AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1009
↳ Points : 1260
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2018
↳ Age : 24
↳ Avatar : elizabeth olsen
↳ Age du Personnage : vingt-cinq ans.
↳ Métier : trafiquante d'armes, croupière au bones. pieds et poings liés à nemesis.
↳ Opinion Politique : elle les méprise et maudit cette tyrannie qui ronge ce qu'il reste de monde. mais trop lâche, elle se contente de pester de loin, dans l'ombre.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : alicia keys, caged bird. tracy chapman, unsung psalm. eminem, deja vu. sia, breathe me. lana del rey, carmen.
↳ Citation : choices are sacrifices.
↳ Multicomptes : néant
↳ Couleur RP : tan



les petits papiers
↳ Copyright: timeless.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)   Mar 24 Avr 2018 - 16:28


fighting for peace, is like fucking for chastity

Derrière Beatriz, la porte du véhicule claquait enfin.
Et le moteur vrombissait, les éloignait des tirs incessants.
Pourtant la môme, elle n'osait toujours pas reprendre son souffle.

Elle était là, prostrée sur son siège, des kilos d'armes sur ses genoux. Elle ne respirait plus et fermait les yeux. Une seconde. Elle se laissait happer par la noirceur. Deux secondes. Elle tentait d'occulter le bruit des battements de son palpitant qui résonnait dans ses tempes. Trois secondes. Elle inspirait. Elle inspirait par le nez, tout l'air qu'elle pouvait. Quatre secondes. Elle recrachait. L'air, et surtout une grosse partie de l'angoisse qui la nouait.

Seulement après cela ses paupières se rouvraient, et ses iris accrochaient le rétroviseur central de l'habitacle dont elles étaient séparées par une espèce de glace.

Alors elle la fixait cette silhouette. Sans savoir si elle devait la remercier ou briser la matière qui les séparaient pour l'étouffer de ses mains. Elle la fixait, sans pouvoir s'en détacher, sans le vouloir non plus. Sans savoir faire le tri dans ses ressentiments. Et son coeur s'emballait de nouveau, son souffle aussi. Elle respirait fort, la môme. Trop fort. Et son faciès suintait de rage lorsqu'elle apercevait cette capuche se mouver légèrement. Il lui rendait son regard, ce connard. Pourtant elle ne voyait aucune prunelle, aucun centimètre de chaire. Alors bien que toujours cachée derrière sa cagoule, Maggie, elle avait pourtant la désagréable impression d'être nue. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle parlait ou qu'elle questionnait, et ce malgré le nombre de requêtes qui à toute vitesse défilaient dans sa tête. Qui êtes-vous, où vous emmenez-nous. Qui est derrière tout ça et vous, qu'est-ce que vous faites là. Lourd silence, rien d'autre que ce vague reflet n'existait sur le moment. Et si ses iris se voulaient insistantes, c'était parce qu'elle tentait d'apercevoir quelque chose. Un signe, n'importe quoi. Un indice sur la condition de ce fantôme, un autre sur la leur, sur l'après, sur leur destination, sur ce putain de futur incertain qui au fil des mètres parcourus ne se dessinait pas encore. Devions-nous mourir, était-ce qui était prévu depuis le début ? Êtes-vous une victime vous aussi, ou l'une des mains du diable venue terminer le boulot ? Ce n'était peut-être qu'un arrêt sur la route qui menait à la mort, celle dont elles avaient échapper avec un peu trop de brio. Rien n'affirmait l'inverse, rien ne prouvait qu'il en voulait à leur vie non plus. Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser au pire, maintenant qu'elle ne pouvait faire que cela, penser. Dans le feu de l'action c'était finalement plus facile, elle n'avait qu'à agir, elle n'avait qu'à foncer. Mais là, assise sur la banquette arrière d'une vieille bagnole, que pouvait-elle faire d'autre que craindre le pire ? Elles venaient d'échapper de peu au destin funeste qui semblait être le terminal de cette mission mortelle, mais peut-être n'était-ce là que le commencement, en fait.

Elles, au pluriel. Elle se rappelait alors qu'elle n'était pas seule, qu'un autre esprit juste à côté devait lui aussi se torturer. Pourtant en osant un regard ailleurs que sur l'ombre, c'était un tout autre spectacle qui se déroulait, bien loin de celui qu'elle s'était imaginée. « Putain de merde, qu'elle soufflait, en balançant au sol ce qui lui bloquait les jambes. tourne-toi vers moi, doucement, elle tentait d'accompagner le mouvement de la rousse, mais ses mains tremblaient légèrement et ces gestes qui auraient dû être assurés s'avéraient maladroits. que je regarde si la balle est sortie. » Mais pas de sang sur le devant de son haut, pas de second trou dans sa peau. Seulement cette tâche sur l'épaule qui gagnait toujours plus de terrain alors que le véhicule lui ralentissait, jusqu'à s'arrêter net, contrairement au flot vermeille.


Dernière édition par Margarethe Hansen le Jeu 17 Mai 2018 - 19:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5576-ticking-time-bomb http://www.mercy-in-darkness.org/t5580-hell-should-be-easy-maggie En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 811
↳ Points : 268
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Katherine McNamara
↳ Age du Personnage : 24 ans
↳ Métier : assistante d'Esperanza O'Connell, au Mary Rose. Anciennement barmaid.
↳ Opinion Politique : neutre. Pro gouvernement pour les apparences, coincée dans ce rôle qui la fait se sentir comme un imposteur.
↳ Niveau de Compétences : Un travail acharné dès l'adolescence lui a permis d'atteindre un niveau 3 général ( niveau 4 en perception de fantômes, niveau 3 en rêves prémonitoires, elle pratique le reste de façon très sporadique et très superficielle.) Cependant, en raison des événements qui ont bouleversé sa vie et de la magie qui disjoncte, ses compétences générales sont retombées au niveau 2.
↳ Playlist : way down we go + kaleo
hard times + seinabo sey
sober + p!nk
cupid carries a gun + marilyn manson
sin + nine inch nails
criminal + fiona apple
take me down + the pretty reckless
gods and monsters + lana del rey
humanity + scorpions
cold little heart + michael kiwanuka
↳ Citation : Before embarking on a journey of revenge first dig two graves.
↳ Multicomptes : aucun
↳ Couleur RP : #6699cc



les petits papiers
↳ Copyright: carole71
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)   Lun 7 Mai 2018 - 22:24

Fighting for peace is like fucking for chastity 
Beatriz & Margarethe
You, you said you'd save my soul and sacrificed the innocence that I will never know. Now it's time that you confess. They say the devil doesn't rest until the truth is told - Scorpions "The cross"

Comme il fallait s'y attendre, le chauffeur était masqué. Comment aurait-il pu en être autrement ? Le but de ces fauteurs de trouble était de rester anonymes, j'aurais dû me douter qu'ils ne nous feraient pas l'honneur de nous montrer leur vrai visage. C’était logique dans le fond. Je n'étais même pas sûre qu'il sache qui nous étions, puisque nous étions nous même cagoulées. Finalement ces fripes avaient eu leur utilité, peu importait l'endroit où nous allions, notre anonymat était préservé. C'était sans compter la milicienne qui avait infiltré nos rangs mais cette fille n'était pas dans nos préoccupations premières, c'était un problème que nous réglerons plus tard. Le plus urgent, il me semble, était de soigner cette blessure que ces saletés de miliciens m'avaient infligée. Je n'avais pas encore eu l'occasion de mesurer l'ampleur des dégâts, tout ce que je savais, c'est que ça faisait un mal de chien. Me rendre compte que j'étais encore capable de penser me rassurait, cela signifiait que j’étais encore consciente du monde qui m'entoure. Me dissocier de ma propre douleur était la condition nécessaire à ma propre survie. Cette règle d'or, apprise durant mes années d'apprentissage intensif, m'avait servi à de nombreuses reprises  Elle m'avait permise de rester debout lors de mon passage dans les arènes, là où mes adversaires tombaient comme des mouches. Dissocier m'avait sauvé la vie ce jour là, et c'était probablement ce qui allait me permettre de tenir le coup cette fois encore.  

C'était cependant plus facile à dire qu'à faire.  
J'avais entendu la détonation, l'odeur de poudre qui montait aux narines et prenait à la gorge.  
J'avais entendu la balle siffler à mes oreilles alors qu'elle avait manqué sa cible.  
La suivante, elle, avait atteint son but.  

Elle avait perforé ma peau, s'était enfoncée dans ma chair comme dans du beurre. Peut-être avait-elle éclaté l'os, peut-être avait-elle atteint les tendons, je ne saurais dire, je n'avais pas fait médecine après tout. Je restais avachie sur le siège arrière de cette bagnole qui nous emmenait loin de cet enfer. Tant pis si je dégueulassais le cuir de la banquette avec tout ce sang qui suintait de la blessure, ça n'avait pas la moindre importance. Mon regard vitreux rencontra le plafond. De nuit, il faisait toujours très  sombre à la Nouvelle-Orléans. Les vieux démons profitaient de l'obscurité pour sortir chasser. Ils ne nous laissaient jamais vraiment en paix. Les miens me ramenaient quelques années en arrière. Je me revoyais encore dans les arènes. Derrière ces vagues d'adrénaline la peur n'était jamais loin. Quand la pression retombait enfin, il ne restait plus qu'un vide abyssal, effrayant. C'était l'état d'esprit dans lequel je me trouvais actuellement. Quand j'étais là dedans, l'adrénaline m'avait donné des ailes. C'est grâce à elle que nous avons pu dévaliser l'armurerie de la milice. Je fermai les yeux quelques instants, je me laissais doucement sombrer.  Je ne m'inquiétais même pas de savoir où le chauffeur nous emmenait. Ce n'était qu'un détail. Je n'en avais rien à foutre en réalité.  

La voix de Maggie me ramena à la réalité. Mon visage se plissa sous l'effort tandis que je me redressais péniblement sur mon siège, étalant toujours plus de sang sur la banquette. Un bruit sourd m'indiqua que Maggie venait de balancer le sac rempli d'armes à nos pieds. Je tressaillis. Il n'y avait pas de risque qu'un coup parte par inadvertance, non ? Ce serait con de trouer le plancher. Ou de tuer quelqu'un. À nouveau, les images du braquage s'imprimèrent sur mes rétines. Je ressentais encore le corps du milicien que je tenais en joue, alors qu'il était bien vivant. Je le revoyais quelques secondes plus tard, étendu dans une mare de sang, les yeux grands ouverts et la gueule béante. Je n'étais même pas sûre qu'il ait réalisé ce qui était en train de lui arriver. Je n'avais pas compris moi-même. J'avais pris une balle et je saignais. Il n'y avait rien d'autre à comprendre.  

Maggie voulait que je me tourne vers elle de façon à vérifier si la balle était ressortie.  
Je m'exécutai sans faire d'histoires.

« À quel point c'est mauvais ? » m'enquis-je avec lassitude. « Est-ce que tu vois quelque chose ? La balle est toujours à l'intérieur ? »  

On avait du mal à croire que je parlais de mon propre corps tant je paraissais détachée. Ce n'était pas moi, qui étais en train de pisser le sang, ce n’était pas dans mon épaule que cette putain de balle s'était logée. Je ne saurais dire si c'était inquiétant ou non, mais je ne sentais pas la douleur, je ne sentais plus mon bras en réalité. Lorsque je réalisai cela, ma panique monta en flèche. Parfaitement réveillée, je regardai Maggie, les yeux agrandis par la terreur.  

« Je n'y connais pas grand-chose en blessures par armes à feu, mais je suis à peu près certaine que ce n'est pas normal que je ne sente plus mon bras. » Les larmes, bien réelles, commencèrent à me monter aux yeux – je ne voulais pas être paralysée à vie. « Tu crois que la balle aurait pu rompre un nerf, un tendon ou n'importe quoi ? Tu crois qu'on peut finir paralysé à cause d'une balle à la con? Maggie... » Je murmurai le prénom de la blonde, comme une supplique. « Il faut la sortir de là. Je ne peux pas rester comme ça. »

Comment je fais pour m'occuper de mon fils avec un bras en moins, moi ? Il aurait peut-être fallu y penser avant, non ? Je me tortillais sur mon siège, je me dévissais la tête pour tenter d'apercevoir quoi que ce soit – mais on voyait que mon châle, et la tâche écarlate qui imbibait la fibre sombre. Frénétiquement je me dégageai les épaules, non sans m'empêtrer dans l'étoffe.  

« Maggie, aide-moi. » Mon ton était pressant, suppliant. « Tu vois quelque chose ? » Je ne voyais qu'une tâche pourpre, qui s'agrandissait de seconde en seconde. J'avais beau bouger, je ne ressentais plus aucune sensation, plus rien. « Putain et pourquoi il ne réagit pas, l'autre ? » Je parlais évidemment du chauffeur. « Il nous emmène où ? Il ne va quand même pas s'arrêter en plein milieu d'un champ pour nous buter d'une balle dans la tête ? »  

L'autre, lui, était toujours muet. La voiture sombre filait dans la nuit, nous emmenant, Maggie et moi, à une destination inconnue.    
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1009
↳ Points : 1260
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2018
↳ Age : 24
↳ Avatar : elizabeth olsen
↳ Age du Personnage : vingt-cinq ans.
↳ Métier : trafiquante d'armes, croupière au bones. pieds et poings liés à nemesis.
↳ Opinion Politique : elle les méprise et maudit cette tyrannie qui ronge ce qu'il reste de monde. mais trop lâche, elle se contente de pester de loin, dans l'ombre.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : alicia keys, caged bird. tracy chapman, unsung psalm. eminem, deja vu. sia, breathe me. lana del rey, carmen.
↳ Citation : choices are sacrifices.
↳ Multicomptes : néant
↳ Couleur RP : tan



les petits papiers
↳ Copyright: timeless.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)   Jeu 10 Mai 2018 - 16:09

La lassitude dans la voix de Beatriz, elle s'en allait doucement. Et très, trop rapidement, l'apparent détachement laissait place à cette panique qui lui rongeait l'âme, aussi vite que cette satanée balle avait dévoré les tissus de sa peau.

Ne pas paniquer, ne pas s'affoler devant les prunelles suppliantes de la rousse. Ne pas se laisser prendre au jeu de l'angoisse. Ne pas trembler, ne pas démontrer par des traits crispés à quel point tout cela lui semblait mauvais à la môme. « C'est possible qu'elle est touché un muscle, ou un nerf ouais, ou les deux, mais ça elle se gardait bien de le révéler. mais l'angoisse joue vachement sur le cerveau aussi, donc je sais que c'est compliqué, mais essaye de te détendre. » Un regard qui devenait vitreux, et toujours cette panique dans la voix. Elle suppliait, Bea, mais l'autre se murait dans le silence. Parce qu'elle ne voulait pas laisser filer le pire, parce qu'elle ne voulait pas donner de faux espoirs non plus. Et surtout parce qu'elle n'en savait rien en fait, parce qu'elle était incapable de jauger la gravité de cette putain de plaie de laquelle des litres de sang semblaient s'échapper. Un flot vermeille qui ne voulait se taire, et toujours cette couleur enivrante qui la ramenait au sien, de jais ou presque. Alors égoïstement, elle remerciait le ciel. Elle le remerciait pour avoir empêché que ce soit elle, affaissée sur cette banquette arrière. Parce que présentement, elles pouvaient filer vers l'hôpital si la situation virait au cauchemar. Avec Beatriz sur le brancard, elles ne risquaient pas de se faire bannir de cette ville - ou de ce monde.

Mais cela n'empêchait pas les premiers signes d'une crise de panique de se laisser percevoir. Mains moites, une incapacité à rester de marbre et son coeur qui tonnait toujours plus fort. Si c'était elle. Si c'était elle sur ce siège putain, elle serait sûrement morte. Que la balle se soit logée dans son poumon ou seulement dans sa chaire, elle serait sûrement morte. Parce qu'elle aurait dû cacher la bête, ce parasite en elle qui se laissait deviner à la vue de son sang. Et parce qu'elle n'avait même pas son bipeur sur elle pour faire venir Orfeo. Seule Beatriz aurait pu la sortir de là. Et si l'ami qu'elle appelait habituellement n'était pas médecin, la rousse l'était encore moins. Alors elle se serait contentée de rester là, incapable, impuissante, à contempler le sang couler le long d'une peau qui prenait une teinte inquiétante.

Putain, Bea. Assez de ces pensées égoïstes qui ne la rassuraient même pas. Ses belles couleurs son acolyte, elle, elle les perdait vraiment. « Je vais te sortir de là ok, fais-moi confiance, on va sortir de là, restait à savoir comment, en maintes morceaux d'âme ou les pieds devant. mais arrête de bouger Bea, je ne peux rien voir si tu n'arrêtes pas de bouger. » Pas suffisamment insistante, pas suffisamment courageuse la môme pour plaquer le dos de sa comparse sur le cuir noyé par son sang. Parce qu'il n'y avait rien de plus à voir. Parce qu'elle avait déjà tout vu au premier coup d’œil. « Et ne te préoccupes pas de lui, visiblement il nous ramène seulement au point de départ. » Une fois ses prunelles habituées à la pénombre environnante, les contours de l'ancien hôpital se laissaient effectivement deviner. Alors malgré tout ce qu'elles venaient d'endurer, il y avait fort à parier que ce n'était pas encore leur heure - même si sur l'instant, c'était bien la dernière chose qui l'inquiétait. En fait, sûrement la mort serait-elle plus douce que la nuit qui s'annonçait. « Je vais t'aider à sortir, qu'elle murmurait en ouvrant sa portière. mais avant, attend. » un genou toujours sur le siège et l'autre pied à terre, elle tentait de dérouler le châle dont la rousse s'était rendue prisonnière. Et délicatement, elle le passait tout autour d'elle et lui coinçait tant bien que mal le bras contre son buste. Ça ferait bien l'affaire, ça soutiendrait son membre à la manière d'une attelle le temps de regagner l'intérieur du bâtiment - du moins elle l'espérait, et c'était bien là tout ce qu'elle pouvait faire pour l'instant de toute façon.

