AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My blood is burning - Isak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2926
↳ Points : 1264
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 29 ans (11/12/1988)
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Avengedinchains, endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: My blood is burning - Isak   Mar 26 Juin - 19:59






Isak & Mikkel
My blood is burning

Tout avait commencé par une chanson qui rôdait dans ma tête. Un air entraînant au rythme qui ressemblait à celui d'un battement de cœur, mais dont je n'arrivais pas à me souvenir des paroles. J'essayais de les retrouver, en marchant d'un pas rapide entre ces hauts arbres sinistres dont les branches se balançaient mollement au dessus de ma tête. Le soir tombait trop vite et si j'avais cru rejoindre plus rapidement un endroit sécurisé, je m'étais fait rattraper par le temps malgré moi. Déjà, le soleil avait disparu à l'horizon, caché par des nuages bas qui avaient précipité la venue des ombres ; elles s'étendaient languissamment autour de moi, comme de longs serpents ondulants sur le chemin. J'avançai un peu plus vite, jetant des regards attentifs aux alentours paisibles de ce quartier arboré où j'avais la sensation étrange d'être suivi. Parfois, une haute silhouette se détachait de la pénombre et j'avais la sensation d'entendre un rire, à moins qu'il ne s'agisse d'un animal sauvage... Il n'était pas rare que je m'aventure du coté de ce vieux pont qui enjambait le Mississippi, pour y retrouver mon vieux rat de grand-père. Andreï avait pris l'habitude de me retrouver à cet endroit pour m'entraîner ; il me filait des conseils en matière de baston autant que dans l'usage des armes et j'avais fini par apprendre à lancer plutôt bien mon couteau en visant des cibles en bois, ce qui serait différent le jour où j'aurais des gens vivants dans ma ligne de mire mais j'avais bien le temps d'y penser... Cette lame qu'il m'avait offerte restait en permanence dans ma ceinture et ce soir encore, elle se dissimulait sous mon t-shirt, dans mon dos. Il faisait chaud et humide, la sueur dégoulinait le long de mon échine et parfois, des lueurs étranges s'allumaient dans l'obscurité, à la manière des yeux des chats. Avec tout ça, je ne me souvenais toujours pas des paroles de cette foutue chanson...

Cette fois, j'en étais sûr : quelqu'un me suivait. Je l'entendais nettement, ses pas se détachant dans la pénombre qui m'entourait et lorsque je me concentrai pour inspirer le vent qui soufflait dans ma direction, je perçus une odeur connue qui me fit me raidir insensiblement. Pendant une seconde, je fermai les yeux, le temps d'analyser ces traces olfactives portée par la brise. J'avais fait tellement de progrès pour distinguer les parfums que j'étais pratiquement sûr de ne pas me tromper sur leurs sources. Cette odeur, mélange de violence, de came et de voracité, c'était celle d'Isak, mon dealer. « There was a day in this town when I thought I had a home, Happy time... » Je murmurai ces mots avec nonchalance, un chant léger et insouciant pour masquer ma peur, avant que brusquement, je me mette à courir. Le vent fouettait mon visage pendant que mes jambes s'élançaient rapidement dans ces lieux dévastés, aux immeubles en ruines. J'avais pas eu envie d'attendre qu'il me rattrape, pas eu envie de savoir si sa présence était due au hasard ou si réellement, il avait eu envie de me coller au train. Peut-être que je flippais pour rien, peut-être qu'il n'avait aucune idée malveillante en tête, peut-être même qu'il était de bon poil avec de la chance, sauf que mon instinct me gueulait d'aller me planquer. Et quand j'avais ce genre de frisson qui me glaçait les sangs, j'avais tendance à courir, sans me poser davantage de questions. Un peu plus loin, j'apercevais les contours de cette vieille usine, aux allures austères qui se dressait devant moi, impressionnante de l'extérieur avec ses briques rouges. Sans cesser de courir, je longeais cette immense structure, partiellement incendiée, jusqu'à m'engouffrer au travers d'une des portes éventrées qui ouvraient vers l'intérieur.

Est-ce que j'y serais à l'abri ? Le cœur battant, je redressai la tête, observant ce somptueux hall désossé à ciel ouvert, faisant quelques pas en plein air vers le centre de l'usine, entre les vertèbres de sa gigantesque structure métallique, grignotée par la végétation et malmenée par les humains. Des tags de toutes formes recouvraient les murs sales et je m'avançai, au rythme de mes pulsations cardiaques, trop chaotiques. Dans un soupir, je regardai autour de moi, mes pieds foulant le sol constellé de débris, à l’affût du moindre bruit tout en me demandant si j'étais seul dans cette usine désaffectée. A présent, il faisait beaucoup plus sombre, la nuit me recouvrait et seuls mes sens de métamorphe m'aidaient à me repérer dans la pénombre. N'osant m'aventurer plus loin dans les profondeurs inconnues, je m'arrêtai pour reprendre mon souffle. A peine une inspiration et puis, soudainement, je perçus ces pas qui résonnaient dans le noir. Je n'étais pas seul. Dans un juron étouffé, je redressai les yeux vers la silhouette ombrageuse qui s'imposait dans le grand hall, à quelques mètres de moi.

« Isak... ?» Ma voix incertaine résonna trop fort, dans un écho lugubre avant que je ne relâche un soupir, sans plus bouger de ma position. « C'est toi ou bien, j'te confond avec un des vieux clodo du coin ? » Des clodo et des rats, c'était tout ce qui pouvait bien se terrer dans les parages, j'avais aucune raison d'avoir la trouille. Les lèvres pincées, je me concentrais pour tenter de distinguer ses traits plus nettement dans les ténèbres, avant de me risquer à expulser un léger rire de chacal.

« Tu pues la dope, c'est donc bien toi... T'avais prévu une fête ici, sans que je sois au courant ? Génial comme ambiance.» Happy Time.



_________________

   
Like others before me, I have the gift of sight. But the truth changes color, depending on the light. And tomorrow can be clearer than yesterday. Memory is the selection of images, some elusive, others printed indelibly on the brain. Each image is like a thread, each thread woven together to make a tapestry of intricate texture. And the tapestry tells a story, and the story is our past.


Dernière édition par Mikkel G. Ievseï le Lun 2 Juil - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 287
↳ Points : 137
↳ Arrivé depuis le : 15/06/2018
↳ Age : 30
↳ Avatar : Alexander Skarsgard
↳ Age du Personnage : 36 ans, 258 ans en réalité.
↳ Métier : Fondateur de l'organisation mafieuse Nilfheim
↳ Opinion Politique : Je pose des réserves en fonction de sa direction
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Mad World~Gary Jules/Niravana~My girl/Sarah Mclachlan~Prayer of St Francis/Georges Brassens~J'me suis fait tout p'tit/Vanessa Paradis~Il y a/Louis Attaque~Les nuits parisiennes/Zoufris Maracas~Un gamin/Saïan Supa Crew~Angela/Vance Joy~Riptide/Soan~Emily/La Tordue~Cap'tain Naimo/Janis Joplin~Kozmic Blues/ Evanescence~My immortal...
↳ Citation : « Dans la vie, j'ai eu le choix entre l'amour, la drogue et la mort. J'ai choisi les deux premières et c'est la troisième qui m'a choisi... »
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #ff0033



les petits papiers
↳ Copyright: Shiya/tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: My blood is burning - Isak   Mer 27 Juin - 16:02


« My blood is burning »



Mikkel G. Ievsei & Isak Eriksson
Finn Witrock & Alexander Skarsgard

Les neurones aux aguets. Mon cerveau en ébullition résonnait les caprices de mes veines souillées au rythme d'un tambour aux résonances incessantes. D'abord soulagé par la prise de ma drogue favorite, je fus calme, posé, absent de ces éternels envahisseurs si oppressants qui me dictaient ma conduite d'ordinaire si fougueuse. Je m'étalais là, sur un sol humide, les bras ballants et l'esprit vide. Hélas, ces quelques secondes de répits furent brèves. Dès l'instant ou le produit se déchargeait dans mon corps sans la moindre mesure, ma paranoïa ennemie vint envahir ce qu'il me restait de lucidité. Les ombres commencèrent à danser autour de ma silhouette déconfite, puis les visages avaient une forme puis un nom. Je parlais à l'invisible, j'observais le silence. Un silence que moi seul savais vivant, bien que le mystère restait entier. Les véritables fantômes ou les esprits créés par mon imaginaire m'assaillaient de leurs questions toutes plus nébuleuses les unes que les autres. Un chaos de cris, de mots entreposés au hasard de mon ouïe littéralement violée par tout cette machination morbide. Malgré la rengaine énergique de cette valse des morts, l'oppression venait plus particulièrement des êtres au mutisme intact. Il m'arrivait de voir rouge, sentant le vermillon couvrir mon visage, mes mains trembler de stress, avec toutes ses pupilles me dévisageant sans la moindre chance de pouvoir atteindre un jour leurs pensées profondes. Trop pour moi, comme s'ils se nourrissaient viscéralement de mon intimité. Une prison particulière avec pour barreaux des êtres effrayants et indésirables que seule la torture pouvait rassasier.
Afin d'échapper à mes agresseurs d'outre-tombe, je trouvais la force de me lever, de fuir cet endroit maudit, même si je savais pertinemment, par expérience, que ce stratagème ne fonctionnait pas toujours. Ainsi, à moitié délivré, pris de vertiges plus ou moins agréables, il me fallait me concentrer sur toute autre chose si je voulais prétendre à un énième petit bonheur éphémère. C'est précisément à ce moment-là qu'apparut Mikkel. J'avais reconnu sa démarche aguicheuse entraînée par ses formes souples et gracieuses. Il se trouvait quelques mètres devant moi et inconsciemment, le jeu vint me titiller pour ne laisser la place qu'à un joueur redoutable, partagé entre ses désirs pervers, ses pulsions animales et une soif de vengeance inébranlable. Il représentait un simple défouloir, quand il n'encaissait pas mes coups, il me servait simplement de réceptacle. Je n'avais pour lui aucun respect, aucune considération, et paradoxalement, il m'attirait comme la vis vers l'aimant. Un magnétisme incontrôlable jonché de violence et de sexe.

La partie commença alors, grisé par ma récente défonce ou par un instinct primaire. J'eus l'idée de la prendre en chasse. Il fallait faire transpirer le gibier avant de lui sauter dessus. L'excitation l'emportera sur la raison et pour finir je le tiendrai ainsi captif de mon envie future. Violence ou affection ? Parfois même un mélange des deux ? Pour l'heure, seule la chasse comptait à mes yeux. De plus, il avait récemment traficoté avec la frangine et je comptais bien lui en faire baver pour avoir osé franchir le seuil de mon entourage. Que voulait-il donc ? Pour l'heure, je le voulais, moi et rien d'autre ne comptait plus que ça. Tel le félin déposant ses pattes le plus discrètement du monde sur les herbes hautes, se faufilant entre les arbres avec une habilité sans faille, lançant volontairement quelques pierres disséminés ici et là pour tromper ses repères, je sentais tout le plaisir monter lentement en mon sein. Une jouissance extrême pour ces préliminaires originaux. Je savais pertinemment qu'il me ressentait, ou du moins, qu'il se savait épié, traqué... Pas loupé, il commença à courir, en direction d'une vieille bâtisse en ruines. Entre le bois qui craquelait, le bruit du vent qui s’engouffrait dans les fenêtres de fortune et les pas des rongeurs au-dessus de nos têtes, l'atmosphère me ravissait encore plus. Malheureusement, elle réveilla aussi mes peurs, toujours sous la menace des esprits, incapable de différencier la réalité de l'illusion. Essayant de ne pas y songer j'entrais donc à mon tour, toujours obstiné à le rendre nerveux, à sentir son souffle s'accélérer, son visage se crisper et ainsi bondir à la seconde où il se croirait en sécurité.

Je le laissais donc aboyer mon prénom sans répondre. Il faisait preuve d'audace et d'un humour traduisant sa détresse intérieur. Entre provocation maladroite dans l'espoir de me faire réagir et la perspective de combler son angoisse, j'étais pour ainsi dire, fier et comblé de son état pitoyable.
Toujours caché dans l'obscurité, je pris le temps d'étudier le terrain, contournant son regard, le laissant entrapercevoir ma carcasse imposante, avant de le prendre par surprise, après quelques minutes dignes d'un suspens trop exagéré, dans le dos. Agrippant ses cheveux, le renversant contre le meuble d'appoint qui se brisa sous l'impulsion, je lui susurrais ces quelques mots avant de lui lécher généreusement l'oreille.

Salut mon lapin, il est l'heure de dîner, et devine quoi... Tu es le repas.



_________________

Isak Eriksson


“La clarté de la lune dépend de l'ombre des pins.” | © FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2926
↳ Points : 1264
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 29 ans (11/12/1988)
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Avengedinchains, endlesslove
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: My blood is burning - Isak   Sam 7 Juil - 2:28


« Walk, stomping my feet on dirty ground
Listen for a familiar sound
Wonderin' if someone is around »




Isak & Mikkel
My blood is burning

Ma voix avait été la seule à briser le silence lugubre qui enveloppait cet endroit, parsemé des grincements de ses vieux murs et des bruissements du vent. En l'absence de réponse, je percevais d'autant plus fort les battements de mon cœur et je me tus un instant, mon souffle encore court d'avoir tant couru. Peut-être que j'aurais mieux fait de me la fermer au lieu de ricaner si fort, mais j'avais confusément eu besoin de remplir l'espace de ma voix, comme pour prouver aux ténèbres que je n'avais pas peur d'elles. Dans cette ambiance pesante, je plissai les yeux pour tenter de me repérer, à l’affût des ombres qui semblaient se mouvoir tout autour de moi. Isak n'était pas loin, j'en étais parfaitement sûr même s'il se refusait à me répondre, mais nous n'étions sans doute pas les seules âmes, perdues dans ces lieux sinistres. Différents mouvements se faisaient ressentir comme si plusieurs paires d'yeux me fixaient depuis les ténèbres et, par delà le frissonnement du vent, j'avais l'impression d'entendre des murmures... Ce ne fut qu'une vague intuition qui me troubla au cours de ces quelques minutes, au point d'éparpiller mon attention et me distraire de la menace immédiate. Je m'avançais prudemment vers cette zone d'ombre, hypnotisé par ces chuchotements qui paraissaient émerger des profondeurs de l'usine et que seule l’ouïe particulièrement fine d'un métamorphe aurait pu percevoir, lorsque tout à coup, une énorme masse m'attrapa par derrière. Dans un hoquet de surprise sous cette poigne brutale, je heurtai douloureusement ce vieux meuble qui craqua pendant que j'expulsai un juron étouffé.

Putain de merde... Le souffle chaud du salaud me fit frissonner, dans un mélange d'appréhension et d'égarement, et je grimaçai sous le contact de sa langue, si odieusement autoritaire. « Sauf que j't'ai pas invité à goûter. Ce repas là, il est pas pour toi. » Une insolence veloutée se marquait dans le ton de ma voix mais je n'aurais pas pu maîtriser les cognements sourds et trop rapides de mon palpitant, sous cette décharge d'angoisse. Fermant les yeux, je pris une profonde inspiration avant de lui balancer un coup de coude en plein dans l'estomac, l'effet de surprise me permettant de me dégager souplement et me retourner pour lui faire face. Il me dominait toujours de sa taille mais au moins, je m'étais libéré de sa pince qui me tirait par les cheveux. Ainsi, je le fixai droit dans les yeux, une lueur farouche brillant dans mes prunelles tandis que je le narguais d'un claquement de lèvres. « Alors, tu ranges ta langue et tu recules pour mieux m'admirer de loin. Pigé ? » Si sa mère lui avait donné une tape sur la main dès que petit Isak se servait sans permission dans le bocal à bonbons, on n'en serait sûrement pas là aujourd'hui. Les lèvres fermées sur un sourire d'ange, je conservais un air narquois, tout en évaluant les possibilités de foutre le camps.

« C'est plutôt chelou comme endroit pour chasser le lapin. Tu fous quoi ici ? Me dis pas que tu me suivais, hein ? Genre, j'sais que j'te manque à mort mais de là à me stalker... je t'obsède à c'point là ? »

Laissant glisser mes yeux sur son corps avec impudence, je m'attardais ensuite sur ses traits. J'essayai de décrypter son humeur, à présent que je pouvais détailler son visage dans cette pénombre. Il avait le regard embrumé, comme souvent quand il était défoncé, mais ça n'enlevait rien à cette aura de danger qui l'entourait en permanence et qui allumait une étincelle de folie au fond de ses lucarnes. Autour de nous, une étrange brume blanchâtre s'étirait, sans doute éclairée par le halo faiblard de la lune, et je redressai un coup d’œil incertain aux alentours alors que la nuit devenait sensiblement plus fraîche. Me raccrochant aux yeux durs du dealer, je réprimai autant que possible ce frisson glacé qui me parcourait l'échine. Cet endroit dégageait quelque chose de malsain, comme si des événements sordides y avaient laissé leurs traces, pour en imprégner l'ambiance. Et m'y retrouver face à un type qui parlait de me bouffer avec cette lueur de démence dans les yeux, c'était clairement pas le truc le plus rassurant. Pourtant, la brutalité de son arrivée n'empêchait pas ce sourire mutin d'armer mes lèvres. Le grand hall délabré de l'usine s'était sans doute refroidi de plusieurs degrés à présent et la fraîcheur nous tombait dessus en même temps que cette brume qui offrait au décor son voile vaporeux. Si j'avais cru aux fantômes, peut-être que cette ambiance m'aurait fait flipper mais c'était pas du tout le cas. Et ces chuchotements que j'avais cru entendre, c'était sûrement le bruit du vent qui chiffonnait de vieilles frusques, oubliées dans les recoins.

Chhhhhhffffff.... Isaaaa... k.... Isaa... aaaak...

Cette longue plainte résonna dans les tréfonds de la salle, comme un lointain murmure, perdu dans les bruissements du vent qui s'infiltrait dans les fissures des vieux murs. Incertain d'avoir rêvé, je dévisageai le mafieux, une lueur interrogative dans les yeux.



_________________

   
Like others before me, I have the gift of sight. But the truth changes color, depending on the light. And tomorrow can be clearer than yesterday. Memory is the selection of images, some elusive, others printed indelibly on the brain. Each image is like a thread, each thread woven together to make a tapestry of intricate texture. And the tapestry tells a story, and the story is our past.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 287
↳ Points : 137
↳ Arrivé depuis le : 15/06/2018
↳ Age : 30
↳ Avatar : Alexander Skarsgard
↳ Age du Personnage : 36 ans, 258 ans en réalité.
↳ Métier : Fondateur de l'organisation mafieuse Nilfheim
↳ Opinion Politique : Je pose des réserves en fonction de sa direction
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Mad World~Gary Jules/Niravana~My girl/Sarah Mclachlan~Prayer of St Francis/Georges Brassens~J'me suis fait tout p'tit/Vanessa Paradis~Il y a/Louis Attaque~Les nuits parisiennes/Zoufris Maracas~Un gamin/Saïan Supa Crew~Angela/Vance Joy~Riptide/Soan~Emily/La Tordue~Cap'tain Naimo/Janis Joplin~Kozmic Blues/ Evanescence~My immortal...
↳ Citation : « Dans la vie, j'ai eu le choix entre l'amour, la drogue et la mort. J'ai choisi les deux premières et c'est la troisième qui m'a choisi... »
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #ff0033



les petits papiers
↳ Copyright: Shiya/tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: My blood is burning - Isak   Mer 11 Juil - 16:10


« My blood is burning »



Mikkel G. Ievsei & Isak Eriksson
Finn Witrock & Alexander Skarsgard

Gourmandise. Assouvir l'envie soudaine. La soif d'un corps, du plaisir charnel qui s'insurgeait en mon sein doucement, mais sûrement. La traque m'avait mise en appétit et désormais l'attraction sulfureuse me faisait captif, prisonnier de mes désirs, j'allais céder à ce caprice indomptable et je comptais bien m'en délecter le plus longtemps possible. Allongé là, sur sa carcasse au souffle rapide, soumis à souhait, il m'aguichait sans s'en rendre compte. À peine avais-je commencé à effleurer la paume de ma main, glissant le long de sa nuque pour rejoindre ses reins, qu'il me propulsa quelques mètres en arrière. La douleur ne fit pas désagréable, bien au contraire. Il aimait jouer, moi aussi. L'astre lunaire éclairait ses yeux d'un bleu intense. La panique entremêlée à l'incompréhension le rendait encore plus fragile. Bien qu'il crachait ses paroles provocatrices et pour le moins inutile, je restais scotché à ses prunelles, incapable d'en démordre. Il avait toujours eu le défaut de trop en dire, trop de blabla, là était son erreur. Il ne suffisait pourtant de rien aujourd'hui. Nous savions pertinemment les intentions de chacun sans forcément les décrire, et personnellement, j'avais toujours préféré le silence à une déferlante de mots que j'oubliais instantanément au profit de l'acte.

Repoussé, indésirable en apparence, j'attendais patiemment que sa minable révolte prenne fin, mais je ne pus me résoudre à l'abstention de parole. Il me piquait au vif, il titillait mon orgueil. Était ce simplement imaginable que je puisse, moi, Isak Eriksson, être obsédé à l'idée même de sa présence. Il fallait que je le remette à sa place, pour qui, se prenait-il à la fin ?

Ah, si seulement ton cerveau n'était pas si atrophié mon petit ! Quand comprendras-tu que tu n'es pas un met de choix. Tu as toujours eu l'espoir de me voir te courir après, je le sens, je le sais, alors pourquoi tiens tu à te faire autant désirer. Profite de ce que je veux bien te donner, tu n'en ressortiras que plus satisfait mon lapin.

Il avait toujours été une friandise, une parenthèse, certes agréable, mais il représentait simplement le moyen, le catalyseur de mes pulsions. Je devais tout de même lui reconnaître une qualité, Mikkel avait ce don, le don qu'un seul petit nombre de personnes possédaient, pour ainsi me faire extérioriser mes sentiments les plus sauvages.

Alors que je m’apprêtais à lui rendre la pareille, l'atmosphère se fit plus lourde. Elle m’enveloppa sans crier gare. Un électrochoc âpre qui mit fin à ma séduction animale. Un réveil dans l'obscurité qui me faucha de plein fouet pour me retrouver une fois encore sous l'emprise de madame paranoïa. Le vent pénétrant le plancher, les portes moisies grinçantes et claquantes puis ces voix qui vinrent me perturber à l’extrême. Un appel dans la nuit. Mon visage scrutait les environs, mon cerveau en ébullition, les maux de tête me frappèrent à toute allure et il n'en fallait pas plus pour je ne distingue plus le rêve de la réalité. Les images se bousculaient en mon esprit, l'angoisse en marionnettiste commençait à tirer les cordes imagées qui me lacéraient les poignets et les chevilles. Saisi, incapable de me sortir de mes illusions psychiques, mes amis du début de soirée refirent leur apparition. Les visions d'horreur s’enchaînaient, un œil ensanglanté sur le visage d'un homme, une vieille femme ricanant au creux de mon oreille, une petite fille envoyant sa balle au fond de ma gorge. Je tombais à la renverse sous la pression de mes assaillants.
Puis vint un silence trop long et pesant. Je guettais mon compagnon de fortune, le regard empli de crainte. Totalement perdu dans mes fantasmes tortionnaires, la frayeur s'emparait de ma peau, la crispant exagérément ; j'avais jusqu'à l'impression que l'on m'écorchait vif. Le guerrier au tapis, c'était mal me connaître. J'essayais tant bien que mal de rassembler mes esprits, me réconciliant avec l'usage de mes jambes avant de lui foncer droit dessus. Alors que je m’apprêtais à revenir à ma débauche qui aurait dû être salvatrice, un ultime chuchotement résonna en ces lieux morbides. Cette fois, j'en étais sûr, on prononçait distinctement mon prénom et l'expression de mon amant me persuada qu'elle était bien ancrée dans l'existence, c'était incontestable. Sanguin, je réagis dans la seconde pour ne pas m’écrouler de nouveau sous cette pression trop pernicieuse à mon goût.

Qu'est-ce que tu as fait ! Comment fais-tu cela ? Je sais que tu l'entends toi aussi ? Ça t'amuse de jouer avec moi ? Laisse-moi te dire qu'il est venu le temps de mettre un terme à tes fourberies bouffon...

Mon poing vint empaler son nez avec toute la force dont je pouvais faire preuve. La colère avait remplacé l'envie et elle allait se montrer toute aussi violente que sa cousine. Je lui sautais une fois encore sur le poil, plaquant sa joue contre le sol et l'écrasant de tout mon poids, bien décidé à le faire avouer qu'il était le seul et unique responsable de ma torture psychologique. Je mélangeais tout, tout s'embrouillait, un fouet ressassant mes cruels souvenirs et comme un boomerang, j'allais me décharger sur sa personne. Maintenant, la plaisanterie n'était plus de mise et il allait sûrement finir aux portes de l'enfer si jamais je n'arrivais pas à me calmer sous peu...




_________________

Isak Eriksson


“La clarté de la lune dépend de l'ombre des pins.” | © FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: My blood is burning - Isak   

Revenir en haut Aller en bas
 

My blood is burning - Isak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: Factory Disused-