AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let down... - Jooley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 32
↳ Points : 14
↳ Arrivé depuis le : 24/04/2018
↳ Age : 27
↳ Avatar : Mike Vogel
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Bricoleur en herbe
↳ Opinion Politique : Il est d’accord pour dire qu’un gouvernement est nécessaire pour éviter l’anarchie. Cependant, il est loin de cautionner tous les actes commis.
↳ Playlist : Zayde Wolf - The Jungle
Two Feet - I feel Like I'm Drowning
Tamer - Beautiful Crime
Esterly ft Austin Jenckes - Bad Man
Le Castle Vania - John Wick Mode
Kaleida - Think
Nostalghia - Plastic Heart
Hoverphonic - Mad About You
Dead Posey - Don't Stop The Devil
The Pretty Reckless - Going To Hell
In The Moment - Adrenalize Me
Cave Town - Green
Stephen - Play me like a violin
Grandson - Thougths and Prayers
↳ Citation : "Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation."
↳ Multicomptes : Nop.
↳ Couleur RP : #0099ff



les petits papiers
↳ Copyright: @GIPHY
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Let down... - Jooley   Ven 4 Mai - 19:31

Pâris sursaute en ouvrant les yeux. Légèrement paniqué, ses prunelles bleutées bougent dans tous les sens pour essayer d’identifier l’endroit. Il met plusieurs secondes avant de le reconnaître : son atelier. Avachi dans son canapé, il s’est probablement endormi d’épuisement quelques heures auparavant. En poussant un petit cri de douleur, il peine à se redresser correctement dans l’assise. Son dos et sa hanche le font souffrir. Il faut dire que dormir dans un canapé défoncé n’est pas forcément l’idée du siècle si l’on souhaite se réveiller sans avoir pris une mauvaise position. Après avoir repris une position décente, l’ancien marshal essuie les quelques gouttes de transpiration qui perlent sur son front. Tout en posant ses yeux sur la petite table basse, il comprend la raison de ses cauchemars. Habituellement, le massacre de son convoi en 2013 hante ses nuits mais pas cette fois. Aujourd’hui il a eu le plaisir de revivre son accident en boucle et de ressentir tout pleinement à chaque fois.
En silence, il se penche légèrement en avant pour tirer le dossier cartonné à lui. Il se met à tourner les pages une à une qu’il connaît absolument par cœur. Tout y est : Les différents rapports d’interventions, son dossier médical complet avec le résultat de tous les examens et les comptes rendus ainsi que le rapport final le privant à jamais d’exercer en tant qu’US marshal s’il n’y avait pas eu la fin du monde. Lorsqu’il tourne la dernière page, ses yeux se posent sur une photo : Son partenaire et lui, bras dessus, bras dessous, sont en train de rire tandis qu’ils portent tous les deux un chapeau ridicule de cowboy dans les locaux de Sacramento. Alors que ses doigts viennent frôler l’image, il finit par la saisir avant de la retourner.

« A mon partenaire,
A mon ami,
A mon frère,
Je suis fier d’être, jour après jour, à tes côtés.
Jason
»

Ses lèvres se mettent légèrement à trembler alors qu’il ne peut retenir les larmes qui montent à ses yeux. Le jeune Bishop laisse retomber l’image sur la petite table avant de baisser la tête. Dévasté par la tristesse, il se laisse aller pendant quelques instants. Son mécanisme de défense reprend le dessus. Sa tristesse se mue en rage. Il vient écraser son poing violemment sur la table avant de la faire voler contre le mur dans un fracas de tous les diables. Les feuilles se mettent à voler devant le canapé avant de retomber paisiblement. Dans une veine tentative d’expulser ce sentiment qui le ronge intérieurement, il hurle de toutes ses forces jusqu’à que sa voix se brise. Jamais son regard bleuté n’a été aussi ardent. Il frappe de son poing gauche une première fois le mur puis une seconde fois et une troisième fois. Alors que le plâtre, déjà pas en très bon état, s’enfonce légèrement à chaque coup, la peau sur ses phalanges est arrachée en lambeaux laissant une trace de sang visible sur le mur. Sans rien dire, il agite sa main en bougeant ses doigts avec difficulté. Il ne daigne même pas regarder l’état de sa main avant de se trainer jusqu’à la salle de bain. Prendre une douche lui fera le plus grand bien…

