AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 717
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 20/05/2018
↳ Age : 27
↳ Avatar : Oscar Isaac
↳ Age du Personnage : 38 ans
↳ Métier : ingénieur en robotique
↳ Opinion Politique : du côté du gouvernement, il n'approuve pourtant pas toujours ni leurs méthodes, ni leurs valeurs
↳ Niveau de Compétences : général (niveau 2)
↳ Playlist : Attack ▬ 30 STM ∞ I see fire ▬ ED SHEERAN ∞ In The End ▬ LINKIN PARK ∞ Sang pour Sang ▬ JOHNNY HALLYDAY ∞ Demons ▬ STARSET ∞ Soulburn ▬ MASTERPLAN ∞ Killer Queen ▬ QUEEN ∞ Le Bien Qui Fait Mal ▬ MOZART L'OPÉRA ROCK ∞ Dreaming While You Sleep ▬ GENESIS ∞ Comfortably Numb ▬ PINK FLOYD ∞ Never Back Down ▬ NINE LASHES ∞ Non-Stop ▬ HAMILTON ∞ Soulève-Moi ▬ DANIEL BALAVOINE
↳ Citation : « Sometimes being a brother is even better than being a superhero. »
↳ Multicomptes : Xavier S. Cai
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: avatar | writerinafoxhole, code signature | ASTRA, gifs | tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!   Lun 21 Mai - 18:20



flashback / solitaire à un souffle de toi
Regan & Ashley

« Lovers have a way of using this word, nothing, which implies exactly the opposite. »
« Accepterais-tu de passer la nuit avec moi? » la question s'était échappé de ses lèvres, plus comme une complainte qu'une requête, Ashley n'y avait pas mis la forme, encore sous le choc, de tout et finalement de rien. Son imagination lui avait joué des tours, autant que la culpabilité qu'il ressentait encore au moment où il avait demandé au rouquin de rester avec lui. Regan pourrait refuser, par crainte de voir de nouveau l'ingénieur s'échapper à la moindre présence d'un de ses fantômes, mais aussi parce qu'il avait certainement tout vu, l'hésitation, le calme, la fuite. Dans cette optique-là, la demande était finalement culottée, presque déplacée, mais il s'en fichait bien, les bonnes manières n'étaient plus vraiment de mise quand l'adrénaline parlait à sa place. Spontanéité qui illustrait bien la détresse de son âme, le besoin de réconfort, d'oublier, de s'oublier, il espérait avoir une réponse rapidement, avant que ses sens et son désir ne laissent plus vraiment de choix à son interlocuteur.

Regan avait accepté, pour un prix et Ashley proposa de rentrer chez lui, car ils seront certainement plus à l'abri que n'importe où ce soir, il serait judicieux de faire exactement ce que le shadowhunter lui avait demandé, quitte à lui faire un pied-de-nez, car en évitant d'être arrêté pour consommation d'alcool, il comptait bien enfreindre une autre règle de la prohibition, mais il s'en moque de la prohibition, il se moque des risques aussi, il veut juste oublier la douleur et ne plus penser à rien, plus rien du tout. Alors, ils avaient vite quitté les lieus, pour un quartier plus calme, les décors changeant de manière assez drastique lorsqu'ils atteignaient les abords du Garden District. Même encore aujourd'hui, l'ingénieur ne s'y faisait pas, il avait grandi dans une maison qu'il ne savait pas par quel miracle tenait encore debout lorsqu'il l'a quitté pour rejoindre le gouvernement. Lui et le rouquin avaient peu échangé lors de leur marche furtive, et à présent ils accéléraient un plus le pas afin de traverser les derniers mètres qui les séparent de leur destination, Ashley guidait Regan faisant un détour par une allée où il savait ne possédait pas encore de caméra, il l'explique à Regan, peu fier, mais au moins il y a cet avantage, il savait où les yeux du gouvernement étaient, partout, mais ils pouvaient encore échapper à cette présence s'ils en connaissaient les emplacements.

Ils s'arrêtent devant un building, s'il n'était pas aussi impressionnant que ceux de glasses et verres qui l'entouraient, il était en bon état, sa façade en brique lui donnait un peu de charme et le restaurant chic juste à côté restait dans les tons du quartier. Ils entraient, pas besoin de monter à l'étage, l'ingénieur vivait dans le loft du rez-de-chaussée. Passant les escaliers et ascenseurs, Ashley ouvre le portail qui s’ouvre sur une petite cour qui avait subi les aléas du changement climatique, propre, mais pas de soin donné aux lières désséchés, ni à la fontaine abandonnée, rien non plus n'était aménagé, elle n'était tout simplement pas exploitée. L'appartement de l'ingénieur donné sur celle-ci des pans japonais le protégeant du vis-à-vis. Ils atteignaient le pas de la porte, l'ingénieur sortait alors ses clefs de la poche de son pantalon, entrant le premier afin d'allumer la lumière du couloir, avant d’inviter Regan à rentrer, refermant à clef derrière eux. Il suffisait de faire quelques pas, passant sous un escalier pour découvrir la pièce à vivre, celle-ci était grande avec une cuisine ouverte à l'américaine, les murs étaient blancs, les canapés en cuir noir,  meuble en bois clair pour table basse, les finitions en gris métallisé et bois pour la cuisine et son plan de travail et il y a quelques cadres avec des photos de plantes accrochés aux murs. Comme une suite d'hôtel les meubles et le décor n'ont aucune personnalité. Ashley y passe peu de temps, il préfère l'ambiance de son laboratoire, même si finalement les deux lieux n'étaient pas si différents.

« Fais comme chez toi. » Invitait-il Regan, alors qu'il posait ses clefs et le reste du contenu de ses poches sur la table, posant  sa veste en cuir sur le canapé et s'en allait vers le réfrigérateur pour sortir une carafe d'eau et un verre. Il avait besoin de boire un coup, même s'il aurait bien pris quelque chose de beaucoup plus fort pour se remettre de ses émotions, mais il n'avait pas grand-chose ici, si ce n’était de quoi prendre un petit déjeuner et encore cela faisait plusieurs jours qu'il n'était pas venue. Il trouverait bien quelque chose à cuisiner le lendemain matin, si Regan acceptait de rester jusque-là. « Je n'ai pas grand-chose à t'offrir à boire malheureusement, j'ai du café, de l'eau et un reste de jus de fruit -il vérifiait un instant- de raisin. »

Tais-toi donc. Se disait-il mentalement.

Ce n'était pas glorieux, il le savait et ça le faisait rire de constater à quel point il n'y avait rien, absolument rien ici. « Le reste de l'appartement est sur la mezzanine, comme tu peux le constater. »

Arrêtes. Se répétait-il alors qu'il jouait les hôtes aux petits oignons revenant vers son invité. Il savait que Regan n'était pas une conquête qu'il avait cueillie dans un bar, il savait qu'il n'avait pas à sortir le grand jeu, mais il ne voulait pas non plus que les choses aillent trop vite, même si c'est exactement ce que son corps entier crier et la main baladeuse, furtive venant ensuite se poser dans le creux des reins du rouquin en disait bien assez. Ashley voulait que cela se fasse aussi naturellement que possible, il ne demandait pas à Regan de faire dans les sentiments, juste de comprendre qu'il avait tout autant le droit de vouloir prendre un verre, se poser, s'imprégner des lieux. « Là-haut il y a mon lit, et une salle de bain... » Souffle-t-il, et il va bien falloir qu'il se taise à un moment, car ça en devenait pathétique, en tout cas c'est ce qu'il pensait et c'est certainement ce que pensait Regan aussi.
(c) DΛNDELION

_________________
pick your battles.
However little strength I’m capable of… I’ll do everything humanly possible to protect the people I love.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5857-ashley-the-only-thing-i-c http://www.mercy-in-darkness.org/t5877-ashley-the-trouble-is-you-think-you-have-time

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3108
↳ Points : 282
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Prostitué ; Ancien journaliste
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Leslie MacLean
↳ Couleur RP : #f34c4c



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!\   Jeu 24 Mai - 19:54


La fuite comme une étrange conclusion à la rencontre qui semblait pourtant devoir durer. Incompréhension le temps d’un soupir s’échouant sur des lèvres à présent fantômes. Celle de l’homme en premier, la sienne ensuite lorsque d’écarlate et d’azur se sont teintés les murs miteux du bar clandestin. Réflexes incrustés dans la chair et dans l’âme, celui qui outrepasse allégrement les lois régissant le monde ne s’est pas fait prié pour s’enfuir. Traînée de rien, juste une ombre que l’on ignore tant elle n’existe plus vraiment. Surprise alors que de retrouver son client présumé au détour d’une ruelle sombre. Regan ne sait pas vraiment pourquoi, dans son échappée brusque, ses doigts se sont accrochés à la veste abandonnée là. Pour s’offrir une chance de le revoir, peut-être. Cet homme jalonnant ces soirées mondaines qui l’insupportent. Cette créature aussi fracassée que lui, à l’image de ce visage abîmé dont les raisons lui restent obscures. Question signant le pacte, le prostitué a posé ses limites et son prix. Accepté sans résistance par celui qui devenait alors son client. L’ombre d’un sourire de triomphe accroché à son cœur, l’insolent a suivi l’homme. L’organe apaisé de voir une certaine distance s’apposer entre eux et la milice. Rebelle épris de liberté depuis des siècles, peu enclin à se revoir à nouveau en cage de sitôt. Parce qu’il en tremble encore, malgré la présence de Rhys. Les angoisses nocturnes qui le bouffent et le maintiennent éveillé plus encore que d’ordinaire. Créature de la nuit à n’en pas douter.

Chemin jusqu’à l’antre du vice exécuté en silence, le couple d’un instant retrouvant la sécurité d’un appartement dont la sobriété le surprend. Du vide, rien. De l’aseptisé comme il est encore possible d’en voir dans certaines vitrines du centre névralgique de la ville, là où suinte encore le luxe. En ostentatoire pour ceux qui ne pourront plus jamais se l’offrir. Juste là pour rappeler que certains le peuvent encore, et cela ne fait que confirmer, Ashley est l’un d’eux. Appartient au système, et comme tous ces êtres sévères et cruels, il se fout des lois. Des interdits. En équilibre sur le fil du crime, l’homme aux déviances considérées comme malsaine par tout un tas d’esprits étriqués et fermés. Regan a vu, dans les regards qui se sont perdu contre sa silhouette, l’envie. La convoitise qu’il éveille malgré lui dans les corps et les esprits. Quelques discussions ont eu cependant raison de son aversion, ces quelques brides de banal mettant en place les pièces de l’existence de son client. Quelques mots, gouvernement, ingénieur et ce fut suffisant pour lui.  Et maintenant qu’il se tient dans ce repère à la mine aussi triste que celle d’Ashley, d’autres pièces s’assemblent. L’homme est seul, solitaire par choix et par obligation peut-être. Mal à l’aise avec certaines choses de sa vie. Le cœur en lambeaux, très certainement.

Les pupilles du résistant s’écorchent sur le décor, suivent les gestes de l’hôte et quelque chose se pince dans sa poitrine. Son cœur peut-être. Comme un élan de compassion abîmée envers cet être isolé. Il retire sa veste et la dépose à côté de celle d’Ashley. S’aventure de quelques pas dans le salon, s’abandonne dans la contemplation des cadres en exposition sur le mur. Trop impersonnel, et ça le dérange presque. D’être là, lui qui représente tout ce qu’il y a de plus malsain dans cette ville. Le vice à l’état brut dans un univers trop propre, trop bien rangé. C’est ça qui le dérange, cet ordre où chaque chose à sa place. L’instinct du bordélique qui crève de perturber l’ensemble pour le rendre un peu plus vivant. Les mots dans son dos l’arrachent à sa contemplation et il se retourne. Appose sur ses lèvres la caresse d’un sourire à l’énigme tendre. « - Ca ira ne t’en fais pas. » L’alcool a déjà eu le temps de brûler sa trachée, de lui offrir ce vent de légèreté dont il a besoin pour mieux vivre ce qu’il s’apprête à faire.

Parler pour gagner du temps, apposer de la normalité dans une chose qui ne l’est pas. Débauché ayant appris à connaître ses clients, ce qu’ils attendent de lui dans leurs silences et les gestes. Ashley a besoin de naturel, ces choses qui s’échelonnent comme elles le feraient s’ils étaient un couple comme les autres. C’est analyser pour mieux s’adapter, et Regan s’y plie. Il sera le confident, l’ami et l’amant le temps d’une nuit. Ashley le paie pour ces illusions, il s’y appliquera donc au mieux pour satisfaire le cœur et apaiser les douleurs qu’il devine dans les yeux noirs posés sur lui. « - Logique, à moins que le canapé ne fasse office de lit et la cuisine de salle de bain. » Sa voix se fait miel, vibre d’accents d’une malice qui pétille dans les pupilles alors qu’il scrute son compagnon. Main baladeuse venant se perdre contre la chute de ses reins, le dépravé se crispe malgré lui. Dans un réflexe étourdissant avant de contraindre ses muscles à se détendre. Laisser ses doigts courir alors contre le bras d’Ashley, sensualité à fleur de peau, séduction sale dans le regard qui s’accroche à celui de l’autre et la proximité qui s’immisce entre les corps. « - Pas très présent dans le coin, n’est-ce pas ? Je peux te comprendre... » La question n’attend pas vraiment de réponse. Seulement là pour combler le vide, faire diversion quand ses doigts cherchent ceux de l’ingénieur pour s’y enrouler. L’attirer alors avec douceur pour l’enjoindre à s’assoir avec lui dans le sofa. Aussi noir que l’âme sous la peau.

« - Il y a une raison précise à cette fuite soudaine ? J’imagine que ce n’est pas une habitude de détaler comme un lapin sur un coup de tête. » Souffle-t-il finalement, mutin. La main revenant se perdre contre la cuisse de son client, les doigts qui tapotent doucement le tissu et devinent la tension qui sommeille en profondeur. Ce tumulte qui s’éveille au gré des grains de sable tombant dans le sablier.

_________________
naufragé dans la nuit
UN PEUPLE EN ETAT DE REVOLUTION EST INVINCIBLE

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3400-les-anarchitectu http://www.mercy-in-darkness.org/t4057-regan-bleu-blanc-sang

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 717
↳ Points : 146
↳ Arrivé depuis le : 20/05/2018
↳ Age : 27
↳ Avatar : Oscar Isaac
↳ Age du Personnage : 38 ans
↳ Métier : ingénieur en robotique
↳ Opinion Politique : du côté du gouvernement, il n'approuve pourtant pas toujours ni leurs méthodes, ni leurs valeurs
↳ Niveau de Compétences : général (niveau 2)
↳ Playlist : Attack ▬ 30 STM ∞ I see fire ▬ ED SHEERAN ∞ In The End ▬ LINKIN PARK ∞ Sang pour Sang ▬ JOHNNY HALLYDAY ∞ Demons ▬ STARSET ∞ Soulburn ▬ MASTERPLAN ∞ Killer Queen ▬ QUEEN ∞ Le Bien Qui Fait Mal ▬ MOZART L'OPÉRA ROCK ∞ Dreaming While You Sleep ▬ GENESIS ∞ Comfortably Numb ▬ PINK FLOYD ∞ Never Back Down ▬ NINE LASHES ∞ Non-Stop ▬ HAMILTON ∞ Soulève-Moi ▬ DANIEL BALAVOINE
↳ Citation : « Sometimes being a brother is even better than being a superhero. »
↳ Multicomptes : Xavier S. Cai
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: avatar | writerinafoxhole, code signature | ASTRA, gifs | tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!\   Ven 25 Mai - 3:51



flashback / solitaire à un souffle de toi
Regan & Ashley

« Lovers have a way of using this word, nothing, which implies exactly the opposite. »
Un léger sourire se dessinait sur les lèvres d’Ashley, même s’il avait bien conscience que Regan jouait un rôle, il était tout aussi patient et compréhensif que pouvait l’être un partenaire avec qui il avait discuté dans un bar un peu plus tôt. C'était en tout cas son ressenti, assez pour le détendre, cessant un instant de se torturer l’esprit sur ce que pouvait bien penser son invité de lui, car ça n’avait pas d’importance et c’était aussi pour cela qui lui avait demandé de venir chez lui, pour pouvoir agir comme un imbécile sans jugement, sans décevoir, car Regan, il s’en fichait sûrement du moment qu'Ashley le payait et respectait ses conditions. L'ingénieur avait été si tendu depuis qu’il avait vu la milice, tabassé cet étranger qu’il pensait être le rouquin qu’il fallait au moins ce contact légèrement présomptueux pour s’assurer qu’il ne perdait pas complètement la tête. Car depuis qu’il avait découvert ce reflet monstrueux, l’ingénieur avait beau tenter de se convaincre et chercher une logique à tout cela, il y avait cette hypothèse dans un coin de sa tête. Peut-être qu’il avait tout simplement pété un câble, qu’il se faisait des films et que tout était un cauchemar, une illusion. La sensation d’être complètement déconnecté.

Il n’y passait jamais du temps, parfois, il dormait dans sa chambre, la mezzanine, elle avait un peu plus de personnalité et Ashley, il recevait rarement des invités. À tout cassé, Regan devait être le troisième à découvrir son appartement, sans compte Itzal Macaro qui l’avait raccompagner un soir lorsqu’il avait eu le garde du corps assigné. Il fallait le dire, Ashley n’était pas le plus sociable, préférant la compagnie de ses machines à celle des hommes et parfois, des personnes comme Halstein lui donnait raison. Éviter le contact, se renfermer sur lui, pourtant il n’avait pas toujours était comme ça, certes, il a toujours était introverti et bosseur, mais il était aussi joueur et sociable. Après tout, il fallait au moins autant d’énergie et d’empathie pour élever tout un groupe de marmots. Finalement, l’apocalypse lui avait tout pris et depuis, il s’était contenté de faire tout pour survivre, pour retrouver ses frères et sœurs. Il s’était vendu avec ses créations, à tort ou raison, ça avait été son choix, le temps, les pertes, avaient fait le reste, devenant l’ombre de lui-même. Finalement, ça coïncidait presque avec la découverte de sa nouvelle condition, où un résultat du choc émotionnel à ce stade les dates et le reste restait flou. Il était, il était seul et son appartement parler pour lui.

Doute un instant, le frisson sous ses doigts, il hésitait à retirer sa main, mais les doigts qui s’aventuraient sur son bras le rassurait qu’il ne s’était pas trop avancé. Regan avait vu juste, l’ingénieur confirmait ses dires avec un simple hochement de tête, alors qu’un soupire soulevait sa poitrine. C’était un understatement qui le faisait presque sourire, il n’avait rien à dire, les lieux parlaient pour lui autant que ses traits ou sa barbe de trois jours. Enfin, outre les machines qu’il avait créées, son bureau n’avait pas plus de personnalité, tout aussi classique de verre, de métal. Il ne laissait pas sa personnalité ne s'exprimer, en tout cas pas de cette manière-là.

Les doigts se croisaient et s’enroulaient, Ashley se laissait guider sur le sofa par le rouquin. Moment d’intimité, comme une pièce de théâtre bien rodée, les deux hommes savait exactement leur rôle, le décor autour d’eux complétait cette illusion parfaite. Un moment volé, plaisir éphémère qui ne devait pas non plus trop s'éterniser, aussi naturel que Ashley le voulait, il était important de garder un semblant de distance, un peu de pudeur. Même si au final, ce n’était pas à lui de trop s’en inquiétait et Regan devait avoir l’habitude des clients comme lui. Perdus, ayant besoin d’oublier, ayant besoin de se confier et il l’avait bien compris, pourtant, la question légèrement moqueuse surpris l’ingénieur.

« Seulement quand je chasse les fantômes. » Admettait-il, regard furtif vers son interlocuteur avant de regarder en face lui de nouveau, se grattant la joue nerveusement. « J’ai cru reconnaître quelqu’un que je cherche depuis bientôt cinq ans. » Il cherchait plus qu’une personne en vérité, mais il ne pensait pas que cela intéresserait Regan, il était peut-être trop tôt pour en parler. Ses frères, ses sœurs, comme tout le reste s’était assez personnel et pour le moment, il ne s'étendra pas sur le sujet. « Tu sais, tu aurais pu laisser ma veste au bar, me laisser me démerder avec la milice. » Après tout, ils s’étaient seulement rencontré lors de soirées mondaines, ils avaient seulement échangé quelques mots. Il n’était rien aux yeux de Regan, sauf peut-être un de ces privilégiés, comme il en croisait par dizaine dans les réceptions et certainement jusqu'aux quartiers les moins fréquentables de la ville. Alors imaginer quelqu'un comme Ashley se faire taper sur les doigts par la milice, ça ne devait pas être déplaisant. Il se demandait bien ce qui avait pu passer dans la tête du rouquin de prendre sa veste lors de sa fuite.

Dans le cas où Regan n’avait pas récupéré sa veste Ashley aurait certainement passé un autre type de soirée, il aurait dû expliquer comment elle avait terminé dans ce bar au quartier général des shadowhunter, le dernier endroit sur terre où il voudrait se retrouver, il aurait risquer d'y croiser Halstein, lui offrant une occasion pour lui donner quelques coups en plus. Il tressaillit, rien qu’à cette pensée, par réflexe, il portait sa main libre à sa pommette encore légèrement nécroser, le noir se mélangeait au violet du bleu. Ca se voyait à peine contrairement aux premiers jours. Son autre main, elle, était toujours en train de jouer avec les doigts de Regan, d’une manière assez distraite. Son regard s’était adouci légèrement, scrutant les traits du prostitué, sa main venait alors caresser sa joue, avant de glisser sous son menton pour le relever et venir capturer ses lèvres dans un baiser.

Un baiser qui finalement n’avait pas beaucoup de sens pour l’un, ni pour l’autre, mais ça suffisait amplement à Ashley pour s’évader et oublier la douleur qui le rongeait.

« Je t’en dois une. » Finissait-il par lâcher, contre les lèvres de l’autre. Un remerciement, une excuse pour s'être comporté en lâche, pour être passé pour un illuminé. Cette fois-ci, rien ne viendrait les interromps, pas de vision faussée, ou de visite improvisée de la milice. Sauf peut-être sa conscience, mais cette dernière était aux oubliettes. Certainement étouffée par son propriétaire qui n’avait pas besoin de se poser mille questions en présence de son hôte.

Goût du risque, goût du vice, il avait si peu de temps pour lui et le plaisir, comme tout le reste avait été une denrée rare par le passé et de toute façon, il n’avait pas la tête, ni l’esprit pour ce genre de choses. Alors quand l’envie lui venait, au diable les interdits, il s’en fichait bien du prix qu’il devait payer, la somme restait bien modique pour oublier les plaies créées par Halstein.
(c) DΛNDELION

_________________
pick your battles.
However little strength I’m capable of… I’ll do everything humanly possible to protect the people I love.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5857-ashley-the-only-thing-i-c http://www.mercy-in-darkness.org/t5877-ashley-the-trouble-is-you-think-you-have-time

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3108
↳ Points : 282
↳ Arrivé depuis le : 25/01/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Eddie Redmayne
↳ Age du Personnage : 33 ans (254 ans)
↳ Métier : Prostitué ; Ancien journaliste
↳ Opinion Politique : Anarchiste anti-Gouvernement
↳ Playlist : Les anarchitectures – Autour de mois les fous - Les Infidèles - Que tout est noir, Saez ϟ Trouble, Halsey ϟ Mr . Brightside, The Killers ϟ One Last Song, Demon Hunter ϟ Ghostcity, Thomas Azier ϟ Shine, Years & Years ϟ Bad Blood, Bastille ϟ Children Of The Revolution, T. Rex ϟ Territorial Pissings, Nirvana

↳ Citation : « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people »
↳ Multicomptes : Leslie MacLean
↳ Couleur RP : #f34c4c



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!\   Dim 27 Mai - 15:42


Il y a le vide. Dans l’appartement, ce rien affolant témoin de l’absence de vie. Sa propre demeure, à présent dépourvue de sa présence doit certainement ressembler à un cimetière. Un abri de poussière où ne plane plus que le fantôme des éclats de vie passée. Décoration quasi semblable à celle de l’ancienne demeure, impersonnelle. Il n’a jamais su, n’a jamais eu de goût pour ses choses. Rose était la seule à même de meubler un intérieur pour lui offrir de la chaleur, faire du pire taudis un havre de chaleur et de douceur. Penser à elle, dans un tel instant, lui broie le cœur. Serre l’organe pour le faire tressaillir dans sa prison de chair. Il en soupire lorsque le corps vient s’installer dans le sofa. Un mirage de contentement sur les lèvres dans l’expiration, ses doigts emmêlés à ceux de l’ingénieur. Le regard s’y attarde, sur cet étrange schéma, s’absorbe dans la contemplation des nuances, cette chair plus sombre que la sienne. Une nouvelle nuance de gris qui s’appose sur sa rétine, un contraste déroutant avec la blancheur de sa propre chair. Réponse toute aussi furtive que le regard qu’il lui lance. Pudeur à fleur de peau, inutile de creuser plus loin pour s’en rendre compte. Ashley est un être à l’ambivalence évidente pour qui sait y regarder. Pétris d’une douceur fébrile, bouffé par des élans plus violents. Tiraillé entre des envies qu’il ne devrait pas éprouver. Le français ne peut pas vraiment le comprendre, parce qu’il n’a jamais pris la peine de se contenir. Parce que les interdits lorsqu’il est question de désir lui sont étrangers. La Prohibition et ses marges sont des aberrations aux yeux de celui qui ne se place dans aucune des cases qui pourtant être les siennes.

« - Il semblerait que cette ville en soit pleine, de ces fantômes. » Son soupir déborde de compréhension mais dissimule un relent de tristesse qu’il s’efforce de masquer. Un éclat morne dans la pupille, à peine apparu et déjà disparu. Il n’est pas payer pour cela, seulement pour paraître et satisfaire. Ses peines, il les ignore, les range dans les tiroirs de sa conscience. Se mure dans le rôle qu’il se doit de jouer ce soir. Pensées parasites abandonnées sur le bas-côté de sa conscience, peut-être y reviendra-t-il plus tard. Certainement, elles le rattrapent toujours. « - Peut-être finiras-tu par la retrouver, cette personne que tu cherches… » Comme un renfort pour souligner les paroles, ses doigts se pressent un peu plus fort contre ceux de l’homme à ses côtés. Et un sourire s’appose à nouveau sur les lippes. Dessine l’esquisse d’un amusement fugace, courbe énigmatique flirtant entre les genres. Lyn qui s’appose parfois à la surface sans qu’il ne le veuille vraiment. Scindé entre le masculin et le féminin, il a de plus en plus l’impression de n’être plus qu’un savant mélange des deux. De ne plus être capable de retrouver la limite entre l’un et l’autre. Troublant, comme il est facile de se perdre dans son propre corps. Il aurait pu laisser la veste sur cette chaise. Ne pas y poser le moindre regard et prendre la fuite comme un rat abandonnant le navire. Facilité qui l’a effleuré, une fraction de seconde et ses doigts se sont agrippés au vêtement abandonné. Trésor d’espoir, une possible excuse pour forcer une nouvelle rencontre. Cœur battant du résistant prompt à tout pour mettre en branle sa sombre machination.

« - J’aurais pu, mais je me suis dit que tu avais peut-être d’autre soucis en tête. » Souffle-t-il, mutin. La milice se serait-elle seulement permis de mettre en péril l’un des leurs ? La question l’intrigue et un morceau de sa mauvaise se persuade que non. Il s’en serait sorti sans encombre, à peine un avertissement. Alors que lui, moins que rien, déchet sur la botte du Gouvernement, il pourrirait déjà dans une cellule dans l’attente de son jugement. Foutrerie, le dédain lui caresse la langue mais il s’efforce de le ravaler. « - Ca me donnait une excuse pour retrouver son propriétaire qui plus est. » Se contente-t-il de répondre alors que les doigts de son client s’apposent sur la ligne de sa joue. Le contact fait germer des frissons contre l’échine. Un savant mélange d’inconfort et de répulsion. Un instinct ancré au corps dont il ne parvient pas à se défaire, qu’importe la personne qui le touche. Docile et soumis à la volonté de l’autre, Regan se laisse faire. Tressaille une nouvelle fois lorsque les lèvres cherchent et se posent sur les siennes. Baiser auquel il répond, du bout des lippes et de ses doigts qui emprisonnent plus encore ceux qu’ils tiennent captifs.

Les sourcils se froncent, ce qui ressemble à un remerciement le dérange. On ne doit rien à quelqu’un que l’on paie pour épancher sa soif de désir. Juste ce qui est demandé, le prix fixé avant que l’horloge ne s’ébranle. « - Tu ne me dois rien Ashley. » Il arrache la réplique du fond de ses entrailles, d’une voix vibrante. Peut-être lui doit-il quelque chose, le résistant absorbe les mots et les gardent en évidence. Pour une simple veste ? Il ne lui a pas sauvé la vie, n’a rien fait de plus que lui offrir sa présence et son corps pour épancher les peines et les frustrations qui le dévorent. A leur tour les doigts libres du français s’élèvent et s’apposent sur le visage d’Ashley. Le pouce effleurant la ligne d’une pommette abîmée, cette nécrose qu’il perçoit sous la pulpe et qui lui fait comprendre qu’il est un simulacre d’humain, lui aussi. Ce qu’il fut avant que ne s’invite l’humanité pure dans son existence. « - Une autre mauvaise rencontre dans un bar ? On ne t’a pas laissé le temps de fuir après un autre fantôme ? » Il y a une pointe de moquerie dans le sérieux de ses paroles. Un cynisme doux qui ne vise pas à blesser. Seulement à faire s’effondrer la tension qu’il peut sentir sous la peau de l’autre. Du visage, sa main s’égare sur la nuque, effleure la naissance des cheveux. Jumelle qui abandonne l’étreinte de ses doigts et se pose contre le galbe de la cuisse. Une caresse lente, l’exploratrice insolente remontant vers l’interdit. Ses phalanges effleurent l’entre-jambe, suintent d’une sensualité provocante et s’enroulent alors autour de la ceinture. Les pupilles étincelantes du débauché fermement arrimées à la noirceur de celles d’Ashley.

_________________
naufragé dans la nuit
UN PEUPLE EN ETAT DE REVOLUTION EST INVINCIBLE

On s'achète on se vend. Au vent des hémisphères. On se jette, on se prend contre un peu d’éphémère. Sur l'étoile d'argent, le cerveau, la chair. Faudra choisir un camp. L'obscur ou la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3400-les-anarchitectu http://www.mercy-in-darkness.org/t4057-regan-bleu-blanc-sang

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!\   

Revenir en haut Aller en bas
 

solitaire à un souffle de toi ∞ Regan /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fourth Chapter: Around The World :: Around The World :: Flashback-