AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All Shades of Madness — Aimee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 249
↳ Points : 232
↳ Arrivé depuis le : 04/02/2018
↳ Age : 36
↳ Avatar : Charlie Hunnam
↳ Age du Personnage : 32 années étampées à la gueule
↳ Métier : Nettoyeur + Trafiquant d'armes et d'alcools pour la mafia Nemesis.
↳ Opinion Politique : Neutre. Ce monde me fait gerber, c'est tout ce qu'on doit savoir.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Champion - Barns Courtney || The devil you know - X Ambassadors || Whatever it takes - Imagine Dragons || Legend - The Score || Born for this - Royal Deluxe || Feel Invincible - Skillet || Castle - Halsey || Paint it Black - Ciara
↳ Citation : It's the battle within the good and the sin. With both sides standing strong. It's the permanent scars. How broken we are. It's the things that hurt us all.
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #ad6553



les petits papiers
↳ Copyright: Avatar (c) HOODWINK
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: All Shades of Madness — Aimee   Ven 11 Mai - 22:53



All shades of madness

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & Nicholas Townsend

They're all around me, circling like vultures. They wanna break me and wash away my colors. I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need your help, i can't fight this forever. I know you're watching, i can feel you out there. Take me high and i'll sing, you make everything okay. We are one in the same. You take all of the pain away.

La routine se ravinait comme une vieille peau échinée, et pourtant, plus rien ne semblait similaire au temps passé. Même le bruit de ses pas sur le bitume lui paraissait déficient, sombre écho bondissant contre les murets détériorés pour en éveiller de sordides chimères qu'il croyait léthargiques. Mais il s'était leurré, Nicholas. Jamais il ne frôlerait de ses paluches la normalité. Cette sanité, si belle et immaculée, celle qu'il enviait à tous ces anonymes qui bourdonnaient dans son sillage. Il y avait cru, bêtement. Il espérait toujours qu'elle se dérobe à jamais. Même si c'était futile. Impossible. Pourtant, la journée s'était étalée sans fioriture, sans bavure abstraite au tableau. Des heures et des heures à broyer la mort putrescente au-dehors, sans jamais qu'il n'y ait ombrage entre lui et la réalité. Il avait discuté, avait même fait de l'humour avec ses comparses de galère, là, dans la saloperie de zone grise tapissée de charognes. Et subitement, tout s'était effondré et ses espoirs de normalité, réduits à néant. En seulement quelques navrantes secondes, son esprit s'était égaré, donnant naissance au cauchemar éveillé.

Y a plus d'couleur. Plus d'saveur. Plus d'espoir. Plus rien.
Seulement des parasites. Partout. Dans ma tête.


La conscience avait flairé la démence sur le point d'émerger et le blond avait su que le temps pressait avant qu'il ne perde définitivement la raison. Se réfugier dans son nid et se barricader à double tour lui semblait l'option la plus avisée. Se couper du reste du monde, se recroqueviller dans un coin et attendre que les délires cessent... puisqu'un homme sous l'emprise d'une sinueuse paranoïa changeait, devenait imprévisible, parfois destructeur. J'veux faire de mal à personne. Le chemin lui semble long, beaucoup trop long. L'artère qui traçait le chemin jusqu'à son logis s'éternisait sous ses pas précipités, s'élongeant tortueusement devant lui comme une membrane élastique qui détirait à perpétuité sans jamais se rompre. Tout s'affaisse, s'emmêle et s'entortille, là-dedans. Les turbines s'embrouillent et s'imaginent des démons sans forme, ni visage. Les tympans grésillent, entendent des sons grinçants, des paroles sardoniques d'invisibles malveillants. La démence implose et explose. Elle dévaste et arrache. Bientôt, il ne restera plus rien. Que des cendres, des larmes, et des regrets.

J'sais qu'il est là. J'entends ses sabots piocher.
J'entends ses rires et ses menaces.
J'ai vu ses cornes et ses foutues griffes.
Il est là, le diable, et il me traque comme un salaud.
Mais il m'aura pas, non, il m'aura pas.





Aimee ?! Aimee, ouvre !