Complètement séché et habillé, Pâris retourne dans son atelier avant de s’asseoir sur le tabouret en face du plan de travail. Ses yeux se posent alors sur le tourne-disque. Certains de ses clients ont décidément des lubies étranges. C’est la fin du monde et on vient le voir pour réparer un vulgaire tourne-disque. Ce n’est pas comme si il y n’y a pas des choses plus importantes à faire que d’écouter de la musique, comme par exemple, aller chercher des vivres et du matériel. Non certains préfèrent rester terrer dans cette ville et se voiler la face en essayant de rétablir un semblant de normalité. Il souffle doucement sur la machine pour retirer un peu de poussière dessus. Alors qu’il essaye de contrôler les tremblements de sa main meurtrie, il tente de se concentrer sur le dispositif musical. Après l’avoir branché sur un petit générateur, il regarde s’il fonctionne. Le petit moteur se met en route mais a visiblement des ratés. Quelque chose dont il est tout à fait capable de s’occuper…

Avec difficulté, l’ancien marshal se sert de sa main valide pour dévisser ce qu’il peut sans endommager l’appareil. En voyant la porte de son atelier s’ouvrir, il pivote pour faire face à la personne dans l’entrée. Encore elle. Sans rien dire, il retourne à son office. Alors qu’il pince ses lèvres, manifestation de sa concentration, il arrive à bout de la dernière vis non sans mal. Tout en se servant de son avant-bras gauche et de sa main droite, il soulève le couvercle et finit par le poser sur le côté. Le mécanisme à présent visible paraît simple mais usagé. Il y a plus de boulot que prévu…

« Je peux t’aider ? »

Sa voix enrouée et son ton sec donne vraiment la sensation que le jeune homme est un ours. Après avoir grogné auprès de la jeune femme, il repose ses yeux sur l’engin. Pâris le fait de nouveau fonctionner pour voir comment le mécanisme se comporte. Il fronce doucement les sourcils en tentant d’analyser le problème. Il vient frotter avec l’intérieur de sa main blessée sa barbe fraichement taillée. Après quelques secondes, il identifie le premier problème : la courroie.

Tout en tirant légèrement la langue, il se débat avec son tournevis et sa seule main valide pour remettre la pièce en place. Une action qui lui aurait pris seulement quelques secondes s’il n’avait pas eu la brillante idée d'exploser sa main contre le mur…

Ses yeux se posent sur une goutte de sang qui vient de s’écraser sur le plan de travail. Tout en se mettant à grommeler, il écarte sa main un peu plus sur le côté avant que cela ne tombe sur le tourne-disque. Il essaye une nouvelle fois de plier les doigts en serrant un peu les dents. Bien que la mobilité de sa main soit réduite à cause de la douleur, ses doigts n’ont pas gonflé et semble en place. Plutôt une bonne nouvelle…

Il laisse tomber doucement le tournevis avant de poser ses avant-bras sur le plan de travail. Ses yeux bleutés se posent alors sur la demoiselle dans l’atelier. Il se met alors à la fixer sans rien dire…

_________________







This isn't just a dream Stuck on a bad repeat Fighting the air to breathe
You can't touch me now
Took me a while to see It doesn't have to be You winning over me
You can't touch me now
I'AM A ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5770-paris-bishop-oh-were-here

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 32
↳ Points : 7
↳ Arrivé depuis le : 19/03/2018
↳ Age : 29
↳ Avatar : Alexandra Daddario
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Apprentissage (Infirmière)
↳ Opinion Politique : Résistance
↳ Niveau de Compétences : Lvl 0 mais costaud!
↳ Playlist : Five Finger Death Punch - Wrong Side Of Heaven
3 Doors Down - The Mountain
3 Doors Down - I'm a outsider
Liam Gallader - Wall Of Glass
Awolnation - Human
Shinedown - Devil
Alice Merton - No root
Imagine Dragon - Believer
↳ Citation : I'm on the wrong side of heaven, and the righteous side of hell.
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : Gras



les petits papiers
↳ Copyright: Green Arrow
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let down... - Jooley   Mer 9 Mai - 0:18

Il ne restait plus que des réveils iodés et un ennui pathétique. Chaque levé réclamait la même force pour oser redresser la tête, ouvrir les yeux et admettre. Le monde tombait et la chute ne s’arrêterait jamais. A quoi pouvait-on s’accrocher pour éviter de se faire éjecter ? Un but ? Un projet ? Une famille ? Un boulot ? Tous périssait un par un. Un soupir concédait à un ultime effort lorsqu’un boucan infernal lui traversa l’esprit. A grands coups, son voisin la sortait du lit et devant le miroir, Jooley enfila son masque, un sourire de clown, des poings serrés et un air aiguisé.

***

« Je peux t’aider ? »
La question tira un regard en coin en direction de Pâris. Si sa tête s’inclinait suffisamment, l’image de l’homme se changeait en ours grognon. Le manque de sommeil lui jouait des tours. Un pas machinal avait frappé le sol pour la porter jusqu’ici, dans l’atelier de Pâris. A croire qu’elle avait remonté le mécanisme dans un coin de son esprit et que le reste des rouages avait suivi le mouvement.

« Ta délicieuse voix mélodieuse m’a attirée jusqu’à toi à moins que ça soit ton nouvel instrument de musique. » Railla Jooley en désignant les marques de sang. Un pan de mur supporta l’épaule de la donzelle. Ce refuge encore vierge de coup et d’hémoglobine offrait un soutien primordial à un corps épuisé. L’endormissement la guettait, oiseau de proie planant sur sa cible. Dans les dessins animés, les personnages se retrouvaient affublés de petits oiseaux tournant autour de leur tête lorsqu’ils terminaient sonnés. L’image n’avait jamais parue plus correcte qu’aujourd’hui.

Néanmoins, cette torpeur cachait un détail qui éveilla de vielles réminiscences. L’atelier possédait cette odeur rassurante, connue et reconnue. Les effluves masculins qui régnaient là rappelaient à l’intruse la présence d’un autre mâle autrefois chéri et aimé. L’élan de colère que provoqua se souvenir se fracassa contre un sourire. La vie n’était qu’une pute. Elle venait à vous étaler ses possibilités, ses joies, ses amours et … se barrait en tortillant du cul lorsqu’elle réalisait que vous n’aviez plus de quoi payer. La vulgarité de ses pensées resta secrète, petite tare sagement camouflée. Nul besoin de rappeler les pertes. En grande mauvaise joueuse, Jooley ne souhaitait pas remuer ses échecs. L’observation de Pâris durant son labeur quotidien occupa assez de neurones pour éviter une nouvelle explosion de rire.

« Tu vas soigner tes doigts ? » Demanda une voix curieuse, élan soudain d’intérêt.
Lorsque le sang concernait les autres, tout changeait. Son cœur jouait les indécis. Tantôt sombres, tantôt colorées, ses émotions passaient de tout à rien du tout. Les joies des hormones soutenaient les plus aventureux. De telles sottises face à une femme en manque cruel de sommeil relevait du suicide. La réaction n’attendit rien de la réponse prévue. Déjà, son pas la propulsait en direction de la salle de bain en quête de quelques babioles pour le soigner. Il devait bien lui rester des pansements ou un peu d’alcool ? Au pire, une bouteille se planquait bien dans un coin de cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 32
↳ Points : 14
↳ Arrivé depuis le : 24/04/2018
↳ Age : 27
↳ Avatar : Mike Vogel
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Bricoleur en herbe
↳ Opinion Politique : Il est d’accord pour dire qu’un gouvernement est nécessaire pour éviter l’anarchie. Cependant, il est loin de cautionner tous les actes commis.
↳ Playlist : Zayde Wolf - The Jungle
Two Feet - I feel Like I'm Drowning
Tamer - Beautiful Crime
Esterly ft Austin Jenckes - Bad Man
Le Castle Vania - John Wick Mode
Kaleida - Think
Nostalghia - Plastic Heart
Hoverphonic - Mad About You
Dead Posey - Don't Stop The Devil
The Pretty Reckless - Going To Hell
In The Moment - Adrenalize Me
Cave Town - Green
Stephen - Play me like a violin
Grandson - Thougths and Prayers
↳ Citation : "Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation."
↳ Multicomptes : Nop.
↳ Couleur RP : #0099ff



les petits papiers
↳ Copyright: @GIPHY
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let down... - Jooley   Jeu 10 Mai - 13:29

Pâris relève directement ses yeux bleutés vers Jooley lorsque celle-ci lui balance sa petite pique. De manière générale, il se sentirait désolé d’avoir causé autant de bruits mais pas aujourd’hui. Il se racle doucement la gorge avant d’aboyer en direction de la jeune femme.

« Et je suppose que ma voix si mélodieuse à tes oreilles ne peut pas te faire dégager de là ? »

La voix de l’ancien marshal se brise par moment en fonction de son intonation. En vérité, il ne sait pas pourquoi elle ne cesse de venir ici. Depuis quasiment son arrivée dans cet atelier, à vrai dire. Il n’est pas spécialement tendre avec elle, surtout ces derniers jours, mais elle continue de venir, parfois pour lui parler, d’autres fois uniquement pour être ici. Elle se faufile en silence et le regarde faire quand elle ne va pas lézarder sur le canapé. S’il devait deviner les raisons de ces visites, il pencherait pour l’endroit… ou pour lui. Ce n’est pas comme s’il y a trente-six possibilités.

« Tu vas soigner tes doigts ?
- Non, ce n’est pas prévu au programme… »

Il n’a pas fini sa phrase que la jeune femme se décolle de son mur. Elle ne lui lance même pas un regard. Elle a cette capacité de totalement l’ignorer qui l’exaspère au plus haut point. Voyant que de toute façon, il ne peut pas lutter. Il se met doucement à hausser les épaules.

« Mais je t’en prie, fais comme chez toi… »

Le ton ironique de sa voix est légèrement masqué par sa voix enrouée. Il pose ses yeux sur le tourne-disque et juge qu’il ne sera pas capable d’en faire beaucoup plus pour l’instant avec sa main dans un état pareil. Ses yeux se posent doucement sur l’encadrement de sa porte qui mène à sa chambre et à sa salle de bains. Il se met à soupirer avant de se diriger dans la direction opposée. Sa vie de marshal est étalée sur le sol de son coin salon. Il se traine jusqu’à l’emplacement en se tenant doucement le bas de son dos.

Un peu plus calmement, il remet la table basse en place et commence à se baisser pour rassembler les feuilles. Il finit par les glisser intégralement dans le dossier cartonné. Le jeune homme bloque quelques secondes sur la photo puis finit par la mettre, elle aussi, dans le dossier. Dossier qu’il abandonne tranquillement sur la table basse. Alors qu’il fixe le trou ensanglanté dans le mur, il se met à grogner une nouvelle fois…

« T’es en train de faire quoi avec mes affaires ? »

Pâris se dirige alors vers sa chambre pour y rejoindre la jeune femme. Une fois sur place, il ne peut s’empêcher de pousser un profond soupir. Il pourrait rien lui dire et la laisser chercher dans la salle de bains quelque chose qui n’existe pas. Cependant, il sait que l’emmerdeuse pourrait le lui faire payer cher.

« Il va falloir que tu revois tes techniques de fouille… Plus de cinq minutes pour t’apercevoir qu’il n’y a rien dans la salle de bains, ce n’est pas glorieux…»

Il s’avance doucement vers son lit et soulève, de sa main valide, le sommier. Avec son pied, il pousse une petite boite métallique avant de reposer la structure en bois. Il attrape la petite boite, fait tomber le loquet et vide le contenu, assez maigre, sur le lit : Trois pansements, une demi bande médicale, un flacon rempli au tiers d’antiseptique et un autre rempli à moitié d’une solution hydro alcoolique.

Lentement, le jeune Bishop s’approche de la jeune femme, suffisamment pour se perdre quelques instants dans son regard. Il l’observe sans rien dire pendant quelques instants. Les traits tirés par la fatigue de la jeune femme ne lui arrachent même pas une once de culpabilité. Il sait qu’il est trop en colère pour ça. Pas contre elle non, mais comme souvent quand il est dans cet état, elle en fait quand même les frais. Il remonte doucement sa main blessée entre eux.

« T’en penses quoi ? »

La douleur fait trembler sa main. Sa peau lacérée sur ses doigts est parsemée de morceaux de plâtre. Ses doigts n’ont toujours pas gonflé mais les bouger reste difficile. Il sait, au fond de lui, qu’il va déguster…

_________________







This isn't just a dream Stuck on a bad repeat Fighting the air to breathe
You can't touch me now
Took me a while to see It doesn't have to be You winning over me
You can't touch me now
I'AM A ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5770-paris-bishop-oh-were-here

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Let down... - Jooley   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let down... - Jooley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans-