AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Habits » Cordeliam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 905
↳ Points : 1228
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ⚘ METALLICA - One ⚘ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ⚘ JUSTICE - Planisphère ⚘ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ⚘ PINK FLOYD - Wish you were here ⚘ BANKS - Waiting game ⚘ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ⚘ MT. EDEN - Escape ⚘ THE GLITCH MOB - Between two points ⚘ BRITNEY SPEARS - Toxic ⚘ METALLICA - Master of Puppets ⚘ PLESTED - Habits ⚘
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; U2 ; Sial
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « Habits » Cordeliam   Mer 16 Mai - 1:59



Habits

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Il y a des anniversaires que l'on oublie pas. Ceux qui nous marquent au plus profond de notre chair par exemple. Je n'ai jamais oublié l'anniversaire de mon frère. Pas seulement parce qu'on partage le même jour de naissance mais parce que mon frère a marqué chaque jour de ma vie. Chaque souffle. Je me souviens du jour où j'ai changé Mikkel en chacal, aussi. Du jour où j'ai rencontré Nataliya pour la première fois. Cette blondinette qui passe les portes de mon bureau, un peu trop franche, un peu trop sûre d'elle.

Je me souviens du jour où mon frère m'a tiré dessus. Du jour où Cordelia m'a enfoncé un stylo dans l'épaule et où je lui ai offert mon âme. Je me souviens du jour où j'ai changé Milo, du jour où j'ai franchi les portes des arènes. Mais surtout, je me souviens de ce jour, il y a un peu plus d'un an. Ce jour, où en rentrant dans mon appartement, en laissant les clés faire ce bruit désagréable sur le marbre j'ai compris qu'elle ne reviendrait pas. Il y a un peu plus d'un an, le vingt avril, je comprenais que la femme que j'aimais ne franchirait plus jamais le pas de ma porte. Que je l'avais perdue à tout jamais et qu'il était bien trop tard pour espérer un quelconque changement dans cette histoire. Notre histoire à elle et moi, qui devenait officiellement du passé ce jour là.

Et puis je me souviens aussi de ce changement impitoyable dans ma vie. Nataliya ne passerait plus jamais la porte de mon appartement et Cordelia, elle, la passait pour ne plus jamais en sortir. Voilà plus d'un an que la sorcière est rentrée ici pour ne plus sortir. Un an que l'on s’accommode l'un de l'autre, que l'on survit à ce monde dont ne comprend plus grand chose. Cette femme qui me détruit mais me maintient en vie, cette sorcière qui a volé mon âme sans la détruire. Celle qui détient désormais tout ce qui m'appartient, tout ce que je suis. Celle qui est devenu étrangement la seule femme de ma vie. Celle que je veux tuer autant qu'admirer. Celle que je hais autant que je la désire. Celle à qui je mens, chaque jour, me retrouvant plus seul que si elle n'était pas là. Mais peu importe, il y a sa présence, son odeur. Sa chaleur, et sa douleur.

Elle me rappelle que je suis en vie, chaque jour depuis plus d'un an. Je m'endors ce soir en la trouvant contre moi, dans mon lit, notre lit. Dans mes bras, sa chevelure brune et son souffle ensorceleur. Je ferme les yeux et laisse le monde des rêves me montrer une autre vie.

L'horreur. La vraie. Celle dans laquelle l'espoir n'existe plus. Il n'y a pas Cordelia, pas cette routine malsaine. Il n'y a même plus de douleur tellement celle ci est violente. Nolan est là, face à moi, mort dans d'atroces souffrances. Et je grave un jour de plus à mon compteur, celui où j'ai perdu la moitié de mon cœur, la moitié de mon âme. Je lutte pour sortir de ce rêve trop long et trop réaliste. Il est pâle et rigide. J'ai le sang glacé. J'aimerais crier mais j'en suis incapable. J'aimerais demander de l'aide, même celle de Cordelia, mais j'y arrive pas. J'ai besoin de sa douleur à elle, de cette étreinte pleine d'épine. Qu'elle me fasse saigner, hurler autant qu'aimer. J'ai besoin qu'elle me rende vivant alors que face au cadavre de mon frère je ne ressens plus rien.

Absolument plus rien. Alors à quoi bon vivre ? À quoi bon se battre ? Le rêve continue et je marche lentement, je traverse une pièce pour en sortir un pistolet. Il brille, le reflet dans la vitre me fait plisser les yeux tandis que le clic de l'arme me fait frissonner. C'est l'arme de Nolan, celle qu'on a retrouvé sur lui. J'ai récupéré ses effets personnels et désormais, cette arme m'appartient. Quelle drôle d'idée de donner une arme à un homme qui n'a plus de raison de vivre. J'enlève la sécurité, pose le canon sur ma tempe, je ferme les yeux, une larme coule. J'appuie sur la gâchette et.

J'ouvre les yeux, en sueur, dans mon lit. Mon bras tremble et je glisse machinalement une main sur le drap pour sentir la courbe et la présence de ma Rose à Épines. Je suis réveillé. En vie. Nolan aussi. Je jette un coup d’œil à l'heure et encore une fois, ce sera une nuit sans réel sommeil pour moi. Je passe lentement mes mains sur mon visage et me lève discrètement, tentant en vain de ne pas réveiller ma douce.

Dans la cuisine, je m'appuie sur le marbre froid, quelques instants pour reprendre mes esprits, souffler et boire un verre d'eau. Je passe par la salle de bain et machinalement j'essuie la sueur sur ma nuque avant de retourner vers le lit. Le parquet craque sous mes pieds et alors que je m'apprête à me recoucher, les billes de la sirène s'ouvrent pour me regarder. Merde, raté.

« Hey... désolé, je voulais pas te réveiller. » Je passe une main fébrile sur sa joue. Ma douce Sirène, mon amour empoisonné. Tu me fais vivre, survivre mais tu peux me tuer en un claquement de doigts. Je ne peux pas te donner ce pouvoir là, tu vois ? Alors je vais encore une fois mentir, caché la vérité derrière mes cernes bien trop marqués. Je vais rester là, te regarder m'envenimer. Savourer ce plaisir assassin d'avoir ce serpent qui se glisse autour de moi et m'étrangle sans jamais me tuer. Je vais te laisser ces jours, ces mois, dans un mensonge pour lutter pour ma survie, tout en offrant mon âme, mon corps et mon cœur meurtri. J'ai le cerveau abîmé mon amour, abîmé par des images qui reviennent me hanter.

Mais je ne peux pas te le dire, tout ça. Tu en profiterais pour mettre le coup de grâce. Alors je ne dis rien et je n'attends de toi que la chose que tu sais le mieux faire. Fais moi mal, mon ange. Fais moi saigner, me sentir vivant comme tu sais si bien le faire. Détruis-moi, lentement, mais sûrement. On continue comme ça, j'irai mieux mais sans toi. Je survivrai, à ça, à toi. Peut-être pas à toi, mais au moins à ça. J'y crois.

Je racle ma gorge avant d'ajouter, déposant un baiser sur son front. « Je t'apporte quelque chose pour me faire pardonner ? Je vais me lever finalement, je suis trop préoccupé par le travail pour me rendormir. »

Mensonge à peine travaillé. Mais c'est ça la beauté de notre relation, pas vrai ? Je peux mentir sans faire d'effort et toi prétendre que t'y crois. Parce que tu t'en fiches, tant que je reste là, n'est-ce pas ? C'est ça, notre marché à toi et moi. Mon pacte avec le Diable n'incluait pas la cause où tu en avais quelque chose à foutre de ma santé, tant que je peux continuer à te servir. L'amère vérité, celle qui m'évite de me faire tuer.



_________________

» see the stone set in your eyes see the thorn twist in your side i wait for you sleight of hand and twist of fate on a bed of nails she makes me wait and i wait, without you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect
 

« Habits » Cordeliam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Garden District-