Son poing serré tambourine la porte, s'acharne sur elle comme si sa vie en dépendait. Le cœur tressaute dans le poitrail, la sueur roule sur les tempes, c'est à peine s'il inspire l'oxygène, le précieux que ses poumons réclament pour apaiser le feu qui les consume.

Aimee, ouvre la putain d'porte ! Fais-moi entrer !

Il beugle, Nicholas, gueule et fracasse si fort que tout l'immeuble s'ébranle et gronde d'agacement. Pourtant, personne n'ose poser un pied hors de sa tanière pour lui dire de la boucler, de cesser le tapage assourdissant au risque de les rendre tous azimutés. Non, puisqu'ils le connaissaient bien, Nicholas. Nicholas, le frère de l'adorable et candide Aimee. Nicholas qu'ils aimaient bien... et qu'ils aimaient un peu moins lorsqu'il n'avait plus toute sa tête. Ce n'était pas la première fois qu'il déboulait ici, l'animal sauvage, complètement déboussolé, parfois hystérique. Les voisins de palier s'étaient accoutumé à ses crises et n'en faisaient plus de cas. Ils patientaient la fin de la tempête, puisqu'elle finissait toujours par passer, tôt ou tard.

Aimee !!!

Il entend remuer derrière la porte et enfin, elle s'ouvre, laissant apparaître une fine silhouette sur son seuil, une Aimee au minois soucieux. Sans lui laisser le temps de souffler quelques bribes, le blond la pousse à l'intérieur, se presse à refermer la porte et la verrouiller. Les prunelles exorbitées par la panique, il cherche ses mots, une main ferrée à l'imposant morceau de verre épointé qu'il avait déniché en chemin, arme de fortune destinée à la défense contre la bête infernale qui le poursuivait sans relâche. Le blond était persuadé qu'il était pourchassé par le diable et que l'infâme cherchait à s'emparer de son âme. Son esprit détraqué le croyait et était même certain que l'âme de sa cadette était aussi en péril, raison pour laquelle il avait changé de destination ; pour s'assurer qu'il ne lui arrive rien. J'vais t'protéger. Personne te touchera, pas même le diable. J'te jure. Personne fera d'mal à ma Luciole.

Y a un truc dehors et j'suis pas trop certain de c'que c'est. Mais j'crois que c'est mauvais et qu'ça vient de l'enfer. J'ai l'ai vu cette saleté et il avait des cornes, putain ! Et il m'a dit des choses, des choses horribles sur toi. Il veut t'faire du mal, alors moi j'suis venu, le plus vite que j'ai pu ! Mais t'inquiète pas Aimee - t'inquiète pas ! J'vais tout arranger, j'vais l'buter c'fils de pute !

Un débit rapide, désordonné, pêle-mêle, reflet de sa cervelle qui s'éparpille et s'enlise. Son bras se lève afin de lui démontrer la lame de verre vissée au creux de sa patoche, fragment incisif qui lui cisaille le derme et fait serpenter de fines charmilles d'hémoglobine d'entre ses doigts contracturés, cette sève visqueuse aussi noirâtre que de l'encre de chine.

J'vais lui darder la gueule et son sang va pisser, crois-moi. J'arriverai peut-être pas à l'tuer, mais il va chialer sa mère, l'enfoiré !... T'inquiète pas, j'suis là, Luciole. Il te touchera jamais. J'vais lui faire la peau et ce sera terminé. T'as confiance en moi ? J'te promet que j'vais trouver un moyen d'le tuer. Il te chopera pas ton âme, pas tant que j'vais être là.

Le blond hoche frénétiquement la tête, tentant de se convaincre lui-même qu'il parviendrait à démanteler le diable personnifié. Même s'il ignorait comment il fallait s'y prendre pour y arriver.

Comment décimer un vil démon... s'il n'était que du vide ?
Qu'une aberration fomentée par une cervelle malade ?


(C) MR. CHAOTIK (C) Icons - DΛNDELION



_________________
I'm working through some shit.
It's not just a phase. Now let me explain. I'm working through some shit. Sometimes I'm medicated. It's hard to relay. The thoughts in my brain. It never goes the way that you planned. Don't know how to say it.+ buckaroo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5589-so-unpredictable
 

All Shades of Madness — Aimee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans-