AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Devil's Water (Violet & Vaas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 965
↳ Points : 327
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 27
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
Halsey - Gasoline
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker
↳ Couleur RP : Aucune



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Mer 4 Juil - 19:51


« Loterie du RP »


   
   
Violet & Vaas
featuring



   
« You feel that you should run
   But where are you to hide in the water ?
   Against the tide we struggle with the skin we're in, the skin we're in
   Against the tide we struggle
   to keep our heads above the deep and our hearts above the lie.
   You vow your life and blood
   but this is not our home in the water
! »

   La nuit se referme sur votre carcasse. On dit qu’elle porte conseil pour les plus avisés ayant préféré Morphée à cette promenade insensée au cœur de l’obscurité. Sans doute, aurait-il été plus judicieux pour vous d’en faire autant. Votre errance vous mène à proximité d’une étendue d’eau. Par simple habitude, vous ne cherchez pas à en sonder les tréfonds. D’après la rumeur, de nombreux cadavres pourriraient au fond du lac, masqués par l’abondance de nénuphars. Peut-être accélérez-vous le pas à ce seul songe, peut-être que vous n’y pensez même pas. Alors que le silence assourdissant accompagnait votre progression jusqu’à maintenant, un bruit fracasse soudainement la quiétude. Quelqu’un vient de jeter quelque chose à l’eau. La pénombre vous prive de votre acuité visuelle, vous empêche de discerner ne fusse que les contours d’une silhouette. Les remous perceptibles attirent votre attention tandis que des pas vous parviennent alors. Vous faites face au second témoin de cette scène insolite alors que le bassin se teinte d’une couleur pourpre. La suspicion se fait double tandis que vous vous toisez avec perplexité. Vous n’avez pas le temps d’apercevoir clairement le cadavre, de réellement mener votre enquête ou de vous remettre du choc que la milice vous arrête et vous demande de vous expliquer. Qu’allez-vous faire ? Pointer du doigt la personne vous accompagnant dans votre infortune ? Ou vous allier à elle pour scander la vérité ? Vous n'étiez tous deux qu’au mauvais endroit, au mauvais moment. Un concours de circonstances fâcheux qui pourrait vous conduire tout droit en prison. Ou pire dans l’arène. Vous n’avez plus qu’à prouver votre innocence. Et pour se faire, tous les coups sont permis.

Ordre de passage:
1 - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
2 - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1190
↳ Points : 270
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : Pink



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Jeu 5 Juil - 10:40


Vaas & Violet

The Devil's water


Le grand air, chaud, humide et épais de la  Nouvelle-Orléans. L’odeur de l’hôpital avait imprégné ses narines bien trop longtemps. Violet n’en pouvait plus des vas-et-viens incessants des infirmières et du médecin. Personne ne semblait pouvoir mettre des mots exacts sur ce qui lui était arrivé. Comme si tout ceci n’était qu’un complot pour qu’elle devienne folle. La jeune femme avait cru étouffer au milieu de tout ce stress. Aussitôt s’était-elle sentie mieux, elle avait supplié pour qu’on la laisse sortir. Le monde qu’elle avait découvert ou plutôt redécouvert n’avait rien de bien glorieux. Le brouhaha des rues, les visages parfois figés par l’inquiétude… La ville semblait vivre de terreur et d’angoisse dans certains quartiers. La mexicaine avait d’abord trouvé refuge dans les faubourgs animés, là où les établissements crachaient du blues et puis sa migraine était revenue lui tirailler l’esprit.  Il avait fallu qu’elle s’éloigne. Violet avait soif de découvrir son environnement, elle souhaitait rester seule pour essayer de se souvenir. La foule devint un parasite difficile à supporter pour sa mémoire meurtrie, et elle décida de continuer son périple jusqu’aux bords du lac St. Catherine.

La nuit avait recouvert le ciel de son voile sombre, la lune régnait en maîtresse des lieux. Le silence comme seul compagnon, l’ergothérapeute sembla enfin retrouver le calme dont elle avait besoin. Elle déambula doucement sur les rives du lac recouvertes de nénuphars. Elle s’en amusa quelques secondes, cherchant à dénicher les quelques amphibiens qui se cachaient dans la végétation stagnante. Ces derniers temps  furent éprouvants pour la jeune femme qui sentait sa vie lui échapper. Il fallait qu’elle se reprenne en main et qu’elle puise au plus profond d’elle-même pour se retrouver. Ses pensées défilaient à une vitesse folle. Que devait-elle faire ? Et l’homme qui était venu la voir, inquiet comme jamais, Rafael, lui disait-il toute la vérité sur son accident ? Il semblait pourtant sincère… Un bruit extirpa Violet de sa réflexion. Elle stoppa sa marche pour scruter l’horizon au loin. Il faisait sombre et la jeune femme n’y voyait rien avec une telle pénombre. Elle sentit son cœur s’accélérer, on jetait quelque chose dans l’eau, quelque chose de gros. Y avait-il des alligators dans ce lac ? Les remous de l’eau laissèrent place à des bruits de pas. Les sens de la mexicaine se mirent en alerte. Elle regretta soudain d’avoir mis les pieds ici, seule sans savoir où fuir en cas d’ennuis. Sans même s’en rendre compte, Violet se mit à s’éloigner de la surface de l’eau, reculant droit vers une silhouette inconnue. Son dos heurta de plein fouet l’homme derrière elle. Prise d’un sursaut, la jeune femme se retourna vivement pour dévisager l’inconnu.

« Désolée je ne vous avais pas vu. » s’excusa-t-elle par réflexe.

Violet plissa les yeux pour mieux observer l’étranger. Avait-il entendu la même chose qu’elle ou était-il derrière tout ça ? La jeune femme tenta de se calmer pour ne pas paraître en position de faiblesse. Elle recula pour éviter de se tenir trop près de cet homme dont elle ne savait rien. Elle avait peut-être perdu une partie de sa mémoire mais son instinct de survie restait bien présent, surtout avec les légendes qui circulaient à la Nouvelle-Orléans. « J’ai entendu du bruit, quelqu’un est peut-être tombé dans l’eau. » dit-elle en se rapprochant de la surface sombre du lac. L’eau était opaque, obstruée par la végétation. Violet ne put distinguer la tâche pourpre qui se propageait à grande vitesse. Peut-être que si elle s’était penchée un peu plus, elle aurait aperçu la masse coincée sous la surface. Un frisson lui parcourut l’échine, un mauvais pressentiment l’envahissait.  Si quelqu’un était réellement en danger il aurait forcément appelé à l’aide, les clapotis de l’eau auraient attiré leur attention mais il n’en fut rien. Au lieu de ça, d’autres bruits de pas semblèrent s’approcher et la situation devint un peu plus inquiétante. Les iris clairs de Violet se plantèrent dans ceux du blond heurté quelques instants plus tôt. Violet se tint prête à tout mais surtout à déguerpir le plus rapidement possible. Elle qui se pensait tranquille, qui avait naïvement cru pouvoir savourer un instant de solitude, voilà que toute la ville semblait s’être donnée rendez-vous autour de ce lac. Et dire qu’elle avait simplement voulu quitter sa chambre pour prendre l’air, voilà qu’elle se retrouvait dans une position bien plus délicate et ce n’était que le début, les ennuis arrivaient à grands renforts de rangers…


AVENGEDINCHAINS

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 274
↳ Points : 116
↳ Arrivé depuis le : 24/05/2018
↳ Age : 28
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 35 ans
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau 2 en influence sanguine)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; Rise Against - Megaphone
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Sam 7 Juil - 20:32


Stuff him in a sack and throw him over,
early in the morning.
Way hey and up, she rises
early in the morning. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



C’était une soirée froide. Non pas par sa température, mais par son atmosphère. Depuis son retour, ses soirées avaient repris un amer goût de routine que Vaas n’avait connu que trop bien. Des insomnies qui le tenaient à la fois éveillé et écorché. Retrouver un emploi fut plus difficile que jamais. Les demandes étaient devenues étrangement rare, malgré la mansuétude de certains bâtiments. Et la paye était bien trop maigre. Si paye il y avait. Vaas avait vendu presque tous ses biens ne serait-ce que pour pouvoir manger. Et continuer à vivre dans son appartement humide aux infrastructures douteuses. Ce soir-là, il pensait pouvoir éviter quelques heures de raillerie face aux visages déformés des bars clandestins de la ville. Cigarette entre les lèvres, il laissa la brume et le poison guider ses pas jusqu’à se retrouver au bord du lac Sainte Catherine.

Des années après son arrivée, Vaas découvrait encore de nouvelles contrées. Il ne connaissait le lieu que par des rumeurs, des murmures racontant la mésaventure de ces femmes qui trouveraient tombeau au fond des abysses. C’était comme accorder de la croyance aux monstres de notre enfance. Et pourtant, s’il y avait bien une chose que Vaas avait fini par admettre, c’était l’existence du surnaturel. Lui si terre à terre et sceptique, avait fini par devenir l’inexplicable en personne. Le silence du lac le dérangeait. Il le dérangeait car il fallait combler ce vide qui faisait naître une angoisse assourdissante en lui. Car s'il n'y avait personne aux alentours, cela n’empêchait pas Vaas d’entendre mille et une voix l'anéantir par des regrets et des remords qui l'accablaient depuis tant d'années.

C’est alors qu’un bruit réel, le fit sortir de sa torpeur. Le lac venait de résonner de telle sorte qu’un objet semblait être tombé dedans. Un objet ou… autre chose ? Cela suffisait à Vaas pour enfin se concentrer sur quelque chose de concret et faire taire la voix de ses doutes et regrets qui fracassait son crâne. D’où venait ce bruit ? D’à peine quelques mètres à l’ouest du rivage d'après l'ouvrier, mais il faisait bien trop sombre pour l'affirmer. Vaas écrasa sa cigarette au bord du lac avant de la jeter négligemment dans l'eau. Il décida de se diriger discrètement vers la source du bruit. Était-ce du courage ou de l’inconscience ? Venant de Vaas, il s’agissait avant tout d’impulsivité. A peine fit-il quelques pas que son bras heurta fortement une paroi chaude et… vivante. Alors que son instinct s’activa afin de se mettre instantanément sur ses gardes, sa vigilance baissa lorsqu’il perçut une jeune femme qui s’excusa de son heurt. « C’pas grave... » Sa présence en ces lieux était tout sauf naturelle. Il hésita un moment à demander ce qu’elle pouvait bien faire ici, avant de constater qu’elle prenait d’elle-même un peu de recul. Avait-elle entendu la masse tombée dans l’eau ? Était-elle liée à cet évènement ? Son intervention lui fit écarter cependant un brin de soupçon. « J’ai entendu du bruit, quelqu’un est peut-être tombé dans l’eau. » « Ouais, j’ai entendu… J’crois pas qu’ce quelqu’un soit tombé, on aurait entendu j’sais pas, des cris, un truc du genre. »

Vaas s’accroupit de nouveau afin de se retrouver au plus proche de la surface. Il ne faudrait pas rejoindre ce qui venait de faire office d’ancre, mais tenter d’apercevoir un quelconque indice, cercle sur l’eau ou papier flottant. Rien. Mise à part une ombre qui recouvrait l’eau et la fit devenir de plus en plus foncée. Du sang ? Les faibles reflets de la lune qui arrivaient à se frayer un chemin derrière les nuages laissaient peu de lumière à la scène inquiétante dont ont été les témoins auditifs les deux voyageurs nocturnes. Et comme pour tester de nouveaux leur audition, Vaas se leva brusquement à la suite de pas rapide et groupés. « Merde… » laissa-t-il échapper en chuchotant vers le bruit qui s’approchait dangereusement. Il tourna la tête et aperçut le regard angoissé de la jeune blonde. Pourquoi semblait-elle si inquiète ? Était-elle liée à cette histoire ou, comme lui, craignait-elle l’arrivée de ces nouveaux arrivants ? Ou justement parce qu’elle était liée à cette histoire, craignait-elle d’autant plus l’arrivée de ces nouveaux arrivants ? Vaas n’avait pas le temps pour les politesses et opta pour la solution la plus rapide, se cacher ensemble.

« Venez, faut pas qu’on nous trouve… Faites pas d’bruit ! » Vaas entama une marche rapide en sens inverse des pas qui s'approchait. De courtes haies entouraient une partie du lac, mais pas assez pour les cacher entièrement. Manquant affreusement de temps, il n’attendit pas l’avis de sa compagne de malfortune, et l’incita à se mettre à plat ventre en lui empoignant les deux épaules et en l’aplatissant sur le sol. L’index sur la bouche en signe de silence conclut cette intervention. L’obscurité n’aidait pas à l’identification des nouveaux venus. Vaas essaya d’analyser les opportunités de fuite. Or, mise à part se lever et se donner à la vue de tous et tenter de courir comme si les portes de l’enfer s’étaient ouvertes –encore- il n’y avait pas d’autres solutions. Il y avait le lac. Si on considérait le lac comme une sortie de secours.

« T’as rêvé, laisse tomber… » ; « Puisque j’te dis que j’ai entendu des voix ! » Vaas s’empêcha presque de respirer. Il pouvait observer les chaussures de l’individu. Si l’homme s’approchait ne serait-ce que de quelques pas, il serait capable de les voir, la haie les dissimulant n’était pas bien haute. Ils avaient l’air d’être deux. Des miliciens d’après l’instinct et l’habitude de Vaas. « Tiens ta position, ils sont forcément encore dans les parages. » Cherchaient-ils les responsables de la « chose » qui venait de tomber à l’eau ? Vaas n’avait pas envie de leur poser gentiment la question en levant le doigt pour le savoir. L’homme qui se tenait devant eux sembla continuer sur sa lancée le long du lac. A travers les feuillages, Vaas avait du mal à visualiser la scène, mais il lui semblait que le deuxième milicien se tenait face au lac, leur tournant le dos. Vaas saisit cette occasion pour s’accroupir et mieux visualiser les alentours. Leur chance était maigre. Le chemin était cerné par les gardes. Ils n’avaient d’autres choix que de se cacher. Mais mieux. Le local à bateau était atteignable s’ils arrivaient à être discret et à contourner le deuxième milicien, aux aguets à observer le lac. Profitant de l’éloignement du premier et de la position immobile de l’autre leur tournant le dos, Vaas se courba le plus possible afin d’atteindre l’arrière d’un autre buisson, de la même hauteur que le premier, une dizaine de mètres plus loin. Étape 1 à étape 2. Un rapide coup d’œil derrière fit rendre compte à l’ouvrier que la jeune femme était toujours à l’étape 1. Ouvrant de grands yeux mécontent, Vaas incita l’inconnue à le suivre d’un geste de la main brusque mais nécessaire, tout en gardant le silence absolu. Le moindre craquement de branche pouvait les faire repérer. Et si c'était le cas, Vaas ne donnait pas cher de leur liberté.

_________________

the evil thoughts upstairs they don't need company, this broken glass it reflects back the person i've become and now, here i am, i feel numb, on the fence, on the run, spill my guts, what an act, i am sad, but to me i'm lovely sad. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5873-vaas-does-this-look-infec

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1190
↳ Points : 270
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : Pink



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Mar 10 Juil - 12:47


Vaas & Violet

The Devil's water


Les dires de l’étranger confirmèrent les doutes de Violet. Elle ne voulait pas se l’avouer mais il était évident qu’ils auraient entendu plus que ce bruit sinistre si, en effet, quelqu’un était bien tombé à l’eau. La jeune femme regarda le blond se pencher au dessus de la surface de l’eau avec curiosité, dans l’attente de savoir s’il verrait quelque chose. Malheureusement pour les deux compagnons d’infortunes, de la compagnie arrivait et cela ne sembla pas réellement réjouir l’inconnu. Violet lui lança un regard septique. Sa mémoire lui faisant défaut, elle ne savait plus vraiment quoi ou qui craindre. Pourquoi craignait-il que quelqu’un le trouve ici ? Et qu’avait-on cherché à dissimuler dans le fond de ce lac, là où personne ne viendrait le trouver ? Autant de questions qui s’évaporèrent lorsque l’homme força la mexicaine à le suivre derrière un buisson, cette dernière obtempéra bien qu’elle suivit le mouvement. « Mais attendez qu’est-ce qu’on doit craindre au juste ? » demanda-t-elle doucement. Son rythme cardiaque s’accéléra lorsqu’elle se retrouva à plat ventre contre la terre. Décidément la détente ne serait définitivement pas pour aujourd’hui, songea-t-elle.

Le regard scrutant les buissons, Violet tentait de voir les nouveaux arrivants mais elle ne fit que les entendre. Son sang ne fit qu’un tour, son instinct hurlait, la suppliait de détaler, un sentiment paradoxal lorsqu’elle savait qu’elle n’avait commis aucun crime. Peut-être n’était-ce qu’un simple arbre, fatigué par l’âge qui avait rendu l’âme et avait trouvé sa dernière demeure dans le lac… Cette hypothèse lui sembla bien farfelue. Et puis cet homme à côté d’elle qui lui faisait signe de se taire, en savait-il plus sur la situation ? Avait-il vu quelque chose dans l’eau ? Les autres protagonistes s’activèrent, l’un scrutant le lac et l’autre faisant un tour. Alors qu’elle plissait les yeux pour y voir à travers les branchages, Violet ne remarqua pas tout de suite le manège de son nouvel acolyte. L’homme avait changé de position tel un serpent et l’ergothérapeute se retrouva bientôt seule derrière ce léger amas de branches. Elle le regarda en fronçant les sourcils. Bien que le premier homme fût dos à eux, Violet savait qu’il suffirait du moindre bruit pour qu’il remarque leur présence, ce dernier semblait persuadé de ne pas être le seul à arpenter les abords du lac. Et il en eut visiblement la confirmation « Donovan viens voir ça ! La flotte est remplie de sang. » dit-il sans crier mais assez fort pour que son plus proche collègue puisse l’entendre. Ce dernier fit demi-tour à la hâte pour venir constater la situation. Le premier garde alluma une lampe torche dont le cône lumineux balaya la surface obstruée du lac.

Sans réfléchir Violet s’autorisa à profiter de la lugubre découverte et de l’agitation qui suivit pour venir se réfugier vers son compagnon. Elle avait bien entendu ce que l’autre avait dit, le teint de la jeune femme vira au blafard. Quelqu’un était bien tombé dans l’eau mais cette personne devait être en bien mauvaise état, et incapable d’appeler à l’aide, voire pire. « Il se passe des choses ici, il faut qu’on s’en aille. A moins que vous ayez quelque chose à voir avec ça ? Je vous préviens je ne veux pas être mêlé à vos histoires glauques. Je suis quelqu’un d’honnête. » la mise en garde était lancée. Avant d’aller plus loin il fallait s’assurer que le blond n’était en rien mêlé à tout ça. La mexicaine doutait qu’un animal blessé se soit effondré dans le lac sans qu’il n’y ait eu de bruits avant-coureurs, un coup de feu, un alligator gourmand qui attaque sa proie… Rien, Violet n’avait pratiquement rien entendu si ce n’est cette masse qu’on avait jeté dans l’eau. Elle en était désormais persuadée. « Faites voir vos mains. » dit-elle le ton faussement assuré. Elle avait peur, elle était terrifiée mais elle était aussi téméraire et se força à garder son sang-froid. En guise de bonne foi, la jeune femme dévoila ses paumes à l’étranger, les inclinant pour que les rayons de la lune les rendent visibles. Sa peau était souillée d’un peu de terre autrement il n’y avait aucune traces inquiétantes. Jamais Violet n’aurait volontairement fait de mal à une mouche, et elle regretta presque d’avoir autant tenu à sortir de l’hôpital, s’imaginant le pire.

La disposition des lieux ne leur donnait pratiquement aucune chance de s’échapper, Violet n’était pas du genre aventurière et ne se serait jamais imaginé dans une situation aussi critique, seule avec un étranger. « T’as entendu ? » la voix d’un des perturbateurs sortit la jeune femme de ses interrogations. A force d’inquiétude elle n’avait pas fait attention et avait oublié qu’elle aurait dû garder le silence. Grave erreur. Aussitôt une lumière blanche balaya le buisson derrière lequel se cachaient les deux fuyards précédemment. Violet bénit le ciel d’avoir changé de position et bénit aussi son acolyte malgré les quelques doutes qui persistaient. Malheureusement pour eux, toute l’attention serait désormais fixée sur eux et s’ils ne bougeaient pas vite de là, ils auraient de graves ennuis « Sortez ! Vous êtes piégés. » bluffa l’homme en s’approchant. Alors que Violet lançait un regard désespéré au blond, elle l’aperçut au loin : le local à bateaux, leur seule issue ou leur seul alibi.


AVENGEDINCHAINS

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 274
↳ Points : 116
↳ Arrivé depuis le : 24/05/2018
↳ Age : 28
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 35 ans
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau 2 en influence sanguine)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; Rise Against - Megaphone
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Ven 13 Juil - 0:50


« Mais attendez qu’est-ce qu’on doit craindre au juste ? » Pas le temps d’expliquer, pensa Vaas, inquiet que la jeune femme ne soit pas justement dans le même état d’esprit que lui. Était-elle ingénue, ou lui trop paranoïaque ? Vaas avait eu malheureusement plus d’une fois l’occasion de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment, et il était hors de question qu’il reprenne le risque dans cette situation. Être invisible était le meilleur des choix.

Vaas attendit la jeune femme derrière le buisson, accroupit, lorsqu’il entendit l’un des gardes faire une découverte macabre. Vaas se remémora ce qu’il avait cru voir il y avait quelques instants, lorsqu’il s’était penché vers la surface du lac avant l’arrivée des gardes. Il s’agissait bien de sang. La source du liquide vital humain était sans doute encore fraîche, et Vaas soupçonna le poids qu’ils avaient entendu ne pas être inconnu à ce mal. La demoiselle nouvellement rejoint derrière leur buisson faiblard commença à déblatérer ce que Vaas perçut comme un moment de stress qui pourrait leur porter préjudice. « Je suis quelqu’un d’honnête » conclut-elle comme verdict. Pour toute première réaction, Vaas eut une moue d’indignation accompagnée d’un haussement de sourcil surpris. La prenait-elle pour un délinquant ? Certes, Vaas n’avait pas un casier vierge de tout soupçon, mais de là à le prendre pour un homme malhonnête et tueur, il y avait tout de même un monde. Vaas répondit en chuchotant d’un air contrarié « Hein ? Vous m’accusez là, vous êtes sérieuse ? C’est vous qui êtes louche à vous balader la nuit au bord de c’lac, y’a mieux comme bain d’minuit j’vous ferais dire ! Et fermez-là, z’allez nous faire repérer ! » Il n’était certes pas mieux loti car un homme se baladant seul la nuit au bord d’un lac était toujours beaucoup plus suspect qu’une jeune femme prenant l’air, bien que ce besoin de fraîcheur se faisait au beau milieu de la nuit. Tout de même. Tout le monde pouvait être incriminé. Et les femmes cachaient souvent beaucoup mieux leur jeu que les hommes. Ce que Vaas n'oublia pas, car il ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve cette demoiselle qui la soupçonnait bien trop facilement.

La jeune femme soutenait son regard, déterminée comme si elle possédait les clés du jugement de Milligan. « Faites voir vos mains » lui demanda-t-elle ensuite. Par ailleurs, elle lui fit voir ses paumes, comme preuve de son innocence immaculée. Vaas leva les yeux au ciel, agacé d’en arriver à devoir justifier sa non-culpabilité. Irrité mais convaincu qu’il fallait qu’elle se débarrasse de son soupçon envers lui pour pouvoir continuer leur fuite, il lui montra ses mains, ses paumes, le dos, qu’il prit soin de retourner doucement mais fermement pour qu’elle puisse analyser chaque parcelle de sa peau. Et mise à part le bout de ses doigts jaunis par la cigarette, les phalanges dégrossis par le travail sur les chantiers et la saleté accumulée de la journée, il n’y avait aucune trace d’un homicide. « Contente ? » Il y avait peut-être une chance qu’elle ne hurle pas en le dénonçant comme meurtrier aux miliciens.

« T’as entendu ? » Le visage de Vaas se crispa d’une toute autre forme d’irritation. Une seconde. Peut-être un millième de seconde avait suffi aux gardes pour les repérer. Ou du moins, tenter de les localiser. Comme pétrifié par leur voix, Vaas s’autorisa à peine de cligner des yeux, et observa les miliciens s’approcher du buisson derrière lequel Vaas et l’inconnue s’étaient réfugiés auparavant. Puis vint une menace. Ils n’allaient pas abandonner avant de les avoir trouvés. Il n’avait plus le choix : se cacher jusqu’à épuisement de leur curiosité ou les neutraliser. Cette dernière option n’était que peu envisageable. Il aurait bien demandé à l’étrangère si elle avait des talents cachés en art martial quelconque ou technique de paralysie d’agent secret, mais son instinct lui disait qu’il se tromperait sûrement. L’instinct de Vaas n’était pas infaillible cependant, et nombreuses ont été les occasions où le jeune homme s’était retrouvé en position de faiblesse par sa faute. Mais dans la situation actuelle, il préférait ne pas tenter le diable.

Vaas croisa le regard de la jeune blonde qui crut apercevoir ses yeux dériver derrière son épaule. Un rapide coup d’œil derrière lui rappela à l’ouvrier l’issue du local à bateau. Il leur fallait atteindre cet endroit le plus discrètement possible. Les gardes avançaient prudemment mais avec un énorme avantage : celle des lampes et de l’assurance d’être membre du gouvernement et de ne risquer aucun damage quant à l’explication d’un cadavre possiblement flottant sur le lac. Sans quitter les deux hommes des yeux, Vaas chercha d’une main une pierre sur le sol, assez grosse si possible. Sans s’en rendre compte, il se pencha dangereusement en avant, mais finit par trouver une pierre d’une taille suffisante. Vaas prit ensuite un risque inconsidéré : il se leva. Une seconde seulement, et lança la pierre dans la direction opposée du local à bateau. La pierre ricocha bruyamment contre une paroi solide d’il ne savait quelle nature, mais cela avait suffi à attirer l’attention des gardes. « Halte ! On ne bouge plus, rendez-vous ! » Les deux hommes se ruèrent vers le bruit et Vaas, qui s’était raccroupi aussitôt la pierre lancée, osa de nouveau un regard afin de s’assurer que la distraction avait fonctionné. En voyant les deux gardes s’éloigner à grands pas vers l’origine du bruit, Vaas susurra vivement à l’inconnue : « Vite, on bouge ! »

Vaas ne s’autorisa pas cependant à courir, et empêcha la jeune femme d’en faire autant par un signe de la main. Il fallait se dépêcher certes, mais sans attirer l’attention. La porte du local paraissait être à des kilomètres, et pourtant, une trentaine de mètres les séparaient de leur potentielle cachette. Arrivés devant, Vaas empoigna la poignée pour la pousser. Rien ne fit. Il la tira alors. Mais elle ne s’ouvrait pas. Elle était verrouillée. « Eh merde… » grogna-t-il dans sa barbe. Vaas se baissa légèrement pour observer la serrure. Elle était assez banale. Vaas en avait croisé des plus compliquées au cours de ses missions pour la Résistance. Il tenta de garder son calme. Il ne fallait surtout pas laisser place à la panique dans des moments comme celui-là ou c’était la prison assurée pour eux. Si un cadavre avait réellement laissé échapper son sang dans le lac, il ne donnait pas cher de leur peau. « Ça va prendre du temps… Z’avez pas une barrette… ou un fil de fer qui traîne dans l’coin, un truc solide et fin… » Ça allait prendre du temps, or ils n’en avaient pas. Les miliciens étaient, étonnamment, de moins en moins crédules, et ils n’allaient pas tarder à découvrir le pot aux roses et à faire demi-tour. Ce qui allait les amener indiscutablement vers les deux pauvres âmes en perdition mis à la porte par une devanture en bois.

_________________

the evil thoughts upstairs they don't need company, this broken glass it reflects back the person i've become and now, here i am, i feel numb, on the fence, on the run, spill my guts, what an act, i am sad, but to me i'm lovely sad. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5873-vaas-does-this-look-infec

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1190
↳ Points : 270
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : Pink



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Mer 18 Juil - 12:04


Vaas & Violet

The Devil's water


Toute l’humanité s’exprima derrière ces buissons. Quand les deux protagonistes auraient dû se taire, voilà qu’ils s’engueulaient comme du poisson pourri. Le but était parfaitement légitime, tous les deux cherchaient à prouver leur bonne foi. Violet parut indignée lorsque l’homme lui renvoya ses soupçons en pleine figure. Dans la pénombre, elle plissa les yeux et lança un regard suspect à son compagnon d’infortune. Malgré la réticence qu’il sembla éprouver, le blond finit par se plier à la demande de la jeune femme et dévoila ses mains. A bien y regarder elles ne semblaient pas souillées de tâches suspectes. C’était idiot mais cela rassura un peu Violet. Malheureusement son cœur n’eut pas vraiment le temps de ralentir étant donné que leur mascarade –dont elle était à l’origine, elle le reconnaissait- attira les miliciens alentours. S’ils se faisaient attraper là ils seraient fichus, Violet le pressentait au plus profond de son âme. Ce qu’on lui avait dit depuis son accident et sa malencontreuse perte de mémoire, c’était que les hommes du gouvernement n’étaient pas du genre tendres ni vraiment justes et qu’il fallait s’en méfier comme la peste. L’ergothérapeute se demandait comment la plupart de la population en était rendue à craindre ceux censés la protéger… Elle n’avait néanmoins pas posé de question, se disant que de toute façon, jamais elle ne ferait de mal à qui que ce soit et qu’elle ne se fourrerait jamais dans des situations délicates. Elle ne l’avait pas fait jusque là pourtant voilà qu’elle se retrouvait ventre à terre derrière un buisson, à agir comme une parfaite criminelle.

Tandis que la panique faisait bouillonner son cerveau dans l’espoir de trouver une solution, Violet ne remarqua pas tout de suite le manège de son acolyte. Toutes ses pensées étaient tournées vers ce fichu local à bateaux, elle se demanda alors pourquoi il avait fallu qu’il soit si loin. Pendant ce temps le blond avait trouvé une parade et lorsqu’il se leva, Violet tira sur son pantalon et chuchota à toute vitesse. « Mais qu’est-ce que vous faites vous êtes fou ?! » avant de comprendre en entendant l’impact au loin. Par chance, les miliciens tombèrent dans le panneau et se précipitèrent vers le leurre. Lorsque le blond lui indiqua de bouger, Violet ne se fit pas prier et se redressa pour déguerpir en direction de ce qu’elle pensait être un refuge. Elle ne courra pas, suivant les instructions gestuelles de l’étranger mais rivalisa avec les marcheurs professionnels, se dandinant d’une drôle de façon pour avaler le plus rapidement possible la distance qui les séparait du local. Hélas lorsqu’ils arrivèrent, leurs illusions s’envolèrent en heurtant la porte verrouillée. Violet n’avait rien, pas de barrette et encore moins de fil de fer. Elle passa une main dans ses cheveux pour évacuer son stress grandissant. « Ils vont nous attraper ! » se contenta-t-elle de dire, faisant ainsi comprendre qu’elle n’avait pas de solution. Au loin plusieurs pinceaux de lumière balayaient la végétation. Le local n’était pas en très bon état, Violet se demandait d’ailleurs si l’endroit n’était pas un piège déguisé en bonne idée. Que feraient-ils quand les miliciens défonceraient la porte pour venir fouiller l’endroit ? « Il faut trouver autre chose, on agit comme des criminels alors qu’un cinglé se trouve vraiment dans les parages. Venez. » dit-elle en agrippant le poignet du blond penché devant la serrure.

Sur ces mots Violet avait entraîné l’inconnu pour l’obliger à s’éloigner du local. « Ils vont débarquer par dizaines, ils finiront forcément par nous tomber dessus, quoiqu’on fasse. Faut qu’on arrête d’agir comme si on était coupables. » chuchota-t-elle en s’éloignant le plus silencieusement possible. Elle avait l’impression de s’être glissée dans la peau du Petit Chaperon Rouge et que le loup lui collait au train. Elle se demanda soudain si cet étranger serait son chasseur ou s’il n’était que Mère Grand déguisée. Elle secoua légèrement la tête. Après tout la personne qui s’était délesté de sa victime dans ce lac aurait tout fait pour prendre la fuite rapidement, devait avoir tout planifié. Les avait-elle entendus ? Un frisson parcourut l’échine de la jeune femme. Elle n’était pas rassurée par la pénombre ambiante et la végétation qui prenait des allures sinistres. Soudain le temps pressa, des voix s’élevèrent et les miliciens se mirent à se déployer, ils allaient être cuits. « On est pas seul ici, l’autre n’a pas pu partir si vite je… » la phrase fut avortée par un bruit de moteur, c’était un bateau. Le lac était immense et avait plus des allures de mer miniature qu’autre chose si on s’éloignait de la rive étroite sur laquelle l’agitation allait crescendo. Les nénuphars rendaient la navigation pénible, mais rien d’impossible à braver avec un peu de vitesse. Violet comprit qu’en effet, l’autre avait tout planifié jusqu’à subtiliser un bateau pour se trouver une échappatoire rapide. « Ca c’est bon pour nous ! » cette fois Violet ne réfléchit pas d’avantage et se mit à détaler. Les miliciens hurlaient dans leur dos, les lumières de leur lampe-torche s’agitant dans tous les sens. C’était plus animé qu’un concert de rockstar par ici, Violet se souviendrait de ne plus jamais venir y chercher du silence. Alors qu’elle tourna la tête pour s’assurer que l’inconnu suivait, elle ne vit pas l’homme en uniforme qui courrait rejoindre ses collègues et le heurta de plein fouet. Elle fut éjectée en arrière et se retrouva assise au sol, une grimace peinte sur son visage. Le milicien plus robuste et plus réactif l’aveugla avec sa lampe puis s’attarda sur l’étranger. Dire que Violet ne connaissait pas son nom. « Déclinez-votre identité et ne bougez pas. » ordonna l’homme d’une voix rauque. Cette fois Violet sembla résignée, elle avait crié victoire un peu trop tôt.



AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 274
↳ Points : 116
↳ Arrivé depuis le : 24/05/2018
↳ Age : 28
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 35 ans
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau 2 en influence sanguine)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; Rise Against - Megaphone
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   Ven 27 Juil - 15:30


« Ils vont nous attraper ! » L’angoisse manifeste de la jeune femme n’aida pas Vaas à rassembler ses idées. Il leur fallait de toute évidence quelques minutes au minimum afin de se calmer et trouver une solution afin de déguerpir en vitesse, loin du champ de vision des miliciens. Elle lui agrippa le poignet en argumentant ce pourquoi elle pensait qu’ils ne faisaient pas le bon choix en voulant se dissimuler. Vaas se leva, la bouche entrouverte d’indignation, laissa la serrure à la rouille. La blonde l’obligea à s’éloigner du local en le tirant avec force. « Mais… Quoi ?! » La jeune femme s’éloigna de plus en plus, silencieusement, tout en chuchotant ses craintes à l’ouvrier. Vaas commença à ressentir un léger sentiment d’agacement, tel un adolescent voulant contredire à tout prix ses parents. Il répondit d’un ton anxieux, toujours en chuchotant comme l’homme angoissé qu’il était « On agit comme si on était coupable parce que j’vous ferai rappeler que Laurel et Hardy là-bas eux, recherche le véritable criminel, et qu’ils vont pas chercher ailleurs une fois qu’ils auront mis la main sur nous… Au cas où vous l’auriez pas remarqué, Madame Justice a pris ses vacances loin d’ici, et depuis un bail ! » Cependant, il devait reconnaître qu’il n’avait pas pensé à l’éventualité du tueur se trouvant encore dans les alentours. A moins d’être doué du don d’invisibilité et de furtivité, il était vrai qu’il ne devait pas être loin.

« On est pas seul ici, l’autre n’a pas pu partir si vite je… » La jeune femme n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’un bruit de moteur la coupa. Un bateau ? Où était-il ? La nuit enveloppait le lac d’une ombre immense qui rendait la visibilité pratiquement aveugle. Mais surtout, qui le conduisait ? Le fameux coupable ? Vaas n’eut en réalité pas le temps d’y réfléchir que les voix beuglantes des miliciens retentirent derrière eux. Un courant d’air aussi furtif qu’une mini tornade fit retourner Vaas qui vit l’inconnue profiter de l’agitation pour déguerpir. Elle avait raison, c’était maintenant ou jamais. L’ouvrier ne se fit pas tarder et la suivit, avec quelques mètres de retard. Jusqu’à ce que la jeune femme tombe lourdement sur le sol, comme heurtée de plein fouet par un mur invisible. Vaas voulut s'arrêter pour lui venir en aide lorsqu'il entendit soudainement « Déclinez-votre identité et ne bougez pas. » Son cœur ne fit qu’un bond face à la vue du garde, patibulaire mais déterminé à tester son arme fraîchement chargée sur l’ouvrier. Instantanément, Vaas leva les mains en l’air, montrant ses paumes au milicien. « Oh là, du calme, on a rien à voir avec tout ça, on… » « J’ai dit : déclinez votre identité. Un geste de plus et je vous fous au Colosseum. » Le regard de Vaas devint soudainement paniqué, ses sourcils tremblaient au seul souvenir de cet endroit malheureusement connu à cause des feux Forgiven Days. « Je… » Impossible de prononcer le moindre mot, ses pensées mêlaient mille et uns scénarios tout autant catastrophiques les uns que les autres, dans l’espoir de pouvoir se sortir de cette situation. Du point de vue du milicien, Vaas paraissait clairement pour le prédateur courant après la jeune femme ingénue fuyant pour sa vie. Il était pris au piège. Le moindre mot mal dosé pouvait lui être fatal. Il devait les choisir avec précaution. Malheureusement, ce n’était pas le point fort de Milligan que de peser ses mots dans le feu de l’action. Ses mains étaient toujours levées, prises cependant d’un léger tremblement trahissant son état de détresse interne. « Écoutez… m’sieur, j’ai rien à voir dans tout c’bordel… » Le garde s’approcha dangereusement. Vaas eut à peine le temps de faire un pas en arrière que le milicien lui assena d’un coup magistral dans l’estomac avec son genou. « Espèce de salaud ! » Vaas s’effondra sur le sol, suffocant de surprise sa douleur. De gigantesques doigts lui serrèrent fortement le crâne. Bien que les blessures qu'il avait eu il y a cinq mois étaient guéris, il restait relativement sensible du crâne et du torse. Le milicien obligea Vaas à le regarder dans les yeux. « Et elle c’est qui ? Ton acolyte ou ta nouvelle victime ? » L’homme le lâcha d’un geste brusque mais ce n’était que pour l’asséner d’un nouveau coup de poing au visage. Vaas sentit un goût désagréablement cuivré envahir sa bouche. Il s’était méchamment mordu. Ça faisait mal. Ça l’énervait. Ça bouillait. A cause de l’injustice. A cause de ces putains de miliciens. Et de ce gouvernement à la con.

« Tu vas me dire ton nom ou je dois le demander à ta copine ? » Le temps que Vaas rouvre les yeux, le garde était à la hauteur de l’inconnue, la pointe de son arme sur la tempe de la jeune femme. Vaas leva une main en signe de reddition. L'autre main se tenant le ventre encore meurtrit. Inutile de l’embarquer dans cette situation. Manifestement, l’un des deux devra tomber dans cette histoire. « Laissez-là, on s’connait pas… Elle connait pas mon nom… » Toujours à terre, déstabilisé par le coup de poing qu’il venait de recevoir, Vaas réussit tout de même à se mettre genoux, les deux mains une nouvelle fois au ciel en signe de reddition. La douleur qu’il ressentait à cause des coups reçus avait alimenté sa rage qui avait totalement rempli ses vaisseaux sanguins. Ses tripes lui hurlaient de sauter sur lui, prendre l’avantage avant que ses collègues ne rappliquent. Mais il incapable de prédire les gestes du milicien. Et les forces de l’ordre avait la gâchette facile. « J’vais vous dire qui j’suis, ne tirez pas… » Vaas baissa les yeux, apparaissant vaincu et apeuré. Les paumes de ses mains toujours levées vers le ciel. Il se leva doucement, avec difficulté. Puis, il fixa alors l’homme. Cependant, ce dernier lu en lui aussi vite qu’un gros titre sur la première page d’un journal. Trois pas suffirent pour rejoindre le milicien qui tira en direction de Vaas. La balle frôla son épaule gauche et arracha un cri de douleur à l’ouvrier. Mais il ne s’arrêta pas et plaqua violemment le milicien à terre. Sa colère avait pris le dessus. C’était uniquement dans ses moments-là qu’il y arrivait. Vaas plaqua une main contre le poignet qui tenait toujours fermement l’arme tandis que son autre main tentait de retenir celle de l’officier qui était autour de son cou, dans une tentative de la lui tordre ou de couper sa respiration. Vaas ne comprenait pas ce qu’il se passait dans ces moments-là. Il savait simplement que ça lui était déjà arrivé d’en tirer profit : le flux sanguin de l’homme le déstabilisa suffisamment pour que ses forces diminuent et que l'étreinte autour de son cou perde en férocité. Vaas profita de ce court moment de faiblesse pour lui asséner un coup de poing magistral qui lui fit perdre une dent et connaissance. Il ne savait pas comment ça marchait, pourquoi ça marchait. Il n’avait pas le temps d’y réfléchir. Mais c’était suffisant pour lui accorder un peu de répit.

Vaas leva les yeux. Affaibli par sa blessure à l’épaule, la tentative d’étranglement et les précédents coups reçus. Sa respiration était haletante. Ses dents étaient si serrés qu'ils en grinceraient presque. Vaas posa ses mains sur le sol pour s'aider à se relever. Une fois debout, il chercha du regard l’inconnue. « Eh… ça va ? Faut qu’on file, la balle va attirer les gardes… Oh putain… » Un vertige monumental l'affaiblit soudainement, le faisant légèrement tituber. Il devait s’assoir, quelques secondes. Son épaule criait agonie. Il osa un regard vers sa blessure. La balle avait déchiré sa veste et son t-shirt, du sang coulait à flot. Vaas savait mieux que quiconque ce qu’il se passait à la suite d’une blessure. Si la demoiselle venait à le remarquer, comment réagirait-elle ? L’ouvrier ne voulait pas le savoir. Il devait le cacher. Cacher sa nécrose qui allait recouvrir la zone meurtrie. Mais il était si faible. Il avait la sensation que toutes ses forces l’avaient abandonné. Ils devaient se cacher. Ou faire face. Vaas avait l’impression d’entendre déjà les autres gardes presser leur pas pour accourir dans leur direction. Il fallait trouver une solution. Il pouvait se cacher seul, et prendre le risque de la laisser aux courroux des miliciens... Aussi inconnue était-elle pour lui, il ne pouvait pas l'abandonner à ce sort. Ils pourraient peut-être trouver une autre idée pour faire diversion. Peut-être aussi qu'elle pourrait arriver à faire diversion seule pendant qu'il se cache ? Il aimerait que s'exposer à lui les meilleures options sur un plateau d'argent. Mais son cerveau était trop occupé à tenter de stabiliser son corps afin de ne pas tomber dans les pommes.

_________________

the evil thoughts upstairs they don't need company, this broken glass it reflects back the person i've become and now, here i am, i feel numb, on the fence, on the run, spill my guts, what an act, i am sad, but to me i'm lovely sad. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5873-vaas-does-this-look-infec

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: The Devil's Water (Violet & Vaas)   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Devil's Water (Violet & Vaas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shark in the water
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]
» ♪ Baby there's a Shark in the water ♪ [Nat' PV Ethan]|| END||
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: Lake St. Catherine-