 radio FM with no static at all ♦️ Matthias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3793
↳ Points : 427
↳ Arrivé depuis le : 23/10/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Godfrey Gao
↳ Age du Personnage : 34 ans physiquement, plus de six siècles le sépare de son année de naissance
↳ Métier : animateur radio
↳ Opinion Politique : membre de la résistance, il soutient la trêve avec le gouvernement, en faisant parfois des heures supplémentaires en sous-marin
↳ Niveau de Compétences : général (niveau 2), sens-surdéveloppés et auto-régénération (niveau 3)
↳ Playlist : Live To Die Another Day ▬ MIYAVI ♦️︎ Locking Up The Sun ▬ POETS OF THE FALL ♦️︎ Soulève-Moi ▬ DANIEL BALAVOINE ♦️︎ Won't Get Fooled Again ▬ THE WHO ♦️︎ Nuit ▬ JJ GOLDMAN ♦️︎ Original Sin ▬ INXS ♦️︎ Hurricane ▬ 30 STM ♦️︎ Radio Gaga ▬ QUEEN ♦️︎ Town Without Pity ▬ GENE PITNEY ♦️︎ La Ruelle des Morts ▬ HUBERT FELIX THIEFAINE
↳ Citation : « We are what we protect, what we stand up for. »
↳ Multicomptes : Ashley L. Nott
↳ Couleur RP : skyblue



les petits papiers
↳ Copyright: avatar | writerinafoxhole, code signature | ASTRA, gifs | tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: radio FM with no static at all ♦️ Matthias   Sam 14 Avr - 13:47



radio FM with no static at all
Matthias & Xavier

« Loud peace propaganda makes war seem imminent. »
Effervescence dans le studio t les bureaux ce matin, le service de la propagande du gouvernement viens leur rendre visite alors tout doit être carré, nickel, pas un écart, surtout pas et tout doit être prêt. Xavier lui observe les derniers prévenus préparer leur rapport ou maquette d'émission qu'ils espèrent aura le sceau officiel du bureau. Ils passeront tout au crible, des chiffres d'audiences, aux subtilités dans les propos des uns et des autres. L'animateur ne se fait pas vraiment de soucis, il a appris que la censure comme les membres de la propagande était malins, mais qu'il y avait encore un peu de leste, juste assez pour avoir l'illusion qu'il faisait bien son travail avec un peu plus de liberté que les autres. Si ça ne tenait qu'à eux, tout serait simplement enregistré à l'avance, leur donnant la marge de manœuvre nécessaire pour éviter tout débordement ou message passer en douce. L'opinion publique pourrait alors douter de tout ce qui passé sur les ondes, voilà pourquoi tout, pour le moment était encore en direct. Les jours étaient comptés, il suffisait d'un simple débordement pour que tout vole en éclats et que les bandes passe au ciseau, comme les articles des journalistes.

« Tiens, il y a une coupure d'électricité dans le secteur. » Lui faisait remarquer son voisin, Xavier, une tasse à la main, jetait alors un coup d'œil au building d'en face à travers la fenêtre. Difficile de vraiment le remarquer, il est encore tôt, mais en effet, le noir est tombé dans la rue, fait rare dans le quartier. Enfin, personne ne s'inquiète, la station possède un générateur, gracieusement fourni par le gouvernement pour s'assurer que la radio ne s'interrompe jamais. Comme la télé, la radio est dans tout les foyers, à certaines heures, les gens doivent au moins l'avoir allumer, afin d'écouter les informations, les nouvelles que le gouvernement voulait faire entendre à tous, relayer plus tard dans la journée par la télé.

Tout ce dispositif, n'était pas normal, en tout cas pas pour Xavier, mais pas non plus de la façon ces pairs ayant connu un semblant de démocratie ne trouverait cela pas normal que le gouvernement ait autant d'influence sur les medias, non, ce n'était pas normal car même en presque trois ans à la radio, l'animal continuer à trouver le médium fascinant. Il était bien conscient du pouvoir qu'il représentait, c'était bien cela qu'il trouvait intéressant, à quel point un simple poste de radio pouvait ouvrir l'horizon. Enfin, actuellement, l'horizon ne s'étendait pas plus loin que la vision du gouvernement, mais les radios pirates de la résistance prenaient le relais. Parfois, il prenait bien conscience qu'il était bien loin de l'idéal de liberté qu'on lui avait vendu lorsqu'il s'est retrouvé complètement désarçonné dans un environnement inconnu où il avait tout à apprendre. Tout s'était écroulé en un rien de temps et il s'était laissé porter par les évènements et ses rencontres. Finalement, il aurait très bien pu être un autre homme s'il était tombé sur des membres de la communauté ou des personnes privilégier qui se sont accrochées au pouvoir. Finir comme un homme tout terrain ou un peacekeeper, non, ce n'était pas impossible. Il ne regrettait pas être tombé sur quelqu'un aussi animé par les principes démocratique et finalement, il s'était bien laissé légèrement conditionné par ces idées au départ, car il fallait bien commencer par quelque chose et tout ce concept lui échappait à l'époque.

Cinq ans plus tard, Xavier continuait à chercher sa voie et la trêve lui avait ouvert les portes nécessaires pour lui permettre de se forger sa propre opinion sur la situation actuelle. Pas de murmures déterminés des résistants pacifistes, ni le venin des plus extrêmes, il était devenu à présent réceptif aux convictions de ceux qui soutiennent le gouvernement, comme aux langues de bois, les hypocrites et les conditionnés. En vérité, il ne voyait pas vraiment de différence entre un camp ou l'autre, tous étaient persuadés d'être dans le vrai, tous avaient un bagage qui justifiait leur position et finalement, les choses étaient bien plus compliquées qu'une analyse dialectique. Ni blanc, ni noir, beaucoup de gris, dans ce genre de constat, il comprenait tous ceux, comme Itzal, qui finalement choisissait de trouver le meilleur moyen de survivre, sans trop se mouiller. À tout moment, Xavier pouvait lui aussi choisir de prendre ce recul, mais finalement, ce n'était pas dans sa nature, il avait tout autant besoin de comprendre et donc de s'investir, même s'il voyait les failles, les forces et surtout le danger d'un tel numéro d'équilibriste qu'il réalisé actuellement sans filet.

Alors, au micro de son émission qu'il anime avec d'autres collègues, il espère apporter quelque chose, un peu d'espoir, un peu de divertissement, un peu de tout et de rien, juste ce qu'il faut pour obtenir un sourire des auditeur et l'approbation du gouvernement. Et ça marche, puisque la propagande s'invite, de temps à autre, avec des guests pour livrer des message un peu moins objectif, mais c'est le jeu et Xavier s'y plie, conciliant, pour le moment.

Matthias est arrivé. Qu'on lui chuchote à l'oreillette, une bonne nouvelle qui le fait sourire, levant la tête pour apercevoir le jeune homme de l'autre côté avec la régis. Xavier terminait son segment avant de lancer ce que le gouvernement considérait de la musique appropriée avant de se lever pour accueillir leur invité de marque.

« Tu viens apporter un peu de soleil à cette matinée morose? » Taquine l'animal sans préambule, tout en serrant la main de son comparse. Comme d'habitude, un membre du bureau de la propagande n'est pas loin, dans un coin de la salle, il veille au grain sur leur poulain. L'animateur radio espérait pouvoir faire une échappée avec son invité en fin d'émission, juste histoire de souffler un peu et de discuter, tout les deux n'avaient jamais vraiment pu discuter. Le Victor des Hunter’s Seasons était un homme occupé.

Spoiler:
 
(c) DΛNDELION

_________________
❝ mayday, mayday... the ship is slowly sinking ❞ A little rebellion now and then is a good thing, and as necessary in the political world as storms in the physical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5357-xavier-everybody-wants-to http://www.mercy-in-darkness.org/t5421-xavier-time-quietly-kills-us

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: radio FM with no static at all ♦️ Matthias   Sam 5 Mai - 16:00

   FEATURING Xavier & Matthias
   « C’est inacceptable !! »

La main a frappé le cuir vernis de la voiture grondante et la voix s’est faite tonnerre. Tout le département de la propagande est au qui-vive, les vidéos et révélations d’un certain Hide en nouvelle surprise matinale des plus désagréables. "Chose promise chose due" a chuchoté aux habitants de la Nouvelle-Orléans l’homme masqué et il n’a pas mentit. Trois jours après une première salve, dans un effroi silencieux, Matthias a regardé les images défilées, les textes fondre sous les yeux et la mort condamner en images putrides plus d’une âme connue.

Ayalone. Il sait déjà mais voir sur autrui est une image qui brûle la rétine. La rousse est devenu injoignable et il attend fébrilement la fin de la journée pour partir à sa recherche et mieux comprendre. Beatriz. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour lui parler ? Peut-être qu’il aurait mieux valu ne pas le faire d’ailleurs. Peut-être.

Il y a des passe-droits, des humiliations, des bouches avides et d’autres soumises, des sacrifices - tellement - de quoi réveiller les étincelles d’une Résistance discrète, de quoi rappeler au peuple qu’on l’étouffe petit à petit, l’anneau d’or se rapetissant autour du doigt de la mariée rougissante.

Et il y a son supérieur qui tonne dans le bureau principal, gigote ses bras en moulinets terribles, le pas tel Zeus dans son Olympe, les éclairs dans les yeux et le fracas dans la bouche. La propagande s’est fait doubler, hurle-t-il. Les débris sont coupants au sol et il va falloir les ramasser. Matthias regarde par la fenêtre, le soulagement bourdonne aux oreilles. Il ne sera pas victime de chantage lui. La vidéo a été rendue puis détruite, la chance a tourné à son avantage et les Dieux se sont montrés cléments. Pourtant, l’inconfort persiste, tenue dans le bas du ventre, mortel au creux du cœur. Et si.

Un simple raclement, un lever de poussière et l’on perçoit ses chaînes : pas d’alcool, pas d’homosexualité, pas d’extravagances et de libre-pensée. Rien qui ne dévie, rien qui ne soit impie. Matthias cligne des yeux en regardant l’extérieur, la chaleur délivrant ses vagues ardentes sur une ville maussade. Au loin les sirènes de la sainte Milice perce le silence grésillant. Les premières arrestations vont probablement avoir lieu maintenant que les images ont tournés et que les révélations ont été bues en poison douceâtre.

Ils sont attendus à la Radio, le rendez-vous habituel s'est transformé ici en affectation d'urgence. La Radio - une majuscule pour un média tenu d’une main de fer par un Gouvernement impitoyable. Le leste y est illusion, la croyance d’une vie pulsant au rythme d’un nouveau monde, fantomatique. Matthias retire sa veste et ramène ses cheveux en arrière. Il fait chaud ici aussi, trop. Il a encore l’angoisse qui lui galope dans ses veines, la curiosité de savoir où ses amis sont et ce qu’ils pensent de tout ça. L’un d’entre eux tourne suavement, la silhouette élégante et le sourire lumineux. Xavier est de ces personnes qui semblent faite pour des temps immémoriaux où le thé liait les conversations et les livres tombaient des mains. Pourtant c’est par la voix que son camarade se fait connaitre, douce et pleine, aussi enrichissante qu’un champ de blé un après-midi d’été. « Tu viens apporter un peu de soleil à cette matinée morose? » Matthias sourit, l’ivoire brillant en réponse de lumière. « C’est plutôt moi qui devrait dire ça. » L’accolade est fugitive mais sincère et l’œil glisse vers son supérieur qui déjà s’éclipse en compagnie du directeur de Xavier dans des allées obscures. « La ville est morose cela dit. Et le soleil ne faiblit pas mais je n’en suis pas responsable. J’aime bien l’été mais pfiouuuu. C’est un peu comme les bols de Rice Krispies, tu te demandes quand le bruit du riz soufflé va s’arrêter. » Xavier ne saisissait jamais aucune de ses références, comme si l’Apocalypse lui avait fait oublier tout vestige de leurs vies d’avant. Dans un romantisme désenchanté, l’ancien vainqueur aimait à croire qu’il s’agissait d’un désir de la part de l’asiatique : celui de ne pas se retourner vers un passé à jamais perdu.

Le blond abaisse un interrupteur, la loupiote verte devenant rouge, l’assurance d’être seuls. « Tu vas bien ? » La curiosité perle sur la langue et le bout des cils. La radio a les premières informations – en même temps que l’autre média – mais ce sont celles délivrées par les grandes instances et si la télévision a été piratée par Hide, cela n’a visiblement pas été le cas des locaux où ils se trouvent. « Tu n’es pas au courant, n’est-ce pas ? Mon boss doit être en train de raconter au tiens cela dit. On est venu tellement vite j’ai cru que c’était Michael Schumacher qui conduisait. » L’œil cherche le point d’eau. « Il a recommencé. Mistermask...enfin Hide. Il y a quoi ? une petite heure. Je te raconte pas l’état du siège télévisuel. Autant te dire que ton flash info là, il va être plus que surveillé. »

Après tout, des têtes allaient tomber.

Littéralement.



_________________
Such wow. Much propaganda.


Dernière édition par Matthias Petersen le Mar 8 Mai - 12:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3793
↳ Points : 427
↳ Arrivé depuis le : 23/10/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Godfrey Gao
↳ Age du Personnage : 34 ans physiquement, plus de six siècles le sépare de son année de naissance
↳ Métier : animateur radio
↳ Opinion Politique : membre de la résistance, il soutient la trêve avec le gouvernement, en faisant parfois des heures supplémentaires en sous-marin
↳ Niveau de Compétences : général (niveau 2), sens-surdéveloppés et auto-régénération (niveau 3)
↳ Playlist : Live To Die Another Day ▬ MIYAVI ♦️︎ Locking Up The Sun ▬ POETS OF THE FALL ♦️︎ Soulève-Moi ▬ DANIEL BALAVOINE ♦️︎ Won't Get Fooled Again ▬ THE WHO ♦️︎ Nuit ▬ JJ GOLDMAN ♦️︎ Original Sin ▬ INXS ♦️︎ Hurricane ▬ 30 STM ♦️︎ Radio Gaga ▬ QUEEN ♦️︎ Town Without Pity ▬ GENE PITNEY ♦️︎ La Ruelle des Morts ▬ HUBERT FELIX THIEFAINE
↳ Citation : « We are what we protect, what we stand up for. »
↳ Multicomptes : Ashley L. Nott
↳ Couleur RP : skyblue



les petits papiers
↳ Copyright: avatar | writerinafoxhole, code signature | ASTRA, gifs | tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: radio FM with no static at all ♦️ Matthias   Sam 5 Mai - 20:23



radio FM with no static at all
Matthias & Xavier

« Loud peace propaganda makes war seem imminent. »
Accolade et première référence qui cause un léger haussement de sourcil sur le visage de l'animateur qui ne peut que laisser un sourire amusé s'étirer sur ses lèvres. Il ne comprenait peut-être pas la référence au Rice Krispies, ni comment ds riz soufflés pouvait être comparé au temps dehors, mais apparemment Matthias se plaignait déjà de l'humidité caractéristique de la région, même si ces 5 dernières années la météo n'était plus vraiment quelque chose de fiable. Xavier n'était pas gêné par l'humidité, il avait vécu dans un pays où les étés pouvaient être à la limite du supportable, il en savait quelque chose pour avoir porté un uniforme lourd en plein cagnard. Enfin, tout ce genre de détails, il n'en avait jamais fait part à Matthias, tout deux n'avait pas vraiment eu l'occasion de discuter de ce petit détail. Détail étant que Xavier avait six siècles derrière lui et qu'en cinq ans, il avait dû se débrouiller pour apprendre une langue complètement étrangère et assimiler une culture très différente de la sienne. Enfin, il n'allait pas se plaindre, il aurait été dommage de manquer l'existence de la radio et si la télé le fascinait aussi, il trouvait cela moins agréable. Visuellement, les images imposées par le gouvernement d'une certaine violence et on avait beau lui expliquer qu'il n'y avait pas que cela, la télévision ne l'intéressait pas, il préférait voir le monde de lui-même qu'à travers un écran dont a la lumière lui donnait des maux de tête. C'était peut-être obligatoire à l'avoir, l'entendre, la regarder, mais il n'avait pas à aimer ça.

Et puis quelques jours la télé, il l'aimait encore moins. Comme si ça ne suffisait pas au gouvernement, il fallait que Hide s'en serve d'une manière assez controversée. Xavier ne cautionnait pas du tout cette action de la part du chef de la résistance. Qu'une chose pareille vienne de la résistance n'excusait en rien l'humiliation publique. Le choc était là, mais il ne laissait rien paraître au travail, il se doutait bien que l'effervescence dans le bureau et l'annonce de l'arrivée de la propagande avait un lien avec les dernières révélation. Les noms d'Aritza, Beatriz, et même ce médecin légiste, Aloy, avaient résonné et à chaque fois lui les images lui avait fait des noeux à l'estomac, alors qu'il s'était retrouvé obligeait de tout voir, tout entendre, au risque de se faire réprimander. En quoi cet acte de la part de Hide était si différent de ce que faisait le gouvernement ? En quoi était-ce juste ? La pilule ne passait pas et il ne savait même plus comment réagir, car il ne comprenait pas à quoi tout cela rimait, en quoi cela permettait de nourrir les espoirs de ses troupes qui auraient pu subir le même genre d'humiliation, en quoi cela apportait raison à la résistance. Il préfère se nourrir de rat mort trouvé dans le quartier le lus pourri de la ville que d'avaler les excuses que des résistants pourraient lui apporter, du genre 'c'est un mal pour un bien'.

De la foutaise, où était le bien quand on brisé des vies en plus.

À la radio, ils n'en avaient pas encore parlé. Pas avant qu leur soient donner les directives à suivre, comme les réactions à avoir à l'antenne. C'était bien pour ça que Matthias était là avec son directeur. Justement, ce dernier disparaissait en compagnie de l'employeur de l'animateur radio, le laissant seul avec Matthias. Ils n'allaient certainement pas parler de la météo, ni de la coupure d'électricité.

S'il va bien ? Il se garderait bien de partager son malaise, il ne savait pas trop ce qu Matthias pensait de la résistance et du reste, il hocha donc vaguement la tête. Ce n'était pas vraiment une réponse, il y avait eu plus d'enthousiasme, plus de spontanéité de sa part par le passé. L'ancien pompier appuyait alors sur le bouton qui empêcherait des oreilles trop indiscrètes de venir les interrompre. Xavier sentait venir le sujet houleux de leur conversation, ne pouvant s'empêcher de sourire alors que son interlocuteur s'emballait. Même sur un sujet critique, Matthias, restait Matthias. L'animateur n'avait même pas le temps de répondre à la première question que Matthias lui racontait son trajet, il le regardait alors un peu perdu, il ne savait pas trop à qui il comparait le chauffeur, peut-être une personnalité sportive qui lui avait échappé. Le sport, ce n'était pas forcément un sujet qui l'intéressait et il a encore du mal à comprendre comment conduire une voiture peut-être un sport, mais bon, il avait déjà eu du mal à assimiler le concept de la voiture. Depuis, il s'y était fait bien entendu.

