AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't Look Back In Anger {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Joshua Bates
SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9223
↳ Points : 1111
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 29
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Don't Look Back In Anger {PV}   Dim 3 Juin - 17:50

Don't Look Back In Anger.

Slip inside the eye of your mind. Don't you know you might find. A better place to play. You said that you'd once never been. But all the things that you've seen. Will slowly fade away.
Il est parvenu à se retrouver dans les locaux de l’hôpital. Plus ou moins sauvé de l’humiliation. Affichant son plus beau sourire face au directeur, sans se départir de sa posture professionnelle. La cravate parfaitement ajustée, l’incapacité de laisser tomber les faux semblants, les masques et cette politesse mal placée, qui rendent cette affaire plus amusante que jamais. « Vous ne regretterez pas d’avoir fait confiance à mon professionnalisme. Je vous en fais la promesse ». Joshua serre cette main tendue avec circonspection. Affronte une nouvelle vague de commentaires et de regards malveillants, en déambulant dans les couloirs. Il a l’habitude d’éveiller la curiosité. De les voir s’adonner à des séances de commérage malvenues. A la recherche des mystères entourant son passé tumultueux. Considéré comme un monstre de foire depuis qu’il a avalé ces gorgées d’eau empoisonnées. Il sent son sang bouillonner et la colère remonter, sous l’effet de cette persécution. Le volcan endormi qui se réveille et est prêt à faire des ravages. Ce n’est pas vraiment le moment de faire des vagues. De se remettre dans une situation périlleuse et de laisser le danger planer sur sa pauvre tête.

Le tonnerre résonne, dans son esprit, et la tempête se déchaîne. Des éclairs déchirent le ciel. Il doit se mettre à l’abri et ne courir aucun risque. Le désir de violence devenant insatiable, à certains moments. Joshua est dans l’obligation de se faire les crocs. De trouver un moyen de se calmer et de permettre à ses muscles d’accéder à un délassement salvateur. Lâcher prise, se laisser envahir par un sentiment de sécurité, rejoindre son antre de solitude. Il se faufile pour rejoindre la salle de repos. S’installe sur le tabouret feutré qui fait face à ce magnifique piano à queue. Laisse ses doigts délicats marteler les touches blanches et noires avec une grâce déconcertante. Ses pieds appuyer brusquement sur les pédales, à chaque fois qu’il en voit l’utilité. Une musique apaisante s’élève donc dans la pièce, et le moment est venu de fermer les yeux. De chasser les pensées angoissantes et de laisser des soupirs de plénitude s’échapper de sa gorge. Dans un grincement désagréable, la lourde porte s’ouvre. Joshua s’éveille en sursaut. La secrétaire à l’allure pimpante, laisse ses lunettes glisser sur son nez et lève les yeux au ciel. Un sourire suffisant collé aux lèvres. « Monsieur Bates, votre rendez-vous est arrivé ». Joshua ouvre péniblement le dossier patient, et le parcourt rapidement.

Etouffe un hoquet de stupeur, laisse les ondes de choc se propager sur tout son épiderme. Avant de sentir son sang se congeler dans ses veines. Encore un de ces foutus fantômes, qui va l’obliger à ressasser les erreurs du passé. Ou bien qui va permettre à ses pulsions destructrices d’atteindre leur point culminant. Il commence à perdre pied. Le cerveau du sadique s’activant fortement. Déchiré également par un sentiment d’impuissance et de culpabilité qui lui bouffe toute son énergie. Refusant de lui fausser compagnie, il rejoint son bureau en affichant une prestance naturelle. Une salutation où les mains s’empoignent avec force, dans un geste très tenace. Une pointe d’ironie dans le regard. Il l’accueille avec un faux sourire chaleureux. « Papy…Monsieur MacLean, veuillez m’excuser pour mon retard. Entrez, et installez-vous confortablement  ». Il utilise le vouvoiement pour marquer la distance, manifester son respect et sa politesse.

Jubilant à l’idée de le faire passer pour le parfait imbécile. Il s’installe derrière son bureau et commence à griffonner dans son calepin, l’air sérieux et distingué. Rongé au fond de lui par une rancune durable. Un abandon et un rejet qui nourrissent son désir de se rebeller contre cette injustice qu’il a l’impression de subir, d’année en année. Qui alimentent le brasier sans qu’il ne se soucie des conséquences. «  Si j’ai bien compris la demande, je dois analyser votre fonctionnement psychique, comprendre comment votre histoire influence vos actes. Rédiger un rapport dans lequel je rendrai mes conclusions aux membres du gouvernement ». S’exclame t-il sur un ton formel, un air de défi sur le visage. « Votre dossier est lourd. Vous avez eu beaucoup de démêlés avec la justice ». Il le regarde avec des yeux ronds, faussement choqué. Une série d’images violentes lui traversant l’esprit.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Leslie MacLean
WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5787
↳ Points : 300
↳ Arrivé depuis le : 03/09/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : Toby Stephens
↳ Age du Personnage : Quarante-huit ans
↳ Métier : Bras-droit de Maria Velasquez ; Ancien directeur de la Parish Prison
↳ Opinion Politique : Il crache sur le Gouvernement, et emmerde la résistance. La Communauté en unique camp, au-dessus et avant tout le reste.
↳ Niveau de Compétences : Trois
↳ Playlist :
STARSET - Demons ♭ KORN - Evolution ♭ SLIPKNOT - Disasterpiece ♭ SIA - Free me ♭ WOODKID - Iron ♭ BEAR McCREARY - A nation of thieves ♭ NICK CAVE - Avalanche ♭ KODA - New blood ♭ HIDDEN CITIZENS - Paint It Black ♭ SABATON - Out of control ♭ RAG'N' BONE MAN - Hard came the rain ♭ POP EVIL - Monster You Made

↳ Citation : « Everyone is a monster to someone. Since you are so convinced that I am yours, I will be it. »
↳ Multicomptes : Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #448a74



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame ; tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Don't Look Back In Anger {PV}   Jeu 7 Juin - 20:00


C’est une obligation, Leslie. Nous plus que les autres puisque nous sommes ceux aux commandes de ce groupe. Fais-le, sans faire de vague je te prie. Comment aurais-je pu lui refuser ça ? Si son timbre était doux et tendre, il n’y avait pourtant aucun doute sur la fermeté de sa demande. Maria et son art des mots, de se faire obéir sans donner l’impression d’ordonner ou de contraindre. Je l’admire pour ça, me plie à l’exercice sans broncher pour éviter de la décevoir. De faillir et entacher cette confiance qu’elle m’accorde quand je ne suis pas moi-même certain de vraiment la mérité. La peste en tête de l’armée ne suffit plus pour juger et nous ranger dans les petites cases pré établies du Gouvernement. Il faut maintenant leur laisser nous triturer le cerveau. J’en ai horreur, de ces pantins en blouses blanches. Avec leurs manières, ces gribouillages sur leurs maudits carnets qui donnent juste envie de les leur faire bouffer pour prouver que tout va bien. J’en ai passé des heures, à raconter ma vie pour leur donner l’occasion de comprendre le pourquoi du comment de mes addictions. Des heures à mourir de honte, à prier pour que tout s’arrête. A ravaler la fureur et la violence, me retenir de fracasser des dents et des doigts, juste pour le plaisir.

Ce n’est pas une obligation mais un supplice pour moi que de refaire un tour par cette maudite case. De remettre les pieds dans les entrailles de la civilisation, l’aseptisé d’un hôpital qui m’a vu pour la dernière fois lors d’une visite afin de s’assurer du bon fonctionnement de ma trithérapie. A choisir j’aurais encore préféré revenir ici pour cette raison, m’enliser dans le mécanique de nouveaux examens et autres joyeusetés pour remettre l’ensemble d’aplomb. A défaut, c’est à l’étage des timbrés de l’entonnoir que l’on me traîne. L’assistante qui me plante là, dans un couloir où résonnent les murmures des autres cas qui traînent dans le coin. Solitude durant laquelle la pupille se pose un peu partout, poussée par la curiosité et le malaise qui grignote sous la peau. Je n’ai jamais aimé les hôpitaux, qui peut se targuer de le faire d’ailleurs. Et le nom sur la porte qui me saute à la gueule. Bates. Je ricane, mélange entre nerveux et hystérique. La blague est mauvaise et laisse un arrière-goût amer sur la langue, comme si je me l’étais bousillée à coup de bonbon décapant à l’acide. La voilà qui revient et la porte se franchie. Aucun doute, c’est bien le foutu môme. Celui qui se dresse derrière son joli bureau et qui me tend la main. Pogne que je serre, pour la civilité du geste, à lui en péter les doigts, pour le plaisir du geste. Un sourire mauvais ourlant les lèvres à l’entente du surnom puéril. Je le tolère difficilement dans la bouche d’un autre petit con dans ton genre, ne m’oblige pas à t’arracher la langue pour te faire passer l’envie de le réutiliser. Lui qui se moque mais qui se planque derrière un vouvoiement inutile et affreusement risible.

Et voilà qu’il griffonne, comme tous ceux de son espèce. Fallait faire artiste si le papier et le crayon te fascinent à ce point Joshua. Mauvaise orientation. Debout devant le gamin, je finis par m’assoir dans l’une des chaises faisant face au bureau, dissimulant le malaise derrière des couches de flegme à m’en crisper la mâchoire. Joindre les doigts sur les guiboles et les sentir se contracter au gré des paroles. « - C’est ce que nous sommes maintenant, des cas d’étude ? Tu es la dernière étape, le tampon qui validera le sésame pour nous faire entrer en ville ? » Cynisme à fleur de langue, la pupille pétille d’une moquerie évidente. Beaucoup de démêlés avec la justice ? Tu te fous de ma gueule ? « - Mon dossier ? En quoi mes errances passées peuvent-elles influer sur ce que je suis aujourd’hui ? Ce n’est pas le moi d’hier que tu dois analyser, Bates, que je sache. » Tension dans le timbre, le grondement venu du fond de la poitrine. En menace discrète, un avertissement à ne pas s’aventurer sur cette voie. Elle est accidentée depuis longtemps, et y revenir n’apportera rien de bon. Un silence lourd s’installe dans la pièce et je le jauge. Me bousille les rétines contre la silhouette efflanquée, la trogne angélique cachant à merveille la couche de merde.

« - Combien ça va te rapporter ? Un point ou plus ? Je me suis toujours demandé comment tu classais tes petits accès de folie sur tes patients. » Tu les comptes toujours, ces fameux points Joshua ? Maintenant que je ne suis plus là pour les compter avec toi ? Savent-ils seulement, tes employeurs que tu martyrises lorsqu’ils ont le dos tourné ? Je suis bien curieux de savoir aussi s’il a seulement conscience de qui je suis. Un vent de haine fait trembler ma carcasse à cette seule pensée. Aux images pourries du psychiatre et de ses mains dégueulasses posées sur ma fille.

_________________

madness is sanity †  he came from the shadow to mollify his suffering. moved by the rage, didn’t forget the sorrow. the endless pain.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t4594-disasterpiece-le http://www.mercy-in-darkness.org/t4681-leslie-pray-for-the-storm-of-your-life

Joshua Bates
SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9223
↳ Points : 1111
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 29
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Don't Look Back In Anger {PV}   Mer 20 Juin - 20:35

Les souvenirs. De dangereux boomerang qui foncent droit sur lui. Chaque détail flotte contre la rétine lorsqu’il s’imprègne de l’atmosphère lourde et silencieuse, adossé au bureau. Les visages de ses patients qui prennent une nuance rouge sang. Les gouttes d’eau salées qui perlent en abondance sur leurs joues, l’esprit occupé par de sombres pensées. Enfermés dans une cage au-dessus d’un précipice sans fond, les paroles méprisantes de l’interne résonnant dans leur crâne. Une prise en charge psychologique qui ne fait que ternir davantage l’humeur. Réanime chaque blessure, pousse à abandonner tout espoir et à se laisser dépérir avec lenteur. Excellant dans l’art de nourrir des maux qui rongent aujourd’hui la société. Faisant tourner bien volontiers la lame tranchante entre ses doigts, avec une précision extrême. Avant de leur en faire cadeau. Celle qui a transpercé chaque parcelle de leur corps de part et d’autre. Laissant des plaies plus ou moins profondes. Les traumatismes et les blocages mentaux infligés à ses victimes lui ont apporté une satisfaction éphémère. Lui ont donné l’illusion de reprendre son souffle et de contrôler les émotions qui se bousculent en lui à chaque seconde.

Se lançant à corps perdu dans une vengeance funeste. Refusant d’incarner cette pitoyable marionnette grandeur nature soumise aux désirs du genre humain, ou actionnée par les fils du destin.  L’arrivée de MacLean dans sa vie l’a conforté dans cette idée. Pour le bonheur de ce prédateur, il a laissé ses pulsions s’épanouir. Cherchant l’absolution et la quiétude sous des actes barbares. A sortir de l’enfer de la solitude. Une rencontre inattendue reliée à son passé de dépravé. Une profonde rancœur scintillant aujourd’hui dans ses prunelles. Le rouquin ayant filé comme un voleur, sans demander son reste. Une nostalgie écrasante. Faisant preuve, ensemble, d’une cruauté qui dépasse les mots. Se jetant régulièrement des coups d’œil complices. Un sourire sadique flotte sur ses lèvres durant un court laps de temps, alors qu’il se revoit assouvir ses petits plaisirs coupables. Inutile de s’enliser dans le souvenir d’une époque révolue. Il est à l’image de son paternel. Son absence de fiabilité soulève bien des problèmes, et le trou béant dans sa poitrine le fait reculer instantanément. Lui fait prendre ses distances.

Sans parler du sentiment de culpabilité parfois trop lourd à porter, et de cette mauvaise influence. « Vous sous-entendez que les membres du gouvernement ont remis la pierre entre les mains du dieu que je représente. Je devrais me montrer flatté, mais je ne permettrai aucune familiarité, monsieur MacLean. Et je tiens à vous rappeler que je suis doté d’une conscience professionnelle. La décision sera murement réfléchie ». Le sentiment de puissance lui brûle les entrailles, et il se sent léger comme le vent. Sous cette décharge de plaisir qui s’agrippe à ses tripes et lui donne envie de traquer les fautes restantes de l’ancien directeur. Il vibre intérieurement et se mord les lèvres pour dissimuler son rire. Griffonne des esquisses anodines sur son calepin, d’un air détaché. Sent monter l’irrépressible besoin de le rabaisser à tout va. « Votre dossier fait état d’une rupture avec un fonctionnement habituel. Vous vous êtes précipités dans des actions plus ou moins impulsives. C’est comme si vous répondiez fréquemment à un besoin impérieux et souvent irrésistible, qui échappe à votre contrôle et vous pousse à des actes irraisonnés, brutaux et dangereux. Etes-vous sous traitement, monsieur MacLean ? ». Il formule ces propos avec une once d’inquiétude dans la voix.

Une âme charitable, qui prêterait sa force gracieusement aux plus démunis. Tout ceci n’est qu’une vaste fumisterie, qui sonne incroyablement vraie. Une immense illusion. Il donnerait ce qu’il a de plus cher pour réduire MacLean au rang de légume. Lui faire engloutir un chariot entier de comprimés. Il a mis en lumière les grands traits de sa propre personnalité. Ils possèdent un point commun. Celui d’avoir une soif de violence jamais étanchée. En fermant les yeux, il peut sentir l’adrénaline puiser dans ses veines. Elle envahit ses cellules, et gagne tous ses nerfs. Une fausse lueur d’incompréhension passe dans ses yeux, sous ces allusions peu déguisées. « A quoi faites-vous référence, monsieur MacLean ? Mes patients repartent toujours de l’hôpital avec un sourire satisfait ». Joshua respire l’odeur familière de l’enchanteresse, qui flotte en permanence dans ces locaux. La source de son émerveillement.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Leslie MacLean
WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5787
↳ Points : 300
↳ Arrivé depuis le : 03/09/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : Toby Stephens
↳ Age du Personnage : Quarante-huit ans
↳ Métier : Bras-droit de Maria Velasquez ; Ancien directeur de la Parish Prison
↳ Opinion Politique : Il crache sur le Gouvernement, et emmerde la résistance. La Communauté en unique camp, au-dessus et avant tout le reste.
↳ Niveau de Compétences : Trois
↳ Playlist :
STARSET - Demons ♭ KORN - Evolution ♭ SLIPKNOT - Disasterpiece ♭ SIA - Free me ♭ WOODKID - Iron ♭ BEAR McCREARY - A nation of thieves ♭ NICK CAVE - Avalanche ♭ KODA - New blood ♭ HIDDEN CITIZENS - Paint It Black ♭ SABATON - Out of control ♭ RAG'N' BONE MAN - Hard came the rain ♭ POP EVIL - Monster You Made

↳ Citation : « Everyone is a monster to someone. Since you are so convinced that I am yours, I will be it. »
↳ Multicomptes : Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #448a74



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame ; tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Don't Look Back In Anger {PV}   Mar 26 Juin - 20:11


Souvent observé, maintes fois croisé dans le dédale de notre enfer en commun. Le gamin dérangé, sévèrement atteint et avec un gros problème de violence. Celui qui se planque derrière ce qui peut ressembler à de la timidité, rendant l’ensemble bancal pour s’épanouir dans la solitude et le fracas d’autrui. A s’enliser dans la folie de l’autre, les séquelles d’une séparation sont dures à masquer. Lisible sur son visage qui masque difficilement ce qui peut lui passer par la tête. Ces infimes changements que l’œil du monstre perçoit avant qu’ils ne disparaissent. Déçu de me revoir, Joshua ? Ou tu te retiens de me sauter dans les bras tellement je t’ai manqué ? Un mélange des deux peut-être. Il faut dire qu’il en fait des efforts, avec son flegme propre à ceux de son monde. Je les exècre tous ces médecins. Ces pauvres âmes qui sont bien souvent bien plus fracassées que celles qu’ils se permettent de vouloir réparer. Haine au ventre qui s’enflamme, pour avoir passé des heures à leur raconter ma vie, tous en cercle à déblatérer les exploits de nos addictions pendant des mois de cure. A les entendre me dire que ma gamine est malade et que les calmants sont ses meilleurs amis. Et me retenir de vouloir les fracasser, leur faire bouffer leurs maudits cachets. Un peu comme maintenant, où l’ancien partenaire de jeu malsain est devenu un pauvre type. L’instinct paternel qui gangrène la raison, pousse le cœur à vouloir faire le ménage autour de mon aînée. A défaut d’avoir pu protéger sa cadette, essayer de se rattraper avec elle comme je peux.

La réplique sonne presque comme une tirade apprise par cœur. Stupide à en pleurer, j’en ricane et tapote du doigt contre le dos de ma main. « - Conscience professionnelle… C’est ton texte que tu ratures sur cette feuille une fois la réplique sortie ? » Prends moi pour un con avec tes jolis mots, vas-y. C’est quoi l’idée, faire bonne figure parce que tu es surveillé ? C’est une caméra cachée peut-être ? Pour un peu j’en serais presque à vérifier les angles des murs. Ses mots sont du vent. Comme si je n’étais pas au courant de tout ça. La question en revanche plombe le cœur. Il trébuche sur un battement et les traits se crispent dans un spasme spontané qu’il est difficile à masquer. Mes doigts s’agrippent les uns aux autres, et les dents se resserrent. Petit con. Est-il au courant ? A-t-il mis la main sur les restes de mon dossier médical ? Il sait. Sa question est un piège tordu, un morceau de doute qu’il injecte dans tout le système et qui en train de faire germer des brides de panique dans la poitrine. Me persuader du pire, lui et son petit cerveau tordu. Les sourcils se froncent un instant et le regard dévie, s’abandonne dans la contemplation de l’espace juste devant ses mains. Son calepin et ce qu’il peut y noter. « - Pourquoi aurai-je besoin d’un traitement ? » Question rhétorique lâchée dans un souffle qui se veut plus léger que la réalité. J’inspire doucement et relève les yeux pour revenir écraser l’aplomb dans ses yeux.  

« - On ne vous a jamais parlé des irlandais et de leur sang chaud, docteur Bates ? On ne soigne pas la génétique. Mon fonctionnement a toujours été le même, il n’y a eu aucune rupture, rien d’impulsif non plus. Nous avons tous notre part de brutalité et de danger, c’est le propre du fonctionnement humain. » Un rictus moqueur vient se coller sur mes lèvres, cynisme à fleur de langue faisant pétiller la pupille. Le cœur bat encore avec rage mais le calme est revenu se poser sur la surface. Quand sous la peau, les questions fusent et l’inconfort perdure. La dernière réplique est une farce. Une mauvaise blague qui m’arrache un éclat de rire amer. Une vibration dans la trachée, raclement venu du fond de la poitrine ressemblant plus à une menace qu’un véritable rire. Et l’envie de lui arracher les yeux refait surface. « - Celui que tu leur as collé à coup de canif sur les joues c’est ça ? A d’autre gamin, je sais ce que tu es, ce qui te bouffe sous tes grands airs de petit toubib parfait. » Le corps se redresse, mes doigts se délient, les articulations craquant dans le geste. Froideur en inventée sur la tronche, le sourire devient assassin. « - Te montrer excessivement tactile avec tes patients, ça fait partie de ta conscience professionnelle dis-moi ? » Ce n’est qu’un murmure, un grondement éventrant le silence et vibrant d’une haine que je contiens avec peine. Je l’attends, la réponse évasive. Cette incompréhension puant le factice qu’il va encore me servir pour ne pas se mettre dans une fâcheuse posture. Et continuer de me prendre pour un con, par la même occasion.

_________________

madness is sanity †  he came from the shadow to mollify his suffering. moved by the rage, didn’t forget the sorrow. the endless pain.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t4594-disasterpiece-le http://www.mercy-in-darkness.org/t4681-leslie-pray-for-the-storm-of-your-life

Joshua Bates
SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 9223
↳ Points : 1111
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 29
↳ Avatar : Dane Dehaan
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Moïra A. Everett
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: Swan & trumblr & anaëlle
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Don't Look Back In Anger {PV}   Sam 7 Juil - 20:37

Des retrouvailles abracadabrantes qui feraient sortir les malades de leur abominable état léthargique. Un sourire machiavélique naît sur ses lèvres, à la vue de ce spectacle divertissant. A la hauteur de ses supérieurs, si fiers et flegmatiques, il a l’art de manier les mots. Le sens des demi-teintes. De la finesse et de la délicatesse dans l’esprit. Les rétines brillant d’une lueur amusée et malsaine, il n’a de cesse de créer une atmosphère rouge et sinistre. Trépigne d’impatience à l’idée que son bureau se transforme en un immense brasier d’une puissance phénoménale. De voir ses prunelles s’éclairer sous des milliers d’éclats de foudre. Que le tourbillon de violence le cloue au sol le plus longtemps possible. Le vieux crouton encaisse chaque parole avec une sérénité surprenante. Les traits de la figure atrocement virils, marqués par les années et les épreuves, reflétant la maturité du père de famille. Déformés en un rictus dérangeant qui le ferait presque sortir de ses gonds.

Le ramenant dans les pièces sombres de la demeure austère dans laquelle il a grandi. Les flopées de serpents venimeux bourdonnant toujours dans ses oreilles. Un ‘bon à rien’ condamné à ne jamais réussir. A rester continuellement dans l’ombre de ses proches. La cible de toutes les moqueries et de toutes les humiliations. Giflé par des dizaines de rires, en train de se morfondre dans la médiocrité de son quotidien. Des propos sarcastiques qui ne font qu’agrémenter son humeur déjà soupe au lait. « Je ne peux rien vous cacher, monsieur MacLean. Quelle perspicacité. Ma mémoire me joue régulièrement des tours, et noter les éléments essentiels me permettra de rédiger un compte rendu avec davantage de pertinence ». Sous ces louanges hypocrites, la rage et la fureur accumulée en lui depuis plusieurs mois lui bouffent littéralement les tripes. Au lieu de presser son épaule, en guise de soutien, et de devenir son point de repère, papy a décidé de prendre la tangente et de tirer un trait sur cette partie de son existence.

D’une bassesse et d’une lâcheté inacceptable, comme tous les autres qui ont croisé sa route et se sont raccrochés à ce sentiment de familiarité trop éphémère. L’envie de vengeance continue de couler dans les veines. Un torrent acide et amer qui fauche son âme et l’obligerait presque à plaider coupable. Alors que l’appel de la quiétude prenait enfin le pas sur tout le reste. Joshua prêche le faux pour savoir le vrai. Frétille d’excitation à l’idée de découvrir les vilaines cachoteries du vieillard. En tant que professionnel du corps médical, il reprend son air sérieux et dévoué. La main juvénile tapote sur l’épaule du quarantenaire avec compassion. « Dans certains cas, il est nécessaire de prescrire des médicaments qui vont agir sur le niveau de certaines substances chimiques du cerveau appelées dopamine et sérotonine, pour aider à contenir les pulsions et les émotions. Les effets secondaires sont assez courants. Les maux de ventre, le besoin fréquent de déféquer qui vous donnera encore plus envie de retrouver le confort de la ville, les lieux d’aisance et les commodités. Vous vous y ferez. Je vous aiderai à surmonter votre gêne ». Bates prend une profonde inspiration.

Se retient d’éclater d’un rire carnassier qui ferait trembler les murs du bureau. Les prunelles étincelantes d’une fierté farouche. A l’affut des prochaines provocations. La soif de violence est telle que sa boîte crânienne est sur le point d’exploser. Arrache-moi la langue, MacLean, et fais-moi regretter cet affront. Je ne suis pas rassasié. L’humanité est ravagée par des phénomènes paranormaux. Les citoyens sombrent dans les ténèbres de la mort. Eponger le sang, ramasser les débris, laisser son regard dériver sur les visages blafards est devenu monnaie courante, en Louisiane. Pourtant, le fil du chaos a toujours contrôlé l’humanité. Papy marque un point. Vivace, même après toutes ces années. Et des éclairs de compréhension le frappent de plein fouet. Traversent ses pupilles de fou furieux. La brutalité est sa seule raison d’être, et lui-même s’adonne à des excès qui dépassent l’entendement. Plutôt crever que de lâcher le morceau. « Dois-je prendre cela comme une invitation, monsieur MacLean ? Avoir une sexualité épanouie est difficile, passé un certain âge. Les risques d’arrêt cardiaque s’intensifient ». Il arbore une mine choquée.  Laisse finalement filer des commentaires lourds de sens. « D’accord. Je me suis autorisé quelques débordements. Pour ma défense, il s’agissait d’une traînée affamée, qui se faisait passer pour une brebis égarée ». La phrase de trop, qui le gratifie d’une situation périlleuse.

_________________
Kind of Madness
The otherside of fear is freedom. The otherside of pain is healing. The madness keeps me from the otherside. The truth, the lie, the shame, the glory. The love, the hate, an endless story.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Leslie MacLean
WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5787
↳ Points : 300
↳ Arrivé depuis le : 03/09/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : Toby Stephens
↳ Age du Personnage : Quarante-huit ans
↳ Métier : Bras-droit de Maria Velasquez ; Ancien directeur de la Parish Prison
↳ Opinion Politique : Il crache sur le Gouvernement, et emmerde la résistance. La Communauté en unique camp, au-dessus et avant tout le reste.
↳ Niveau de Compétences : Trois
↳ Playlist :
STARSET - Demons ♭ KORN - Evolution ♭ SLIPKNOT - Disasterpiece ♭ SIA - Free me ♭ WOODKID - Iron ♭ BEAR McCREARY - A nation of thieves ♭ NICK CAVE - Avalanche ♭ KODA - New blood ♭ HIDDEN CITIZENS - Paint It Black ♭ SABATON - Out of control ♭ RAG'N' BONE MAN - Hard came the rain ♭ POP EVIL - Monster You Made

↳ Citation : « Everyone is a monster to someone. Since you are so convinced that I am yours, I will be it. »
↳ Multicomptes : Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #448a74



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame ; tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Don't Look Back In Anger {PV}   Mer 18 Juil - 19:37


Son hypocrisie est aussi détestable que ce bureau, que ceux qui se permettent de juger, de décider du sort de leurs semblables. Années passées à jouer dans la cours de la duplicité qui permettent au masque de tenir, ce flegme implacable qui se figent dans mes traits et l’esquisse à peine perceptible d’un sourire de mort sur les lippes. Lui en revanche, s’efforce de rester calme, maître de lui-même. Je te connais Joshua, trop bien pour savoir que tu es train de bouillir là en dessous. Que ce n’est qu’une question de temps avant que le grain que tu as dans la tête ne se change en tempête de sable et détruise tout. Tension dans la poitrine et dans les reins, le ravissement qui accompagne chaque pensée de carnage. Je sais pourtant, que la corde est déjà raide, tirant sur le cœur pour mieux le faire flancher quand la ligne sera franchie. C’est ronger mon frein pour retarder l’inévitable, l’instant où le barrage cèdera et déversera son flot de haine sur l’insignifiante créature. Le courroux du père dont la progéniture a été honteusement souillé.

« - Il serait judicieux que tu te prescrives quelques-uns de ces médicaments, pour ta mémoire. Si à ton âge elle commence déjà à flancher, elle aura totalement abandonné l’idée d’être efficace dans peu de temps. » Moquerie cinglante s’invitant dans les notes d’un éclat de rire contenu et grinçant. Il pousse à bout, fait se raidir tout le corps en venant tapoter contre mon épaule. Les muscles qui se tendent sous l’injure, dans un réflexe ancré dans la chair par la survie. L’existence brutale au-dehors, comme celle bien avant que l’exil ne s’invite dans la mécanique. Violence toujours, elle est là, constamment, guide la raison et le corps pour garder l’édifice entier. « - Dans certains cas, pas le mien. Peut-on seulement vivre sans pulsions et émotions ? Honnêtement Joshua ? C’est absurde comme façon de faire, tu le sais. Le confort de la ville, tu n’as pas perdu de ton humour, c’est bien. Inutile de se leurrer, il n’y aura aucun confort pour nous derrière vos murs. Vous devrez vous y faire, aux sauvages et à leur mode de vie… Je t’aiderai, comme j’ai déjà pu le faire par le passé… » Ma réplique est forgée sur le même moule que la sienne, l’éclat sale dans les pupilles braquées aux siennes. A se faire bouffer par sa fierté mal placée, elle qui tressaille le temps d’une contraction aortique. Marque un point, touche la corde sensible. Mes doigts tapotent contre ma cuisse dans un battement de victoire. « - Peut-être qui sait… » Invitation scabreuse à peine dissimulée, renforcée par le sourcil qui se hausse, entendu. Cours toujours, il n’y a rien à prendre dans une vermine pareille. Juste sa folie pour la lui coller dans la figure et le voir se dépatouiller avec. Lutter pour rester sain quand tout est déjà pourri à l’intérieur. « - Ma sexualité se porte à merveille, et te remercie de l’intérêt que tu lui portes. » Je le souffle tout en me redressant légèrement sur mon siège. Déjà fatigué d’un entretien qui n’amène rien, hormis des fourmillements d’impatience et des relents d’un passé partagé qui ne laissent que de la ruine sous la peau.

Parce qu’il a été comme un fils, un allié dans les rouages d’un mal nous rongeant tous les deux. Qu’il ignore l’alliance, la dissimule sous des couches de professionnalisme hypocrite. M’en voudrais-tu Joshua, d’avoir mis un terme à notre petit jeu ? Blâme seulement ceux qui t’emploient pour cela, certainement pas moi. Il avoue, et les mots sont comme des coups de poignard dans le cœur. Mon sang se fige dans les veines, puis repars de plus belle, irradiant du feu de la haine. Un relent de rage sourde et folle me submerge. « - Traînée affamée… » Ce n’est qu’un grondement sourd, tonnerre rugissant d’une tempête en train de se former dans les entrailles. Elle assombrit les pupilles, du carnage dans les nuances éclatées, démolie les traits jusqu’à la figé dans un masque fait de marbre assassin. Ma réflexion a été soufflée par la réplique, fracassée par l’audace. Le mouvement est brusque, la chaise s’écrase à terre lorsque je me relève. Mes mains se tendent et je l’attrape par le col, tire le misérable en avant jusqu’à le suspendre au-dessus du bureau entre nous. « - Salie-la encore, touche-la encore une fois, ne fais que seulement poser les yeux sur elle, et je te jure Joshua que personne ne pourra reconnaître ton cadavre tant il sera fracassé. » Trachée obstruée donnant au timbre des échos d’outre-tombe. Sans attendre de réponse de sa part, une main lâche le col et se cramponne à la tignasse, serre avec hargne et envoie sa gueule de petit merdeux se démolir contre le panneau de bois. Bruit sourd et craquements qui me font soupirer de plaisir alors que je le relâche et recule d’un pas, surplombant la vermine. « - Pour ma défense, c’est ma fille dont nous parlons… »

_________________

madness is sanity †  he came from the shadow to mollify his suffering. moved by the rage, didn’t forget the sorrow. the endless pain.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.mercy-in-darkness.org/t4594-disasterpiece-le http://www.mercy-in-darkness.org/t4681-leslie-pray-for-the-storm-of-your-life

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Don't Look Back In Anger {PV}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Look Back In Anger {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: Adventist Hospital-