AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aux sombres héros de l'amer - Margarethe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tristan K. Bellamy
SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1677
↳ Points : 503
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 24
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 217 ans & 24 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Minako, gif dandelion
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   Ven 18 Mai - 13:31


« Aux sombres héros de l'amer
Qui ont su traverser les océans du vide
A la mémoire de nos frères
Dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide »




Margarethe & Tristan
featuring


Helix, son âme, avait disparu, emportée dans le néant. Elle avait disparu dans un gouffre sombre, comme l'avait fait tout ceux à qui Tristan tenait. Désormais, il n'était plus rien qu'une carcasse vide poussée par le vent. Il avait tant versé de larmes que son corps en était desséché, son cœur éteint et ses yeux vidés de tout éclat vital. Mais il respirait inlassablement, s'y contraignant tous les jours, il fallait juste continuer à respirer.

On leur avait demandé d'attendre. Dans cette petite salle, basse de plafond, l'odeur de la moisissure suintait des murs comme de la sueur froide. Ils se trouvaient dans les caves du Bones, ce grand bâtiment d'aspect inoffensif qui prétendait servir de librairie. Lorsqu'on dépassait la première salle, remplie de livres anciens, un couloir secret menait au club illégal où les parieurs s'amassaient, en quête d'émotions fortes. Tristan s'y rendait à un rythme régulier depuis de nombreux mois. Ainsi, comme chaque semaine, il avait profité de la pénombre du soir pour se glisser dans l'obscurité et rejoindre discrètement les rangs des combattants. Ils étaient quatre ce soir, trois hommes et une femme, destinés à s'opposer dans un combat sans merci contre des créatures surnaturelles. Dans la cave voisine, les zombies de Grayson Hawk étaient enchaînés dans des cellules poussiéreuses. Tristan pouvait les entendre grogner et faire résonner leurs chaînes, de l'autre coté du mur humide où il était adossé. Il ignorait encore quel serait le ou les adversaires que Kostia lui attribuerait pour ce soir, l'organisateur des combats tardait en effet à se montrer. Depuis plusieurs minutes, Tristan et ses compagnons attendaient dans cette salle sinistre où on les avait rassemblés. Isolé dans un angle de la pièce, son visage dissimulé par un masque noir, il s'était volontairement placé en retrait tandis que les combattants discutaient entre eux : l'un s'agaçant de la longueur de l'attente, l'autre se vantant de son impatience à plonger dans le combat, la dernière se moquant de ses compères.

Las d'attendre, ils s'étaient égarés dans les caves. L'un des hommes et la femme s'amusaient à exciter les morts-vivants qui grondaient dans leurs cages, pressés de les affronter, pendant que l'autre s'échauffait en haletant. Enfermé dans ses songes, Tristan s'était offert le luxe d'ôter son masque pour s'allumer une cigarette. Sa patience n'avait pas encore été émoussée parce qu'il avait l'habitude de ces soirées et qu'il savait comment les choses fonctionnaient. Parfois, les combats prenaient du retard à cause d'imprévus divers. Il se souvenait de cette fois où les hommes de la Niflheim étaient venus provoquer la marraine de la Nemesis en semant le trouble au sein du Bones. Un autre soir, on avait craint une descente de la milice et les combats avaient été suspendus au dernier moment, le temps de gérer le problème. Mais la plupart du temps, les retards ne provenaient que de soucis mineurs comme la chute d'un spectateur dans la fosse, par exemple. Tristan ne s'inquiétait donc pas et il savourait sa cigarette, observant les volutes bleutées de la fumée s'échapper d'entre ses lèvres.

Des écouteurs vissés dans ses oreilles, il écoutait distraitement la musique de son mp3 tout en prenant conscience des présences dans le couloir. L'accès aux annexes du Bones était interdit aux spectateurs et il ne songea pas à remettre son masque qu'il conservait à portée de main. Les employés du Bones allaient et venaient et Tristan s'était déconnecté de la réalité. Parfois, son esprit s'égarait si loin dans ses rêveries qu'il n'arrivait plus à estimer le temps écoulé. Attendait-il depuis dix minutes ou deux heures ? Il aurait été incapable de le dire. Pourtant, il jugea bon d'aller s'enquérir de l'avancée des combats et ainsi, il écrasa consciencieusement sa cigarette consumée à ses pieds avant de rejoindre le couloir d'une démarche posée.

Il appréhenda la scène d'un regard englobant. Parmi les combattants, se trouvait une jeune femme qui semblait attendre tout comme eux mais qui paraissait différente dans son attitude. Tristan possédait une très bonne mémoire des noms et il avait rangé celui de Margarethe Hansen dans un coin de son esprit. Jusqu'ici, il n'avait pas pris la peine de s'interroger sur elle, il savait juste qu'elle faisait partie des employés du Bones, sans connaître exactement son rôle. Puisqu'il n'avait jamais eu besoin d'elle, il n'avait pas eu de raison de l'aborder ni donc de se construire la moindre opinion à son sujet. Pour lui, elle faisait partie des meubles, comme autant d'autres éléments du Bones, tels que la fosse à combat, les machines à sous et les tables de jeux. Néanmoins, puisqu'elle se trouvait à cet endroit, elle devait sans doute participer à l'organisation des combats. Une conclusion à laquelle Tristan aboutit en l'observant une poignée de secondes, de son regard trop direct et insistant. Il prit le temps d'ôter ses écouteurs pour les ranger dans une petite poche à fermeture éclair de sa combinaison – un vêtement sobre et pratique qu'il portait pour se battre – et se dirigea vers elle.

« J'attend depuis... » Quand déjà ? « Tout à l'heure. » Sa voix restait neutre, sans impatience, un peu aérienne et décalée. Il ne savait guère comment aborder les gens, aussi ses questions se voulaient directes, comme l'étaient ses yeux sombres, baissés vers elle. Des yeux insensibles, sans émotion, des yeux vides. « Kostia n'est pas là. » Remarqua-t-il posément. « Je suppose que vous le remplacez ce soir. » Et si c'était le cas, elle semblait bien mal s'y prendre. Tristan attarda son regard sur elle, la dévisageant sans vergogne. « Pourquoi ce retard dans les combats ? »




_________________
 
   
Always lost in the sea
Ami, qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule. Certains nageaient sous les lignes de flottaison intimes, à l’intérieur des foules.  
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

Margarethe Hansen
SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1119
↳ Points : 1311
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2018
↳ Age : 25
↳ Avatar : elizabeth olsen
↳ Age du Personnage : vingt-cinq ans.
↳ Métier : trafiquante d'armes, croupière au bones. pieds et poings liés à nemesis.
↳ Opinion Politique : elle les méprise et maudit cette tyrannie qui ronge ce qu'il reste de monde. mais trop lâche, elle se contente de pester de loin, dans l'ombre.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : alicia keys, caged bird. tracy chapman, unsung psalm. eminem, deja vu. sia, breathe me. lana del rey, carmen.
↳ Citation : choices are sacrifices.
↳ Multicomptes : jaali manfred.
↳ Couleur RP : tan



les petits papiers
↳ Copyright: saturn
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   Mar 29 Mai - 12:16

Et s'il fallait apprendre à valser sous la pluie au lieu d'attendre une embellie. S'il fallait se contenter du peu plutôt que d'espérer le trop. Difficile pour ceux qui avaient goûté à l'opulence des temps anciens de consentir la résignation et pourtant, heureux semblaient les fatalistes. En capitulant, ils détachaient les boulets qui freinaient leurs semelles et ôtaient les poids de leurs épaules qui paraissaient maintenant si légères. Mais pour la môme, choisir n'avait jamais été qu'un sombre synonyme de sacrifice. Incapable de faire pencher la balance d'un côté ou d'un autre, elle se tenait constamment au bord de cette falaise qui symbolisait son existence. Un pied sur la terre ferme et l'autre dans le vide qui attendait que quelque chose se matérialise pour le soutenir. Elle ne pouvait ni rebrousser chemin, ni se lancer dans le vide. Et ce manque de courage s'avérait bien risible quand on savait que cette indécise passait ses jours et ses nuits à superviser des jeux d'argent.

Pas fait pour elle, ni ce lieu et moins encore la casquette. La vente d'armes était l'unique chose qui s'avérait crédible accolée à son patronyme et encore, l'ont se demandait pourquoi cette gosse était devenue chienne de la juste colère. Se ranger, fredonnaient les rapaces qui la connaissaient de son ancienne vie. Paraît que cette môme traînait sa carcasse dans des affaires plus affreuses encore et qu'elle avait échouée ici dans l'espoir de descendre d'un échelon sur l'échelle de la prohibition. Plus cons que sages, ces vieux qui spéculaient. Ces mêmes porcs qui fréquentaient ses tables après avoir souillé les draps de ces femmes qu'ils traitaient de traînés. Si c'était la sécurité qu'elle cherchait, elle se serait sûrement flinguée. Parce que cette gosse ne pourrait jamais rentrer dans les rangs. Mafieuse. C'était écrit sur son front. Et s'il s'agissait de vendre des corps, à peine morts ou pour le plaisir, c'était du pareil au même maintenant. Se remplir le gosier de whisky ou chiner des ustensiles fait pour tuer, aucune différence. L'interdit menait à l'arène. Et si les mafieux passaient au travers des filets, de toute manière c'était la mort de la main des concurrents qui les attendaient de l'autre côté des mailles du gouvernement. Alors nulle promotion. Et pas davantage de quiétude ce jour-ci que l'année passée, lorsqu'elle travaillait pour ceux devenus ennemis sur le papier. Endurer les regards et les remarques salaces ne lui garantissait pas plus d'assurance qu'elle n'en avait lorsqu'elle se foutait à nue. Ils avaient tort, ces gens aux langues trop pendues. Et elle était lasse de les entendre, sa tête finirait par exploser si elle tardait à s'éloigner. « Tu sais si Konstantin est toujours en bas ? » Qu'elle susurrait à l'oreille d'un collègue. « Sûrement. Les combats ont pris du retard, il doit être en train de régler un quelconque problème. » Une main sur l'épaule de la môme, et si le geste était louable, elle frissonnait quand même. Il devait percevoir l'abattement dans ses prunelles, alors elle fuyait dans le dédale de couloirs qui fourmillaient sous l'arène.

Mais pas de traces de l'ami et juste une bande de combattants pour l'accueillir. Une femme, deux hommes. Et ce troisième aux traits souvent dissimulés sous un masque. Il le tenait dans sa main, la môme le vérifiait en laissant traîner son regard sur sa silhouette. Il s'approchait. Il lui parlait et elle jetait un bref regard à sa droite pour vérifier qu'il s'adressait bien à elle. « Je ne remplace personne, il ne devrait pas tarder. » Somme toute hostile cette intonation, la môme enchaînait pour la faire oublier. « Mais si je peux vous aider, qu'elle lâchait sans convictions. bien que son nom soit sur le planning et que personne ne l'a vu quitter l'établissement, je me suis renseignée avant de venir. » Les deux autres regardaient dans leur direction, et la môme devenait l'espace de quelques secondes le centre d'attention. « Donc prenez votre mal en patience, elle haussait d'un ton pour que tous entendent, empêchant l'atmosphère de devenir plus oppressante. il doit être en train de régler le problème qui cause ce retard, à moins que ce soit lui le problème et dans ce cas-là, vous ne tarderez pas à être au courant. » Sur ces mots, elle devrait se tirer la môme. Pourtant elle attendait que les lèvres commencent à se mouver. Loin de le faire par politesse, c'était sa curiosité qui l'obligeait à rester.

_________________
ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t5576-ticking-time-bomb http://www.mercy-in-darkness.org/t5580-hell-should-be-easy-maggie

Tristan K. Bellamy
SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1677
↳ Points : 503
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 24
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 217 ans & 24 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Minako, gif dandelion
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   Mar 19 Juin - 16:42


« Aux sombres héros de l'amer
Qui ont su traverser les océans du vide
A la mémoire de nos frères
Dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide »




Margarethe & Tristan
featuring


Le ton de la demoiselle était sans doute un peu sec mais Tristan ne s'en souciait pas outre mesure. Manifestement, il avait mal supposé et Margarethe Hansen ne faisait pas figure de remplaçante ce soir. Sa réponse aurait pu être suffisante pour lui, mais déjà elle enchaînait, comme si elle se sentait obligée de meubler le silence. En effet, d'autres oreilles s'étaient dressées, les conversations s'étaient taries et les regards convergeaient vers elle. La patience n'était pas la qualité première de ces personnages aux mines sombres et agressives, avides de castagne. Des grognements mauvais se firent entendre, l'un des hommes cracha par terre et l'ambiance se chargea rapidement d'une tension palpable. Désormais, la mafieuse s'adressait à eux tous et Tristan sentait le désintérêt poindre tandis qu'il s'enfonçait à nouveau dans une indifférence rêveuse. Toujours en retrait. Éternellement décalé. Il avait déjà la sensation de n'être qu'un mannequin inerte au visage morne, tandis que son esprit divaguait à mille lieues de là. Néanmoins, lorsque les combattants se rapprochèrent en grinçant des dents, leurs fronts lourds de menace, il leur opposa un regard impérieux. Qu'ils osent seulement le bousculer et la répartie serait fulgurante, voilà ce qu'exprimait la lueur dans ses yeux noirs. La joute silencieuse de leurs regards ne dura que quelques secondes, au cours de laquelle l'homme qui venait de s'avancer, les poings déjà serrés, se contenta de maugréer. « On est venu pour défoncer du zombie, pas pour se faire chier. » La femme, une grande dure à cuire à la peau d'ébène, haussa le ton. « On a déjà assez attendu ! Moi, je m'en vais prendre un verre sur le compte du retardataire, les absents ont toujours tort. » L'idée de se faire offrir par la force quelques verres de Whisky sembla amuser les deux autres molosses. Ainsi, ils se mirent en branle et s'en allèrent rejoindre la grande salle dans des raclements de gorge et autres vociférations.

Margarethe allait-elle les accompagner, pour boire avec eux, sur le compte de Konstantin ? Ce fut la question qui le traversa, tandis que Tristan retournait un regard à la curiosité innocente vers cette jeune femme. « Vous l'attendez, vous aussi. » Une constatation prononcée dans un murmure léger, alors qu'une sensation de déjà vu lui revenait par vagues. Il l'avait déjà vue attendre autrefois, les circonstances étaient fort différentes mais la posture était la même, un éclat infime d'incertitude dans le regard. « Maggie. » Ce surnom. Il l'avait déjà entendu prononcé par un autre, lorsqu'elle attendait dans les coulisses, son front plissé par l'inquiétude. Cela s'était passé très longtemps auparavant, ou peut-être, pas tant que ça. La notion de durée était relative pour un être qui avait séjourné dans la pénombre des enfers pendant de si longues décennies. Mais il se souvenait de Maggie et de la première fois qu'il l'avait rencontrée, lors des tous premiers Hunter's Seasons. A ce moment là, Tristan s'appelait Kayiman, ses cheveux étaient plus courts et les poils de son menton n'étaient encore qu'un mince duvet d'adolescent. Mais il avait vu Maggie pleurer. Il l'avait trouvée, cachée dans les coulisses du Colloseum, les yeux brillant de larmes alors qu'elle attendait désespérément le retour de son compagnon. Aujourd'hui, Maggie ne pleurait pas. Elle paraissait différente, sans doute avait-elle un peu vieilli, mais ses yeux étaient secs et Tristan les observa un moment. Dans sa tête, le parasite marmonnait des phrases inintelligibles et il plissa les yeux, gêné par ce vrombissement désagréable qui lui donnait parfois la sensation qu'un insecte bourdonnait dans son oreille. Et cet insecte disait, Maggie, Maggie, Maggie...

« Je t'aie déjà vue attendre. » Il devait parler pour se débarrasser de ces acouphènes si gênants, il devait prononcer les mots tout haut, débarrassés du vouvoiement, pour s'accorder à ses souvenirs. « C'est ce que tu fais, prendre ton mal en patience. Attendre. Et ensuite ? » Peut-être qu'elle avait oublié, peut-être qu'elle ne se souvenait absolument plus de lui, mais cela importait bien peu. Tristan, lui, se souvenait très bien, à présent. Il se souvenait de ces illusions qu'il avait créée lors des anciens jeux, de ces pièges qu'il avait fabriqué pour que les participants souffrent mille morts avant de périr les uns après les autres. Pendant ce temps, Maggie avait attendu. Et c'était cette impression de déjà-vu qui l'hypnotisait alors qu'il la voyait encore aujourd'hui, les mains vides et armée de mots stériles. Patience. Attente. Résignation. Lui-même ne savait pas s'il avait l'envie de rester dans ces caves sans rien faire, jusqu'à se transformer en statue de pierre. Ce qui était certain, c'était que l'idée d'accompagner les autres combattants pour s’enivrer d'alcool de contrebande ne lui plaisait absolument pas. « Es-tu toujours la même Maggie qu'autrefois ?» C'était une simple question de curiosité et probablement ne l'aurait-il pas prononcée tout haut si une pulsion cruelle ne l'y avait pas poussé. Ses prunelles de crocodile se rétrécirent dans ses yeux en amande qui ne cillaient pas. « Au bout d'un moment, tout le monde se lasse de l'inactivité.»




_________________
 
   
Always lost in the sea
Ami, qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule. Certains nageaient sous les lignes de flottaison intimes, à l’intérieur des foules.  
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

Margarethe Hansen
SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1119
↳ Points : 1311
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2018
↳ Age : 25
↳ Avatar : elizabeth olsen
↳ Age du Personnage : vingt-cinq ans.
↳ Métier : trafiquante d'armes, croupière au bones. pieds et poings liés à nemesis.
↳ Opinion Politique : elle les méprise et maudit cette tyrannie qui ronge ce qu'il reste de monde. mais trop lâche, elle se contente de pester de loin, dans l'ombre.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : alicia keys, caged bird. tracy chapman, unsung psalm. eminem, deja vu. sia, breathe me. lana del rey, carmen.
↳ Citation : choices are sacrifices.
↳ Multicomptes : jaali manfred.
↳ Couleur RP : tan



les petits papiers
↳ Copyright: saturn
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   Sam 23 Juin - 19:14

L'atmosphère se chargeait en testostérone et bientôt les molosses s'approchaient, toutes dents dehors. Pourtant la môme ne frissonnait pas. Bien habituée à ces comportements de petits cons gâtés, elle les toisait de sa maigre hauteur sans ciller. « Faites donc cela. » Que ses lèvres articulaient à l'attention de l'unique femme de la meute. Et elle les laissait s'éloigner sans plus de tergiversations, en les gratifiant d'un sourire amusé même et surtout pas dissimulé. Que les affamés aillent se rassasier, ce n'était pas son problème. Tant qu'ils ne picolaient pas sur son compte, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient pour tuer l'attente que le responsable de tout ce cirque leur imposait.

Ainsi, la pièce se vidait. Sans plus d'agitation, ils s'en allaient en file indienne et leurs rires résonnaient encore quelques secondes, jusqu'à ce que le silence reprenne ses aises. Ils n'étaient plus que deux. Et ce vis-à-vis créait un certain malaise. « Si seulement ce n'était qu'une question de lassitude. Parfois nous n'avons pas le luxe de choisir qui nous sommes, la vie nous l'impose et c'est tout. » C'était relativement étrange de le regarder de si près. D'où elle se trouvait, elle pouvait détailler la finesse de ses traits, voir où les quelques marques qui jonchaient sa peau nue commençaient et mourraient. Elle voyait bien la couleur de ses prunelles, aussi. Ce qu'elle avait pris pour du noir de jais se révélait être un marron profond, qui renfermait sûrement bien des secrets. « Mais tu n'as pas tort, Elle voulait citer son prénom, mais ne savait plus comment l'appeler. Tristan. C'était ainsi qu'il se faisait nommer durant ses derniers passages à la télévision et pourtant le patronyme qu'elle avait jadis happé au vol dans les coulisses des premiers jeux ne lui ressemblait pas. Il avait quelque chose d'exotique. Il semblait venir de si loin et n'était pas commun. Non, ce n'était pas Tristan. Il l'avait marqué, quand celui-ci la laissait de marbre. Des Tristan il y en avait plein et il ne faisait pas partie de ceux-là. tu m'as déjà vu attendre et je le fais encore maintenant, comme je t'ai déjà vu combattre et ta présence m'indique que tu t'apprêtes à monter dans l'arène dans peu de temps. Donc si je suis ta logique, c'est que nous ne sommes pas bien différents des nous d'autrefois, n'est-ce-pas ? » Existences parallèles. Des histoires bien différentes, mais qui tenaient en équilibre sur le même genre de branche frêle que le temps s'amusait à écorcer. Tous les mêmes, les gens, maintenant. Ils souffraient. Tout le monde souffrait, tous les visages étaient écorchés. « En tout cas tu ressembles comme deux gouttes d'eau à ce gars qui créait des mirages pour détruire les gens. A moins que ce soit à l'autre, qui s'est fait prendre à ses propres pièges. Je ne sais pas vraiment lequel tu es aujourd'hui, ni si ces deux-là se ressemblent ou non. » Et pourtant ses iris tentaient de le deviner depuis longtemps - quand il était loin et maintenant qu'il était trop près. Mais sans jamais parvenir à une réponse convaincante, car ce masque qu'il n'oubliait jamais, il cachait un faciès bien changeant.

_________________
ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t5576-ticking-time-bomb http://www.mercy-in-darkness.org/t5580-hell-should-be-easy-maggie

Tristan K. Bellamy
SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1677
↳ Points : 503
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 24
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 217 ans & 24 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Minako, gif dandelion
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   Lun 25 Juin - 17:51


« Aux sombres héros de l'amer
Qui ont su traverser les océans du vide
A la mémoire de nos frères
Dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide »




Margarethe & Tristan
featuring


Si cette jeune femme ressentait un quelconque malaise de se retrouver seule avec lui, elle ne le montrait absolument pas. En tous cas, elle n'avait pas l'air désireuse d’emboîter le pas à cette bande d'ivrognes qui parlaient fort et sentaient si mauvais. A vrai dire, ils puaient et Tristan n'avait pas été fâché de les voir s'éloigner. Les mots de Maggie lui parurent plombés de résignation fataliste et il abaissa sur elle un regard plus dur. La gêne provoquée par ces vrombissements dans ses oreilles surpassait celle de se sentir observé de si près sans son masque et de percevoir la caresse de ce regard sur son visage nu. Par réflexe, il se frotta doucement la joue comme lorsqu'on chasse une mouche. Peut-être aurait-il dû le porter en permanence, tant qu'il se trouvait dans ces lieux. Attirer l'attention sur lui n'était pas une bonne chose, compte tenu de ses activités dans la résistance, mais s'il désirait rester discret, il savait également qu'il était quasi impossible de rester anonyme aux yeux des employés du Bones. Il croisait souvent Margarethe Hansen, même s'ils ne s'étaient jamais parlé jusque là. Ainsi, il supporta l'étude de son regard sans frémir et se concentra sur ses paroles pour oublier ces bourdonnements qui hantaient son esprit, il se focalisa sur Maggie aux yeux bleu marine dénués de larmes. Maggie qui ne pleurait plus mais souriait avec une aisance naturelle dans cet antre de la violence. Ma proie.

A son hésitation, il inclina légèrement la tête. Elle l'avait reconnu, elle aussi. Et Tristan en conçu une étrange sensation, alors qu'il était si souvent persuadé d'être invisible aux yeux des autres, comme si lui-même n'avait aucune existence propre et qu'il n'était qu'un rêve sans consistance. Pourtant, à la fois, il savait que ce qu'elle décrivait s'était bel et bien produit et, pendant quelques brèves secondes, il s'imagina les silhouettes silencieuses des "nous d'autrefois", se dissocier tout autour d'eux comme des spectres évanescents.

Le front lisse, il avait redressé son visage, dans une réplique pleine de morgue. « Il ne s'agissait pas de mes pièges mais de ceux du gouvernement. » Une nuance importante selon lui qu'il délaissa pourtant aussitôt pour commenter ses réponses, un éclat de dédain dans le regard. « Ta vision de la vie ressemble à celle d'une femme passive, une esclave de son destin qui se contente de courber la tête et d'attendre. J'ai la sensation que tu n'as pas changé, en effet.» En ce qui le concernait, il n'avait jamais cessé de se battre, chose qu'elle avait constaté par elle-même. Il ne prit donc pas la peine de le lui répéter. Cependant, l'allusion à sa défaite ne pouvait être ignorée et, sans se départir de cette même voix douce aux accents hautain, il poursuivit sur sa lancée, assumant sa ressemblance avec les personnes citées. « La roue tourne à ce qu'on dit. Certains croient à une justice immanente. Est-ce que tu penses que le destin t'a vengée ? Celui que tu pleurais est mort et moi je suis toujours là. » Ses larmes à lui s'étaient taries depuis trop peu de temps, Helix n'était plus là et l'âme de Kayiman était morte. Vengeance.

Pour lui, on avait toujours le choix de décider qui on désirait être et ce n'était pas les caprices de la vie qui allaient lui dicter sa conduite. Combattre valait toujours mieux que d'attendre, l'action était préférable à la passivité. Probablement aurait-on pu être apitoyé par le souvenir de cette jeune femme en détresse, contrainte d'assister à la souffrance de celui qu'elle aimait, sans rien pouvoir faire pour l'aider. Mais la pitié était un sentiment détestable, autant que l'étaient les regrets. « Je suis ravi de ne pas avoir changé. Peux-tu en dire autant ? » Sous son masque rigide, son visage fin et sa voix douce n'exprimaient qu'une innocence de glace, privée d'émotion. Car elles étaient écrasées par le poids du vide.




_________________
 
   
Always lost in the sea
Ami, qu'on crève d'une absence ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule. Certains nageaient sous les lignes de flottaison intimes, à l’intérieur des foules.  
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

Margarethe Hansen
SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1119
↳ Points : 1311
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2018
↳ Age : 25
↳ Avatar : elizabeth olsen
↳ Age du Personnage : vingt-cinq ans.
↳ Métier : trafiquante d'armes, croupière au bones. pieds et poings liés à nemesis.
↳ Opinion Politique : elle les méprise et maudit cette tyrannie qui ronge ce qu'il reste de monde. mais trop lâche, elle se contente de pester de loin, dans l'ombre.
↳ Niveau de Compétences : niveau un.
↳ Playlist : alicia keys, caged bird. tracy chapman, unsung psalm. eminem, deja vu. sia, breathe me. lana del rey, carmen.
↳ Citation : choices are sacrifices.
↳ Multicomptes : jaali manfred.
↳ Couleur RP : tan



les petits papiers
↳ Copyright: saturn
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   Dim 1 Juil - 15:54

Tout dans son aspect fier rappelait à la môme la première face de la pièce qui matérialisait son vis-à-vis. Ses petites mains qui s'agitaient à la demande d'un gouvernement pressant. Ce sentiment d'altière sécurité avec lequel se pavanaient les hommes et les femmes responsables de l'arène originel. Qu'ils étaient sereins tous dans sa mémoire. Leurs traits n'étaient jamais tirés si ce n'était tard le soir, quand les poches sous les yeux commençaient à se former. La môme les détestait. Comme elle le détestait maintenant pour lui faire ressasser cela. Alors ses prunelles foudroyaient un instant et se détournaient pour mieux revenir, plus calmes. Faussement de marbre.

Il parlait, ses phrases se voulaient crues et la môme se revoyait pleurer. Enfermée dans un labyrinthe de couloirs, prostrée devant un écran le matin, un autre à midi et un troisième le soir. Elle n'avait rien à faire d'autre que de voir son amour se battre, se blesser, saigner et difficilement se relever. Et lorsque les caméras se coupaient, c'est là qu'elle les voyait. Ces fourmis bien dressées. Lui, les autres, tous ceux qui faisaient que cette putain d'émission marchait si bien. Les yeux vissés sur leurs ordinateurs et autres documents, ils se fichaient bien des larmes des participants et plus encore de celles de leurs parents. Ils travaillaient. Et jamais une once d'empathie quand leurs iris s'arrêtaient sur les âmes en peine qui défilaient dans les coulisses du jeu. Un jeu. Ouais, ce n'était qu'un jeu pour eux. Tout ce sang et ces morts, ça ne les empêchaient pas de dormir le soir. Elle le savait. Parce qu'ils étaient beaux au matin. C'était de fixer les écrans toute la journée qui faisait briller leurs yeux. Pas la sympathie. Pas les remords. Pas ses larmes à la môme. « Je ne crois pas que je mérite d'être vengée et quand bien même, je ne souhaite le malheur de personne ou presque. Et toi, tu as sûrement suffisamment payé pour tes actes ou ceux du gouvernement, peu importe le nom que tu donnes à tes impairs. » Elle haussait les épaules. D'un stoïcisme qui foutait mal à l'aise, il fallait être fort pour trouver la moindre tristesse dans ses mots, dans son allure ou dans ses gestes. Et pourtant elle n'était pas absente. Bien présente, constamment. Mais à tel point qu'elle avait su s'y faire. Qu'elle savait feindre le détachement au point de se prendre à son propre jeu. « Et si tu me fais un reproche en me traitant de femme passive, je te réponds que ça ne me fait ni chaud, ni froid. Parce que si je le suis, c'est que je le veux bien. A quoi bon se battre, hein, pourquoi tu te bats ? » Ce n'était pas dans sa nature de montrer ses faiblesses. Elle haïssait que des prunelles pleines de compassion s'attardent sur elle. Comme elle détestait se sentir incapable, faible. Alors elle minimisait ses maux et faisait taire son coeur. Tant à ses yeux que pour ceux des autres. Aucune faille dans laquelle s'immiscer. Elle se brisait plus tard, en silence. A l'abri des regards. « J'suis pas faible, seulement égoïste. Et faut croire que ça me réussi plutôt bien puisque je suis toujours là moi aussi. » Ce qu'elle était calme, sa voix. Elle ne reflétait rien. Rien d'autre que le détachement. Mais sûrement parce qu'elle était incapable la môme, de faire le tri dans ses ressentiments.

_________________
ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t5576-ticking-time-bomb http://www.mercy-in-darkness.org/t5580-hell-should-be-easy-maggie

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Aux sombres héros de l'amer - Margarethe   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aux sombres héros de l'amer - Margarethe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aux sombres héros de l'amer [Rang A versus Kurohime]
» Aux sombres héros de l'amer
» L'Aidant de l'Amer
» Nous vivons des jours sombres, mais le soleil reviendra ft. Dís
» [Race] Elfes Sombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: Le Bones :: Le sous-sol : Bones et QG de la Nemesis-