Matthias enchaînait, le nom de la bête noire du gouvernement s'échappe.

« On a vu oui, c'est difficile de manquer quoi que ce soit dans cette ville quand ça passe à la télé. » Le ton taquin de Xavier semblait presque sincère et léger. « Ne t'inquiète pas, dans ces cas-là, on me donne un papier bien rédigé et je n'ai même plus besoin de réfléchir. » La remarque cynique lui échappe, le ton est donné, à l'abri des regards, il se lâche un peu.

Il y avait beaucoup trop de choses à accumuler.

Face à ces nouvelles révélations, Xavier n'était pas certain s'il réagissait parce qu'il y avait eu des noms et visages connus cette fois-ci ou parce qu'il trouvait que le faire en deux temps relevait presque du sadisme de la part du chef de la résistance. L'animateur radio s'en fichait un peu de l'état du siège télévisuel, il s'en fichait même de savoir si ce genre d'image avait été truqué ou sorti de leur contexte. Il ne voyait que résultat du chaos engendré, la paranoïa, les arrestations, un possible durcissement des prohibitions déjà mises en place et surtout, il se demandait bien ce que la résistance en pensait de tout ça. La délation, ce sont les méthodes encouragées par le fascisme, Xavier ne savait peut-être pas qui était Michael Schumacher, mais il avait pu lire quelques livres d'histoire. La résistance venait d'utiliser des méthodes encore plus violente que celles qui avait traînées son père et sa famille dans la boue. Il ne savait même pas où commencer si Matthias venait lui demander son avis sur tout ça, alors, il décida de le devancer un peu, piqué au vif, il partage son sentiment.

« Je ne comprends pas à quoi Hide joue. » La déception est là, l'incompréhension aussi. Il se penche un instant vers la table, ouvrant le placard pour en sortir deux bouteilles deux, en tendant une à Matthias. Le ton amer, le visage légèrement durcis, lui qui avait tendance à rayonner face aux constats les plus obscurs, il ne cachait guère son dégoût. « S'il cherchait à mettre tout le gouvernement en rogne, c'est réussit, mais il semble avoir oublié ceux qui vont subir le contre-coup. Si c'est comme ça qu'il veut grossir les rangs de la résistance, il va droit dans le mur. » Pour lui, ce qu'avait fait Hide lui rappelait le genre de chose qu'une brute fait subir à sa victime pour la tyranniser.

Le chef de la résistance était tombé bien bas.
(c) DΛNDELION

_________________
❝ mayday, mayday... the ship is slowly sinking ❞ A little rebellion now and then is a good thing, and as necessary in the political world as storms in the physical.


Dernière édition par Xavier S. Cai le Dim 13 Mai - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5357-xavier-everybody-wants-to http://www.mercy-in-darkness.org/t5421-xavier-time-quietly-kills-us

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: radio FM with no static at all ♦️ Matthias   Jeu 10 Mai - 11:18

   FEATURING Xavier & Matthias
« On a vu oui, c'est difficile de manquer quoi que ce soit dans cette ville quand ça passe à la télé. » Le sourire est de guingois. Les citoyens n’avaient pas le choix face à la lucarne rectangulaire, les images prédécoupées puis disposées sur leurs rétines soumises. C’était presque intriguant la façon dont tout le monde oubliait qu’il n’était plus sous une démocratie et que les libertés si chères à chacun fut un temps disparaissaient comme sucre dans l’eau. Le corps et l’esprit s’accoutumait avec rapidité à l’absence de mouvements, les gestes statues pour des pensées de pierre. L’œil était la lumière du corps, si l’œil était vertueux, tout le corps en était illuminé. C’était là qu’intervenait la Propagande et son service diligent : dans la lumière nouvelle émise à bon escient. Elle prenait les meilleures dispositions pour vous illuminer, tout du moins c’est ce que lui avait offert en guise de discours de bienvenue son chef incroyable. « Ne t'inquiète pas, dans ces cas-là, on me donne un papier bien rédigé et je n'ai même plus besoin de réfléchir. » Matthias acquiesce doctement. « Je ne sais pas non plus. » Il hésite, semble se raviser avant de jeter un coup d’œil vers la porte close. « En fait, j’ai bien failli y passer aussi… une connerie vraiment, un truc faux mais… ça aurait pu être mal interprété. » Les illusions fonctionnaient tout autant qu’une vérité si bien utilisée.

En chuchotis rapides, l’œil vrillé sur la lumière rouge et la porte fermée, Matthias explique la soirée terrible, la voix basse contre Xavier et son calme olympien. La mission étrange consistant à interpeller un camion de nourriture, l'équipe composée de visages inconnus et l'issu rocambolesque de cette nuit inoubliable. « La docteur, si j'ai compris... ben on l'a vu ce matin sur les vidéos découvertes. Pourtant, elle avait réussie la mission elle aussi. Je ne suis pas certain du coup que tout ce que Hide ait montré soit vrai mais ça ne changera pas grand-chose pour ceux qui se sont fait épinglé en technicolor. » Il avait reconnu la jolie brune qui piaillait trop fort, les images ténébreuses de son secret dévoilé en crève-cœur absolu. Il avait reconnu le roux aussi alignant les verres comme d’autres des perles sur un fil. De quoi leur faire perdre leurs boulots et plonger dans les méandres vaporeux de la Nouvelle Orléans.
Il étend ses jambes avant de les remettre, l’entrainement des pompiers lui manquent, l’absence d’exercices rudes se faisant sentir sur l’élastique de la peau. « Y’a aussi l’autre problème… » Le nez se fronce tandis qu’il fixe Xavier d’un air entendu. Les traits de l’asiatique sont d’une régularité parfaite, les angles doux sous leurs couleur bronze. « Le piratage des transmissions. Ils ont tenté de couper les images live mais ça n’a pas fonctionné, autant dire que ça venait de l’intérieur. » Il comprenait n’est-ce pas ? La gravité. « Heureusement que t’es à la radio. » Conclu-t-il, une pointe de soulagement dans la voix. Ça ne dispenserait sans doute aucun d’entre eux de passer par les mailles et les interrogatoires d’une milice trop nerveuse mais ce ne serait rien en comparaison de l’équipe télévisuelle.

Il cille, l’idée presque fantoche. « J’aimerai bien savoir pourquoi maintenant. Et pourquoi ces gens-là. Y’a pas grand-chose de logique dans tout ça. Je crois surtout qu’Hide veut mettre le chaos, un peu comme ses chiffons rouges dans les corridas. Après c’est pas grave dans sa tête s’il énerve tout le monde, tant qu’y a du spectacle. » La similitude avec l’arène et ceux qui la justifiaient lui saute à la gorge. Il déglutit avant d’offrir un faible sourire qui s’agrandit rapidement.

Cela lui avait fait du bien d'en parler.

« Et toi par contre, tranquille ? Alors que t’es si photogénique. » Il le pousse amicalement la main leste sur l’épaule, plus une accolade qu’autre chose. « J’ai au moins, » Il compte avec ses doigts, le nez en l’air et la conversation délibérément légère maintenant. « trois filles qui m’ont demandé si je te connaissais. » Le flash des dents se fait impertinent. « Je leur ai toute dit que tu donnais des coups de pieds aux petits chiots quand on ne te regardait pas. » La poignée de la porte tourne et il échange un regard, laissant les directives se faire. L’information dure quelques minutes et Matthias se fait silence tandis que son camarade - papiers dictés en main – achève son prestigieux office. La voix est sobre, réconfortante, un appel au calme dans ses heures de tempête, pile ce qu’il faut au Gouvernement pour apaiser les remous. Les mots ont été choisis avec précaution, les verbes transitifs, le vocabulaire comme un baume frais après un jour de trop grand soleil. Il pourrait presque y croire aussi, à l’abri des lèvres et de la voix hypnotique du chinois.

Les directeurs sont contents. Un problème à la fois et celui-ci est réglé. On les laisse, il y a d’autres cas et la milice est déjà au centre télévisuel leur dit-on. Matthias en profite pour faire signe à Xavier. « Good job. Allons grailler un truc, la journée va être longue et je trouve pas que je suis assez payé finalement. Ya de la bouffe encore au self ? » Rien n’était moins sûre avec les restrictions alimentaires et les tickets de rationnement. La nourriture tendait réellement à manquer au grand dam d’un Matthias sempiternellement gourmand. « Bon au pire, je connais un bouiboui, ils font des steaks de caïman, on dirait du bœuf kobé. C’est magique. Cela dit, ça vient de la forêt et des marais autour de la ville, p ‘tet l’endroit le plus chelou du monde…enfin de ce qu’il en reste. » La main passe sur le cou, masse le cartilage sous-jacent. « Tu dois revenir vite, non ? Le second flash est pas loin. » Un petit sourire crépita au coin des lèvres. « Si je te ramène bourré comme un coing au taf, sur une échelle du triangle des Bermudes à Pompéi, je serais dans la merde comment ? »



_________________
Such wow. Much propaganda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3793
↳ Points : 427
↳ Arrivé depuis le : 23/10/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Godfrey Gao
↳ Age du Personnage : 34 ans physiquement, plus de six siècles le sépare de son année de naissance
↳ Métier : animateur radio
↳ Opinion Politique : membre de la résistance, il soutient la trêve avec le gouvernement, en faisant parfois des heures supplémentaires en sous-marin
↳ Niveau de Compétences : général (niveau 2), sens-surdéveloppés et auto-régénération (niveau 3)
↳ Playlist : Live To Die Another Day ▬ MIYAVI ♦️︎ Locking Up The Sun ▬ POETS OF THE FALL ♦️︎ Soulève-Moi ▬ DANIEL BALAVOINE ♦️︎ Won't Get Fooled Again ▬ THE WHO ♦️︎ Nuit ▬ JJ GOLDMAN ♦️︎ Original Sin ▬ INXS ♦️︎ Hurricane ▬ 30 STM ♦️︎ Radio Gaga ▬ QUEEN ♦️︎ Town Without Pity ▬ GENE PITNEY ♦️︎ La Ruelle des Morts ▬ HUBERT FELIX THIEFAINE
↳ Citation : « We are what we protect, what we stand up for. »
↳ Multicomptes : Ashley L. Nott
↳ Couleur RP : skyblue



les petits papiers
↳ Copyright: avatar | writerinafoxhole, code signature | ASTRA, gifs | tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: radio FM with no static at all ♦️ Matthias   Dim 13 Mai - 21:50



radio FM with no static at all
Matthias & Xavier

« Loud peace propaganda makes war seem imminent. »
Déçu, perdu. Xavier avait bien conscience que ce n'était pas en discutant avec des membres du gouvernement qu'il retrouverait du réconfort. Néanmoins, ces derniers mois, il avait pris tellement de distance avec la résistance qu'il n'osait même plus donner des nouvelles. Peur de se faire taper sur les doigts, ou de partir dans une discussion qui pourrait se changer une confrontation où des mots de trop pourraient être dits. Le doute. Il était là, dans son esprit et Xavier se demandait si un résistant avait le droit d'en être la proie, en tout cas lorsqu'il s'agissait de leur leader. Surement pas et justement, c'était bien là le problème, le moment où on commence à douter de ce qui mène la révolution, comment faire pour continuer à soutenir la cause à laquelle on croit, sans passer pour un traître, sans trahir. Et au-delà de son conflit interne et personnel, il devait rester sur ses gardes, avec les actions de Hide, la trêve pouvaient bien être en péril, ou alors tout était un jeu psychologique, bien familier pour cet ancien soldat de l'armée impériale. Le plus longtemps pouvaient-ils se mettre la pression sans user de la violence, le mieux les deux partis se portaient, car l'un d'eux finirait bien par céder ou un troisième viendra ébranler cet équilibre, une alternative.

La révélation de Matthias le sort de ses pensées, il fronce les sourcils.

« De quoi tu parles? » Non, vraiment, qu'est-ce que ça voulait dire que Matthias avait faillit d'y passer, pour un truc faux en plus. Il veut en savoir plus, alors il se rapproche, après avoir lancé un œil vers la fenêtre qui donne sur le studio. L'ancien victor lui explique tout, il mentionne le docteur, Xavier suppose que c'est le médecin légiste, à moins qu'il y ait un autre docteur dans les personnes qui ont apparus ce matin, ce n'était pas comme si Hide avait fait leur profile en entier, juste leur nom et leur crime. La mission, les fameuses actions qui auraient prouver à l'homme masqué la loyauté et détermination de ceux qu'il faisait chanter. La vérité, Xavier pense que le gouvernement s'en moque, il reste assez confus par les confessions de son ami, pourquoi Hide en avait-il épinglé certain, si quelqu'un comme Matthias avait lui aussi fait partit de ce groupe. Une bourde de la part de Hide, un retour de karma peut-être, mais ce n'était pas vraiment satisfaisant, c'était plus frustrant et incompréhensible. Enfin, s'il n'y avait que cela, Matthias lui parle de la transmission live, que ce n'était pas piraté et donc un inside job. C'est possible, Xavier était bien à l’intérieur lui aussi, enfin, il n'avait aucune connaissance technique pour réussir un truc pareil, alors il n'aurait pas eu trop d'ennui. « Je suis un piètre technicien. Ils auraient perdu leur temps avec moi. » Tout s'apprend, mais la seule forme de piraterie qu'il connaisse est par la mer, alors le tout lui passe bien au-dessus de la tête. C'est le problème du gouvernement si le chef de la résistance est plus malin qu'eux et rien que cette petite pensée permet au cœur de souffler, avec une légère fierté de ce constat. Il est toujours en colère contre Hide, mais il admire ses compétences. Les propos de Matthias ne la calme pas, si Hide s'en fiche, alors pourquoi a-t-il monté une résistance, non, Xavier ne croit pas qu'il s'en fiche, en tout cas, il espère que ce n'est pas le cas, ou alors là la déception serait plus grande.

« Moi? » Il rigole, un rire jaune, amer, un peu gêné. Si Hide l'avait fait chanté, il aurait sûrement retourné sa veste ou alors il aurait au moins déserté, pas de doute, on pouvait le pousser loin, mais se faire menacer par un propre membre de son camp, pour prouver sa valeur, s'était dépassé les limites de son éthique personnelle. Quelqu'un prouve sa valeur par volontariat, par choix, par principe, pas parce qu'il y a une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ce genre de méthode ça laissait un goût amer. « Des filles? » Il y avait de l'écho, en fait, il réalisait qu'il n'y était pas du tout, que Matthias avait changé de sujet pour quelque chose de plus léger. Sa main passe dans ses cheveux, glisse sur son coup, alors qu'il détourne le regard. « Tu as bien fait. » Répondait-il avec un léger rire. C'est vrai que la gente féminine n'était pas insensible à son charme, et ce, malgré ses origines étrangères, quelque chose qu'il avait trouvé un peu perturbant, mais il s'y était fait, un peu comme il s'était fait à la diversité culturelle et humaine. Il fallait voir sa tête lorsqu'il avait croisé le premier homme noir de sa vie, ou quand il avait découvert les premières cartes complètes du monde avant qu'il ne disparaisse sous la colère de mère nature.

Xavier aperçoit son chef de l'autre côté de la baie vitré, il éteint l'interrupteur, les deux hommes entre, papier en main, c'est l'heure du flash d'informations avant de passer l'antenne à ses collègues. Il prend le papier, tout le monde quitte la cabine pour l'observer en régie, il s'installe, il lit rapidement les grandes lignes histoire de pouvoir se contrôler un minimum lorsqu'il le lirait pour toute la ville. O lui fait signe, il hoche la tête, casque en main et micro branché, c'es à lui de parler. L'annonce et les directives sont claires, il ne flanche pas, il n'a pas pour autant le ton condescendant du texte, il l'enrobe d'une certaine chaleur, ces mots qui semblaient glacés sur le papier. La lumière rouge s'éteint de nouveau, il entend un merci du directeur, puis un brouhaha qui est coupé. Il rassemble ses affaires et quitte la cabine pour retrouver Matthias.

« Grailler... L'écho encore. Ah! Ca veut dire manger ! Je ne sais pas trop, généralement c'est préparer à l'avance, alors je doute qu'ils aient prévu ta part. » Admettait Xavier avec un léger sourire amusé, après ils pouvaient toujours trouver ailleurs, dans le quartier, il devait y avoir un restaurant, enfin, il devait faire attention aux tickets de rationnement, la famine qui frappait la ville avait réduit beaucoup d'apport et un repas dans un bon restaurant, c'était voir quelques repas sautés. Ce qui n'était pas grave, il trouverait bien un rat ou une souris dans les égouts de la ville. Matthias lui propose un endroit qu'il connaît, du steak de caïman, du bœuf de Kobé, de la viande, il hoche la tête, du moment qu'il mangeait, il pouvait bien aller partout. « C'est mon collègue qui s'occupe de l'après-midi, je reste dans la rédaction pour préparer mon émission du lendemain, mais... » Il se penche vers Matthias, sous un air de confidence, il poursuit. « … Ils ont tendance à me mâcher le travail. » Ce n'était pas totalement vrai, ce n'était pas totalement faux non plus, mais Xavier pouvait prendre une pause lunch. « C'est interdit de boire, donc c'est une échelle inexistante que tu me décris. » Premier degré pur et simple, il voyait d'où venaient les références de Matthias, mais une fois de plus, il ne voyait pas le lien.

« On peut aller dans ton... Comment tu as dit ? Dans ton 'bouiboui', tu n'auras pas d'ennui, mais pas d'alcool. » Insistait-il en glissant ses papiers dans son sac en bandoulière avant de le passer par-dessus son épaule. « Je te suis, j'ai hâte de goûter ce fameux steak, mais toi ? Tu ne dois pas rester dans le coin, où tu es juste venu pour me faire un pep talk et du charme pour ton directeur ? Car si oui, ce fut un succès, je suis conquis. » Il le taquine, gentiment et en plus avec le ton, le petit sourire de séducteyr, c'est sûrement presque comme Noël pour l'ancien pompier.

Mais Xavier sentait bien que Matthias voulait le sortir de l'environnement étouffant et en alerte de la station pour quelque chose de plus familier et chaleureux, et donc, était-ce vraiment pour continuer leur discussion, pour voir ce que Xavier donne hors des murs. Matthias n'était peut-être pas un espion du gouvernement, et le résistant l'appréciait, mais il restait prudent, d'ailleurs, il devrait faire de même, les confidences sur la mission, si c'était tombé dans les mauvaises oreilles, Matthias pourrait bien finir au poste. La confiance du blond le touche, mais du coup, il s'inquiète aussi un peu pour lui.
(c) DΛNDELION

_________________
❝ mayday, mayday... the ship is slowly sinking ❞ A little rebellion now and then is a good thing, and as necessary in the political world as storms in the physical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5357-xavier-everybody-wants-to http://www.mercy-in-darkness.org/t5421-xavier-time-quietly-kills-us

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: radio FM with no static at all ♦️ Matthias   

Revenir en haut Aller en bas
 

radio FM with no static at all ♦️ Matthias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Central Business District-