_________________
ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5576-ticking-time-bomb http://www.mercy-in-darkness.org/t5580-hell-should-be-easy-maggie En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 811
↳ Points : 268
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Katherine McNamara
↳ Age du Personnage : 24 ans
↳ Métier : assistante d'Esperanza O'Connell, au Mary Rose. Anciennement barmaid.
↳ Opinion Politique : neutre. Pro gouvernement pour les apparences, coincée dans ce rôle qui la fait se sentir comme un imposteur.
↳ Niveau de Compétences : Un travail acharné dès l'adolescence lui a permis d'atteindre un niveau 3 général ( niveau 4 en perception de fantômes, niveau 3 en rêves prémonitoires, elle pratique le reste de façon très sporadique et très superficielle.) Cependant, en raison des événements qui ont bouleversé sa vie et de la magie qui disjoncte, ses compétences générales sont retombées au niveau 2.
↳ Playlist : way down we go + kaleo
hard times + seinabo sey
sober + p!nk
cupid carries a gun + marilyn manson
sin + nine inch nails
criminal + fiona apple
take me down + the pretty reckless
gods and monsters + lana del rey
humanity + scorpions
cold little heart + michael kiwanuka
↳ Citation : Before embarking on a journey of revenge first dig two graves.
↳ Multicomptes : aucun
↳ Couleur RP : #6699cc



les petits papiers
↳ Copyright: carole71
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)   Mar 22 Mai 2018 - 22:42

Fighting for peace is like fucking for chastity 
Beatriz & Margarethe
You, you said you'd save my soul and sacrificed the innocence that I will never know. Now it's time that you confess. They say the devil doesn't rest until the truth is told - Scorpions "The cross"

J'avais tellement pris l'habitude de dissocier que je n'avais même plus conscience de mon propre corps. C'était comme si mon âme s'était libérée de son sarcophage de chair et s'isolait complètement du monde. Dans ces moments là, je me sentais vide, je ne réagissais plus à rien. Parfois, il m'arrivait de me reconnecter, de reprendre conscience du monde qui m'entoure. Je ressentais la souffrance physique, la douleur mentale. Je ressentais la peur, je ressentais le chagrin. Et, tout au fond, tapie dans l'ombre, l'angoisse demeurait, empoisonnait peu à peu mes rêves pour les transformer en cauchemars. Mon corps s'était à peine remis du précédent traumatisme qu'il en subissait un nouveau. Mon corps était abîmé, il était un véritable champ de ruines qui témoignait de mon vécu difficile. Dans un monde tel que le nôtre, chacun morflait à différents degrés mais certains payaient un plus lourd tribut que d'autres. C'était confortable, de ne rien ressentir, de ne pas se soucier de quoi que ce soit. C'était un luxe que je ne pouvais pas me permettre. Quand je ressentais toutes ces choses, j'avais envie de mourir. Une blessure par balle, ce n'était rien au regard du mal qui me rongeait depuis si longtemps. Cette blessure, dans le fond, n'était rien d'autre qu'une piqûre de rappel : j'étais bel et bien vivante et c'était moi qui aurais pu être criblée de balles et non ce mec. Je n'étais qu'un dommage collatéral. Je m'en remettrai, ce qui n'était pas son cas à lui.

Maggie me parlait, mais je n'écoutais pas ce qu'elle disait. J'étais bien trop focalisée sur mon bras paralysé pour prêter attention à quoi que ce soit d'autre. Je sentais que quelque chose n'allait pas, et cela n'avait rien à voir avec cette sensation étrange. C'était un sentiment qui me prenait aux tripes, qui ne me lâchait plus tant il imprégnait mon être tout entier. Ce sentiment s'accentua lorsque Maggie me dit qu'il était possible que la balle ait touché un nerf ou un muscle, exactement comme je le pressentais. Je réagis à peine lorsque le mot angoisse franchit ses lèvres. Certes, dans des cas de panique extrême, l'angoisse pouvait clouer sur place même les plus vaillants d'entre nous, mais ce n'était pas ça, je n'étais pas paralysée au sens figuré mais au sens littéral et je me sentirai mieux quand ce truc sera sorti de mon épaule. En attendant non, je ne pouvais pas me détendre alors même que mon cœur cognait comme un sourd dans ma poitrine et que mon imagination s'emballait, élaborant des scénarios tous aussi catastrophiques les uns que les autres. Ce ne serait que justice, après tout, que je crève à mon tour. Un prêté pour un rendu, c'est ainsi que vont les choses, pas vrai ? Si je devais crever ce soir, alors, j’aurai suivi ce milicien jusque dans la tombe. Sauf que moi je n'aurai pas le droit à des funérailles en grandes pompes, mon cadavre sera abandonné au fin fond d'un marécage et, dans six mois, tout le monde aura oublié qui j'étais.

Ce ne fut que lorsque je repris mon souffle que je me rendis compte que je retenais ma respiration depuis quelques secondes. l'air vicié se fraya un chemin douloureux jusqu'à mes poumons et laissa des traînées de feu sur son passage. L'odeur cuivrée du sang me monta aussitôt aux narines, tellement nauséabonde qu'elle me souleva le cœur. Les soubresauts de cette voiture pétaradante n'aidaient en rien, j'en avais assez d'être secouée dans tous les sens. Aussi fus-je particulièrement soulagée lorsque la voiture s'arrêta enfin. Je ne savais toujours pas où nous étions – quelle importance cela avait-il de le savoir, si nous allions mourir ? Si le pire venait à se produire, je pourrais toujours revenir sous forme de fantôme et errer jusqu'à ce que je tombe sur un sorcier capable de communiquer avec esprits. Ainsi, je pourrai lui dire où se trouve mon corps. Ce n'était qu'une hypothèse, bien évidemment, car il était peu probable que je revienne en tant que fantôme. Alors, la solution était toute trouvée. Il était impossible que je meure cette nuit, parce qu'une blessure par balle à l'épaule, en soi, n'était pas mortelle. De plus, Maggie ne promettait qu'elle allait me sortir de là, que nous allions sortir de là toutes les deux. Elle non plus, ne voulait pas mourir, pas comme ça. L'angoisse chevillée au corps, l'instinct de survie en étendard, j'étais plus que jamais déterminée à me battre encore, jusqu'à mon dernier souffle s'il le fallait. Maggie avait raison. Il fallait que j'arrête de bouger. Pour que j'arrête de m'agiter dans tous les sens, il fallait que je me calme, que je me recentre. A commencer par ignorer ce chauffeur qui de toute façon ne nous apportera aucune réponse. Il nous ramenait au point de départ, disait-elle, là où cette soirée cauchemardesque avait commencé. Putain de merde. C'était logique dans le fond, il n'allait pas nous déposer devant notre porte, ce serait bien trop risqué, pour lui comme pour nous. Une telle sorte de bagnole ça attirait forcément les soupçons. Quand bien même, si nous avons su nous déplacer jusqu'à ce lieu maudit nous saurons tout aussi bien rentrer chez nous.

Putain de pervers.
Des malades, voilà ce que Hide et sa clique étaient, des foutus malades, des fous à lier.
Pour sûr, à côté je paraissais saine d'esprit.

Malgré la répugnance que j'éprouvais pour les contacts physiques, je me laissai faire lorsque Maggie m'aida à me dépêtrer de mon châle souillé. Foutu pour foutu, elle plaqua mon bras contre mon buste et me fit une attelle rudimentaire. Lorsque cela fut fait, nous pûmes nous extirper de cette caisse à la con. Un mouvement trop brusque me fit gémir de douleur. Je serrais les dents pour garder le silence, pour ne pas montrer que mon corps était en train de me lâcher.

« J'vais le brûler. » murmurai-je, la bouche sèche et pâteuse. « Mon châle. Je vais le brûler. » J'avais l'air démente comme ça, mais c'était la seule idée qui me trottait en tête. « Les caméras…Je crois qu'elles se sont réenclenchées quand nous étions encore dedans. Il ne faut plus que je porte ces fringues, plus jamais. » 

Parce que ce serait con que ce soit ma tenue vestimentaire qui me trahisse. D'ailleurs, l'illusion qui camouflait mes tatouages s'était estompée depuis bien longtemps, ils étaient désormais apparents, reconnaissables entre mille. Entretenir cette illusion m'avait pompé trop d'énergie, et je n'étais pas certaine qu'elle se soit maintenue jusqu'à ce que nous sortions de ce trou à rats.

« Il faut qu'on sache ce qui est arrivé aux autres. » Voilà que je faisais part de mes doutes, alors que c'était une véritable course contre la montre qui s'engageait. « Je ne sais pas qui est ce mec que tu sembles connaître pas plus que je sais si on peut leur faire confiance mais la fille…je crois que je l'ai déjà vue quelque part. » C'était même une impression qui ne me quittait pas depuis tout à l'heure. « Je suis quasiment sûre qu'elle fait partie du gouvernement. Je prie pour qu'il ne lui vienne pas l'idée de tout balancer sinon on est dans la merde. » Je suis dans la merde vu que j'étais bien plus connue que les autres mais je me gardai bien de formuler cette pensée. « Tu crois qu'il va tenir parole ? Hide ? Il a dit qu'il allait balancer si on échouait. On a réussi alors qu'ils ont quitté le navire bien avant. Qu'est-ce qu'il a dit déjà ? Il balance tout ce soir, non ? Tu crois qu'il y en a d'autres comme nous ? Qu'est-ce qu'ils ont eu à faire à ton avis ? Je ne crois pas que ce soit aussi dangereux que nous…l'armurerie de la milice putain. »

Un peu plus et on y laissait la peau. J'avais promis de me calmer, mais mes pensées continuaient à dérailler, toupie infernale qui ne s'arrêtait pas. Peut-être que cela pouvait être considéré comme de la curiosité malsaine mais c'était plus fort que moi. Je voulais savoir. Egoïstement, je ne voulais pas être la seule à avoir foutu ma vie en l'air.

« Bon, on entre ? » m'enquis-je en désignant l'asile désaffecté. « Cet endroit me colle la chair de poule mais peut-être qu'ils n'auront pas tout pillé et qu'on trouvera du matos pour soigner cette merde. »

Je n'étais pas impatiente de retrouver les esprits errants qui hantaient ce bâtiment lugubre mais au moins nous serons à l'abri, tout du moins je l'espérais.    
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1009
↳ Points : 1260
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2018
↳ Age : 24
↳ Avatar : elizabeth olsen
↳ Age du Personnage : vingt-cinq ans.
↳ Métier : trafiquante d'armes, croupière au bones. pieds et poings liés à nemesis.
↳ Opinion Politique : elle les méprise et maudit cette tyrannie qui ronge ce qu'il reste de monde. mais trop lâche, elle se contente de pester de loin, dans l'ombre.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : alicia keys, caged bird. tracy chapman, unsung psalm. eminem, deja vu. sia, breathe me. lana del rey, carmen.
↳ Citation : choices are sacrifices.
↳ Multicomptes : néant
↳ Couleur RP : tan



les petits papiers
↳ Copyright: timeless.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)   Mar 29 Mai 2018 - 14:58

Les murs, décrépis. Et ces couloirs toujours si sombres. Ces bruits au loin, ces grincements entêtants, cette impression d'être épiée et suivie, tout le temps. Tout était identique. Rien n'avait bougé depuis cette poignée d'heures ou de minutes que le petit groupe avait passé à l'extérieur. Pourtant, l'atmosphère s'avérait étonnement plus agréable, presque confortable. La môme pouvait respirer à plein poumons et ne craignait plus de passer les tournants, ni de s'infiltrer dans les salles. Dingue, comme tout pouvait changer en un rien de temps. Ce qui semblait être l'antre d'une mort certaine plus tôt devenait ce refuge rassurant dont elle avait claqué la porte derrière elles sans la moindre hésitation. Elles étaient à l'abri. Elles étaient enfermées dans ce lieu inconnu et infâme qui grouillait sûrement d'âmes néfastes, mais elles avaient un toit sur la tête et des murs si épais autour d'elles que rien ne semblait pouvoir les atteindre. Et ça faisait du bien. Putain, ce que ça faisait du bien. Même ce silence que seul le bruit de leurs pompes brisait lui semblait si apaisant maintenant. Les fantômes ne faisaient pas le poids contre la menace du dehors, et les couinements des rats étaient presque agréables, après le bruit de balles. « On s'en tape des autres, ces enfoirés se sont tirés comme des lapins, c'est tout ce que je retiens. Qu'elle daignait répondre après avoir laissé parler l'autre dans le vide tout le chemin. C'était comme si ses paroles ne pouvaient percer les murs, alors qu'une minute plus tôt elle avait cette désagréable impression qu'ils filaient directement aux oreilles de la milice. Les murs les protégeaient. C'était complètement débile comme réflexion, mais ça la rassurait. Le gars, c'est un client du Bones. Ce qui veut dire qu'il se fou de la prohibition et de toutes ces conneries, donc il va se tenir loin des emmerdes et fermer sa gueule à propos de ce qu'il s'est passé ce soir. » Elle laissait filer les mots tel un putain d'automate, et ses prunelles détaillaient meubles et bibelots, cherchaient désespérément quelque chose. N'importe quoi, pour que le sang de la rousse ne teinte plus le sol et arrête de marquer leur chemin. « Et si Madonna fait partie du gouvernement, elle aura plutôt intérêt à se la fermer aussi, parce qu'elle est aussi mouillée que nous, si ce n'est plus. Un bref regard sur le châle de Beatriz qui devenait de plus en plus vermeille, mais elle ne s'attardait sur ses traits. A quoi bon, tant qu'elles ne trouveraient rien, ils n'auraient de cesse de s'affaisser. Je préfère ma place à la sienne, parce que si elle parle, elle se retrouvera dans l'arène avant d'avoir pu décrire nos trois visages. Nous, le temps qu'ils nous retrouvent... » Elle faisait s'abaisser une poignée de plus et la porte dévoilait ce qui semblait être une ancienne salle d'auscultation. Phrase coupée nette, elle s'infiltrait dans l'antre sans un mot et ouvrait chaque tiroir, chaque boite abandonnées.

Mais rien, elle sortait bredouille, agacée. Putain d'hospice où seules poussières et ombres traînaient encore. Elles devaient s'arrêter. La rousse devait se poser, se reposer. Elle ne pouvait pas continuer à déambuler ainsi et pourtant, l'arrêter sans rien trouver pour la soigner serait égal à signer son arrêt de mort. « Et Hide, qu'elle reprenait, résignée. L'oeil se faisait moins vif et l'espoir s'amoindrissait alors que le flot de mots reprenait. c'est qu'un putain de taré, mais un putain de génie sûrement. Le genre de petit con qu'on voit dans les films, capable de hacker la planète entière en un claquement de doigt, mais incapable de survivre en société. C'est sûrement pour ça qu'il se planque, et le jour ou il enlèvera son masque, j'suis sûre qu'on sera face à un putain d'ado aux cheveux bien brossés sur le côté. Elle s'arrêtait la môme, faisait face à l'autre, attrapait son regard. Mais t'en fais pas trop, j'suis pas sûre qu'on risque grand-chose toi et moi, tant qu'on arrive à passer entre les mailles du filet de la milice. » Sortir d'ici sans se faire prendre relèverait du miracle. S'évader d'un hôpital abandonné, ça semblait si simple après tout ce qu'elles avaient fait ce soir et pourtant, chaque acte semblait toujours plus délicat que le précédent. « On a fait le taff Béa. Les autres non, mais ce n'est pas notre putain de problème. Qu'ils crèvent ces lâches, ok ? On aurait pu y rester à cause de ces enfoirés, alors ce qui peut leur arriver je m'en fous comme de l'an quarante et tu ferais bien de penser la même chose. Le regard se voulait insistant, l'intonation aussi. Qu'ils aillent se faire foutre, et maintenant on bouge parce qu'il faut trouver quelque chose pour te soigner dans ce putain de foutoir. » Et vite, parce que le temps manquait.

_________________
ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5576-ticking-time-bomb http://www.mercy-in-darkness.org/t5580-hell-should-be-easy-maggie En ligne

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)   

Revenir en haut Aller en bas
 

fighting for peace, is like fucking for chastity (beatriz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m) Nick Bateman ⍢ I'm still fighting for peace
» Peace and Love, mon frère [qui veut]
» Elias Nirvana Blackburn ◄ Peace of dream
» Peace, man !
» PEACE OF MIND ► SOA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fourth Chapter: Around The World :: Around The World :: Flashback-