AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 281
↳ Points : 134
↳ Arrivé depuis le : 15/06/2018
↳ Age : 30
↳ Avatar : Alexander Skarsgard
↳ Age du Personnage : 36 ans, 258 ans en réalité.
↳ Métier : Fondateur de l'organisation mafieuse Nilfheim
↳ Opinion Politique : Je pose des réserves en fonction de sa direction
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Mad World~Gary Jules/Niravana~My girl/Sarah Mclachlan~Prayer of St Francis/Georges Brassens~J'me suis fait tout p'tit/Vanessa Paradis~Il y a/Louis Attaque~Les nuits parisiennes/Zoufris Maracas~Un gamin/Saïan Supa Crew~Angela/Vance Joy~Riptide/Soan~Emily/La Tordue~Cap'tain Naimo/Janis Joplin~Kozmic Blues/ Evanescence~My immortal...
↳ Citation : « Dans la vie, j'ai eu le choix entre l'amour, la drogue et la mort. J'ai choisi les deux premières et c'est la troisième qui m'a choisi... »
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #ff0033



les petits papiers
↳ Copyright: Shiya/tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   Lun 18 Juin - 16:45


«Réminiscence»



Solveig Eriksson & Isak Eriksson
Charlotte Wessels & Alexander Skarsgard

L'énergie. Tout est question d'énergie. Encore fallait-il se nourrir des bonnes ondes. La danse allait s'achever ; trois, quatre, et voilà les derniers pas de ma valse cyclique. Une ultime révérence à ma carcasse mortifère. Les ténèbres m'avaient encore ouvert les bras et je m'y sentais si bien. Au chaud, en sécurité, une période misérable certes, mais c'était mon chez-moi et comme chacun le savait, il faisait toujours bon de retrouver ses racines. Quelles que soient leurs formes, le tout est de s'y adapter. Véritable artisan de la survie, j'étais là ce soir, près à replonger dans le grand bain, la tête hors de l'eau après des mois d'abus miséricordieux. Aujourd'hui, je me trouvais à la limite d'un état fantomatique, comme si ma réputation résonnait plus que mes propres agissements et j'étais bien décidé à changer ce fait accompli ou de ce qui aurait pu l'être dans l'esprit de certains profiteurs nés. Réaffirmer ma parole, toutes mes exigences, parfois futiles, mais oh combien importantes si l'on voulait éviter de quelconque manière ma déception. Déposer ma griffe, déchiquetant tout ce sur quoi j'aurai le malheur de laisse mon empreinte.
Il m'arrivait parfois de ne pas comprendre pourquoi tout ce que je faisais, tout ce que j'entreprenais, devenaient inéluctablement si intense... Question existentielle à laquelle je n'aurai sûrement jamais la réponse puisqu'il m'était impossible d'y songer avec la moindre concentration. J'étais impulsif en plus d'être gourmand et mon impatience devait être le début de ma réponse, mais j'étais fait ainsi, une personne entière, pour le meilleur ou pour le pire et il fallait s'en contenter.

Ce soir, Solveig allait faire les frais de ma nervosité omniprésente depuis quelques jours. Alors retiré de la réalité du marché tout autant que de la vie en général, perdu dans mes délires tous plus ou moins nébuleux, j'avais tant bien que mal, réussis à suivre de loin et dans le désordre, le récit des agissements de ma chère et tendre sœur. Apparemment, elle prenait de l'assurance la petite, elle paradait à droite, à gauche, toujours entourée de personnalités diverses et variés qui faisaient la pluie et le beau temps à la Nouvelle-Orléans. Il me fallait m'assurer qu'elle savait avec qui elle jouait, avec qui elle pactisait dans cette grande cours de récréation où les bruts rôdaient et se cachaient silencieusement à chaque recoin. Loin d'être rassuré par sa soudaine soif d'indépendance que j'avais laissé trop longtemps évoluer par elle-même, je me dirigeais droit sur elle, avec l'impatience d'un résumé de ses péripéties, qui, je le pressentais, allait me laisser ivre de doutes plus ulcérant les uns que les autres. La paranoïa allait sans nul doute pointer le bout de son nez pour m’enivrer, mais résolu à m’asseoir de nouveau sur mon trône ; de par mon expérience, mon parcours et mon savoir-faire, elle allait devoir respecter mes réticences. Ainsi, je prendrais le contrôle de ses actes et elle n'aura d'autre choix que d'agir sous l'égide de mes revendications.
Mon humeur massacrante rendait toutes formes de tolérance impossible avant même de l'avoir rencontré, la cocotte-minute sifflait pour laisser s’échapper un nuage épais de fumée. Le pas décidé, affranchi des effets de la drogue, ce moment de lucidité allait sonner mon retour au sein du Little Darlings. Réminiscence.

Elle était là, entourée par quelques sbires loyaux au porte-monnaie bien rempli par nos soins. Elle se délectait de son nectar, et déjà sa position n'envisageait rien de positif. En effet, en maîtresse des lieux, elle devrait déjà savoir qu'il ne faut jamais tourner le dos à la salle, à l'ambiance qui faisait rage juste derrière sa silhouette. Si seulement elle avait un minimum de jugeote, elle saurait que la base n'est pas prénommée de la sorte pour faire joli. Dire qu'après tout ce temps, pourtant égal à plusieurs vies, il me fallait encore lui apprendre le b.a.-ba de la survie.
Bref, ce côté tête en l'air, je ne savais pas trop si elle le faisait intentionnellement, une énième provocation, notre langage ces derniers temps, ou si elle ne se rendait pas compte que le moindre détail avaient son importance. Évidemment, je devais aussi avoir ces pensées démesurées en fonction de mes certitudes qui pour le coup, elles n'ont aucune base solide ; excepté le fait qu'elle avait besoin de ma protection, et ce, pour le reste de notre vie. Je traçai donc droit sur sa personne, lui empoignant le bras, la faisant virevolter pour qu'elle me fasse face. Ma main agrippa violemment sa mâchoire, et en un souffle, lui montrant l'arrière-salle, je lui glissai ces paroles :

Allez viens par là sœurette, il faut que nous ayons une petite discussion tous les deux !



_________________

Isak Eriksson


“La clarté de la lune dépend de l'ombre des pins.” | © FRIMELDA



Dernière édition par Isak Eriksson le Lun 25 Juin - 15:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Silent screams, Violent dreams

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 398
↳ Points : 212
↳ Arrivé depuis le : 31/08/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 251 en réalité & 28 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings / confondatrice de la Niflheim
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience / Delain ~ My masquerade
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : (MidnightBlue) ~ Lightblue



les petits papiers
↳ Copyright: Thinkky & ANAPHORE (Vocivus)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   Jeu 21 Juin - 22:03



Réminiscence
Throw away the empty heart.



Y’avait le regard qui se promenait sur les corps mouvants, sur les danseuses espiègles. Tout dans leur sourire, leur attitude, criait au dégoût, mais aucun client ne le voyait. Elles étaient enfermées ici, entre les quatre murs du Little Darlings. Et quand bien même elles rentraient chez elle chaque matin, elles revenaient, sans y être obligées. Aujourd’hui, la plupart étaient conditionnées à venir chaque soir, réglées comme des horloges. Parce que y’avait toujours les hyènes qui leur tournaient autour, pour les ramener dans les griffes de la Nilfheim. Tout le réseau n’était qu’une vaste toile d’araignée, et aucune mouche n’était capable d’en sortir avant d’avoir été dévorée. C’était triste, et Solveig n’avait jamais voulu ça. Pourtant, elle avait fini par devenir leur tortionnaire à leur tour, la gérante de l’établissement. Elle avait fini par remplacer le visage connu et haï de son aîné. Lui ne venait que peu ces derniers temps, et certains avaient évoqué sa mort. Cependant, beaucoup savaient à quel point il était lié à Solveig, puisqu’il l’avait transformé. Si elle tenait encore debout, alors, lui aussi. Et l’inverse était vrai aussi. Combien de temps survivrait Isak sans sa sœur pour gérer les affaires, ou juste lui tendre une main quand il avait besoin ? Elle était inébranlable Solveig, pour cet aîné…

Joseph n’était pas présent ce soir, à son grand soulagement. Elle n’avait jamais pu le supporter, mais s’était soumise aux désirs de son frère quant à son entrée dans la mafia. A ses yeux pourtant, il n’était qu’un fou, un détraqué. En soi, il ne se détachait pas de la population et des autres membres… Mais il s’était opposé à elle. Il remettait ses ordres en cause. Et elle le soupçonnait de vouloir l’éliminer. Evidemment, Isak suffisait à lui faire peur, mais tout n’était qu’une question de temps avant qu’elle y passe. Solveig était lucide, à se mettre sur le dos son propre camp, elle ne ferait pas long feu. Cependant, c’était presque viscéral avec Joseph. Peut-être qu’à l’avenir, leur relation s’améliorerait, si des points de contact étaient trouvés mais Solveig avait appris à ne pas être trop optimiste. Elle avait voulu l’être avec son frère, voulu croire si fort qu’il se relèverait, et il avait passé ces dernières années à chuter de plus en plus bas. Et elle l’avait suivi la métamorphe. Elle s’était accrochée aux parois du gouffre pour descendre dans les enfers. Elle avait découvert les ténèbres, y avait goûté sans même s’en rendre compte. C’était un peu plus profond chaque jour, des sacrifices supplémentaires jusqu’à ce que l’âme ne soit plus capable d’en supporter le poids…

Au travers des mélodies, des bruits de pas et des cris échauffés par l’alcool, elle perçut la présence se dirigeant vers elle, quand bien même elle était désormais dos au spectacle. Les sens décuplés l’appelaient à la prudence, à la fuite. L’odeur de la colère se glissait jusqu’à ses narines, mêlée à celle de son aîné. Enfin il sortait de sa léthargie. D’un côté, elle en était heureuse la métamorphe. De l’autre, elle n’était plus dupe. Il ne venait pas en ami. Il devait avoir eu vent des derniers événements, puisque personne n’était foutue de se la fermer dans cet endroit. Tout était répété, amplifié au maître des lieux. Et elle n’était qu’un chien, auquel on demandait d’être loyal, d’exécuter les ordres. Aller plus loin était inutile, et pourtant, elle l’avait fait. Elle avait pris la responsabilité d’aller discuter avec d’autres mafias ou bars, de lier des partenariats avec. Elle avait lancé des espionnages, mais s’était aussi fait avoir par certains dirigeants. D’autres encore avaient cru pouvoir la faire plier, à cause de sa réputation, des idées reçues qui courraient sur elle. Encore une fois, cela avait prouvé à quel point elle avait pris la bonne décision en mettant chaque choix sur le dos de son aîné…

Douleur aigue alors qu’une main se refermait sur son bras, l’obligeait à faire volte-face. Son regard se heurta à celui d’Isak, bouffé par la colère. Elle avait raison. Ses iris s’assombrirent, prenant une teinte noirâtre, loin de leur ambrée habituelle… Une main pour lui compresser la mâchoire, et un ordre donné… Et Solveig refusa de se mouvoir. Pour la première fois, elle usa d’ailleurs de sa force à l’encontre de son aîné. Elle passa outra sa peur pour poser sa main sur l’avant-bras de l’autre. Une pression pour se débarrasser du contact. Il avait beau être un sorcier, rien ne pouvait être fait contre la puissance physique d’un métamorphe. Le suédois glissa entre ses lèvres : « Evidemment, nous pouvons parler, si tu évites de me broyer la mâchoire avant. » Peut-être était-elle trop provocatrice. Certainement d’ailleurs. Elle n’avait par ailleurs pas remarqué que le verre qu’elle tenait dans la main avait été éclaté en morceaux sous une pression de ses doigts, et que des dizaines de mini-coupures étaient désormais visibles sur son épiderme. Pas pour longtemps, vu sa nature, mais quand même…

Personne n’avait réagi autour d’eux, même si un ordre d’Isak suffirait à ce qu’elle meure. Attendaient-ils tous qu’il le donne ? Un sourire en coin se dessina sur son visage à cette pensée, alors qu’elle se détournait, et marchait en direction de l’arrière-salle. Mieux valait être à l’abri pour discuter en effet… Elle poussa la porte, attendit que celle-ci se referme pour reprendre la parole : « Je suis ravie que tu sois enfin de retour. » Elle ne mentait pas. Il y avait du soulagement, à savoir qu’il était toujours lucide par moment. Parce qu’elle s’était quand même occupée de lui pendant des mois, en cumulant la gestion du Little, de la mafia, et aussi la vente en direct. Les cernes se creusant sous ses yeux en étaient l’ultime preuve. Elle croisa les bras, demanda : « Pourquoi m’attaquer ainsi ? Qu’ai-je fait qui t’ait déplu ? » Elle masquait les doigts tremblants du mieux qu’elle le pouvait. Si elle avait gagné en assurance au point de s’opposer à Isak, elle n’avait jamais supprimé la peur qu’il inspirait, et le contrôle qu’il maintenait sur elle…


_________________
I’M THE HEART OF THE HURRICANE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 281
↳ Points : 134
↳ Arrivé depuis le : 15/06/2018
↳ Age : 30
↳ Avatar : Alexander Skarsgard
↳ Age du Personnage : 36 ans, 258 ans en réalité.
↳ Métier : Fondateur de l'organisation mafieuse Nilfheim
↳ Opinion Politique : Je pose des réserves en fonction de sa direction
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Mad World~Gary Jules/Niravana~My girl/Sarah Mclachlan~Prayer of St Francis/Georges Brassens~J'me suis fait tout p'tit/Vanessa Paradis~Il y a/Louis Attaque~Les nuits parisiennes/Zoufris Maracas~Un gamin/Saïan Supa Crew~Angela/Vance Joy~Riptide/Soan~Emily/La Tordue~Cap'tain Naimo/Janis Joplin~Kozmic Blues/ Evanescence~My immortal...
↳ Citation : « Dans la vie, j'ai eu le choix entre l'amour, la drogue et la mort. J'ai choisi les deux premières et c'est la troisième qui m'a choisi... »
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #ff0033



les petits papiers
↳ Copyright: Shiya/tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   Ven 22 Juin - 0:36


«Réminiscence»



Solveig Eriksson & Isak Eriksson
Charlotte Wessels & Alexander Skarsgard

L'ambiance reflétait bien ma personne. Le claquement des talons sur un plancher usé, les glaçons tapotant la paroi des verres, ainsi qu'une odeur entremêlée de fumée de cigare et d'alcool. Un miroir de mes vices, comme une façade d'un magasin tout personnel qui vivait encore et toujours pour satisfaire les besoins viscéraux de nos habitués. D'ailleurs, nos clients ainsi que nos femmes aux formes généreuses restaient entièrement transparents à mes yeux. Un paysage dans lequel j'avais l'habitude de me fondre même si celui-ci enflammait, de jour comme de nuit, les plus bas instincts des habitants de la ville. Philosophe misérable et à vrai dire inexistant ; le monde partait en vrille et j'avais au moins l'honneur d'avoir pu donner à ces tristes énergumènes quelques moments de répits, de bonheur égaré dans cet univers apocalyptique ; même si, sans nul doute, la satisfaction de leurs désirs, que je leur prodiguais avec soin, les enchaînaient vigoureusement, afin de les guider doucement, mais tout droit, sur le chemin de leur petite fin du monde intérieure.
En effet, pour en faire l'exacte expérience, la prise de drogues et autres substances vendues sur le marché noir, ne faisait qu'accentuer ma disparition et ma peau ainsi que mes organes vitaux commençaient à marquer, à tendre les bras à un néant grandissant, cruel et inéluctable. Innocent du danger ou plus exactement, je m'en contrefoutais royalement ; même si j'aspirais toujours autant à m'élever dans ce chaos permanent, j'étais devenu le parfait cliché, la représentation ultime de la société. Une vulgaire affiche de publicité ravagée par les pulsions et autres chimères des élémentaux caractériels et indomptables.

Pour l'heure, je devais traiter avec ma chère et brave sœur. Si seulement elle pouvait rester dans son coin, rester fidèle à ma représentation que je me faisais de sa douce personne. De plus, il n'était plus question de compromis, plus de sentiments pour cette ingrate irréfléchie et inconsciente. Il n'avait suffi que de quelques mois où je relâchais la laisse et abandonnais le fouet pour que cette chienne montre les crocs. Elle voulait entrer dans la danse, jouer dans la cours des grands... Soit. D'abord fier de son indépendance, encore, fallait-il qu'elle fasse preuve d'un doigté irréprochable, je me rendis vite compte qu'elle semblait juste égarée, prête à se jeter volontairement, virevoltant au bord du précipice. Le pire, était qu'elle serait prête à faire le saut de l'ange et elle ricanerait d'autant plus fort. Un usage des mots et une intelligence hors pair aurait pu la sauver de son incompétence, mais encore une fois, la déception vint me bousculer et les rapports plus ou moins détaillés de mes espions, de mes sbires fidèles, eux, n'inauguraient rien de bénéfique pour mon commerce auquel j'avais sacrifié toutes mes forces, pour lequel je m'étais saigné à vif ; et dans le seul but de nous mettre à l’abri, de la protéger. Purge ingrate et snob, décidément, heureusement que mes fantômes me laissaient ce moment de lucidité. Mes pupilles dilatées par l'inquiétude, cela ne s'arrangea en rien lorsqu'elle eu ce moment de rébellion soudain qui ne rimait à rien...
Paradoxalement, j'avais bien conscience que la voie de mon exemple ne représentait en rien le travail accompli, mais si seulement elle avait fait preuve d'un minimum de réflexion, je ne serais aucunement forcé, aujourd'hui, de tendre la corde autour de son cou.

Animal égarée, si tu pouvais seulement appeler ton dresseur au lieu de te précipiter dans le piège... Bref, le fait est que chaque acte entraîne des conséquences et bien qu'elle finit par se plier à ma volonté, il était hors de question, pour ma réputation ainsi que pour mon ego, de laisser pareil révolte se reproduire. Encore moins devant ceux qui se soumettaient d'ordinaire à la simple vue de ma présence. Une énième évidence d'un pitoyable exemple qu'elle donnait sans la moindre réflexion, comme si l'on pouvait se jouer de moi, voir même naître dans l'esprit des inférieurs et de n'importe laquelle de ces ombres nous entourant ce soir, qu'il était ainsi possible, voir même de l'envisager et de faire preuve d'autant d'audace face au maître des lieux. Face à moi. Isak Eriksson.

Fermement résolu, à laver mon nom, à le réaffirmer haut et fort à la populace, il fallait bien commencer par celle que tous connaissaient comme étant ma seule et unique attache. Je me servis un Whisky, m'allumais une cigarette. Une fois seuls, dans l'arrière-salle, et avant une quelconque parole, je ne pus m'empêcher de lui coller une baffe bien sentie. Geste amer, que je regrettais déjà en mon sein.

Maintenant que j'ai ton attention, sache que j'ai toujours été là. Malgré mon absence physique, j'étais, je suis et je serais toujours là, ce n'est pas à toi que je devrais l'apprendre !

Rassasiant ma gorge sèche, et entamant la marche des cent pas, je continuais mon petit discours de fortune.

Pour en revenir aux choses sérieuses, penses-tu vraiment que ton comportement allait me contenter. Même au-delà de ma triste personne, pensais-tu réellement faire honneur à notre nom, à notre réputation en te conduisant de la sorte ? Je n'ai pas toutes les informations et je compte bien sur cette soirée pour se la jouer carte sur table et tu as intérêt à te montrer franche ma belle, crois moi !
Je veux savoir exactement quels accords, tu as eu l'audace de passé sans mon consentement ; quelles relations tu as entretenu pendant tout ce temps, qu'elles soient personnelles ou professionnelles et pour finir peux-tu m'expliquer quels sont tes objectifs précis depuis ces quelques mois où tu la joues princesse mafieuse. Ah, j'oubliais...


Un silence de quelques secondes coupa mon flot de questions afin de lui faire comprendre l'importance de cette dernière requête.

J'ai encore une question, et de loin la plus importante, à savoir avec qui ? Je veux des noms et des détails, que je puisse régler ça à ma manière...

Malgré ma nervosité, j’entamais le dialogue, sans le moindre tact, certes, mais le travail d'équipe était la clef et j'avais bien compris que Solveig s'épanouissait si vite qu'il me serait impossible de la tenir entre mes griffes plus que je l'espérais. Je comptais donc sur notre lien fusionnel pour ainsi tourner une nouvelle page de notre avenir. Le seul problème était que ses réactions étaient toutes aussi capricieuses et inimaginables que les miennes...



_________________

Isak Eriksson


“La clarté de la lune dépend de l'ombre des pins.” | © FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Silent screams, Violent dreams

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 398
↳ Points : 212
↳ Arrivé depuis le : 31/08/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 251 en réalité & 28 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings / confondatrice de la Niflheim
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience / Delain ~ My masquerade
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : (MidnightBlue) ~ Lightblue



les petits papiers
↳ Copyright: Thinkky & ANAPHORE (Vocivus)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   Mer 27 Juin - 0:51



Réminiscence
Throw away the empty heart.



Elle aurait dû s’attendre au pire venant d’Isak. Il n’était guère doté d’un grand contrôle sur lui-même, et voir sa sœur lui échapper jour après jour, alors que ses ténèbres l’enfermaient et le détachaient de ce monde, n’avait pas dû lui plaire. Alors, si elle avait été au-delà de l’appréciation de le savoir en vie, et relativement en forme, elle aurait été davantage sur ses gardes. La suédoise aurait pu esquiver la crise de colère, en courbant l’échine, ou en anticipant davantage. Cependant, il était son frère, il l’avait toujours été. Il était cette personne pour qui elle avait continué à vivre, pour qui elle s’était battue. Quand il avait échoué dans les méandres de la drogue, et qu’elle n’avait rien pu faire d’autre que le border et le regarder, elle avait repris la Niflheim en mains. Enveloppée de l’ombre de son aîné, et de sa force brute, elle avait laissé apparaître la lionne camouffler en son sein. Toute révolte et tentative de prise de pouvoir avaient été réprimées, et elle avait fini par faire son trou en tant que cheffe. Qui des deux étaient désormais le plus effrayant ? Certes, Solveig avait encore beaucoup à apprendre, mais sa nature-même la rendait plus dangereuse. Ses sens surdéveloppés, sa vitesse, sa puissance et sa régénération… Tout était un cumulé prêt à exploser. Encore faudrait-il que ce soit contre des ennemis.

La claque résonna dans son esprit et son corps bien plus qu’elle ne l’aurait estimé. Elle réveillait la peur, et attisa la colère et la violence qui dormaient dans sa poitrine. Chaque pulsation cardiaque balançait une dose supplémentaire dans ses veines, la foutait encore plus en rogne. Les cheveux étaient tombés sur son visage, masquant les iris flamboyantes. Elle avait perdu le fil de ses pensées, et les rênes de sa conscience au passage. Tout avait été très loin, et l’instabilité reprenait le dessus. Parce qu’Isak n’avait pas le monopole de la folie, Solveig n’avait juste pas eu l’occasion d’exprimer la sienne. Plus soudaine, plus explosive. Plus violente. En une seconde, elle fondit sur lui, les doigts s’agrippèrent au tee-shirt et elle utilisa sa force pour le plaquer contre le mur. Sa voix tremblante de rage s’échappa de ses lèvres : « Qu’on mette ça au clair dès maintenant : ne lève plus jamais la main sur moi. Je croyais que les résultats que cela donnait avaient été suffisamment clairs la dernière fois, mais peut-être pas finalement. » Les iris noires s’enfoncèrent dans ceux de son aîné, avant qu’elle ne relâche la pression. Tout était redescendu aussi vite que c’était arrivé. En fait, son agressivité et ses crises étaient aussi semblables que celles de son frère…

Elle s’éloigna, posa ses fesses sur le bureau. Sa respiration s’était à nouveau posée, même si la lionne continuait de gratter sous sa peau. La suédoise avait été proche de la transformation, et son forme animale, elle ne répondait plus de rien. Un ton monocorde fut pris pour répondre à son frère : « Tu crois vraiment que tu as ton mot à dire ? Tu as passé des mois à t’injecter toutes sortes de conneries dans les veines, à frôler la mort chaque jour. J’ai dû veiller sur ton existence, sur la mafia, et sur ma vie pendant ce temps. » Pause, colère grondante. « Certains ont tenté de prendre le dessus, dès qu’ils sentaient un peu de moue, parce que ton fantôme ne suffisait pas à les stopper. T’étais peut-être là, mais si j’avais pas mis les pieds dans le plat, ton petit business aurait disparu d’un claquement de doigt. » Qu’il se réveille un peu. Elle n’avait pas pris le lead de bonne grâce, néanmoins, elle n’accepterait pas d’être traitée comme un chien, comme une sous-merde. « J’me suis pas salie les mains, et j’ai pas abandonné mon innocence sur le bord de la route parce que j’en avais envie, faut te le rentrer dans le crâne. »

Il croyait certainement qu’elle se sentait heureuse et bien dans tout ça, mais c’était complètement faux. Elle avait abandonné une part d’elle, elle avait laissé l’enfant de son cœur à son propre sort, au milieu du déchaînement de violence. Elle avait l’impression d’avoir sacrifié tout ce qui lui restait, et de sombrer un peu plus dans le néant, et la solitude. Y’avait jamais eu personne avec qui partager quoi que ce soit, et encore moins depuis que l’horreur avait toqué à sa porte. Le premier être vivant tué, les premières taches de sang sur ses doigts et ses vêtements… A une époque, elle avait parlé à Matthias, de tout ce qui se passait dans sa vie. Elle avait eu Niklas pour l’accueillir. Et maintenant… Tout avait disparu. Elle ne se voyait pas évoquer les derniers mois avec les rares personnes lui étant proches, d’autant plus qu’Isak ne le supporterait pas. Alors, y’avait juste tout qui s’était caché au fond d’elle-même, tout qui la faisait déconner…

Tout savoir… Y’eut un sourire en coin sur ses lèvres gercées. Il avait de grandes ambitions pour un drogué. Et elle reconnaissait son aîné là-dedans. « Bien… » Elle soupira longuement, croisa ses bras sur sa poitrine, rassembla ses pensées et souvenirs. « J’ai cherché à augmenter l’influence de la Niflheim, pour protéger ses arrières. Notre laboratoire de drogues tourne à pleine allure, nous permettant de fournir ce qu’on nous demande. » Pause, regard dans le vide. « J’ai établi des contacts avec la Némésis et Moïra, pour éviter qu’une guerre nous déstabilise de ce côté. J’ai aussi cherché à reprendre le marché et la place laissée vacante par la fin de la Sakpata. » Puis le ton se fit plus sarcastique : « Du côté personnel, ce n’était pas comme si j’avais eu le temps de m’y pencher, t’as pas à t’en faire. » Elle passa volontairement sous silence le shadowhunter, et sa propre escapade forcée dans les bâtiments du Gouvernement, mais témoigna de sa bonne foi par quelques mots supplémentaires. « Et dernièrement, Liam Wiggins a ordonné de me voir dans un lieu neutre. » Un ministre en personne. Son regard se posa à nouveau sur Isak, et ses lèvres s’entrouvrirent une dernière fois :

« Régler cela à ta manière ? »

Ca les détruirait…


_________________
I’M THE HEART OF THE HURRICANE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 281
↳ Points : 134
↳ Arrivé depuis le : 15/06/2018
↳ Age : 30
↳ Avatar : Alexander Skarsgard
↳ Age du Personnage : 36 ans, 258 ans en réalité.
↳ Métier : Fondateur de l'organisation mafieuse Nilfheim
↳ Opinion Politique : Je pose des réserves en fonction de sa direction
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Mad World~Gary Jules/Niravana~My girl/Sarah Mclachlan~Prayer of St Francis/Georges Brassens~J'me suis fait tout p'tit/Vanessa Paradis~Il y a/Louis Attaque~Les nuits parisiennes/Zoufris Maracas~Un gamin/Saïan Supa Crew~Angela/Vance Joy~Riptide/Soan~Emily/La Tordue~Cap'tain Naimo/Janis Joplin~Kozmic Blues/ Evanescence~My immortal...
↳ Citation : « Dans la vie, j'ai eu le choix entre l'amour, la drogue et la mort. J'ai choisi les deux premières et c'est la troisième qui m'a choisi... »
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #ff0033



les petits papiers
↳ Copyright: Shiya/tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   Jeu 28 Juin - 0:52


«Réminiscence»



Solveig Eriksson & Isak Eriksson
Charlotte Wessels & Alexander Skarsgard

L'ambiance se chargeait en électricité. Les foudres de la rancune en première ligne. Après avoir dépassé ses plus bas instincts, la frangine réussit à reprendre le contrôle, quant à moi, je m'impatientais toujours ; elle ne m'effrayait pas le moins du monde et pourtant j'avais la boule au ventre. Partagé entre une fierté certaine de la voir ainsi maîtriser l'animal en elle et le désir de voir exaucer mes vœux, une énergie négative et évolutive me compressait viscéralement la poitrine. Chagrin.
En effet, elle était la seule à prétendre à un pareil pouvoir sur ma personne, et de part son regard ainsi que sa détresse, plus que ses paroles, qui me transmettaient ainsi son cruel désarrois au plus profond de mes entrailles. Il fallait bien l'avouer, j'avais exagéré un tantinet mes menaces, une énième fois... Malheureusement, je ne faisais que la briser encore plus, mais je ne connaissais pas d'autres moyens pour exprimer mes sentiments. Notre manière de communiquer était certes violente mais indéniablement engendré par un amour fusionnel et partagé. Pauvre Solveig, semblable à un vase d'argile ancien aux fêlures fragiles que je creusais plus profondément encore avec le cure-dent prisonnier de mes doigts assassins. Je ne souhaitais pas ça. Je ne voulais absolument pas rajouter un mal-être supplémentaire sur son aura qui apparemment était devenue si grise, si lourde, pour ses étroites et frêles épaules qu'elle se donnait tant de mal à faire paraître large et solide. Je laissais donc le temps à l'agitation derrière nous, lui accordais tout l'espace nécessaire pour se recentrer et me dire ce qu'elle voudrait bien partager ce soir. Quitte à ne rien savoir, autant en prendre un minimum. Oui, je n'étais pas tout à fait dupe et si j'avais dû en venir à de telles extrémités comportementales, c'était aussi dans le seul but d'aborder un semblant de vérité. L'unique moyen que je connaissais pour faire entendre raison à cette gamine au sang chaud.

Bouleversée, agacée, elle parvint quand même à me balancer ses reproches que je jugeais à la fois culpabilisant, mais un tant soit peu romancés. Elle n'allait tout de même pas me faire croire que les responsabilités saisies jusqu'à présent n'avaient pas fait mûrir son ego et en conséquence, sa confiance surdéveloppée qu'elle arborait face à moi ce soir. Bien sûr, qu'elle se forgeait cette carapace de femme fatale, obligée de prendre le relais en mon absence ; mais si nous ne laissons pas les enfants faire des erreurs et essayer, ils ne grandiront jamais. Telle est l'éducation et de par ce fait, elle devrait au moins faire preuve de reconnaissance même si sa petite destinée n'était ni choisie ni toute rose. J'en revins alors à mes convictions premières, elle ne comprendrait donc jamais les sacrifices que j'avais dû faire depuis mon plus jeune âge pour qu'elle puisse vivre sa vie. Si elle était là aujourd'hui, c'était par mon intermédiaire, si elle pouvait prétendre au trône soit disant indésirable, c'était aussi grâce à moi, mais elle se renfermait toujours tout sec dans son ingratitude légendaire.
Entre nous, le manque de communication n'avait pas posé réellement problème, mais aujourd'hui, bien que cela n'avait jamais été notre point fort, je sentais cette petite brise légère qui s'insurgeait doucement pour voler quelques mots au détour de nos lèvres, rendant ainsi le dialogue si compliqué et déraisonnable.
Patient, essuyant le venin qu'elle me crachait au visage avec une détermination sans faille, je restais las, blessé par la culpabilité de sa condition et paradoxalement toujours autant énervé de ce manque de lucidité en ce qui concernait mon engagement à son égard. Mais la brise devint bourrasque puis alizée. Vent éternel qui se déchaîna quand les prénoms de Moïra et celui de Liam furent prononcés. La tornade s’apprêtait à tout emporter...

Haaaaa, notre chère Miss Everett, j'espère au moins que tu lui as passé le bonjour de ma part ? Sans déconner, je crois rêver, ne me dis pas que tu as courbé le dos devant cette femme aussi sournoise qu'infidèle ?

J'hallucinais, le junkie enfouit en mon sein réclamait sa drogue, je me demandais sérieusement si je n'aurais pas mieux fait de rester en retrait plus longtemps afin qu'elle se prenne les coups de bâton qu'elle méritait tant... « Lui passer le bonjour » traduisait toute ma pensée. Quelle catastrophe ! Alors elle ne se rendait aucunement compte qu'elle me décrédibilisait en agissant de la sorte ? Malgré son envie de bien faire, elle me fauchait sans se retourner tout en continuant sa route le buste bombé. Autant m'étendre sur l'autel du sacrifice où elle allumera elle-même le flambeau !

Et Liam, tu comptes y aller sans précaution à votre petit rencard ? Ne crois-tu pas, maintenant que je suis là et que tu as déchargé tout tes reproches envers ton humble grand frère, que je serais le mieux équipé pour faire affaire avec un des pions de notre cher gouvernement ? Ou du moins, qu'on puisse se jouer de lui à deux, voir ce que ça peut donner quand nous travaillons ensemble ?

Décidément, le destin aimait s'amuser. Véritable farceur, il me faisait regretter mon réveil soudain comme il me chuchotait que c'était le moment opportun pour me secouer avant que nous nous fassions avaler tout crus. Je savais pertinemment que cette discussion comptait se placer au summum de la pénibilité, mais là, nous avions atteints les records et sans crier gare, l’araignée Schizophrène s'emparait de moi comme la mouche dans sa toile. Je m'étonnais de tant de calme de ma part...




_________________

Isak Eriksson


“La clarté de la lune dépend de l'ombre des pins.” | © FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Silent screams, Violent dreams

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 398
↳ Points : 212
↳ Arrivé depuis le : 31/08/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 251 en réalité & 28 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings / confondatrice de la Niflheim
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience / Delain ~ My masquerade
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : (MidnightBlue) ~ Lightblue



les petits papiers
↳ Copyright: Thinkky & ANAPHORE (Vocivus)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   Mar 17 Juil - 0:01



Réminiscence
Throw away the empty heart.



S’était-elle déjà une seule fois transformée sous le coup d’émotions trop fortes, d’une colère étouffante, d’une haine débordante ? Non. En tout cas, pas dans ses souvenirs. Cependant, il fallait l’avouer, aujourd’hui, elle aurait dû perdre le contrôle. Elle aurait dû laisser la lionne prendre le dessus, elle aurait dû s’y abandonner. Il y avait un sentiment de puissance avec cet animal, de liberté. Elle pouvait échapper à tout, et à tous, sous cette forme. Mais une prédatrice était toujours dangereuse. Accepterait-elle de déchiqueter des êtres entre ses crocs ? Pour le moment, seule l’humaine avait arraché la vie, et elle préférait vivre avec une conscience, s’en souvenir. Que deviendrait-elle quand les émotions disparaitraient ? Ca arrivera un jour, et c’était peut-être le plus effrayant. Car elle se rapprocherait de ce reflet, de celui qu’elle voyait face à elle. Sauf que sa drogue à elle serait ses transformations, celles-là lui effaçant la mémoire, ne gravant pas les actions dans son cerveau… N’étaient-ils pas bien plus semblables qu’ils ne le disaient ? Elle s’était reculée, avait croisé ses bras sur sa poitrine, fixait de son regard vide les pupilles de son aîné. Qu’avaient-ils perdu ? Pouvaient-ils encore revenir en arrière ? Certainement. Mais Solveig n’était plus une gamine, ou une soumise. Elle aurait ses conditions, celle qui avait tant sacrifié. Plairaient-elles à Isak ? Non, certainement pas.

Elle serrait les dents, cherchant à calmer la colère de ses entrailles face à ce regard condescendant, voire méprisant. Etait-ce de sa faute d’avoir tant courbé l’échine ? Etait-ce de sa faute d’avoir voulu garder son aîné près d’elle, plutôt que de lui avoir accordé la délivrance ? Oui. Elle était celle l’ayant mené jusqu’ici. C’était pour cela qu’elle avait courbé l’échine, tout accepté. Elle avait voulu obtenir le pardon de l’aîné, comme son amour. Elle s’était enchaînée d’elle-même, et Rafael avait raison sur tout ce qu’il avait dit : elle méritait tout ce qui arrivait, et elle n’avait pas le droit de demander aux autres métamorphes de ne pas haïr leur nature. « Il faut croire que je ne courbais le dos que devant toi mon frère. » L’emploi du passé était instinctif, mais particulièrement réel. Le suédois glissait entre ses lèvres gercées, rendant la conversation inaudible pour quiconque écouter aux portes. « Il est bien utile de l’approcher en tant que panda effrayé et égaré, pour récolter le plus d’informations possibles à son sujet. Si tu veux une guerre, connaître ses relations sera un atout. » L’avait-il oublié ? On ne gagnait pas une guerre en tapant plus que l’autre, mais avec une stratégie plus élaborée. C’était supposé être lui la tête pensante…

« Pour Liam, j’ai déjà été le voir. Je pensais qu’on t’avait tenu au courant… » A moins que les hommes n’aient été trop effrayés. Il fallait dire que la folie de Solveig égalait désormais celle de son frère. « C’était une affaire personnelle, liée à une vente de médicaments pour un de ses collaborateurs. » Elle mentait en partie. Elle ne parlerait pas du frère. Elle ne parlerait pas de Mikkel. Elle passerait sous silence toute cette partie-là. Parce qu’Isak n’avait pas à savoir, surtout qu’elle allait lui mettre d’autres os à ronger sous les dents. Des os bien plus intéressants… « Mais en affaires à gérer, il y en a d’autres. » Le calme n’était qu’extérieur, mais Solveig savait se contrôler désormais. La lionne faisait les cent pas, l’humaine n’affichait plus aucune émotion. « Ivanov. On peut le détruire. » Il était si facile d’oublier quelqu’un, de l’effacer de sa vie. Lui-même n’était jamais revenu vers elle. Alors, la gamine, elle avait fini par ignorer, supprimer. Une simple pression pour tout reléguer à l’arrière-plan. « Et une autre affaire sur laquelle des informateurs viennent de me placer. Certainement au sujet d’alcool et de points de vente de drogue. » Ton posé, débitant les informations comme si de rien n’était. « Il me semble que le partenariat avec Moïra a volé en éclats il y a pas mal de temps, un nouveau peut être négocié ailleurs… » Cracherait-il dessus, comme toujours ? Qu’importait finalement, la foi n’était plus un élément présent dans son cœur.


_________________
I’M THE HEART OF THE HURRICANE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réminiscence - Solveig Eriksson & Isak Eriksson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mock Draft 2012
» CHALLENGE WEEK → Ebba M. Eriksson
» Loui Eriksson RW 33 4000000 1 21 73 76 75 75 75 64 75 75 83 70 73 76 74 71 75
» Party with a troublemaker ◓ ft. Solveig
» interrogatoire ▽ juyne et solveig

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-