AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My body's a zombie for you (Moïra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 125
↳ Points : 56
↳ Arrivé depuis le : 25/04/2018
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ryan Gosling
↳ Age du Personnage : 39 ans
↳ Métier : Videur au Bones. Chasseur de carcasses, fou de la reine.
↳ Opinion Politique : Indifférent. Mais c'est un volcan.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général - Niveau 2 en sens sur-développés
↳ Playlist : Gary B.B. Coleman * The sky is crying
Et c'est tout ...
↳ Citation : Woke up this morning in a deep sleep. I was Jesus.
↳ Multicomptes : Néant
↳ Couleur RP : White



les petits papiers
↳ Copyright:
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: My body's a zombie for you (Moïra)   Lun 4 Juin 2018 - 23:49

Du ciel tombe des cordes. Des lames d'eau transpercent le macadam ; comme meurtrières, elles dissuadent la foule de vouloir d'un baptême inopportun. Même les plus pieux, ceux à qui ils restaient encore de la candeur, n'osaient plus quitter le foyer. Parce qu'aujourd'hui il ne faisait plus aucun doute que le très haut n'était plus en mesure de protéger ses brebis de la fin d'un autre siècle. C'était tristement comique. Grayson songeait au paradoxe, alors même qu'il faisait face à sa totale absence de foi. La pluie giclait sur les vitraux de la vieille cathédrale, si bien qu'il était probablement impossible d'y tenir une conversation audible. Ca renforçait ce sentiment de solitude absolu. Pas qu'au sens propre. En tête à tête avec une sainte, toute de pierre parée, il sentait les orifices en guise de yeux lui arracher les boyaux. L'atmosphère de l'enceinte religieuse était toute particulière. Il pouvait entendre la foule priée en regardant les bancs démolis par l'usure du temps. Une faille fantasmagorique. Un passé brisé par la machine, par la main de l'Homme, cette même main qui dans une autre vie façonnait les murs de ce vertueux abri. A quoi bon mettre son âme entre les mains d'une puissance qui n'était même pas foutue de préserver son écrin ? Seul avec ces fantômes, Grayson se sentait bien. Sa caboche semblait avoir au moins autant morflée que l'endroit. "Il est interdit de fumer à l'intérieur du bâtiment, mon fils." La voix du pasteur était aussi fébrile que tout le reste. Il le regarde s'avancer. Les trombes d'eaux avaient effacé le bruit de ses pas. Cet homme existait-il vraiment ? Hawk ne moufte pas, laconique. A croire qu'il n'admettait pas l'existence de l'homme d'église. Il contemple l'heure qu'affichait les grandes aiguilles d'une horloge encore en parfait état. Les secondes dévorantes, cette notion était bien la seule chose que rien n'arrêtait, apparemment. Il bouffe une ultime rasade de tabac avant de propulser son mégot sur l'estrade face à lui. Lui faire comprendre qu'il fallait mieux tout raser pour arrêter le massacre. Mais. "Ne les laissez pas tomber ; tous ces gens. Au moins une fois dans votre putain de vie ne les laissez pas tomber."

Grayson disparaît. Comme un mauvais sort. Inutile de s'attirer les suspicions d'un innocent. Il est pour lui l'heure de quitter la taverne aux promesses pour le vrai monde. Le sien. Brutal, amoché par le sexe et l'argent. Bientôt vingt-deux heures. Il était dans les temps. Si pour lui cet épisode au confessionnal avait eu un goût de recueillement plutôt salvateur, il avait surtout choisi d'être là, et le hasard n'avait pas sa place. En foulant de nouveau le bitume des rues, il se calfeutre dans un manteau court et troué. Une allure de clodo qui se laissait crever. Il battait la pluie en marchant mollement, les mains coincées dans les poches, le visage dissimulé sous une capuche. Il y était. Après cinq minutes à baisser la tête pour vaincre les trempes que lui infligeaient la tempête. Ca lui rappelait gamin les baignes que lui foutait son pater'. Il y était. Un bâtiment crasseux, orné d'un imposant panneau qui clignotait d'un bleu criard, glauque au possible. Motel. Un bordel, plutôt.  

Sa dégaine, celle qu'il trimballait par ailleurs plus ou moins tous les jours, lui servait d'alibi. Il se vautre sous un perron, celui d'un autre bloc de béton qui jouxtait le lieu du rendez-vous. Dans le rôle du type qui squattait les trottoirs errant en attendant la fin, il était parfaitement crédible. Il était à l'heure. Elle aussi. Une voiture s'arrête face à la devanture de l'hôtel, probable croisement de la débauche, des magouilles de truand aux adultères libérateurs. Moïra se faufilait au travers de la flotte, une ombre rapide, mais il la reconnaissait. Il la reconnaîtrait probablement entre mille. Putain, Everett. Voyez où ce mec en est rendu. A ramper le cul dans la flotte pour s'assurer qu'il ne lui arrive rien. Il s'était pourtant juré de ne plus s'inquiéter, de ne plus s'inquiéter pour qui que ce soit. Et le voilà risible à jouer les anges gardiens. Il n'en avait pas les ailes, encore moins la bienveillance. Il était simplement malmené par l'éventualité d'un danger qui planerait sur celle qui le maintien parfois en vie, quand son ciel ne parvient pas à chasser la pénombre. Et cette hypothèse, elle l'avait éclos quelques jours plus tôt.

Elle savait se défendre seule. Une femme moderne, qui pouvait bien se passer d'un chevalier blanc. Noir, dans le cas de Gray'. Il avait eu vent d'un rendez-vous d'affaires avec un type louche, ici-même. En menant son enquête, c’est-à-dire en fracassant de la dentition pour récolter du témoignage, la rumeur que lui et Isak se connaissait c'était vite répandu comme une traînée de poudre. Et ça n'annonçait rien de bon pour la patronne du Bones. Il lui était alors paru nécessaire qu'il la surveille. Au cas où les choses dérapent. Il n'avait plus envie de ça. Pas besoin de perdre son ultime espoir.

_________________
Loneliest Road That I Know
"Well that 61 highway is the loneliest road that I know"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1138
↳ Points : 207
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Jessica Chastain
↳ Age du Personnage : 37 ans en apparence, 92 ans en réalité
↳ Métier : Libraire ; Créatrice et gérante du Bones ; Dirigeante de la Nemesis
↳ Opinion Politique : La haine et l’esprit de vengeance l’habitent, lui collent à la peau, s’amplifient de jour en jour. Elle se considère comme une anarchiste
↳ Niveau de Compétences : Jeune Daybreaker de niveau 1
↳ Playlist : Travis ♪ Re-Offender / U2 ♪ You're the best thing about me / Eiffel ♪ A tout moment /
↳ Citation : " Let me count the ways, How I’ll make you pay "
↳ Multicomptes : Joshua Bates
↳ Couleur RP : #BD5737



les petits papiers
↳ Copyright: STARFIRE & trumblr & okinnel
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: My body's a zombie for you (Moïra)   Sam 9 Juin 2018 - 1:07

Les images scandaleuses s’impriment sur la rétine de manière inéluctable. Les pieds percutent des denrées malodorantes. Le Bones regorge de cadavres de bouteilles par cinquantaines, de casseaux de verre éparpillés sur le sol, de sécrétions répugnantes. C'est monnaie courante, au Bones. Ce qui l'ennuie, ce sont les meubles complètement saccagés jonchés de détritus divers, de sacs plastiques verts éventrés. Les conséquences d’une soirée de débauche d’un nouveau genre qui lui retourne les tripes. Les dérives des profanateurs qui réaniment la bestialité aveugle et se livrent à de macabres outrages, en mettant cet endroit à sec. L’employée, posée sur ses genoux, plonge une éponge dans l’eau savonneuse. Concentre toute son énergie à réparer les dégâts et frotter les principales tâches de crasse. Un travail ingrat, épuisant moralement et physiquement. La silhouette féminine s’attelle maintenant à faire briller les surfaces en bois peint. Laisse derrière elle quelques traînées de salissure. Jette un coup d’œil machinal à la mafieuse extraordinairement pointilleuse, quand il s'agit de rendre cet endroit correct entre deux soirées sordides. Les doigts délicats courent sur la fine couche de graisse qui recouvre le bar. Les prunelles d’émeraude s’accrochent aux détails à ne pas négliger.

Notent chaque imperfection avec pertinence. « A l’avenir, j’aimerais que mes ordres soient scrupuleusement respectés. Nous devons veiller à notre image et cesser d'attirer les toxicomanes qui incarnent la destruction massive et errent ici avec pour objectif de saccager mon matériel ». La voix autoritaire claque sèchement dans l’air. Sa dignité de leadeuse lui imposant de tenir son rang et sa place. Moïra scrute la salle du regard. Les nerfs réveillés à vif, alors que la situation lui a totalement échappé. « Je dois avoir une discussion avec Grayson Hawk. Où est-il ? ». Une mine interrogatrice s’affiche sur le visage de l’interlocutrice. Les mains se posent sur la nuque pour la maintenir en place. Une tension imposante écrasant l’ambiance décontractée qui était présente avant que la rouquine et sa maigre carcasse ne fassent son entrée. Des bruits de talons résonnent dans le couloir, et la porte se referme dans un claquement tout à fait audible. La femme d’affaire s’empresse de soigner les derniers détails. Réajuste sa chemise, s’occupe des boucles flamboyantes indisciplinées qui s’échappent de son chignon. Surfant dans ce monde rempli de faux semblants et d’apparences, avec une élégance remarquable.

Usant de toutes ses forces pour sceller un nouveau contrat qui garantira l’achat d’objets technologiques divers à un prix avantageux. Affichant une ambition dangereuse, les traits sont sereins et elle mène sa barque sans anticiper ce qui l’attend. Il n’y a de la place que pour la détermination. Les mains s’enroulent autour du volant. Les rides de concentration se forment autour de ses yeux. La voiture se gare, quelques kilomètres plus loin, des fines gouttes de pluie frappant délicatement contre les vitres. Elle erre sur les débris du bâtiment abandonné qui dégage une aura morose, sous le ciel d’un noir d’encre. Affronte le vide et cette solitude quasiment angoissante. Les poings cognent contre la porte mais personne ne s’annonce. Elle entre. L’odeur de renfermé agressant ses poumons fragilisés par l’abus de  nicotine. La poussière accumulée, les bactéries et l’humidité viennent chatouiller ses narines. Un raclement de gorge. Les muscles tendus à l’extrême. Les prunelles intriguées qui guettent la moindre ombre suspecte. Une forme sombre, à l’allure imposante, s’anime et rompt la distance qui les sépare.

Une lueur de perfidie brillant au fond de ses yeux noirs charbons. Une voix familière attirant son attention. « Vous voilà enfin ! Je suis ravi de traiter avec vous. Puis-je vous proposer un verre d’alcool fort, pour honorer cette collaboration ? ». Les flashs flottent contre sa rétine. Les genoux commencent à faiblir, le pouls s’emballe, dans un sursaut de semi conscience. L’urgence efface tout le reste. La promesse d’une notoriété légendaire, le renflouement des caisses. La mafieuse comprend avec horreur ce qui la terrifie à ce point. « Votre voix ne m’est pas étrangère. Sortons. J’aimerais voir votre visage en plein jour ». Les lèvres retroussées laissent entrevoir des dents parfaitement blanches. Le sadisme, en tant qu’invité d’honneur. « Nous sommes très bien, dans cette chambre. Vous et moi ». Les frissons de frayeur qui remontent le long de la colonne vertébrale. Le sang de simple mortel qui bat dans les tempes. « Assez d’incivilités. J’ai d’autres affaires urgentes à régler ». Un élan de courage, qui aura raison d’elle. Les mains fermes et imposantes défont avec une dextérité étonnante les boutons qui les séparent d’une peau douce et parfumée. Y laissent la marque d’une caresse répugnante. Un acte misérable, qui souille le peu de pureté qu’il lui reste.

_________________
WHEN YOUR HEART GROWS COLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5892-moira-that-part-of-me-isn En ligne
 

My body's a zombie for you (Moïra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Koreha zombie desuka
» B'jour, Ivry-body.
» ☆ MOVE YOUR BODY.
» Rat zombie cybernétique
» Rock that Body !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans-